Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière [Liz]
avatar
Team : *
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 397
Stardust : 1355
Sam 8 Juil - 11:40

「Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière 」

Liz & Anja

Cela faisait combien de temps maintenant ? Un mois peut-être ? Peut-être moins, peut-être plus ? Je ne savais pas, je n'avais plus aucune notion du temps qui passait. Tout ce que je savais, c'est que je n'avais aucune nouvelle de lui. Il fallait s'en doutait. Après tout, cela était pour ma propre sécurité ... J'avais hésité un plusieurs fois à lui envoyer ne serait-ce qu'un simple message. Mais cela ne m'aurait pas soulagé, ni lui. Et pourtant, je voulais lui faire comprendre que je pensais sans cesse à lui. Je ne dormais presque plus depuis le jour où j'étais partie de Fort des Songes. Par contre je mangeais comme quatre, mais je n'arrivais à rien garder dans mon estomac. Oui, je m'en rendais malade ...

Oui, j'étais malade d'amour pour cet homme dont je ne connaissais au final pas grand chose, pas même son nom. J'étais perdue ... Je ne savais plus quoi faire de ma vie. Je pourrais recommencer ma vie comme elle était avant que je le rencontre. Aller simplement de ville en ville, cherchant des petits boulots tout en visitant cette région et découvrant ainsi tous les pokemons la remplissant. Mais je n'en avais plus vraiment l'envie, ni même l'énergie. J'étais fatiguée ... Je voulais retourner en arrière. Retourner au moment où il m'avait dit qu'il allait partir pendant quelques jours afin de le retenir, qu'il ne parte pas. J'aurais dû lui faire une crise, comme le font les filles, et lui dire que j'avais besoin d'attention et ainsi le retenir à la maison. Mais je l'avais laissé filer, comme l'eau qui passe entre mes doigts dans mes mains fermées ...

J'étais malade ... Peut-être trop. Entre la fatigue et les nausées, c'était comme si j'avais une gueule de bois constante. Oui, je vous l'accorde, je buvais un peu plus depuis ce jour là. Mais pas au point de me prendre une cuite tous les soirs. Il fallait que je fasse quelque chose contre cela. Des vitamines, j'en avais pris sans réel succès. Ma fameuse potion verte à base d'aloès arborescentes ? Elle ne faisait rien. Il me fallait l'avis d'un professionnel cette fois-ci. C'est donc à contre coeur que j'étais allée voir un docteur dans la ville où je me trouvais. J'avais attendu pendant deux heures dans la salle d'attente avant de voir quelqu'un. Bordel, même dans un centre pokemon on arrive à n'avoir qu'une heure d'attente maxi ! Puis la consultation ...

...

Quelques heures plus tard, je sortais enfin de là, la visage blême, les yeux rougis par les pleures, une feuille avec des résultats à la main. Je ne voulais pas y croire ... Le monde s'écroulait sous mes pieds. Je ne savais que faire. J'étais encore plus perdue ...
Je marchais sans vraiment faire attention à là où j'allais. Je marchais simplement pour marcher. Il fallait que je me vide la tête. Un petit verre me ferait le plus grand bien ! Voir des gens aussi ! Et voir quelqu'un qui me ferait rire. Mais avais-je réellement une personne comme ça dans mon entourage ? Bien sûr, je pouvais compter sur Liz. Mais depuis ce jour là, je ne lui avais pas donné signe de vie. Je ne voulais pas l'embêter avec mes histoires. Elle devait avoir d'autre chat à fouetter. Et puis, je ne savais pas pourquoi, j'avais peur de tomber sur le beau ténébreux, encore plus maintenant.
Et pourtant, mon inconscient, et surtout mes jambes m'ont fait arrivé en bas de sa tour. C'est vrai, j'étais à Artiesta. Je regardai l'interphone. Trevor. J'hésitais un long moment à appuyer sur le bouton de son nom. J'hésitais un peu trop longtemps si bien que le gardien de la tour était venu à ma rencontre.

    -Mademoiselle, vous cherchez quelqu'un ?
    - ... Simplement du courage pour sonner chez une amie ...
    -Ho, mais vous êtes une des amis de Mademoiselle Trevor. Elle n'est pas encore sortie aujourd'hui, je vous laisse prendre l'ascenseur si vous le souhaitez.
    - Je ... Heu ... Merci ...

Ce gardien, je l'avais seulement croisé une fois lors du lendemain de soirée où on avait bu comme des trous et qu'on avait tous terminé dans sa piscine. Il devait avoir une très bonne mémoire pour se rappeler de moi, surtout que je devais pas être belle à voir ce matin là ... Aussi belle qu'aujourd'hui je supposais.
Je ne pouvais plus faire machine arrière, j'avais accepté. C'est machinalement que je montais donc dans l'ascenseur, direction le dernier étage. Puis nouveau blocage une fois devant sa porte. Nouvelle hésitation devant la sonnette. Est-ce que j'allais vraiment la déranger avec ça ? Non, je n'avais pas le droit, surtout après avoir fait sourde oreille pendant un long moment. Je baissai le bras, j'étais même sur le point de tourner le dos à cette porte qu'elle s'ouvrit. Bordel ! On voulait tellement que j'aille la voir ?! Je m'attendais à voir la brunette, mais il n'en fut rien. Devant moi se tenait une dame d'un certain âge, qui semblait aussi surprise que moi.

    - Bonjour. Vous souhaitez voir mademoiselle ?
    - Heu ... Oui si possible.
    -C'est étrange, je n'ai pas entendu l'interphone.
    -[color=#666699] C'est juste que le gardien m'a laissé entrer ... Est-ce qu'il est possible de voir Liz ?

- Tout dépend de qui vous êtes ...
- Anja.[/list]
A peine eus-je dis mon nom que la dame referma la porte. Elle était méfiante. Cela était compréhensible. Après tout, il y avait tout de même des risques que des groupies ou bien des journalistes arrivent jusqu'ici et corrompent le gardien pour arriver à voir la rockstar qu'était Blaze, de son nom de scène.
...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Kalos
Groupe : Pulsar
Messages : 222
Stardust : 1049
Sam 8 Juil - 16:17
Aaah quelle heure il était ? Qu’est ce qu’il s’est passé ? Je ne me souviens même pas de ma nuit dernière. Jane m’avait réveillée ce matin en faisant un brin de ménage. J’avais dû rentrer tard, des cadavres de bouteilles traînaient dans un coin, mes vêtements ensanglantés, mon visage encore endolori. Ah oui, c’est vrai. Je me suis battue. Depuis que mon frère m’avait drogué, j’avais quelques soucis de mémoire. Et des tendances à la violence accrues. Il me semble même qu’un groupe de femme, des junkies trainaient dans un coin d’Artiesta et j’avais envie d’avoir ce qu’elles étaient entrain de fumer. La drogue redevenait un sérieux problème dans ma vie. Et je ne remerciais pas Jake de m’avoir fait replonger là-dedans. Il y a longtemps, j’étais accro. Aujourd’hui, je m’en sortais bien sans. Mais avec les conneries d’un homme, je n’allais pas résister bien longtemps. Je me levais, le bras encore plein de sang séché. Une plaie était encore ouverte. J’avançais jusqu’à ma salle de bain afin de me soigner. Je le bandais, me nettoyais le visage, et regardais les nombreuses lacérations au niveau de mes joues. Elles ne m’avaient pas loupé. Klaus était posé dans un coin, à attendre, les bras croisés. Il regardait dehors. J’approchais vers lui, afin de le réconforter. Il me regardait de haut, comme si c’était de ma faute. Grace venait se frotter à moi, heureuse de voir que j’étais éveillée. Elle avait ramené les deux autres chipies, Crema et Kyuu. Puis elles partaient les trois pour jouer. Je traînais des pieds, fatiguée de la soirée d’hier. Le peu dont j’arrive à me rappeler n’était pas joyeux.

J’avançais jusqu’à la terrasse. La piscine était propre, l’eau était claire. Le ciel aussi. Cependant, je n’avais rien à faire aujourd’hui. Peut-être composer un peu ? Pourquoi pas. J’avançais jusqu’à la pièce où se trouvait mon instrument ainsi que des tablatures et je commençais à gratter. Quelque chose de sombre. Triste. Certainement de circonstances en réalité. Je me laissais transporter par ma mélodie, pensant à tout ce que j’avais accompli depuis que j’étais ici. Abandonner une partie de ma carrière n’était pas spécifiquement la bonne solution. Mon visage me tiraillait. La douleur était forte, et le manque de drogue semblait l’être aussi. J’enregistrais ce que je composais, tentant de ne penser à rien d’autre qu’à la musique. Il ne fallait pas que je pense à autre chose… Des flashs des champs me revenaient. Dialga. Les cauchemars. La bagarre. Tout. C’était brutal, violent, soudain. Je ne pouvais pas résister à l’appel. J’attrapais mon téléphone et composais le numéro de mon frère.



- Apporte moi une dose. J’espère que tu es content, t’as réussi.

Je raccrochais et attendais simplement qu’il vienne sonner jusqu’à ma porte. J’entendais Jane parler à l’autre bout. Ne me dites pas qu’il est déjà là… J’approchais, avant de voir qu’elle refermait la porte. Je lui demandais qui avait tenté de me voir et quand elle me sortit le nom d’Anja, mes yeux s’écarquillaient. Je me ruais sur la porte, bousculant la dame au passage. Je me tournais vers elle, m’excusant au passage et lui disait qu’elle pouvait y aller. Elle retournait vers la penderie afin de prendre ses affaires. De mon côté, j’ouvrais la porte avant de voir que la blondinette était là, face à moi, l’air déprimé. Nous devions être belles à voir. L’une était meurtrie physiquement, et la demoiselle semblait meurtrie psychologiquement.

- Anja ! Rentre, ne restes pas ici. Installe-toi-même. Jane ne connais pas le nom des personnes à laisser entrer en journée. Excuse-la. Ça va ? T’as vraiment pas l’air dans ton assiette.
La question n’était qu’une formalité. Bien sûr qu’elle n’allait pas bien.



T-Card | Diary
Merci Ariane pour le vava 'Rock'n'roll' ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : *
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 397
Stardust : 1355
Sam 8 Juil - 23:33

「Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière 」

Liz & Anja

Le gardien m'avait pourtant dit que Liz se trouvait bien encore chez elle ? Oui c'était bien ça. Mais vu le regard que m'avait lançait la dame, je doutais qu'elle voulait me laisser la voir. Au final, peut-être qu'il ne fallait pas. peut-être fallait-il que je me débrouille seule dans cette épreuve. Oui voilà, il s'agissait d'une épreuve pour moi, rien de plus. Une sacrée épreuve vous me diriez, mais il fallait la surmonter quoi qu'il arrive. La vie voulait me tester de nouveau, très bien ... Je ne perdrai pas, je ne morfondrai pas. Il fallait garder la tête haute quoi qu'il advienne.
J'allais donc partir. J'en soupirais même. Moi qui avait mis tout mon courage pour appuyer sur cette sonnette, que je n'avais pas fait, j'avais même eu le droit à un coup de pouce de la part du gardien, un chic type, pour sûr. Mais je crois que je ne pouvais pas vaincre cette dame qui devait certainement aider Liz dans l'entretient de cet appartement si immense. Je fis un pas en arrière, et la porte se ré-ouvrit. Ha bin non, il ne fallait pas que je parte tout de suite. Cette fois-ci, c'était belle et bien la brunette qui avait ouvris. Bordel, elle avait une salle tête, aussi belle que la mienne je dirais. Elle s'excusait pour le comportement de Jane ? Certainement le nom de la dame qui m'avait ouvris en premier.

    - T'en fait pas ... Je comprends, après tout, il ne faudrait pas que je sois une de fan hard cor.

J'entrais de nouveau dans cet endroit toujours aussi blanc et surtout toujours aussi grand. Cela m'intimida comme la première fois où j'avais foulé le sol de cet endroit. Je croisai le regard de la fameuse Jane. Bordel, j'avais l'impression qu'elle me jugeait du regard. Il faut dire que je n'avais rien pour moi aujourd'hui, entre mes pantalons troué, ma fameuse chemise de bûcheron et surtout mon sac de voyage, car oui, je ne partais plus sans maintenant, je n'avais pas fière allure. Sans compter les belles cernes que je devais avoir ainsi que les joues un peu creuse ... En fait j'avais vraiment l'air d'une SDF ! Remarquez, ce n'était pas tout à fait faux, après tout, je n'avais plus de domicile fixe depuis ce jour là. Je déposais mon gros sac dans l'entrée, ne voulant pas qu'il gêne autre part et je suivis la brunette timidement.

    -J'ai l'air autant dans mon assiette que toi. Tu as dû avoir une bonne soirée hier soir.

Je lui souriais nerveusement. Je l'enviais d'un coup. Ne pas avoir de soucis, ne pas avoir à se pauser de question sur ce qu'il fallait faire ou non. Bien que remarquez, je n'avais pas vraiment beaucoup d'option en ce qui concernait mon problème. D'ailleurs en parlant de ça, je remarquais enfin que j'avais toujours l'enveloppe dans laquelle j'avais mes résultats médicaux. Je la serrais par un réflexe maintenant je savais que je l'avais toujours en main. Est-ce que je devais directement le lui dire ? Ou bien devais-je attendre encore un peu ? Je ne savais pas vraiment quoi faire. Et puis je ne voulais pas la déranger, surtout pas avec la gueule de bois qu'elle avait. Je m'asseyais sur l'un de ses grands canapés.

    - Je ... Je suis désolée de ne pas avoir donné de signe de vie et de ré-apparaître d'un coup sans prévenir ... Mais je t'avoue que là, je ne sais plus quoi faire. J'ai fait la fière en lui disant que j'acceptai la situation et que j'allais gérer ... Mais je ne gère rien du tout ! Je serrais en peu plus l'enveloppe. J'aurais dû ... Je ne sais même pas ce que j'aurais dû réellement faire ...

Voilà, je vidais mon sac. Cela faisait depuis si longtemps que je n'avais pas parlé à quelqu'un à coeur ouvert que cela me faisait mal. Je sentais les larmes me monter et là, impossible de ne pas les retenir. Je crois que j'avais gardé ça trop longtemps pour moi. Voilà ce que c'était de vouloir jouer les durs.
...
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Kalos
Groupe : Pulsar
Messages : 222
Stardust : 1049
Dim 9 Juil - 20:54
La jeune femme était compréhensive et Jane était un peu trop sur ses gardes. Elle s’inquiétait des groupies qui seraient capables de venir jusqu’à ma porte. Mais le gardien ne les laissait jamais monter. Il fallait une clé spéciale pour atteindre cet étage, et seul le gardien – ou moi – pouvait activer l’accès. Il y avait bien quelques personnes qui habitaient à cet étage mais généralement, c’étaient de riches personnes qui venaient en vacances, dans leurs appartements. Il n’y avait quasiment que moi qui vivait constamment à l’étage. Ainsi, la jeune blonde entrait et m’expliquait qu’elle était dans un état similaire au mien. Il est vrai qu’on ressemblait à deux morts-vivants. Deux cadavres ambulants, en quête de nourriture. Ou de drogue, dans mon cas. Je frottais les balafres sur mon visage, quelques gouttes de sang perlaient encore.

- Une bonne soirée, je ne sais pas. Mais on m’a bien amoché en tout cas. Si je les trouve, je les extermine.

Ça venait du cœur. Ces femmes s’étaient mises à plusieurs sur ma tronche. Et Klaus n’était pas avec moi. Je ne me rappelais de rien d’autre. C’était un trou noir, comme si une partie de ma vie s’était effacée. Horrible soirée. Entre la gueule de bois, et la gueule en sang, je ne savais pas ce qui était mieux. Le sourire d’Anja semblait forcé, pas réellement calme. Elle était nerveuse. Quelque chose n’allait pas. Hormis le fait qu’elle ne soit plus avec Tim bien sûr. Je le voyais bien. Dans sa main, une enveloppe. Elle la serrait de temps à autre, et s’installait sur mon canapé. Je venais à côté d’elle avant d’écouter ce qu’elle avait à dire. La situation la dépassait. La jeunette s’excusait même d’avoir évité mon contact pendant quelques temps avant de revenir soudainement, sans crier gare. Cela n’allait pas du tout. Je voyais bien qu’elle serrait cette enveloppe, plus fortement. Et que les larmes lui montaient aux yeux. Je n’avais donc rien d’autre à faire que l’enserrer de mes petits bras avant de la presser contre moi. Mes mains frottaient son dos délicatement, jusqu’à ce qu’une remonte à ses cheveux et fasse en sorte de coller sa tête sur mon épaule.

- Lâche-toi si ça peut te faire du bien. Ne garde rien pour toi, ce sera plus difficile à surmonter.

Et délicatement, je prenais cette fameuse enveloppe de ses mains avant de la déposer sur la table. Il n’y avait pas d’inscription dessus, mais elle était assez grande pour avoir l’air de venir d’un médecin. Des tests médicaux peut-être ? Ou alors, quelque chose en lien avec son travail ? Qui sait. En attendant, je le faisais reculer de quelques centimètres avant de me lever et de lui faire signe d’attendre un moment. J’allais jusqu’à la grande cuisine et ramenait la boisson la plus costaud que j’avais en stock. Je prenais deux verres à shots ainsi que deux verres normaux. Au cas où elle préférait prendre son temps sur la descente. Je retournais à ses côtés avant de lui en servir un et de lui tendre. C’était rhum. La dernière fois que j’avais bu du whisky, elle ne semblait pas fan. Peut-être que le rhum passait mieux ? Ainsi, je m’arrachais un peu la tronche avant de poser mon regard sur ce qui semblait la troubler.

- Y a quoi dans cette enveloppe ? T’arrêtais pas de la serrer nerveusement. C’est grave ?

J’attendais sa réponse patiemment. Elle ne voulait peut-être pas me répondre. Mais à en juger par son regard, cela n’était pas quelque chose qu’elle avait apprécié. J’attrapais mon paquet de clope avant de trembler. Il n’y avait pas de drogue dedans, cela n’allait pas m’aider à me calmer. Je jetais un regard à mon téléphone, le voyant ne clignotait pas. Jake n’était pas encore arrivé. Mes jambes se mirent à gigoter nerveusement, et mes lèvres se pinçaient. Je n’attendais que son appel…



T-Card | Diary
Merci Ariane pour le vava 'Rock'n'roll' ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : *
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 397
Stardust : 1355
Lun 10 Juil - 11:40

「Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière 」

Liz & Anja

Je restais un moment perplexe face à cet élan de douceur. Cela faisait bien longtemps que personne ne m'avait pris dans ses bras ainsi. Je restais figée pendant un moment, mais après quelques instant, les vannes étaient ouvertes. Je me laissais aller à pleurer tout mon saoule sur son épaule, allant même serrer mes mains sur le tissu de son dos. Cela faisait du bien et mal en même temps. J'avais tellement gardé pour moi, que mes sanglots m'empêchaient de bien respirer. J'étais comme une gamine qui pleurait parce que les père Noël ne lui avait pas apporté le bon cadeau sous le sapin. Là, j'aurais préféré qu'il ne m'apporte rien. Cela aurait été plus simple. Puis petit à petit, je me calmai doucement. Son odeur m'apaisait, elle me faisait rappeler celle de Tim, certainement par le fait qu'ils fumaient tous les deux. Oui, cette odeur de nicotine me manquait, comme tout le reste : que ce soit nos bains, ses cours de cuisines ou tout simplement nos moments posés sur le canapé, à lézarder après une longue journée, à écouter tout simplement de la musique ... J'aurais du chérir ces instants.

Puis, au bout d'un moment, elle me lâchait, sentant certainement que cela allait déjà un peu mieux ... Ou bien son épaule mouillée par mes larmes, au choix. Elle se levait, me laissant un instant seule sur le canapé. Je n'avais plus l'enveloppe en main. Je n'avais même pas fait attention qu'elle me l'avait prise des mains pour la pauser sur la table basse. J'hésitais encore à lui dire ce qu'il y avait à l'intérieur. Si elle l'apprenait, peut-être qu'elle en informerait le ténébreux ? Non, il fallait que ce soit moi qui lui dise. Cela ne serait pas évident et il deviendrait certainement fou après cette nouvelle. Mais je ne me voyais pas lui cacher ça, de plus, il fallait que je lui dise de vive voix et non par message ...
M'enfin, pour le moment je n'y étais pas. Pour le moment c'était d'abord au tour de la brunette.

    - Dis-moi, elles t'ont pas raté les saletés, tu veux que je t'aide ensuite à soigner ton visage ?

Lorsqu'elle m'avait ouvert, j'avais tout de suite remarqué ses blessures sur son visage, de belles griffures sur ses joues. Heureusement pour elle, elles n'étaient pas très profondes et elles ne laisseraient pas de cicatrices. Mais tout de même, cela faisait impressionnant. Surtout que l'une d'elle s'était remise à saigner, laissant une petite traînée sur son visage. Et bien, on peut dire que sa soirée avait été mouvementé.
Je la vis revenir de la cuisine, verres en mains et surtout de quoi boire ... Aïe ... Là, je n'avais plus le choix. Si je refusais de boire, elle allait certainement me demander la raison car elle me connaissait bien. Moi refuser un verre, c'était typiquement impossible. C'était comme si je refusais un bon café. D'ailleurs, lui non plus je ne pouvais plus ... Son odeur m'insupportait au plus haut point. Elle me tendait un verre de rhum. Que faire ? Lui dire cash que je n'en voulais pas en lui mentant qu'il était bien trop tôt pour moi de boire ? Non, ce serait vraiment une excuse de merde. Je finis tout de même par prendre le verre. L'odeur ne me faisait pas du bien ... Bordel ... Puis elle me posait la question sur l'enveloppe. Parfait, je pouvais poser mon verre sans le boire.

    - Grave ... On peut dire ça ... Je poussais légèrement le verre d'alcool plus loin et j'attrapais en même temps l'enveloppe, quelque peut chiffonnée. Promet moi juste une chose avant tout : Ne dit rien à Tim si tu le vois ... Je préférerais qu'il l'apprenne par moi que par quelqu'un d'autre ... Je respirais un grand coup, je sentais de nouveau les larmes revenir. Je ... Je suis enceinte et d'après le médecin j'en suis à ma treizième semaine.

J'essayais de former un sourire sur mon vidage, un sourire qui pourrait dire, t'en fait pas, je gère. Mais ma voix tremblante ainsi que les nouvelles larmes prouvaient le contraire. J'étais complètement perdue, ne sachant pas ce que je devais faire. Même si je n'avais plus le choix à une semaine près. D'ailleurs en parlant de temps, pour moi cela ne semblait pas vraiment coller, mais d'après le médecin, il commençait à compter à partir de la fin des dernières règles et effectivement, là ça collait. Les dernières s'étaient arrêtées le même jour où j'avais passé ma première nuit avec le ténébreux ... Mais la question qui me revenait sans cesse, c'était comment cela m'était passé sous le nez ?
J'ouvris l'enveloppe, d'une main tremblante, et en sortie un petit tas de feuilles. Dessus, il y avait le résultat d'une prise de sang avec mon taux d'hormones ainsi que celui de l’auscultation du médecin. Sans oublier ce qui m'avait le plus chamboulé : une échographie. Je tendais tout cela à Liz, ou du moins, je le glissais sur la table basse vers elle. Et c'est là que je remarquais : elle ne semblait pas vraiment non plus dans assiette, hormis le fait qu'elle avait des blessures sur le visage et une gueule de bois. Elle tremblait et elle ne cessait de regarder son téléphone. Merde ! Je n'étais pas arrivée au bon moment.

    - M'enfin ... Je ne veux pas te déranger avec tout ça ... Tu sembles attendre le coup de fils de quelqu'un et ça à l'air important on dirait.

Non, je voulais pas être une gêne pour qui que ce soit. Et là, j'avais l'impression d'en être une. Après tout, on a tous nos soucis et j'avais pensé égoïstement en pensant que j'étais la seule à en avoir. Liz avait une vie elle aussi, et tout ce qui allait avec. Et voilà que je venais rajouter tout ça, même si dans un sens elle ne pouvait rien faire pour moi. Personne ne pouvait y faire quelque chose. C'était à moi de gérer la situation. Il fallait simplement faire plus attention quand il le fallait.
...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Kalos
Groupe : Pulsar
Messages : 222
Stardust : 1049
Lun 10 Juil - 23:50
Dit moi qu'il est possible...


Anja Schneider
Je la sentais faiblarde, inquiète, dépitée. Les mots me manquaient pour décrire son état actuellement. Et le mien n’était pas forcément meilleur. Mais à deux, on surmonterait les épreuves, peu importe ce que c’était. J’avais donc déposé deux verres sur la table en verre, devant nous. La jeune femme ne semblait pas prendre le sien. Le rhum n’était pas à son goût ? Étrange, il me semblait pourtant qu’elle aimait ça. Quelque chose n’allait vraiment pas. Était-ce en lien avec le contenu de l’enveloppe ? Il se pourrait que… ? Non. Ce n’était clairement pas possible. Enfin, j’attendais patiemment. Et elle avait fait une remarque sur les balafres de mon visage. Certes, les jeunes femmes ne m’avaient pas loupé, mais ça me faisait les pieds à vouloir ce que les autres possèdent, et moi pas.

- Ça devrait aller, mais si jamais tu te sens d’examiner les plaies, n’hésites pas. Ça brûle encore. Et ça fait mal.

Et puis la jeune blonde hésitait entre prendre le verre et le laisser. Je sentais bien qu’un truc n’allait clairement pas. Je n’étais pas dupe. Je jetais un regard à mon téléphone. Toujours éteint. Il n’y avait toujours pas de signe de mon fichu frangin. Qu’est-ce qu’il attendait celui là… Alors je descendais mon verre cul-sec avant de taper le fond sur la table. Ca faisait un bien fou. Je sentais ma tension redescendre un peu. Et puis, l’enveloppe me faisait de l’œil. J’étais carrément curieuse. Comprendre ce qu’Anja avait était le plus important pour le moment. Outre le fait de sa séparation avec le brun, quelque chose lui tiraillait l’esprit. Ma question l’avait poussé à poser définitivement son verre. J’allumais une cigarette avant de tirer un peu de tabac. Je sentais la toxine pénétrer mes veines. Le cancer se prolongeait jusque dans mes poumons. Quel délice. Je la regardais dans le blanc des yeux, encore rougis par les larmes et la tristesse. C’était grave. Elle venait de le dire. Ou plus ou moins en tout cas. Je lui promettais de ne pas le dire à Tim, comme elle me l’avait demandé. Il ne fallait surtout pas que je lui annonce. Mais annoncer quoi au juste ? Je la vis prendre une grande inspiration, comme si elle allait me déclarer l’annonce du siècle. Ses yeux se remplirent de larmes et la nouvelle tombait. Coup de tampon dans la face. Irréversible. Incroyable. Ma clope en tombait même de ma bouche, brûlant une partie de mon pantalon au passage. Anja était enceinte. Trois mois, et une semaine de grossesse. Il y avait l’enfant de Tim en elle. Merde alors. Et il n’était pas au courant ? Oh… Je ne parlais pas, encore sous le choc de la nouvelle. Et elle m’avait dit qu’elle ne voulait pas me déranger avec ça, soit disant parce que mon téléphone m’occupait ?

- Nan… Qu’est ce que tu vas faire ? Je veux dire… T’as un endroit où aller ? Où l’élever ? Et Tim, tu comptes lui annoncer ça quand ? Il faut le mettre au courant, et je peux être là si tu as peur de sa réaction. Mais il ne faut pas que tu baisses les bras. Cet enfant, c’est tout ce qu’il te reste de lui pour le moment. Prends-en soin.

Et puis mon téléphone se mit à vibrer par deux fois. Je l’attrapais en faisant signe à la jeune femme de patienter un instant. Je pensais que c’était mon frère. Mais non. Quand on parle du loup, on en voit le bout de la queue. Tim Grayson. Le fossoyeur. En personne. Il venait de m’envoyer un MMS montrant un type amoché, certainement mort. L’image était dégueulasse. Le type était méconnaissable. Le brun l’avait forcément battu à mort, pour se venger. Et une seule phrase ponctuait l’image : J’ai une piste. Mais vous êtes terribles. Je ne pouvais pas aider tout le monde en même temps. Chaque chose en son temps. Je devais déjà mettre Anja en sécurité, son enfant était entrain de grandir et elle n’avait certainement nulle part où aller. Puis, je devais aider Tim à mettre ces pourritures hors d’état de nuire. Mais pas aujourd’hui, pas maintenant. Je n’allais pas laisser la jeune femme toute seule, dans un état pareil, après une annonce pareille.

- Ecoute, je vais te proposer quelque chose. Reste ici, autant de temps que tu le voudras. Tu sais que mon appartement suffit à deux familles nombreuses. Alors tu vas rester auprès de moi, et je vais t’aider à traverser ça. Attends moi deux secondes, je reviens.


Je me relevais, clope au bec, approchant de la cuisine. J’envoyais un message au ténébreux : ‘Bien reçu, ne fait pas de grabuge en solitaire. Je veux les infos, et je t’aiderai.’. C’est tout ce que j’avais à dire. En attendant, mon frère m’avait zappé, il me faisait souffrir. Quelle enflure. Il fallait que j’explique à Anja. Elle pourrait m’aider à surmonter cette épreuve aussi.

- Si j’attends un coup de fil, c’est parce que je suis retombée dans la drogue à cause de mon frère. Il crée des substances hallucinogènes, et je suis redevenue accroc… J’ai besoin d’aide tout comme tu en as besoin Anja.
© Lyna



T-Card | Diary
Merci Ariane pour le vava 'Rock'n'roll' ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : *
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 397
Stardust : 1355
Mar 11 Juil - 0:54

「Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière 」

Liz & Anja

Sa réaction ne se fit pas attendre, elle en oubliait même sa clope au bec qu'elle laissait tomber sur elle. Et bien, je ne m'attendais à une telle réaction. Faut dire que je pense que j'aurais pu réagir de la même façon si au bout d'un mois d'absence une amie réapparaîtrait en me disant qu'elle était de son ex chéri qui était trempé dans de sales histoires ... Bordel, cela avait l'air d'un scénario de films. C'était à peine croyable. Et pourtant, il s'agissait bien là de la réalité.
Je n'osais la regarder. Toutes ces question qu'elle me posait, je me les posais également. Ce que j'allais faire ? Je n'en savais rien. Juste que je n'avais pas vraiment le choix sur pour le futur. J'allais juste devoir faire en sorte d'avoir assez de sous de côté pour pouvoir subvenir aux besoins de l'enfants quand il arrivera et que je ne serais pas la capacité de travailler. Donc, si je suivais la logique, le mieux serait de trouver un travail au plus vite pour que je puisse économiser. Mais aussi pour que je puisse me trouver un logement assez rapidement. Et Tim ... Par contre, là je n'avais aucune réponse. Je ne savais vraiment pas quoi faire. Oui, il fallait que je lui dise, ça c'était une certitude. Mais je ne savais pas comment prendre contacte avec lui. Bien sûre, je pourrais lui envoyer un message pour lui dire que j'avais besoin de le voir et que c'était urgent. Mais en même temps, cela voudrait dire qu'il allait s'exposer donc se mettre en danger ...

    - Je ne sais pas encore comment je vais le lui dire ... Mais je le ferais avant qu'il ne me découvre avec un gros ventre. Et ne t'en fait pas, je lui dirais seule. Tu n'as pas assumer ça pour moi.

Et surtout, je voulais pas la mêlée à ce genre d'histoire. Même si cela était un peu tard maintenant. Bon, après, si elle voulait m'aider à trouver une solution pour que je contacte le ténébreux de façon à ce que j'arrive à le voir sans lui mettre la pression. J'étais preneuse. Car pour le moment, le seul message que j'avais en tête c'était un truc du genre "Rejoins moi à tel endroit, c'est urgent, faut que je te parle." Autant dire que ça mettrait la pression à n'importe qui.
En tout cas, les paroles de mon amie m'encourageait. Elle ne voulait pas que je baisse les bras et elle voulait même me voir m'occuper de cet enfant. J'eus un nouveau sourire nerveux. Est-ce que cela pouvait être possible de faire ça ? J'avoue que je n'étais dans un super état pour penser positivement. En fait, pour le moment je ne pensais qu'à une chose : m'enfiler ce shooter de rhum. Même si je n'appréciais pas son odeur, il me faisait tout de même de l'oeil. Certes, j'avais bu depuis le début de ma grossesse, je m'étais même pris plusieurs cuites. Mais maintenant que j'étais au courant, cela changeait la donne. Je détournais mon regard de ce verre au même instant où Liz m'annonçait qu'elle voulait bien me loger. What ?! Mais en fait pas tant que ça. je ne savais pas pourquoi mais je m'y attendais.

    - Je suppose que je n'ai pas mon mot à dire. D'accord mes à deux conditions : la première c'est ferait au plus vite pour me trouver un appart. La deuxième : c'est si tu as des vêtements larges ou trop grand, je suis preneuse ... Je crois que je vais arrêter de forcer sur les boutons des mes pantalons pour qu'ils ferment à partir d'aujourd'hui ...

Cette fois-ci, ce fut un vrai sourire moqueur qui se dessinait sur mon visage. Un premier vrai sourire depuis des jours. A croire que cela me faisait bien plus de bien que prévu d'être venue ici. Et puis, maintenant j'étais sûre d'une chose, j'avais belle et bien pris du ventre et de la poitrine. Certes minime pour que personne ne puisse le voire, mais moi je me sentais serrées dans mes vêtements. Oui, je vous ai dis que je n'avais pas remarqué aucun symptôme de cette gestation, mais pour tout vous dire, j'avais pu constater mon petit ventre et la légère augmentation de ma poitrine, mais j'avais mis ça sur le compte de mes règles qui devaient arriver prochainement car c'était exactement les mêmes signes qu'avait mon corps. Sauf que là, au lieu de durer simplement quelques jours, cela durerait quelques mois et je n'étais qu'au début ...
Je la laissais aller dans la cuisine. Elle avait enfin reçu le message ou les messages qu'elle désirait. Je voulais jouer ma curieuse et savoir de qui elle attendait des nouvelles. Mais il était préférable que je me taise. N'allons pas rajouter de l'huile sur le feu. En attendant, je rangeais tout simplement mes papiers dans leur enveloppe. Pour le moment, je ne voulais pas voir cette échographie. Etre au courant me suffisait, pas besoin de l'avoir sous le nez. J'allais l'avoir assez tôt sous le nez ...

Elle revenait. Elle avait fait vite. Puis, ce fut à tour de se confesser .... Bordel ! Si je m'attendais à cette foutue nouvelle ! A côté d'elle, je venais de lui apporter une super nouvelle. Alors qu'elle ... Elle avait replongé. Et en plus par pas n'importe qui : son frère. Heu wait ! Je croyais qu'elle était à sa recherche. Cela voulait dire qu'elle l'avait retrouvé. Et pour quel récompense ? Pour qu'il la fasse replonger. Sérieusement ?! C'était cher payé ! Elle voulait que je l'aide. Très bien, je l'aiderais mais comment ? En lui faisant perdre de nouveau contacte avec son frère pour je ne sais combien de temps ? Et pourquoi pas. Après tout, si cela pouvait l'empêcher de se faire du mal, je ne serais pas contre d'agir ainsi, quitte à me la mettre à dos.

    - T'es sérieuse là ... En gros, tu t'es tué à retrouver ton frangin et lui la seule chose qu'il a trouvé de mieux pour vos retrouvailles a été de te filer de la drogue ... Sympa le frangin ... Mais oui, je t'aiderais en échange de ton aide. Si tu veux je prendrais la chambre d'amis et je cacherais ou je jetterais ton truc dans les chiottes s'il le faut.

...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Kalos
Groupe : Pulsar
Messages : 222
Stardust : 1049
Mer 12 Juil - 22:17
Dit moi qu'il est possible...


Anja Schneider
Je n’avais pas à assumer ça ? Et je devais la laisser faire seule alors ? Comment savoir ce que le ténébreux allait penser ensuite. Ce n’était pas une nouvelle à prendre à la légère. Surtout qu’Anja ne semblait pas vouloir avorter. C’était un choix délicat. Et elle avait peut-être déjà pris sa décision. Tout ce que j’espérais, c’est qu’elle allait y réfléchir. Garder l’enfant ne posait pas de problème puisque je n’allais certainement pas laisser la jeune femme partir d’ici. Ce n’était pas une séquestration mais presque. Hors de question qu’elle élève le bébé dans un logement social. Il sera bien mieux dans une baraque trop grande pour moi. Il faut lui faire goûter le luxe à ce p’tit ! Ou petite… Tiens, je ne lui ai pas demandé si elle connaissait déjà le sexe de l’enfant. Je n’y connaissais rien en science, alors les semaines, les mois… C’était tout du charabia pour moi.

- Je ne pourrai pas assumer pour toi, mais je peux toujours t’aider à le faire. Hors de question de te laisser porter ça toute seule.

C’était dit. Elle n’avait pas vraiment le choix. J’avais les moyens de l’aider, que ce soit financièrement parlant ou même émotionnellement. Elle n’allait jamais supporter d’élever un enfant seule. C’était un travail compliqué, et je ne le savais que trop bien. Ma mère avait enduré mes caprices, mes crises, ma manière de faire, et je lui en ai fais bavé. Aujourd’hui, elle regrette peut-être, et elle est clairement fatiguée. Je ne voulais pas que cela arrive à mon amie. Le dépit, le regret, la tristesse et le sentiment d’échec faisait partie de la vie d’une femme élevant un enfant en solitaire. Il se pouvait clairement que Tim accepte cet enfant, et l’élève. Mais je n’y croyais pas du tout. Cela relevait plus de l’imaginaire que du réel. Et puis, tant qu’il ne s’était pas débarrassé de ces hommes… Rien ne pouvait le faire revenir. Elle venait de réagir à ma proposition. Elle semblait l’air interloqué, puis il disparu. C’était plutôt prévisible de ma part. Toujours là pour aider quand un ami est dans le besoin. C’était valable pour toutes les personnes qui m’étaient chères. Cependant, la jeune femme posait ses conditions. Trouver un logement rapidement, et voir si je n’avais pas des vêtements trop grands pour elle. C’est vrai. Je devais avoir des vêtements un peu larges. Je me levais avant de lui faire un petit signe. J’allais voir de suite, si elle souhaitait se mettre à l’aise. Je grimpais dans ma chambre et ouvrais mon dressing. J’attrapais plusieurs vêtements qui serviraient à la demoiselle. C’était quand j’étais dans ma période : j’aime porter des vêtements trop larges pour moi. Je redescendais et déposais une pile de fringue devant ses yeux.

- Sers-toi, il devrait y en avoir pour quelques mois. Et en ce qui concerne un logement, ne t’inquiètes pas pour ça. Tu peux rester autant de temps que tu le voudras, il m’appartient, j’ai rien à payer. Et toi non plus.

Et forcément, la discussion avait viré au drame en mentionnant la drogue, et mon frangin. Elle n’avait pas tout à fait tort. J’avais passé tant de temps à chercher Jake, et voilà comment il me remerciait. Mais ce que je ne voulais pas dire, c’est que j’appréciais cette drogue. Elle me faisait planer. Elle m’envoyait dans un autre monde, une autre dimension. Mais il me fallait de l’aide. Parce que je savais comment ça allait finir. Une décadence. Je me rappelle de ce passé sombre, où je ne pensais qu’à me droguer, à me shooter, et être dans un autre monde. Mais ce temps était révolu. Ou presque.

- En fait, mon frère est complètement différent de ce que j’imaginais. Il fait des expérimentations et il souhaite avoir un sujet de test. Figure-toi qu’il l’a trouvé. Et à cause de lui, je commence à ne penser qu’à la drogue.

C’était une explication des plus brèves. Je ne voulais pas aller dans les détails. Mon frangin avait une case en moins. Ou quelques soucis. Peut-être était-il malade, tout comme l’avait été mon père. Et ça expliquerait donc pourquoi il souhaitait trouver un moyen de retourner dans le passé… M’enfin, là n’était pas la question. Pour le moment, le sort d’Anja importait plus que le mien.

- Du coup, je suppose que tu ne veux pas boire ? Même un verre de quelque chose de moins corsé ? D’ailleurs, fille ou garçon ?
© Lyna



T-Card | Diary
Merci Ariane pour le vava 'Rock'n'roll' ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : *
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 397
Stardust : 1355
Jeu 13 Juil - 11:20

「Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière 」

Liz & Anja

Ce serait mentir que de dire que qu'elle me disait ne me plaisait pas. Au contraire. j'étais heureuse qu'elle me soutienne ainsi dans cette nouvelle épreuve que la vie me gifler avec. Oui, je prenais encore un coup, mais comme les autres, j'allais surmonter et grimper cette nouvelle montagne qui se dressait face à moi. Et avoir un tel soutient, une personne pour m'attraper la main dans les moments de doutes, il n'y avait pas mieux ! Et Liz était là. Je ne pouvais la rejeter, surtout que j'étais celle qui était venue lui demander de l'aide. Cela serait hypocrite de lui dire de me laisser faire. Même si je démordrais pas sur une chose : j'irais seule voir Tim. M'enfin, quand je serais où le trouver. Car pour le moment, c'était le silence radio entre nous deux. Et je n'imaginais même pas dans quel état il pouvait être en ce moment. Déjà qu'il avait une mine affreuse la dernière fois que je l'avais vu, que ce soit à cause de cette brûlure ou de son regard, il avait fait peur à voir. Je n'imaginais pas non plus sa réaction. Là, il y avait deux solutions : soit il allait péter un câble, se disant qu'il allait devoir redoubler d'effort pour vouloir me mettre en sécurité, soit il n'allait pas vraiment se rendre compte de la nouvelle, faisant un blocage. Non, je ne le voyais pas vraiment heureux d'apprendre cette nouvelle. Faut dire qu'en ce mettant à sa place, cela voudrait dire qu'il n'avait pas abandonner une personne mais deux.

    - Merci. Mais je tiens à lui dire par moi même et sans que personne ne parle à ma place. Après, je veux bien un coup de main pour prendre contacte avec lui. Je ne sais pas comment faire et je ne sais pas si lui envoyer un message serait bonne idée ...

Et surtout, cela ne m'étonnerait pas qu'il ait changé de numéro pour plus de sécurité. Après je pouvais toujours tenter ma chance afin de m'assurer que je pouvais lui en envoyer un. Mais je retombais sur le même problème : pour lui dire quoi ? J'avoue, que là non plus je ne dirais pas non pour un petit coup de pouce. Pourtant, d'habitude cela était facile pour moi de trouver les mots, sauf que là, j'avais une panne d'inspiration. Certainement du au stresse que cela pouvait me causer. Car oui, il ne fallait pas se voiler la face, cette situation me stressait plus que tout.

La brunette se leva suite à mes conditions, me faisant signe qu'elle revenait tout de suite. Bin quoi ? J'avais dit un truc qu'il ne fallait pas ? J'espère qu'elle n'allait pas me sortir un truc qui allait mettre en l'air ma première condition. Et ce serait quoi ? Alors là aucune idée. Un truc du genre un appart secondaire qu'elle me laisserait utiliser. Pourquoi je ne serais pas surprise ... Mais non, elle revint avec une pile de vêtements. Ho la vache ! Je ne m'étais pas non plus attendu à ça. De ce que je voyais, il y avait de tout : des pantalons, des sweets et autres hauts. La seule chose qu'il n'y avait pas, c'était des sous-vêtements. Mais ce n'était pas bien grave. C'était bien plus que je m'attendais. Et j'allais pouvoir me mettre à l'aise bien plus tôt que je ne le pensais. J'hésitais presque à le faire maintenant vu comment je me sentais incroyablement inconfortable dans mon jean, même si cela faisait depuis un bon moment qu'il n'était pas fermé : c'était pour dire à quelle point j'avais d"jà pris du ventre ...

    - Et bin ... T'as beaucoup plus de chose que je ne pensais et en plus en noir. Parfait, il parait que ça aminci , dis-je avec un petit rire, qui commençait à être plus naturel. Et merci de me loger. Je ferais au moins en sorte de participer pour la bouffe car bientôt je risque d'avoir des envies un peu bizarres ...

Et ça, ce n'était peu dire. Ma mère m'avait raconter que lorsqu'elle était enceinte de moi, elle adorait manger de la danette au chocolat avec du camembert ... Rien qu'à l'idée d'imaginer ce mélange cela me donner la nausée ... Ho non ! Pourquoi avais-je pensé à ça ! C'était pas le moment, on discutait sérieusement. Je lui fis un signe de main, tout en mettant ma seconde devant ma bouche. Et la seconde d'après, me voilà qui courrait dans les toilettes pour les repeindre. Classe ... Sérieusement, je crois que ça, je ne m'y ferais jamais. Pourquoi fallait-il qu'on soit dégoûtée pour un rien, et là c'était pas comme si j'avais senti une odeur de manger. Non, j'avais juste eu l'image du dessert au chocolat et de ... Et merde ! C'était reparti ... Bordel, j'aurais préféré une gastro. Au moins, ça durait moins longtemps car là cela faisait plus d'une semaine que je vomissais. Bon, d'après le médecin, c'était tout à fait normal. D'ailleurs, apparemment j'avais de la chance de ne pas l'avoir été plus tôt. Chanceuse, je ne sais pas. Peut-être que cela m'aurait fait poser des questions plus tôt sur mon état. Ça y était, j'avais terminé. Je nettoyais vite fait derrière moi et me rinçais la bouche dans l'évier avant de revenir, l'air quelque peu gêné. J'aurais aimé ne pas lui donner un tel spectacle.

    - Promis, j'essayerais de toujours vomir dans le même toilette ... En tout cas rien que pour ça, je te souhaite de jamais tomber enceinte. C'est une gueule de bois constante sauf que là, au lieu de vomir qu'une fois pour aller mieux, t'as beau le faire trois fois par jour et ça ne change rien. Et puis pourquoi on appelle ça des nausées matinales alors que ça dur toute la journée ?!

Je me rassis sur le canapé. La pile de vêtement me donner encore plus envie maintenant. Mais j'allais tout de même pas faire un streap teas dans son salon ... Bah au pire elle m'avait déjà vu en sous-vêtements, en plus assez sexy, la dernière fois que j'étais venue. Enfin, si elle s'en souvenait. Au pire, elle me verrait comme si j'étais en maillot.
Mais j'allais attendre, ce n'était pas le moment pour ça car voilà que la conversation revenait sur son formidable frère. Et vu ce qu'elle disait, cela ne sentait pas bon du tout pour la demoiselle. De ce que je comprenais, elle était prise dans un engrenage du quel elle ne savait comment s'en sortir. Tout de même, le mot expérimentation ainsi que cobaye ne plaisait pas du tout. A croire que c'était elle qui était devenu le sujet de son frère ... Mais bordel comment on peut faire ça à sa propre famille ? Vraiment, je ne comprendrais jamais le genre humain.

    - Je vois ... Bon heureusement que je débarque avec mon ventre pour te faire penser à autre chose. Non plus sérieusement, tu peux me faire confiance pour te faire oublier ça. Dès que t'as une envie, vient me voir, même en pleine nuit, m'en fous. Et je te ferais changer les idées en te racontant des conneries ou autres.

Et cela n'était pas une promesse en l'air. Je ne voulais pas voir mon amie sombrer à cause de ce genre de truc. Et si elle m'en parlait, c'était qu'elle ne voulait pas non plus. Alors j'allais attraper la main qu'elle me tendait, celle qui appeler au secours comme elle venait de faire pour moi. Après tout, c'était à ça aussi que servait les amis, pas uniquement pour rigoler. Ça sert aussi à se soutenir dans n'importe quel situation.

    - Je t'avoue que ce verre me fait beaucoup envie ... Mais cela ne serait pas raisonnable, surtout que j'ai plus rien dans l'estomac maintenant ... Mais si t'as un soda quel conque, je ne suis pas contre.

Ho que oui que ce rhum me donnait envie. J'avais une forte envie de me cuiter comme jamais. Mais ce n'était pas la meilleure des choses à faire dans mon état. Et même si je m'étais retrouvée à boire depuis le commencement de tout ça, cela n'était pas une raison pour le refaire. C'était déjà trop. Alors, il fallait rester au soda. Et puis, un apport de sucre ne me ferait pas de mal je pense.
Puis vint la question du sexe du bébé. J'avoue que je n'avais pas voulu savoir, même si on m'avait dit que cela était déjà possible de le connaître. Pourquoi ? Parce que c'était une sacrée nouvelle à digérer. Chaque chose en son temps. Peut-être que je demanderais lors de ma prochaine écho, quand je serais un peu plus préparée.

    - Je n'ai pas voulu savoir pour le moment. Et puis, cela n'est pas sûr à 100% à treize semaines ... Je demanderais peut-être la prochaine fois. Bon par contre, là je tiens plus, mais tu vas avoir droit à un défilé.

Et sans tarder, je retirais ce jean trop serré ainsi que ma chemise, dévoilant déjà un corps en plein changement. Car oui, moi je n'y avais pas fait attention vu que je me voyais tous les jours. Mais j'avais déjà un petit ventre rond, que l'on ne pouvait pas confondre avec du ballonnement. Mais que voulez-vous, parfois on a beau avoir quelque chose sous le nez, on ne le voit pas.
Stade du ventre d'Anja se situant entre le seconde et troisième image.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Kalos
Groupe : Pulsar
Messages : 222
Stardust : 1049
Sam 15 Juil - 19:12
Dit moi qu'il est possible...


Anja Schneider
Heureusement que j’étais là pour elle tout de même. Sans Tim, je ne savais pas vers qui d’autre elle aurait pu se tourner. Anja connaissait certainement des gens à Lumiris, mais peut-être pas des personnes de confiance, ou tout simplement d’ami véritable comme je l’étais. D’autant plus que la jeune femme souhaitait en parler exclusivement à Tim, sans avoir de soutien à ses côtés. Je pouvais la comprendre. Une nouvelle pareille, on ne pouvait pas l’annoncer avec une tonne de personne aux alentours. Cependant, elle souhaitait bien un coup de main de ma part afin que je contacte le ténébreux. Je me doutais bien qu’elle ne savait pas comment faire pour l’appâter. D’autant plus que le brun ne souhaitait pas s’approcher d’Anja pour la protéger. Le faire venir serait la meilleure idée, en terrain neutre, sans que personne ne puisse interférer dans leur discussion. J’allais envoyer un message à Tim afin de l’inviter à la maison. Sauf que la personne qui lui ouvrirait serait Anja. Et non moi. Je ne savais pas s’il allait apprécier ce geste de ma part, mais il fallait qu’il sache. J’espérais juste qu’il ne m’en voudrait pas. C’était une discussion importante, et s’il était vraiment surveillé, personne ne se douterait qu’il irait voir son ancienne copine. Tout le monde savait qu’il n’y avait que les grosses pontes qui habitaient dans les alentours. Ainsi, la jeune femme était bien camouflée.

- Ne t’inquiètes pas, je me charge de le contacter. En plus, tu n’auras pas besoin de bouger, je le ferai venir à toi.

Avec un peu de chance, ce plan allait magnifiquement fonctionner. Dans le cas inverse, il faudra que je me débrouille pour emmener Anja la prochaine fois que je devrai voir le ténébreux. Et là, il n’appréciera pas du tout. C’est pour ça que je croisais les doigts sur la première option… En tout cas, une fois que je posais les vêtements devant ses yeux, elle semblait plus étonnée qu’autre chose. Oui, j’avais une tonne de fringue. Et encore, elle n’avait pas vu ce qu’il restait dans mes dressings. Caprice de riche. Que voulez-vous. Et elle me remerciait pour le logement, mais de mon côté je lui fis un signe pour lui faire comprendre que ce n’était rien. Sincèrement, qu’auriez-vous fait à ma place avec autant d’espace alors que vous vivez tout seul ? Vous n’auriez certainement pas laissé une demoiselle en détresse. C’est certain. Elle était partie sur la nourriture, et souhaitait participer un minimum. Sauf qu’en parlant de ce genre de chose, cela lui donnait la nausée. Et elle se dépêchait de glisser jusqu’aux toilettes afin de laisser son estomac repeindre la cuvette. Quelque chose à laquelle il fallait que je m’habitue, paraît que ça pouvait durer tout le long de la grossesse. Quelle horreur.

- Ça va aller ?

Disais-je en gueulant à travers l’immense salon. La demoiselle ne répondait pas, elle revenait des toilettes légèrement gênée et m’imposa le fait qu’elle utiliserait toujours le même toilette. En réalité, il ne fallait pas qu’elle se gêne. Il y avait une flopée de cuvette dans cet appartement. Elle avait le droit de les baptiser une par une si elle le voulait. Après tout, Jane est payée pour nettoyer. Après le coup qu’elle avait fait à la demoiselle, je ne supportais pas de voir la vieille traîner dans mes couloirs. D’autant plus qu’elle était aigrie. Je l’aidais financièrement, la payant plus que n’importe qui d’autre. Elle pouvait au moins être de bonne humeur de temps à autre. Je voyais bien que la jeune fille en avait déjà marre de la grossesse. Son mécontentement était plausible. Appeler ça des nausées matinales alors que ça prenait à n’importe quelle heure, c’était complètement débile.

- T’inquiètes pas, ça ne risque pas d’arriver. Je ne prévois pas de faire de gosse pour l’instant. Et puis, je vais t’avouer quelque chose, je n’ai pas de copain ou de compagne, et il semblerait que ce ne soit pas pour bientôt.

La jeune femme me faisait sourire. C’est vrai qu’elle arrivait à point nommé. Au moins, en attendant, je n’étais pas là à me droguer comme une junky dans une rue quelconque. Anja allait veiller sur moi tout comme j’allais veiller sur elle. Un prêté pour un rendu. J’aimais beaucoup ce principe. Et en réalité, c’était plus simple de veiller l’une sur l’autre. Le verre de rhum lui faisait bien trop envie, j’attrapais donc le contenant avant d’avaler son contenu. Au moins, elle ne serait pas tenté. Je lui faisais un petit clin d’œil avant de me lever. J’allais donc chercher un soda dans le frigo. Il y avait du Soda Cool tout frais, rien que pour elle. Je posais donc la bouteille sur la table, lui faisant signe qu’elle pouvait donc se servir comme bon lui semblait.

- J’en achèterai plusieurs bouteilles et verrouillerai l’alcool afin que tu ne sois pas tenté non plus.

J’éviterai dans boire sous ton nez, je n’ai pas envie de te faire du mal en picolant comme un trou.
La demoiselle m’avoua ensuite qu’elle ne savait pas le sexe du bébé. Et puis, j’avais droit à un petit défilé en vêtement. Je m’installais comme il le fallait dans le canapé, à mater le corps sexy de la demoiselle. Son ventre n’avait pas encore tellement changé, mais un peu quand même. Je m’en léchais les babines, la demoiselle était toujours très belle. J’applaudissais lorsqu’elle fût quasiment en sous-vêtements.

- T’as pas vraiment prit, en tout cas, t’es toujours délicieuse à regarder !

Je riais, cela me rappelait notre fameuse soirée dans la piscine. Et je crois bien qu’embrasser la jeune femme plusieurs fois m’avait fait découvrir les plaisirs de se rapprocher d’une femme…

© Lyna



T-Card | Diary
Merci Ariane pour le vava 'Rock'n'roll' ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : *
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 397
Stardust : 1355
Lun 17 Juil - 17:38

「Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière 」

Liz & Anja

Elle voulait le faire venir carrément ici ? Etait-ce vraiment une bonne idée ? Cela serait tout de même fourbe de lui tendre un tel piège pour le voir. Je me sentais coupable de devoir faire une chose aussi mesquine juste pour le voir. Mais en même temps, je voulais le voir. Je voulais lui parler et le prendre une nouvelle fois dans mes bras, comme la dernière fois. Il faut dire qu'on s'était à peine vu quelques dizaines de minutes, même pas une heure, quand il était rentré des ces deux semaines de disparition. Cela avait été court, bien trop court. J'aurais voulu que cela dur bien plus longtemps. Mais toujours pour ma sécurité, il avait valu que je ne traîne pas. Donc, s'il venait directement ici, croyant venir voir la brunette, certes, il ne serait pas content de s'être fait avoir. Mais dans l'autre, je suis sûre que cela le rassurerait de voir que je n'étais pas à la rue. Pour ce qui serait du reste, je ne m'étais toujours pas prognostique. On verrait bien au moment.

    - Donc le faire venir c'est ça ? Tu penses trouver quoi comme excuse pour qu'il vienne ? Car d'après ce que je sais, il n'a qu'en tête sa quête et ces gens bizarres.

Et qu'elle n'allait pas me dire qu'elle n'était pas au courant. Même si Tim ne m'avait rien dit, j'étais sûre que Liz était bien plus au courant des faits que moi et dans un sens, ça m'arrangeait. Car perso, si je savais toute l'exactitude de l'histoire dans laquelle se trouvait plongeait le garçon, je crois que je m'en ferais des cheveux blancs. Déjà que j'étais déjà suffisamment inquiète à ce sujet comme ça, je n'avais pas besoin d'en rajouter. Tout ce que j'espérais juste, c'était qu'il allait à peu près bien et qu'il s'en sortait. Je ne voulais pas réapprendre qu'il était retourné à l'hôpital ou autre. Et puis, est-ce que j'étais réellement prête à le revoir ? Car même si je le savais brûlé sur la moitié du visage, j'avais gardé une image de lui souriant, mouillé soit par la pluie ou bien par notre dernière sortie au lac. J'avais peur de revoir son regard cerné par la fatigue ou autre. Mais il fallait que je sois forte ! Je m'étais faite cette promesse et je me devais de la tenir. Je ne serais plus celle qu'on protège, ce serait à moi de protéger les autres !

    - Je peux compter sur toi, merci.

Et voilà qu'elle me disait même qu'elle allait enfermer les bouteilles d'alcool pour ne pas me tenter, tout en buvant mon verre. Quand même pas. Certes, là j'avais une envie, mais c'était pas pour autant que j'allais piocher dans ses bouteilles quand elle aurait la tête tournée. Je n'étais pas une alcoolique tout de même ... Enfin je crois. Il était vrai que j'aimais bien boire un verre comme ça de temps en temps, voir me mettre à l'envers certains soir, encore plus en ce moment. Mais je savais aussi parfois écouter la raison, quand elle était plus forte que mon envie. Et là, elle l'était. Donc il n'y avait rien à craindre de ce côté là. Et puis, si elle voulait boire en ma présence, cela ne me dérangeait pas. Tant que j'avais moi même un verre en main, cela passerait tout seul. En tout cas, là j'étais bien contente de la voir me ramener une bouteille de soda cool. Et à peine qu'elle fut la table que j'entendis un bruit venant de mon sac, le même bruit significatif qu'on laissait sortir un pokemon de sa ball. Ho non, n'allez pas me dire qu'elle avait recommencé ? Et bien si. Ni une, ni deux, voila mon Araqua était sortie une nouvelle fois toute seule et elle s'était littéralement jetée sur la bouteille de soda. Vraiment, ce pokemon était le pire que j'avais. Elle n'écoutait rien en plus de faire sa forte tête et d'être fan de ce breuvage sucrée. Je soupirais la voyant essayer de dévisser le bouchon.

    -Tient, je te présente l'un de mes deux derniers pokemon : Maïtika. Une vrai pile électrique qui n'en fait qu'à sa tête. Mais Attends un peu, je vais t'en donner mais soit sage !

L'araignée d'eau se figea instantanément et lâcha la bouteille avant de me regarder avec un air suppliant. Bordel qu'elle me faisait suer cette créature, mais je l'aimais bien. Et puis elle me faisait rappeler de bons souvenir. C'est donc avec un petit sourire nostalgique que je pris la bouteille que j'ouvris et je versais un peu de la boisson sucré dans un verre, laissant l'araignée en boire un peu d'abord. Suite à quoi, une fois désaltérée, elle sauta de la table basse pour courir direction la piscine dans laquelle elle alla se cacher, manquant presque de se payer la baie vitrée ... Une vrai tornade cette petite. Mais elle me m'était du baume au coeur.
Je bus à mon tour : ça me faisait un bien fous, plus que je ne pensais, cela allait même me donner de l'énergie. Bon, peut-être pas autant qu'à mon pokemon, mais c'était déjà ça de pris.
Puis me voila en petite tenue dans le salon de la brunette, en train de faire un petit tris dans ce qu'elle m'avait apporté. J'avais vraiment le choix et ça c'était plutôt cool. Certes, je préférais les couleurs plutôt clairs mais le noir était était très bien. En tout cas, cela semblait plaire à ma logeuse de me voir dans un si simple apparat, allant même à m'applaudir et même à me complimenter. Sur le coup, je ne savais pas vraiment comment réagir, allant même à rougir un peu avant de me reprendre.

    -Fait gaffe, on dirait Tim quand ... Bref, tu m'as compris, dis-je d'un air gênée. Et puis profite, bientôt je n'aurais plus ce corps de rêve.


...
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Kalos
Groupe : Pulsar
Messages : 222
Stardust : 1049
Lun 24 Juil - 13:41
Dit moi qu'il est possible...


Anja Schneider
Il est vrai qu'il allait être compliqué de le faire venir ici. Surtout que je savais qu'en ce moment, il n'y avait plus que sa vengeance qui comptait. Jamais il ne se rapprocherait d'Anja en sachant qu'elle est ici. Alors je devais lui tendre un piège. Amer. Difficile à pardonner. Mais il fallait qu'il sache. Elle ne pouvait pas assumer seule, la garde de cet enfant. Seulement, lui apprendre l'existence de cet embryon était dangereux. Les hommes qui le traquaient pouvaient ainsi l'apprendre à leur tour, et la vie de la demoiselle serait encore plus en danger. Est-ce qu'il était sage de l'attirer ici ? Ou d'aller en terrain neutre ? Un endroit peuplé, là où les tronches de cake ne pourraient pas s'en prendre au brun, ni à la future maman. Un bar. Tard dans la soirée, là où l'affluence était à son comble. Au moins, s'il y avait agression, il y aurait un moyen de se battre ou de fuir. Ainsi, je n'allais pas le contacter de suite. J'allais attendre de pouvoir réfléchir au calme, et prendre la bonne décision. Quoiqu'il en soit, il fallait lui dire, à un moment ou à un autre. Et la jeune fille avait besoin d'un coup de main.

- Ne t'inquiètes pas, je sais comment appâter Tim. A vrai dire, je l'aide dans sa quête contre ces malfrats, donc je pourrai prétexter n'importe quoi pour le faire venir. Cependant, j'ai changé d'avis. Il faut pas qu'il vienne ici. Faudrait qu'on se voit en terrain neutre. C'est trop risqué, s'il est suivi ou autre, tu seras en danger.

Et il était vrai que je ne pouvais pas prendre le risque de voir la jeune femme en danger. Je l'avais promis. Ainsi, le coup du bar serait le meilleur choix. Même si la demoiselle n'allait pas pouvoir boire, nous n'irons pas pour ça. D'autant plus que si le brun digère mal la nouvelle, il sera sur place pour se beurrer la tronche. Liz les bonnes astuces. J'étais donc allée cherché le fameux Soda Cool, la boisson dont raffolait la plupart des Pokémons. Une limonade comme les autres, mais les créatures avaient un faible pour ce truc gazeux et sucré. Allez savoir pourquoi. Kyuu approchait son museau de la table, suivit de Grace et enfin de Crema. Les trois faisaient la bonne paire. Ils ressemblaient tous à des petits canidés et s'entendaient à merveille. Quand l'une faisait une connerie, on pouvait être sûr qu'elle était aidée des deux autres. Cependant, aucunes de mes compagnes n'eurent le temps de s'approcher de la bouteille qu'une Araqua plongeait de nulle part pour atterrir sur la boisson.

- Ah, une vraie pile électrique. Elle va bien s'entendre avec ces trois là. Je ne sais pas si tu avais déjà vu Crema, Kyuu et Grace. Le trio turbulent.


Dis-je en les regardant. Grace faisait la fière, comme à son habitude. Je n'avais pas hâte de la voir devenir une Zoroark, cela allait être compliqué de gérer tout ce petit monde. Par contre, voir Kyuu grandir et devenir une magnifique Feunard, cela ne me dérangeait pas. Enfin, pour le moment, je regardais l'Araqua de mon amie plonger dans la piscine. Cela me rappelait de bons souvenirs. Des souvenirs chauds, et amusants. Et puis, quand je voyais Anja en petite tenue, ça me donnait carrément envie de la jeter dedans. Elle avait besoin d'oublier ses soucis. La blondinette m'avait fait une réflexion sur ma manière d'agir. Oui, je ressemblais beaucoup à Tim sur plusieurs points, et je n'avais même pas prêté attention à mes dires. Mais elle était vraiment à croquer. Je me levais avant de m'approcher d'elle et de la serrer contre moi. Je laissais ma main passer sur ses formes avant de lui dire un mot à l'oreille.

- Ca, c'est toi qui le dit.

Puis, je l'attrapais avant de l'emmener à la piscine et de la faire glisser dans l'eau. Même pas le temps de se rhabiller, qu'elle était déjà dans l'eau tempéré. Je me dépêchais d'enlever mes fringues avant de plonger à mon tour et me retrouver près d'elle. Je passais ma main dans ses cheveux avant de tenter de la réconforter comme je pouvais.

- C'est l'heure de se détendre, et d'oublier ses soucis ! Regarde moi cette vue magnifique.

© Lyna



T-Card | Diary
Merci Ariane pour le vava 'Rock'n'roll' ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : *
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 397
Stardust : 1355
Mar 17 Oct - 12:59

「Dit moi qu'il est possible de revenir en arrière 」

Liz & Anja

Ainsi donc c'était ça le maître mot : ma protection. Fait chier, j'avais l'impression d'être une princesse de jeux vidéo qu'il faut sauver à tout pris des méchant. Mais bordel ! Je savais me défendre ! Ok, j'étais enceinte et on voulait faire souffrir Tim le plus possible et j'étais la façon pour réussir au mieux à le faire. Sauf que je n'étais si innocente que ça et que je savais me battre, ou en tout cas mes pokemons le savaient. Mais en même temps, je savais qu'ils étaient puissant, ces gens cheloux, au point d'avoir battu de lugulabre du ténébreux ... Donc non je n'étais pas de taille ... Pour le moment. Après tout, n'avais-je pas fait la promesse de devenir plus fort ? Ho que si, et j'allais mis tenir. Même si pour le moment je devais m'en remettre à mes amis. Bordel que je n'aime pas ça, mais bon, vu ce que me disait la brunette, apparemment, elle était aussi plongée dans cette affaire. Tout de même, il allait falloir que je devienne forte très vite !

    - On dirait que je serais en danger n'importe où où j'irais. S'en est déprimant. Mais bon, va pour un bar ou autre. Là où se sera le moins dangereux.

Oui, cela me déprimait encore plus. Se cacher. c'était bien quelque chose dont je n'avais pas l'habitude. Bien au contraire, je n'étais pas le genre de fille à se planquer. Fuir quand il le fallait, ça je ne dis pas, mais se cacher. Ce n'était pas dans mon dictionnaire. Mais apparemment, il allait y rentrer, juste le temps que tout cela se tasse. Et pourtant, il ne mettait rien arrivé durant ce mois à vadrouiller. Est-ce que je m'étais tout simplement mis en danger toute seule en venant ici ? Allez réellement savoir. Je vous avoue que j'étais bien perdue à ce moment là. Je ne savais plus quoi faire. Cette visite chez le médecin de se matin avait tout remis en cause. Est-ce que je devais tout dire à mon amie ? Non, je devais garder la rencontre avec le blondinet pour moi. Après tout, ce n'était pas ses affaires, et puis elle avait déjà fort à gérer, entre Tim, son frère et maintenant moi, non pas besoin de lui mettre ça sur le tapis en plus. Mes histoires de coeurs ne regardait personne d'autre que moi. Pas besoin d'embrouiller les choses encore plus qu'elles n'étaient.

Je regardais les trois nouveaux pokemons de la demoiselles. Ils étaient craquants. cela changeait de mes deux insectes, surtout que Maï qui semblait heureuse de barboter dans la piscine. Je devrais peut-être faire sortir le reste de mon équipe. Après tout, ce n'était pas la place qui manquait ici. Bah plus tard, quand je serais vraiment installée. Car si je les sortais maintenant, il allait falloir tout leur expliquer, sauf que je ne me voyais pas tout répéter tout de suite. J'avais besoin de digérer.
Et quoi de mieux pur digérer toute cette affaire qu'un rapprochement de la belle. Je ne savais pas quoi faire d'un coup. Il faut dire qu'il y avait une seconde je farfouillais dans les vêtements qu'elle m'avait donné, et l'instant d'après voilà qu'elle était collée à moi, faisant parcourir ses mains sur moi. Bordel, il se passait quoi encore ? J'étais encore en train de dormir, ce n'était pas possible autrement. Et pourtant non, j'étais bien réveillée, l'eau de la piscine me le fit bien comprendre. Il fallait que je réagisse, et pourtant, je la laissai caresser ma chevelure blonde. Il fallait reculer. Non pas qu'elle ne m'attirer pas, mais ce n'était pas le moment. J'avais déjà fait cette connerie une fois alors que je déprimais, pas une seconde fois. J'étais prête à la repousser quand elle me fit comprendre de regarder la paysage : la ville, les gens fourmillant dans chaque rue et surtout le ciel ... Pas l'ombre d'un nuage ... Cela était reposant.

    - Bon t'as gagné pour cette fois ... Je vais rester ici un moment, mais tu ne m'auras pas si facilement. Par contre, va falloir que tu m'excuses ... faut que j'y retourne.

Oui, cela ressemblait à une forme de fuite afin d'éviter les avances de la belle. Mais en même temps, c'était la vérité. J'avais réellement besoin de retourner aux toilettes. Vivement que cette période passe ... Je n'en pouvais déjà plus. Et dire que ce n'était que le début. Je sortis enfin de la pièce enfin de la pièce d'eau, complètement épuisée et la première chose que je fis, ce fut de m'écraser sur le canapé et avant que je ne puisse dire ouf, voilà que je m'étais endormie. Je crois que je manquais de sommeil depuis quelques temps. Dormir n'allait pas me faire de mal ...
Fin du rp
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible [...] ♦ Amy (L) & Lilieth
» Sören - On ne peut pas revenir en arrière ; c’est pas facile de choisir, il faut faire le bon choix. Tant qu’on ne choisit pas tout le reste est possible.
» Parfois, j'aimerais revenir en arrière, quand je savais quoi faire ¤ Lilith
» Trop tard pour revenir en arrière
» [R/B/J] Faire Revenir L'Océane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Outils de modération