Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Répondre au sujet
Au bord de l'eau - Capture [Marie]
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Dim 18 Juin - 21:14
«J’ai oublié mon portefeuille… »

Après avoir fouillé toutes les poches de son pantalon, Auguste n’avait pas emporté d’argent avec lui. Maudissant son oubli, il laissa retomber ses bras le long de son corps en lâchant un gros soupir. A coup sûr, il l’avait oublié sur la table basse du salon. Bien. Parfait. Il n’irait donc pas jusqu’à Port-Corail. Il ne pouvait pas prendre le ferry, de toute façon.

Voilà deux semaines qu’il avait déménagé dans la capitale de Lumiris, Nemerya. Depuis qu’il s’était installé dans son nouvel appartement, le jeune homme baroudait un peu partout afin de découvrir la région. Il tenait à en apprendre davantage sur son nouveau lieu de vie et bien qu’il ignorait combien de temps il séjournerait Lumiris, force était de reconnaître que l’endroit lui plaisait beaucoup. La région connaissait un gain d’intérêt croissant de la part du public et le trafic de personnes engendré par cela permettait à Auguste de faire tout un tas de rencontres intéressantes. Son statut d’indépendant lui permettait en plus de voyager un peu partout avec peu de contrainte, aussi en profitait-il autant que possible.

Un nouveau soupir et il se saisit de la pokéball accrochée à sa ceinture. Il la dirigea ensuite face à lui et en fit sortir Krang, son précieux ami. Content de revoir son dresseur, celui-ci se laissa tapoter la tête.

« Tu ne sonnerais pas creux des fois ? » plaisanta Auguste, « Allez, viens. On va se balader un peu. »

Terhal ne fit pas un bruit mais marqua cependant son assentiment en lui emboîtant le pas. Il serait dommage de déjà faire demi-tour pour rentrer à la maison. S’il ne pouvait atteindre Port-Corail, rien ne l’empêchait de se balader un peu au bord de l’eau. Le temps était agréable et idéal pour ce genre de promenade. Malgré tout, son oubli le rendait un peu chafouin. C’est ainsi que dans un élan rageur visant à extérioriser sa frustration, Auguste donna un coup de pied dans une pierre qui avait eu le malheur de se trouver sur son chemin.



> Apparition d'un Pokémon après le post de Marie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Origine : village kishika
Groupe : le meilleur
Messages : 286
Stardust : 663
Ven 23 Juin - 4:43
story time > je prank une boulangère et je rencontre l'amour. tout vire mal à cause d'une pokéball. explications.
see the line where the sky meets the sea?
it calls me
and no one knows, how far it goes ~
parfois le métier de journaliste vous pousse à faire des choses incroyablement délirantes. mais aussi incroyablement dangereuses.

et ça, marie l'avait plus que bien compris.

"revieeeens ici sale trainéeeeeee"


en effet, s'introduire dans la maison de quelqu'un. se faire tout de même bien accueillir par le propriètaire des lieux. avoir une très bonne interview, vivre dans le meilleur des mondes.... jusque que sa femme arrive et pense que son mari commet une adultère.


"aaaaaaaah !!"


se faire courser par une brune folle et jalouse à dos de cabriolaine pour, soyons franc, rien du tout. avoir mal aux jambes. vouloir pleurer. se dire que c'est la fin de la vie.

oui, marie connaissait ce sentiment que trop bien.

mais dans les ténèbres, dans ce tunnel sans fin, elle vit la lumière: elle le vit lui.
un pauvre gars random, simple, lègerement plus jeune se baladant tranquillement avec son terhal.
il pensait sans doute que la vie était calme et douce.

puis tel la tempête vint marie...

"bah vala ! je te l'ai dit que ton mari ne m'interesse pas et je le voulais que pour des infos ! il est là mon amoureux ! hein jean ? mon jeaaaaan de mon coeeuuur ?"


la blonde sauta sur l'homme et le couvra d'une pluie de baisers sur les joues. elle se mit ensuite à le caliner plus chaleureusement qu'un chelours en manque d'affection. il fallait prouver l'amour. il fallait prouver que cette mascarade n'en était pas une.
il fallait prouver que ce mensonge existe.
même si rien de tout ça était réel.

pauvre jean. enfin. pauvre gars random qui marchait tranquillement avec son terhal.


"c'est vrai ce qu'elle dit là ? cette trainée est votre copine ?"

"hey ! se balader en soutif n'est pas un motif nécessaire pour être traitée de trainée ! pas vrai mon jean d'amouuuuuur ?" dit marie avant de tirer la langue à la dame puis de se cacher derrière l'inconnu aux cheveux noirs

dans la tête de marie, la dernière phrase sonnait plus comme un "pitié faites qu'il joue le jeu s'il vous plait pleaaaaaaase...."

au pire s'il ne mentait pas, elle avait au moins pris une petite pause pour respirer. elle serait apte de courir à nouveau...
son destin était entre ses mains.
©Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : card
Messages : 2901
Stardust : 10692
Ven 23 Juin - 22:07
Apparition d'un pokemon sauvage !

Plouf. Vous sentez des gouttes d'eau frôler votre peau, et vous remarquez qu'il s'agit d'un Lokhlass sauvage qui vient de sortir de sous l'océaaaan ♫

Que vas-tu faire ?
Lokhlass




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : card
Messages : 2901
Stardust : 10692
Ven 23 Juin - 22:07
Le membre 'Maitre du jeu' a effectué l'action suivante : Modération


'Chromatique' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Mar 27 Juin - 7:49
La journée était censée être paisible. L’hypothèse d’une promenade tranquille s’envola toutefois sitôt qu’Auguste aperçut quelqu’un courir vers lui en hurlant. A cet instant, à cet instant très précis, une petite voix le somma depuis le fond de son âme de prendre ses jambes à son cou et de fuir dans la direction opposée. Son instinct l’avertissait d’un danger immédiat, à la manière d’un sixième sens. Il le savait. Il le sentait. Cette personne inconnue était synonyme de problème. Non, c’en était la définition-même. Ce fut son indécision qui décida pour lui, scellant son destin et le menant à sa perte. Du mot c’était ce que la catastrophe naturelle ambulante lui inspirait comme sentiment. Quelques secondes passées à hésiter, à se demander quelle était la meilleure direction pour fuir et voilà que la furie lui sauta au coup pour embrasser chaque centimètre carré de ses joues. Auguste croyait au coup de foudre mais vu ce qu’elle hurlait  en arrivant, il doutait que ce soit le cas. Hmph.

Le jeune homme n’avait pas tous les détails de l’histoire et s’il comptait les obtenir à un moment ou un autre, il saisissait à peu près ce que la demoiselle attendait de lui quand il aperçut une autre femme arriver à dos de Cabriolaine. Le regard haineux, il ne fallait pas être devin pour deviner ses intentions. Très bien. Puisqu’on comptait sur ses talents d’acteur, il jouerait le jeu. L’inconnue n’avait qu’à bien se tenir, parce que son aide ne serait pas gratuite ; Auguste comptait en profiter pour s’amuser lui aussi.

« Sarah ! » C’était le premier nom féminin qui lui était venu en tête, « Si je m’attendais à te voir ici… C’est ma compagne, en effet, et je vous demanderai de ne pas me l’abîmer. »

La fin de sa phrase s’adressait à la « cavalière ». Sarah s’était quant à elle cachée derrière lui et bien que le contact de sa poitrine contre son dos ne fût pas désagréable, cela ne changeait pas le fait qu’elle l’utilisait comme un bouclier entre sa poursuivante et elle. Dans un geste plein de douceur, il ramena la petite fuyarde contre lui et l’entoura de ses bras protecteurs.

« Dans quel pétrin t’es-tu fourrée ? Je t’ai déjà dit de te vêtir davantage si tu voulais éviter les ennuis. » Dit-il avant de lui glisser une main une main sous le menton pour l’obliger à le regarder droit dans les yeux.

Elle avait initié les premiers pas mais à présent, elle devait savoir qu’il menait la danse. A elle de suivre le mouvement… Ou de recommencer à courir pour échapper au Cabriolaine. Maintenant qu’il avait son visage si proche de lui, Auguste ne put s’empêcher de s’aviser de la beauté de « Sarah ». Très jolie, c’était le cas de le dire. Son charme exotique couplé à sa détresse lui donnait quelque chose… d’irrésistible. Sans doute lui aurait-il rendu chacun de ses baisers s’il avait été dans une situation différente. Cette idée ayant exacerbé ses sens, il s’autorisa néanmoins à poser ses lèvres sur celles de la jeune femme tout en l’attirant vers lui à l’aide d’une main posée au creux de ses reins. Elle avait encore meilleur goût que ne le laissait présager son apparence.

Trop loin pour voir tous ses faits et gestes, l’autre femme détourna malgré tout le regard devant cette marque d’amour éhontée. Auguste profita de ce moment de répit pour glisser deux mots à l’oreille de sa compagne.


« Reste calme et ne la provoque pas. »

Guère plus qu’un murmure, voilà ses dernières instructions. Il ne pouvait en donner plus sans paraître suspect. Ayant posé une main rassurante sur l’épaule de la demoiselle, il espérait qu’elle ne prendrait pas à nouveau peur.

« Elle est un peu sauvage, mais inoffensive. Allons, je suis sûr qu’il s’agit d’un malentendu que nous pouvons dissiper. N’est-ce pas, chaton ? »


Non loin de la scène, un Lokhlass était sorti de l’océan, probablement attiré par tout le raffut causé par les deux femmes. S’il aurait aimé s’en approcher davantage, Auguste n’avait guère de temps à lui accorder.



> Reroll. Apparition d'un autre Pokémon après le post de Marie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Origine : village kishika
Groupe : le meilleur
Messages : 286
Stardust : 663
Lun 3 Juil - 4:16
story time > je prank une boulangère et je rencontre l'amour. tout vire mal à cause d'une pokéball. explications.
see the line where the sky meets the sea?
it calls me
and no one knows, how far it goes ~
yes. yes. yes. putain yes.
le magicarpe avait mordu à l'hameçon. il l'avait aidé. elle allait être sauvée et tout allait bien se passer. ouf.

c'était une personne au grand coeur ce petit bonhomme.

par contre euh pourquoi tout à coup, la blonde était dans les bras viriles de cet énigmatique homme aux cheveux couleur ténèbre ?
pourquoi le visage de cet inconnu lui donnait l'air d'être aussi doux qu'un saint ? pourquoi ses yeux noirs le faisaient paraitre pour un homme qui était aussi attiré par le plaisir de la luxure qu'un pêcheur ? pourquoi ses douces lèvres pressèrent les siennes et lui donnèrent cette impression d'etre au paradis ? pourquoi ses frissons et cette soudaine envie de pousser ce délicieux vice plus loin ?
pourquoi la vie ? pourquoi la mort ?
puis c'était qui cette sarah ?
marie ne comprenait pas.


"sarah ? mais je pensais que ton prénom c'était marie..."

"je le pensais aussi... je veux dire, marie n'est que mon pseudonyme sur les internets pour que euh les gens m'harcèlent pas vous voyez ! hihihi chéri pourquoi t'as spoil olalala hihi !"

marie se mit à caresser le visage du pauvre petit homme qui n'avait demandé rien a personne de la façon la moins naturelle (et la moins romantique) possible. après ces étranges caresses, la blonde saisit la douce et virile main chaude de l'homme dans la sienne.
en voyant ça, la folle au cabriolaine semblait calmer ses tétons.


"très bien. peu importe qui vous êtes, ne revenez plus ici et éloignez vous de mon mari."


après ces mots, la dame s'en alla. laissant les deux faux amoureux en tête à tête. seuls à seuls dans leur situation assez malaisante. tellement malaisante qu'elle pouvait passer sur malaisetv facilement. m'enfin ça avait évité à marie se courir. ça l'avait aussi évité de mourir trop tôt.
c'était worth.

alors gentillement, elle se décida à briser le petit silence gênant qui s'était installé entre elle et le jeune homme après le départ de la furie.

"t'embrasses plutôt bien pour un débutant! tu progresseras vite dans le jeu de l'amour ! ah aussi, merci de m'avoir aidé. moi c'est marie, marie janna ! et toi ~ ? aussi les dark emos ont la cote dans le pokéwood. tu pourrais tenter ta chance en tant qu'acteur. sauf si tu l'es déja... tu es un acteur ? je peux avoir un autographe ?" enchaina la blonde, un grand sourire aux lèvres.

assomante et chiante au possible avec des questions inutiles ? marie ? naaaan.
©Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Messages : 1554
Stardust : 5588
Mar 4 Juil - 11:35
Apparition d'un pokemon sauvage !

Un pokemon sort de l'eau t’arrosant
Que vas-tu faire ?
Sepiatop




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : card
Messages : 2901
Stardust : 10692
Mar 4 Juil - 11:35
Le membre 'Dusk' a effectué l'action suivante : Modération


'Chromatique' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Jeu 6 Juil - 5:42
Quand la folle au Cabriolaine ouvrit la bouche, Auguste craignit que ce fût la fin des carottes et que les haricots fussent cuits… Ou l’inverse ? Il ne savait plus, être confronté à sa propre bourde l’empêchait de réfléchir à des détails aussi triviaux. Il devait trouver une solution maintenant, c’était urgent ! Un mensonge à peu près cohérent se forma dans son esprit en quelques secondes mais ses efforts furent vains, puisque Marie le devança. Marie. Pas Sarah. C’était noté.

L’idée du pseudonyme avait également germée dans l’esprit du jeune homme. Il demeurait cependant persuadé qu’il s’y serait mieux prit dans la narration. Non, vraiment. Son air cruche rendait le tout difficile à croire. Pire encore, elle tenta d’appuyer ses propos à l’aide d’une preuve d’affection très maladroite. Sa façon de lui caresser la joue n’avait rien de naturel et lui ne pouvait s’empêcher d’imaginer avoir affaire à un automate. Enfin, il ne jugeait pas. Le mensonge était pourtant évident, même le dernier des idiots ne pouvait y croire. Dépité, Auguste de contenta de presser doucement la main de la jeune femme dans la sienne en espérant que la suite ne se passerait pas si mal que ça.


« Aie au moins l’air d’y croire… » souffla-t-il de manière presque imperceptible.

La sentence allait tomber tel un couperet. Quelqu’un allait y perdre des doigts et, à choisir, le dresseur préférait que cela ne soit pas lui. Il pouvait encore la saisir par les épaules, la jeter en pitance à l’autre femme, puis s’enfuir à toutes jambes. Mais le voulait-il vraiment ? Non, son cœur le lui interdisait. Il se savait incapable de ne pas aider Marie jusqu’au bout. Très bien. Il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas laisser la situation dégénérer. Il essayait de la sauver mais elle ne l’aidait pas vraiment…

Le fin mot de cette altercation fut bien singulier, puisqu’elle crut à l’histoire du couple et du pseudonyme. Bon sang, elles étaient aussi demeurées l’une que l’autre. Auguste n’allait pas s’en plaindre mais il fallait bien admettre que la bêtise des deux femmes le surprenait. Toujours pantois, il regarda la dame et son Cabriolaine s’en aller dans ce qui devait être une des scènes les plus ridicules qu’il ait jamais vues. Toujours sa petite main dans celle de son sauveur, ce fut Marie qui brisa le silence. Il fallait toutefois admettre qu’elle aurait pu se taire. Son débit de parole et l’aléatoire total dans ce qu’elle disait fit rater à Auguste quelques étapes dans sa réflexion. Il était pourtant certain que la Belle et la Bête étaient deux personnes différentes. Marie, elle, avait un physique qui attirait l’œil – surtout dans sa tenue actuelle – mais semblait tout aussi déjantée. Le regard toujours posé sur les attributs de la demoiselle, Auguste se décida enfin à lever la tête pour afin de fixer son interlocutrice dans les yeux.

« Auguste. Enchanté. Je te retourne le compliment, on remet ça quand tu veux. » Il souriait, mais plaisantait-il réellement ? « Je ne suis pas un acteur mais tu peux avoir un autographe de ton sauveur, si tu le souhaites. »

Il y avait quelque chose d’attendrissant dans le comportement de Marie, comme si c’était une enfant hyperactive et un peu candide. Une enfant très appétissante, certes, mais ne chipotons pas pour des détails. Personne n’en eût l’occasion, de toute façon, puisque l’arrivée d’un autre Pokémon éclaboussa les jambes du prétendu sauveur. Encore le Lokhlass de tout à l’heure. Cette hypothèse fut infirmée quand Auguste se retourna pour découvrir qu’il s’agissait en réalité d’un Sépiatop. Il n’en avait jamais vu en vrai et celui-ci se tenait très près de lui. Si bien qu’il était tenté de s’approcher davantage. Ne risquait-il pas de l’effrayer en faisant cela ? Probablement. Il paraissait peu farouche, à s’approcher autant d’humains inconnus, mais il aurait été dommage de le faire fuir.

« Trente secondes, Marie. Il me le faut. »


Il joignit le geste à la parole, se saisissant d’une pokéball et la lançant vers le nouvel arrivant. Il ne lui restait maintenant plus qu’à croiser les doigts.
*



> Demande de modération dès à présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Messages : 1554
Stardust : 5588
Sam 8 Juil - 14:23

Tentative de capture !

Tu lances une pokéball, celle-ci se tortille de gauche à droite...
...
...
Échec ! Le Pokémon ressort de la pokéball.
Que vas-tu faire ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Sam 8 Juil - 14:34
La pokéball avait touché le Pokémon poulpe en pleine tête. Pauvre Sépiatop, ça n’avait pas dû lui faire du bien mais qu’importe, personne ne l’entendit hurler puisqu’il fut immédiatement happé dans la pokéball. Quand elle retomba sur le sol, Auguste s’arrêta de respirer.

« Allez, allez, allez, reste dedans ! »

Il l’espérait sincèrement. Cela lui aurait tellement facilité les choses, d’avoir son Pokémon capturé du premier coup. Croisant mentalement les doigts, le dresseur fixait intensément l’outil de capture. Ce dernier se balançait de droit à gauche, les secondes faisant monter le suspens. S’il n’avait pas eu un peu plus de retenue, l’homme se serait sans doute mis à hurler des encouragements et à prier Arceus pour son succès.

Mais ce ne fut pas le cas. Brisant tous ses espoirs, la Pokéball se rouvrit et libéra le Sépiatop sauvage. Celui-ci paraissait désorienté, comme s’il n’avait pas compris ce qui lui arrivait. Parfait. C’était l’occasion ou jamais de retenter sa chance. Il lui fallait profiter de la confusion du Pokémon pour ne pas le laisser s’échapper.

« RESTE. DEDANS. » cria-t-il à pleins poumons tout en lui lançant une nouvelle Pokéball.

Cette tentative serait la bonne, Auguste en était sûr. A moins que… ?



> Tentative de capture à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Messages : 1554
Stardust : 5588
Sam 8 Juil - 14:37
Tentative de capture !

   
Tu lances une pokéball, celle-ci se tortille de gauche à droite...
   ...
   ...
   ...
   Félicitations ! Sepiatop est capturé.
   

   

   
Tu dépenses 2 pokéballs et 25 stardusts.

   

   
Sepiatop

   
   

   Il ébranle le moral des ennemis en lui cherchant des noises grâce aux clignotements qu'il émet. Il profite de cette diversion pour se cacher.


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Origine : village kishika
Groupe : le meilleur
Messages : 286
Stardust : 663
Ven 21 Juil - 19:53
story time > je prank une boulangère et je rencontre l'amour. tout vire mal à cause d'une pokéball. explications.
see the line where the sky meets the sea?
it calls me
and no one knows, how far it goes ~
"waaah j'avoue t'es grave un héroo ! est-ce que tu voles ? genre comme super..."

"trente secondes, marie. il me le faut. "

nan mais ok, d'accord. cet auguste préfèrait attraper un petit sepiatop trop mignon et ROSE (surtout) plutôt que de continuer à discuter de super-héros avec la pauvre blonde.
comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer l'effet qu'ont les tentacules sur les hommes. comme quoi, pokémon rose avec des tentacules > poitrine.

"humpf."

il faisait froid depuis qu'auguste était parti.
marie déçida donc de s'installer sur le sable chaud pour observer la scène et pour une fois, être la spectatrice de l'action ne la dérangeait pas -surtout si elle pouvait se permettre de mater un bel homme-. le "faux petit ami" de la blonde lança une pokéball une première fois sur le sepiatop. un, deux et pouf , le pokémon se libéra de la boule rouge.
mais c'est que en plus de voler son homme, il s'amusait à troll le monde.

"OH ! il ne devrait pas l'affaiblir un peu ? naaaah. ALLEZ AUGUSTE ! VAZY !" dit marie pour essayer d'encourager l'emo

"RESTE. DEDANS"

wow. il était vener le petit auguste. à croire qu'il le voulait vraiment vraiment vraiment ce petit sepiatop.
un, deux, trois... capturé !
le jeune homme c'était fait un nouvel ami et cela remplissait le coeur de marie.
tellement que la blonde se leva et courru vers lui pour lui faire un tendre calin.

"ouiiii bravoooo pour la capture ! t'as fait ça toute ta vie on dirait waw ! tu vas le nommer comment ce pokémouille ? il est chouuu !! ah au fait t'es du coin ? " dit marie

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Dim 30 Juil - 7:42
La Pokéball tomba une nouvelle fois au sol et commença à remuer. Une fois… Deux fois… Trois fois… Et c’était dans la poche ! Auguste venait de capturer son premier Pokémon à Lumiris et son premier Sépiatop. Autant dire que l’homme était content. Il résista à la tentation de faire sortir son nouveau compagnon pour l’analyser sous toutes les coutures car pour l’instant, il était accompagné de Marie, une jeune fille qui n’avait pas l’air bien méchante mais ne semblait pas non plus avoir la lumière à tous les étages. Le Sépiatop attendrait que son dresseur soit rentré chez lui. Il lui faudrait aussi un nom, comme le suggéra la blonde après être revenue se blottir contre lui. Il n’était pas désagréable de sentir les atouts de la jeune femme pressés contre lui. Eheh.

Ah oui ! Un nom. Il lui fallait réfléchir à cela !


« Hmm… Je crois que Cthulhu lui conviendrait parfaitement. »

Il ne s’attendait pas spécialement à ce qu’elle saisisse la référence. Même sans cela, la consonance du nom était bonne. Puis, pour Auguste qui savait à quoi se rapportait ce nom, il le trouvait parfait pour un tel Pokémon.  Et cela ne paraitrait pas bizarre non plus si le Pokémon venait à évoluer en Sépiatroce. Adjugé et vendu, il s’appellerait donc Cthulhu !

« Une raison pour laquelle tu les appelle des Pokémouilles ? » lui glissa-t-il aussitôt, très curieux.

Avoir pensé un peu au nom de son nouveau compagnon décida de la bataille entre désir et raison qui avait lieu en Auguste en faisant pencher la balance du côté de la raison. Allons, il avait déjà suffisamment profité de la situation. Il avait innocemment gratté sa récompense un peu plus tôt, il serait déplacé de se montrer plus avide. Aussi, après avoir rendu son étreinte à la jeune femme, il la relâcha et lui sourit chaleureusement avant de s’asseoir en tailleur dans le sable chaud tout en l’invitant à faire de même. Ainsi, il ne serait pas tenté de la toucher plus que nécessaire. Il savait se contrôler bien entendu, mais quand elle n’avait pas une seule fois émis une objection, cela devenait plus difficile de s’arrêter.


« Pas vraiment. » lui répondit-il, « Je me suis installé à Nemerya depuis une quinzaine de jours. A la base, je viens de Hoenn. On ne peut pas vraiment dire que je sois du coin. »

Vermilava n’était pas la porte d’à côté, tous s’accorderaient à le dire. Quitter cet endroit pour emménager à la capitale le déstabilisait un peu, lui qui n’avait pas l’habitude d’être entouré par autant de personnes et de béton. Il s’y habituerait à n’en pas douter, disons qu’il avait juste un peu de mal avec sa nouvelle vie citadine.


« Et toi, tu es de quel coin ? »


La couleur de peau de Marie lui offrait un charme exotique et l’homme n’aurait pas été étonné de la savoir originaire d’ailleurs. Les îles d’Alola, par exemple. Enfin, elle pouvait aussi être d’ici. Ce n’était pas parce qu’elle était typée qu’elle était forcément une étrangère.


« Je te trouve vachement jolie en tout cas. On peut rester en contact si ça te dit. »


Eh. Même s’il se contrôlait un peu, Auguste ne perdait pas le nord. A vrai dire, il l’aurait bien invitée à prendre un verre mais depuis ici, qui sait à quelle distance se trouvait le bar le plus proche ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Origine : village kishika
Groupe : le meilleur
Messages : 286
Stardust : 663
Sam 19 Aoû - 3:31
story time > je prank une boulangère et je rencontre l'amour. tout vire mal à cause d'une pokéball. explications.
see the line where the sky meets the sea?
it calls me
and no one knows, how far it goes ~
"ah. "

marie pencha la tête. ce pokémon était bien trop mignon pour être nommé ainsi. mais c'était son pokémon et loin de là lui viendrait l'idée de le juger d'avoir choisi un nom pareil. m'enfin cthulhu quoi...
ça avait le mérite d'être original au moins. c'est déjà ça.
pauvre bête.

la blonde s'installa souriante sur le sable chaud, près du jeune homme.

"oooh oups je l'ai encore dit haah ! c'est comme ça qu'on dit au désert d'herisis. ma mère venait de là-bas."

marie parlait peu de sa mère. à vrai dire, elle ne l'avait jamais vraiment connue puisque celle-ci était morte alors que la blonde était en bas âge. cependant, il y'a quelque souvenirs qui lui reviennent
parfois et les quelques habitudes que son amazone des sables de mère lui avait appris qui sont restées.
comme le mot pokémouille.

la pléiade s'amusa a tracer des cercles de ses doigts sur le fin sable chaud du chenal. comme ça, auguste venait d'hoenn ? interessant. et puis ce que c'est loiin ! marie n'avait jamais été aussi loin de sa vie. à vrai dire, elle n'avait jamais quitté le village kishika avant de dire merde à son père pour tout quitter et tout explorer.
elle découvrait sa propre région.

"je suis du village kishika à deux cents pour cent. mais bon j'assume pas trop haha ! sinon waw nemerya tu dis hein... ah ouais le sud tu connais pas bien du coup... et bien sur que ça me toucherait de garder le contact ! tiens d'ailleurs, ça te dit de venir chez moi ? ❤️

elle n'avait pas d'arrières pensées en disant ça. et oui elle accordait sa confiance un peu trop facilement. mais bon, il avait pas l'air d'un psychopathe l'emo.

"quoique c'est un peu tôt pour ça haha ! bah. ça te dit d'aller au meilleur bar de la région ? elle est tout prêt d'ici et crois moi la nuit c'est juste wow ! peut-être même avant que la nuit ne tombe, on aura tout le temps de euh, se connaitre ?"

elle lui prit la main et la serra doucement.
je vous jure elle n'avait rien en tête la blonde. elle était juste caline et tactile.
puis si ça finissait en un calin tout nu, ça restera un calin donc ça va... non ?

"ah et euh...merci pour le compliment" dit marie les joues rouges, legerement gênée
©Pando


click (t-c) Pink heart

graci et naika les plus belles Pink heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Lun 21 Aoû - 2:35
Sa mère venait donc du désert d’Hérisis. C’est vrai qu’à en juger par la couleur de peau de Marie, il était évident qu’elle devait avoir de l’ascendance issue d’endroits exotiques. Il n’empêche qu’aux yeux de l’homme, vivre dans un désert lui paraissait bien inconfortable. Avec le sable pour seule compagnie, Auguste était très heureux d’avoir vu le jour parmi la civilisation. Loin de lui l’idée de porter un jugement car il se savait ignorant quant au mode de vie de ces peuplades reculées. Marie lui précisa toutefois qu’elle-même était originaire de Kishika, une petite ville de campagne qu’il n’avait pas encore visité. Elle semblait en avoir honte. Etrange. Enfin, il n’allait pas fouiner plus que nécessaire.

Tout en l’écoutant, son regard passa successivement des yeux de la demoiselle à ses doigts jouant sur le sable. Il avait acquiescé en silence quand elle avait souligné qu’il ne devait pas bien connaître le sud. Il ne connaissait pas la région du tout, pour être honnête. Mais chaque chose en son temps ! Après s’être installé dans son nouvel appartement et s’être familiarisé avec la ville, il pouvait désormais explorer le reste de Lumiris. Qui sait, peut-être trouverait-il le sujet de ses prochains travaux ?

Ainsi, l’idée de garder contact lui plaisait. C’était agréable à entendre. Le vague sourire qu’Auguste avait sur les lèvres s’estompa sitôt qu’il voulut atteindre son téléphone. Il n’était pas dans la poche de son pantalon ! Déjà qu’il avait oublié son porte-monnaie… Dans cet incroyable ascenseur émotionnel, la tension retomba lorsque le Pulsar se décida enfin à vérifier les poches de sa veste, où il trouva non seulement son portable mais aussi son argent. Ah. C’est donc là qu’il était. L’homme n’était qu’à deux doigts de se claquer la tête contre un mur : il avait originellement prévu de se rendre à Port-Corail via le ferry mais avait dû changer ses plans à la dernière minute en pensant avoir oublié son portefeuille. Quel idiot ! Il lui fallait cependant voir les choses du bon côté. En effet, il n’aurait ni capturé Cthulhu ni rencontré Marie s’il avait traversé le chenal. Un mal pour un bien.

Son téléphone en main, il le débloqua pour créer un nouveau contact sous le nom de « Marie » et enfin le tendre à la personne éponyme afin qu’elle y inscrive son numéro. Le message était on ne peut plus clair : puisqu’elle aussi souhaitait rester en contact avec lui, c’était la manière la plus simple de procéder. Au passage, il la gratifia d’un clin d’œil enjôleur.


« Ça. Ça me parait pas mal pour commencer à se connaitre » déclara-t-il en désignant son téléphone d’un mouvement de tête, « Quant à ce soir, l’idée me plait ! Il se trouve où ton bar, à Kishika ? »

Maintenant qu’il avait retrouvé son argent, il pouvait accepter ce genre d’invitation sans hésiter. Et il s’évitait la honte d’avoir à avouer qu’il avait oublié quelque chose d’aussi primordial. Puis qui sait, peut-être que grâce à elle, Auguste découvrirait des endroits sympathiques où sortir quand il passerait dans les environs. A commencer par ce bar, que Marie semblait tenir en haute estime.

« Ça nous permettrait de rentrer assez vite quand nous aurons fini la soirée. »


Il accompagna ses paroles par un regard entendu qui en disait long. Eh ! Quoi ? Elle l’avait proposé en premier ! Il n’allait pas se gêner pour accepter, d’autant que rentrer à Nemerya s’annonçait être une longue route à faire en pleine nuit… Pour quelle raison Marie lui avait pris la main, il l’ignorait et s’il devait être tout à faire honnête, il s’en fichait. Elle avait les mains douces, c’était tout ce qui importait en cette fin d’après-midi.

« Il est un peu tôt pour aller faire la fête mais on peut profiter de ces quelques heures pour aller dîner. Si tu as des suggestions, je t’écoute ! »

Toujours assis sur le sable, les deux jeunes gens semblaient être les seuls dans les environs et le bruit des vagues pour seule compagnie renforçait davantage ce sentiment d’isolation. Décidément, l’après-midi ne s’était pas du tout passée comme prévu.

« On y va ? » demanda-t-il, les doigts maintenant glissés entre ceux de Marie, « Même si je t’avoue qu’on est pas mal du tout ici »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Origine : village kishika
Groupe : le meilleur
Messages : 286
Stardust : 663
Mer 23 Aoû - 9:54
story time > je prank une boulangère et je rencontre l'amour. tout vire mal à cause d'une pokéball. explications.
see the line where the sky meets the sea?
it calls me
and no one knows, how far it goes ~
marie accepta le téléphone du jeune homme, souriante. elle avait mis du temps à comprendre pourquoi il le lui donnait et pourquoi il avait écrit son prénom dessus.
mais au final, la blonde avait -finalement-compris et elle inscrit son numéro, à la vitesse de la lumière. elle prit aussi soin de rajouter un emoji coeur rouge sur le "marie" sec qui lui avait été attribué -autant faire les choses bien-.

"il se situe juste avant de pénétrer la ville. pas trop trop loin d'ici. mais si tu veux diner avant, alors il faut que tu passes à la maison ! j'ai des talents de cuisinière assez reputé hehe

certes, marie etait aussi stupide qu'une table, risquait de bruler sa cuisine à chaque repas qu'elle préparait, mixait tous les ingrèdients qu'elle trouvait jolis ensemble pour "ajouter des couleurs à la vie" et... on ne sait par quel miracle, elle arrivait TOUJOURS à faire quelque chose de bon. TOUJOURS.

peut etre que le bon arceus lui avait guaranti de ce don. où peut-être qu'elle maraboutait ses plats avec des techniques ancestrales de son peuple composé des sauvages du désert. ou encore les deux.

mais ce "pouvoir" l'avait toujours servi. après tout, un homme qui mange bien est un bon mari et egalement un homme bon au lit, d'après le proverbe lumirien.

la blonde ria legerement à la vue d'auguste et, sans lui lacher la main, elle mordilla doucement ses douces lèvres rosées avant de plonger son regard lagon dans le sien:

"hummm même si j'adoooree etre ici sur le sable chaud avec toi, je veux bien que tu passes d-d'-abord chez moi ! enfin si tu veux bien ! ❤️"

sans pression, marie posa sa tete contre l'épaule de cet homme fraichement rencontré, attendant avec impatience sa réponse.
©Pando


click (t-c) Pink heart

graci et naika les plus belles Pink heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Mer 23 Aoû - 19:33
Une fois son téléphone récupéré, l’homme vérifia qu’un numéro valide avait été ajouté – connaissant la demoiselle, une erreur était vite arrivée. Lui qui avait l’habitude de nommer ses contacts de manière concise, voir un cœur à côté du prénom de Marie dénotait avec le reste mais Auguste ne le changea pas. Ce n’était pas dérangeant en soi et si ça le devenait, il pouvait toujours changer ce nom plus tard.

A côté de cela, elle lui proposa de quand même passer chez elle pour manger. « S’il voulait diner avant » avait-elle dit. Ce n’était pas qu’il le voulait particulièrement, seulement que ses quelques années de vie lui avaient montré qu’il était bien plus sage de se remplir l’estomac avant de sortir. Il y avait à Vermilava un vieux dicton, « Manger c’est tricher » et dans ce cas, Auguste était un infâme tricheur, mais un tricheur toujours debout à six heures du matin.


« Attention, je vais te prendre au mot. Pour ma part, je me débrouille moi-même plutôt pas mal quand je suis aux fourneaux. »
plaisanta-t-il.

Il ne mentait pas. Sans être un cuisinier hors-pair, le Pulsar se targuait de savoir mitonner de bons petits plats. Son seul défaut était qu’il avait beaucoup de mal à ne pas goûter tout ce qu’il était en train de préparer au point de ne parfois plus avoir faim quand il avait terminé. Et oui, il se trouvait être un incorrigible gourmand. Aussi l’idée de laisser Marie lui remplir l’estomac lui donnait faim. Elle aussi lui donnait faim. Un peu.

Il savait ce que voulait dire ce regard. Cette expression. Ce mordillement de lèvre. Quelquefois prompt à se faire de film, il ne pouvait toutefois pas se tromper quand les signes étaient aussi évidents. Auguste aussi la dévorait du regard avec avidité et malgré toute sa maîtrise de soi, il se savait incapable de résister encore très longtemps à l’appel de ces jolies lèvres. Il en avait eu un avant-goût tout à l’heure, cela lui avait plus. Alors maintenant qu’il se savait autorisé à y goûter de nouveau… Ça ne ferait de mal à personne, après tout.

Alors qu’il cédait à son désir de l’embrasser à nouveau et commençait à se pencher vers elle, Marie décida de venir poser la tête contre son épaule par le plus grand des hasards, ce qui arrêta net le geste du dresseur. Mauvais timing. La brise maritime se mêlait à la fragrance fruitée des cheveux de la demoiselle, un harmonieux mélange apprécie du Pulsar.


« Bien sûr que je le veux. » lui murmura-il au creux de l’oreille, « Même si là, tu ne me donnes pas envie de me lever. »

Il parvint à contrôler son envie de lui glisser des baisers dans le cou. Chaque chose en son temps, il devrait en principe avoir ce qu’il cherchait un peu plus tard, inutile de brusquer les choses. Tout vient à point à qui sait attendre… Même si Auguste aimait créer ses propres opportunités. Quittant la douce étreinte dans laquelle il aurait apprécié se noyer, il se releva, s’épousseta le derrière pour se débarrasser du sable et tendit une main à Marie afin qu’elle aussi puisse se remettre debout.

« Allons-y, je suis curieux de goûter ta cuisine maintenant. Je te suis. »


Il n’avait pas vraiment prévu de se retrouver à dîner chez quelqu’un qui était une parfaite inconnu jusqu’à aujourd’hui mais il aurait été malvenu de refuser. Pour être honnête, il n’en avait pas vraiment envie, préférant de loin le cadre intimiste d’un repas fait maison à un restaurant. Il n’allait décidément pas se faire prier pour accepter une telle proposition.


« Profitons du chemin pour apprendre à nous connaître. Alors hmm… Parle-moi un peu de toi ? »


Fallait-il rappeler qu’Auguste était quelqu’un de très curieux ? Non pas qu’il cherchait à être envahissant, loin de là. Après tout, c’est elle-même qui avait suggéré d’en découvrir davantage l’un sur l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Origine : village kishika
Groupe : le meilleur
Messages : 286
Stardust : 663
Lun 28 Aoû - 5:52
story time > je prank une boulangère et je rencontre l'amour. tout vire mal à cause d'une pokéball. explications.
see the line where the sky meets the sea?
it calls me
and no one knows, how far it goes ~
"oh et bien tant mieux ! tu m'aideras au fourneau ❤️"

marie souriait de façon incotrolable. ce que c'était bon d'être près de cet homme. la pléiade le connaissait à peine et il voulait sans doutes plus goûter aux plaisirs charnels qu'aux plaisirs culinaires mais cela ne la dérangeait pas. au contraire, elle voulait plus de sa peau, de ses lèvres, de ses bras. elle voulait qu'il lui murmurre peut-être un "je t'aime" lorsqu'il aura atteint le septième ciel.

même si, elle le sait très bien, il l'oubliera au petit matin, comme toujours, comme tous les autres. mais bon, elle s'y ferait marie. car pour elle, c'est ça l'amour. cette chose fragile, volatile et sensuelle qui ne dure qu'un jour. ou plutôt, qu'une nuit.

la blonde saisisa doucement la main tendue du jeune homme et tenta de se relever avant d'accidentellement tomber dans les bras du jeune homme. décidement, le destin cherchait à les pousser à être l'un dans les bras de l'autre....

"ouuuups my bad ! ah sinon, moi c'est marie ! rédactrice en chef du magazine le sovkipou. j'ai vingt et un an et mon signe astrologique est la balance même si les gens disent que je suis toujouuurs dans l'excès. ah et j'adore les insectes et je suis du groupe pleiiade ❤️ et toii ? pourquoi t'as quitté hoenn au fait ?" balança la pleiade en initiant la marche

©Pando


click (t-c) Pink heart

graci et naika les plus belles Pink heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : Trainer Card
Origine : Hoenn
Groupe : Pulsar
Messages : 339
Stardust : 1412
Mer 30 Aoû - 5:28
Marie venait littéralement de lui tomber dans les bras. Elle venait de trébucher mais heureusement Auguste avait pu la rattraper. Vu la soirée qui se profilait, il aurait été dommage qu’elle se blesse en tombant. Oui, vraiment dommage… Mais grâce à l’homme qui s’était trouvé au bon endroit, rien de grave n’était arrivé. Elle resta un moment dans ses bras, où elle débita tout un tas d’information à un rythme bien trop intense pour que son interlocuteur enregistre tout.

« Doucement. Je n’arrive même pas à suivre ! »
répondit-il en riant de bon cœur.

Elle lui répéta cela lorsqu’ils se mirent en route. Ils avaient tout leur temps, après tout, puisqu’il leur fallait rejoindre Kishika. Jusque-là, ils avaient tout le loisir de discuter de ce genre de chose. Elle lui parla de son occupation en tant que rédactrice en chef du Sovkipou, nom particulièrement original pour un magazine mais qui prenait un peu plus de sens quand on tenait compte pour les Pokémons insectes. Ceci dit, il n’en jamais lu aucun article, peut-être y songerait-il un jour.

Pour ce qui était d’agir dans l’excès, cela concordait parfaitement avec ce qu’Auguste avait observé jusqu’à présent. Marie n’avait pas l’air d’être le genre de personne à faire dans la modération. Tout chez elle donnait un sentiment de démesure. Ses joies, ses plaintes, … Enfin, si ses étreintes avaient la même intensité, le Pulsar n’allait pas s’en plaindre. Ce serait pour son plus grand plaisir si elle se montrait excessive sur ce plan. Enfin, ne nous hâtons pas ! S’il était pressé de laisser libre court à sa fougue, tout n’était pas gagné !


« Je voulais voyager. » dit-il, « J’ai attendu de finir mes études, puis j’ai quitté Hoenn. Je suis d’abord parti à Johto, tu sais ? Du côté d’Ecorcia. J’ai pas mal filmé la forêt et ses environs. Puisque tu es aussi intéressée par les insectes, le documentaire que j’ai réalisé pourrait t’intéresser. J’ai passé un long moment à étudier les Pokémons de cette région, dont une énorme quantité d’insectes. »

Loin de lui l’idée de se faire de la publicité ainsi, il ne s’abaisserait pas à importuner Marie de cette façon. Elle lui avait cependant affirmé adorer les Pokémons de type insecte et il se trouvait que le dresseur avait justement tourné quelque chose dans ce registre. Autant en faire profiter la jeune femme !

« Puis je suis venu à Lumiris. C’est très récent, comme je te l’ai dit. Pour l’instant j’explore le coin en espérant trouver quelque chose digne d’intérêt. J’aurais pu aller ailleurs, je te l’accorde. Sinnoh, Unys et le reste auraient pu convenir mais j’en sais déjà pas mal sur ces régions juste en regardant la télé et en traînant sur internet. Lumiris m’était complètement inconnues par contre, c’est pour ça que j’ai choisi de m’installer par ici. Je voulais tout découvrir par moi-même ! »


Il n’avait certes toujours pas trouvé le sujet de ses prochains travaux mais était-ce vraiment important ? Non. Il venait de le dire : pour le moment il explorait la région. Il apprenait à la connaître, il déciderait plus tard. Auguste n’était d’ailleurs qu’au tout début de son tour de Lumiris. Il n’en avait encore rien vu mais ne comptait pas s’arrêter là.

La route ne s’était pas avérée si longue que ça. A moins qu’il n’ait simplement pas vu le temps défilé. Il fallait dire que les deux jeunes gens avaient beaucoup discuté en chemin. Tantôt de choses intéressantes, tantôt de sujets triviaux. L’homme cernait désormais un peu mieux Marie maintenant qu’ils discutaient de façon plus posée qu’auparavant. Sa manière d’être était très… chaotique. On ne savait jamais trop à quoi s’attendre avec elle, pour le meilleur et pour le pire. Elle n’était pas méchante, elle avait même l’air d’être une fille adorable mais bénéficier d’un peu plus de matière grise ne lui aurait pas fait de mal. Elle n’avait pas besoin d’être un génie, juste de réfléchir avant de parler et d’agir. Elle possédait un corps à faire pâlir d’envie ces dames, quel dommage de voir tout ce potentiel en partie gâché par sa simplicité d’esprit. En attendant, elle se révélait être une agréable compagnie pour qui cherchait à se détendre. Dans un mauvais jour, Auguste ne pouvait garantir qu’il se montrerait aussi doux et câlin avec elle. Non, elle risquerait probablement de lui taper très vite sur les nerfs.


« C’est ici ? »

Une petite maison en bois. C’est devant celle-ci qu’ils s’étaient arrêté. Un côté très rustique s’en dégageait, très reposant. L’endroit plut immédiatement au Pulsar qui avait presque toujours vécut dans de petites villes, voire carrément à la campagne. Ce genre de lieu lui parlait. L’intérieur se révéla à l’image de ce qu’Auguste attendait. Avec le mobilier tout en bois, il se dégageait d’ici quelque chose de très agréable pour ses sens.


« C’est vraiment charmant chez toi. »


Elle aussi était charmante et exacerbait ses sens. Depuis la chaise où il s’était assis, il suivait Marie des yeux. Cette dernière se déplaçait dans la cuisine, parfois regardant dans le frigo, parfois dans les placards. Sans doute vérifiait-elle qu’il lui restait de quoi cuisiner quelque chose, Auguste ne l’avait pas interrompue pour le lui demander. Quand elle cessa enfin son manège, il se leva et s’approcha dans son dos. Puis, dans un geste d’une douceur infinie, il lui passa les bras autour de la taille et lui déposa un baiser dans le cou.

« La cuisinière a-t-elle trouvé l’inspiration ? Laisse-moi t’aider dans ce cas. » lui glissa-t-il au creux de l’oreille.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» [PROGRAMME]Logiciel capture d'écran rafale
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Un certain bord de mer...
» Marie Fouquet [Terminé]
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération