Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Répondre au sujet
Quand les Ténèbres rencontrent la Lumière [Louis]
avatar
Team :
card : t-card
Origine : Johto
Groupe : Pulsar
Messages : 138
Stardust : 468
Jeu 31 Aoû - 6:45



Le Sud n’était pas véritablement sa région favorite. Il y faisait insupportablement chaud, surtout si l’on se rendait loin de la mer. L’avantage était que l’on pouvait aisément se baigner, profitant de la fraîcheur du vent chargé d’odeur iodé. Du moins, si l’on était de ce bord. Ce qui n’était nullement le cas de l’inspecteur qui affectionnait davantage les régions glacées et austères de Lumiris. Néanmoins, il faisait peu cas de ses goûts personnels lorsqu’une enquête était en cours. Une enquête aussi importante, de son point de vue.

Il n’avait pas oublié. Loin de là. La cicatrice – qui depuis le temps avait fini par se refermer pour ne laisser qu’une trace blanchâtre qui disparaitrait à son tour – qu’il avait eu à son flanc ne le lui rappelait que trop bien. Il se rappelait encore de la douleur, de la frustration qu’il avait ressentie en pareil cas. Certes, les principaux fautifs étaient sous les barreaux depuis quelques jours. Cependant et malgré le fait que les interrogatoires s’étaient succédés, ils n’avaient rien dis. Absolument rien concernant un possible plan plus grand.

Las, son supérieur lui avait dit d’abandonner. De toutes façons, ces gosses seraient jugés et – espérons-le – condamnés pour leurs actes cruels envers les Pokémons. Et si jamais cela se reproduisait ? Il suffirait d’arrêter les nouveaux fautifs. Mordred avait refusé. Il voulait trancher la tête du serpent pour que le corps tombe ensuite de lui-même. Son chef n’avait pas cherché à l’arrêter, il savait que cela était absolument vain. Néanmoins, l’inspecteur aurait pour ordre d’agir seul : aucun homme ne serait mobilisé pour lui prêter main forte en se basant sur une simple hypothèse.

Il avait accepté.

Sa quête personnelle l’avait mené à Mirawen. Ville sans histoire si l’on ne grattait pas la couche supérieure. Pourtant, le vernis en-dessous s’écaillait depuis des années si l’on savait où chercher et à qui poser les bonnes questions. L’homme aux yeux de sang était arrivé depuis quelques jours à peine et n’avait eu de cesse de poser lesdites questions. Parfois à des personnes anodines, d’autres fois à des commerçants. Il y avait des rumeurs bien sordides qui traînaient là : des Pokémons abandonnés étaient capturés et jamais plus on ne les voyait de nouveau dans les rues. Une vieille femme lui avoua même qu’elle avait cru voir des hommes avec des filets électriques dans quelques recoins de la ville.

Il progressait. Il savait qu’il était en train de remuer doucement la fourmilière.

À ses côtés, Mazikeen écoutait tout autant et se mêlait aux Ténèbres pour recueillir la moindre information et en faire part à son Maître. Désireux de faire une pause aussi bien pour faire le point sur ce qu’il savait que pour manger un bout, se désaltérer et offrir de même à ses Pokémons, il entra dans l’un des petits cafés du coin et s’installa à la même table : dans l’angle et dos au mur afin de garder un œil sur la populace. Il regarda son carnet un long moment, notant et annotant certains éléments. Le patron du bar qui avait fini par le prendre pour un habitué lui apporta boisson et ravitaillements comme à son habitude.

La progression était là. Mais lente. Trop lente à son goût. Avec d’autres agents ou individus, il aurait été capable d’aller plus vite. Mais il n’en avait pas la possibilité. Il était seul face à une ombre qui n’allait que croissante chaque jour. Par dépit et sans vraiment y faire attention, ses doigts brisèrent le crayon qu’il tenait dans un craquement sec. Le jour où ce serait les os de celui ou celle qui manigançait cette odieuse opération sordide, il en serait on ne peut plus ravi et prendrai tout son temps.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : card
Origine : Kalos
Groupe : Éclipse
Messages : 126
Stardust : 434
Jeu 31 Aoû - 7:34
Louis s'étira tout en longueur. Il plaça sa main en visière et scruta les nuages qui défilaient dans le ciel. C'était la première fois qu'il venait à Mirawen. Un vieillard lui avait recommandé l'extraordinaire café de la ville, et en avait profité pour lui passer commande. Dans des circonstances normales, il se serait acquitté de sa tâche en moins d'une demi-journée, toujours en courant à droite et à gauche pour répondre aux attentes de son commanditaire. Mais cette fois, les règles avaient changées. Quelques minutes après être entré en ville, il avait fait la rencontre d'une jeune fille en larmes dont « le précieux ami » avait soi-disant été kidnappé. Après investigation, il s'était avéré que l'intéressé était en réalité un Marisson, et que selon les rumeurs, des personnes mal intentionnées sillonnaient les rues en quête de pokémons abandonnés à subtiliser.

Ni une, ni deux, Louis avait promis à la miséreuse de lui ramener son camarade. En sa qualité de chevalier, il ne pouvait pas tolérer un trafic de créatures sensibles. Toutefois, il avait peut-être parlé trop vite : ses compétences en renseignement laissaient encore à désirer, et dans une ville où il ne connaissait personne, il ne savait pas vraiment où donner de la tête. Il s'était dès lors contenté de vagabonder dans les rues à la recherche d'un établissement digne de ce nom, là où il pourrait tenter de glaner des informations sans se faire remarquer. Après tout, Thyméo le disait : « Pour quérir des connaissances, point de meilleur endroit que la taverne. » Mais arrivé en plein cœur de la ville, il n'avait pas su où donner de la tête.

Le chevalier poussa un profond soupir. C'était sa première enquête du genre, et il bloquait déjà sur la première étape. Il songea un instant à interroger Lancelot, ou même consulter directement la police, mais se rétracta tout aussi rapidement : avec une affaire de cette ampleur, il ne pouvait compter que sur lui-même. Il se dirigea alors vers l'un des cafés, choisi au hasard. Il poussa fébrilement la porte et balaya la salle d'un œil morose.

Louis chuchota. « Allez, un peu de nerf.. » Il claqua doucement ses joues et se mit en condition. On lui avait donné la théorie pour repérer les bonnes personnes, ça ne devait pas être si difficile que ça. A nouveau, et avec cette fois un peu plus de vitalité, il jaugea les nombreux clients installés dans la salle. Finalement, il remarqua un homme, un peu plus en retrait, qui semblait lui aussi observer tout ce petit monde. « Ah, parfait ! »

Il ne perdit pas une seconde. Ce n'était pas l'occasion de faire des manières, ni de perdre son temps en timidité. Au contraire, il s'approcha d'un pas assuré de la petite table en fond, un léger sourire aux lèvres. Comme d'habitude, il ferait preuve de tact et d'honnêteté, et tout se passerait bien. Normalement.

Le chevalier garda toutefois une petite distance. Il se figea droit et allia paroles à gestuelle. « Bonjour ? Pardonnez mon impolitesse, mais je ne suis point d'ici. Je suis à la recherche d'informations, et ce pour une mission de la plus haute importance. Voyez vous, des pokémons semblent disparaître en ces lieux, et j'aimerais faire la lumière sur cette histoire. Peut-être pourriez-vous me faire l'honneur de coopérer ? Je vous serais infiniment reconnaissant, mon brave. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : t-card
Origine : Johto
Groupe : Pulsar
Messages : 138
Stardust : 468
Jeu 31 Aoû - 8:39



Par automatisme, son regard se porta vaguement sur le nouvel arrivant qui venait d’entrer dans le café. Il arqua légèrement un sourcil devant l’apparence de l’individu mais ne s’y attarda pas davantage, reprenant la lecture de ses notes. Après tout, il aurait été des plus mal placés pour faire la moindre réflexion, lui qui était continuellement vêtu de noir.

Toutefois, il dut bien redresser la tête en percevant le bruit de pas allant dans sa direction. Ferme, l’être qui marchait était décidé. Près de lui, son Noctali émit un léger grondement grave à l’égard de l’individu qui approchait de son Dresseur, le mettant en garde de s’approcher davantage au risque de subir une morsure fort peu bienvenue. L’inspecteur leva donc la tête et croisa le regard de l’homme qui était entré un peu plus tôt dans le café.

Il demeura silencieux quand ce dernier lui fit part de sa requête. En premier lieu parce que cette façon qu’il avait de s’exprimer semblait sortir d’un autre Âge, et ensuite parce que ladite requête trouvait un étrange écho dans l’enquête que lui-même faisait.

— Non, répondit-il de façon on ne peut plus claire, nette et précise. Presque aussi tranchante que la lame de son Monorpale soigneusement au chaud dans sa Pokéball.

— Pour la simple et bonne raison que j’enquête déjà moi-même sur la disparition de Pokémons. Mon brave, ajouta-t-il non sans un sourire qui n’avait pas la moindre once de vie.

Non pas qu’il avait la moindre animosité à l’égard de l’intrus – après tout, il ne le connaissait pas d’Arceus – mais il se méfiait de ceux qui pouvaient avoir l’envie de fouiner dans un sujet comme celui sur lequel il était. Les murs ont des oreilles, dit-on.

— Je suis inspecteur de police, dit-il en montrant sa plaque à ce sujet où se trouvait son identité et son grade. Plaque qu’il rangea soigneusement ensuite.  Et si vous m’en disiez davantage sur cette mission de la plus haute importance, messire ? Peut-être alors pourrais-je consentir à vous prêtez main forte... en fonction de vos réponses, ajouta-t-il en désignant la chaise vide en face de lui pour inviter l’individu à s’asseoir tandis que Maze se rasseyait sagement à côté de son Dresseur.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : card
Origine : Kalos
Groupe : Éclipse
Messages : 126
Stardust : 434
Jeu 31 Aoû - 12:38
De Carteneau sourit. Son interlocuteur ne semblait pas être un mauvais bougre. C'est comme si la providence les avait réunis avec pour ultime but de défaire le Mal avec un grand M. Il s'installa alors, posant son fourreau contre le dossier de chaise tout en lançant un ultime regard à la populace.

« Tout d'abord, je me présente : Louis de Carteneau, chevalier de Kalos. Mais ça ne doit pas beaucoup vous parler. Pas vrai ? »

Il rit doucement. La police, plus que tous les autres, était la plus à même de remettre en doute son activité.

« Soit ! Je suis arrivé à Mirawen ce matin, vers environ.. dix heures ? Peut-être dix heures et quart. Quoi qu'il en soit, je venais pour remplir une commission de café. Je me suis malencontreusement perdu, et ai rencontré une jeune fille non loin du quartier résidentiel. Elle m'a fait part de son désarroi, et du kidnapping de son ami. Un Marisson abandonné qu'elle prenait le temps de visiter tous les matins. J'ai donc juré d'aller quérir ses agresseurs, de lui ramener son camarade et de faire promettre aux malfrats de cesser leurs activités. »

C'était un pacte ambitieux, mais il n'avait cure de la difficulté. Au contraire, un défi de cette taille n'était pour lui qu'une nouvelle occasion de s'améliorer dans la chevalerie. Le début, toutefois, demeurait un tantinet laborieux.

« Pour ce qui est du détail, laissez-moi un instant, j'ai pris des notes.. » Il attrapa un petit calepin dans sa poche. « La victime a été vue pour la dernière fois hier, de neuf heures à midi. Elle ne présentait point de signe d'anxiété, ni une quelconque attitude qui aurait pu témoigner de sa connaissance des faits. Quand son amie est revenue ce matin, vers neuf heures, elle n'était plus là. J'ai moi-même pu constater que certaines pierres était noircies ; probablement des traces de lutte. Quant aux indices.. » Il plissa les yeux. « J'ai remarqué une petite odeur de brûlé. »

Il releva la tête, la mine enthousiaste. « C'est tout ce que j'ai trouvé, inspecteur. Je ne travaille point pour les forces de l'ordre, mais mon désir de faire justice n'en demeure pas moins éclatant. Il m'est difficile de penser à cette affaire sans ressentir une profonde inquiétude, et mon cœur ne trouvera en aucun cas la paix tant que lumière n'aura pas été faite. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : t-card
Origine : Johto
Groupe : Pulsar
Messages : 138
Stardust : 468
Lun 4 Sep - 6:48



Mordred nota mentalement le nom de l’énergumène. Il ne fit pas le moindre commentaire sur son titre de « Chevalier de Kalos » encore moins qu’il en fit sur l’épée. Sur cet individu savait s’en servir - et il l’espérait grandement – ce serait un atout considérable s’ils étaient amenés à en venir aux mains. Ce dont l’inspecteur ne doutait étrangement pas.

Il écouta ensuite silencieux les propos de ce fameux Louis. Il ne put s’empêcher d’arquer un sourcil devant les paroles de l’homme, surtout concernant le fait de faire justice soi-même en faisant promettre aux malfrats de ne pas recommencer. Si seulement les êtres humains étaient aussi dociles, la police et les êtres comme lui n’existeraient même pas… Toutefois, il n’interrompit nullement le récit de Louis. Le chevalier avait beau se prendre pour un être sorti tout droit d’un téléfilm de série B, il n’en demeurait pas moins qu’il prenait cette… mission ? qu’il s’était lui-même octroyé très à cœur.

Une fois le récit des évènements achevés, l’inspecteur conserva un moment encore son silence. Les rouages de ses méninges tournaient, les fils rouge se faisaient doucement.

— Votre cœur risque de vous monter au bord des lèvres et votre estomac rendre son contenu si vous persistez dans cette voie et que vous décidez de me suivre pour faire la lumière sur les évènements, Chevalier, finit-il par dire.

Il repensa aux Pokémons torturés qu’il avait trouvés plusieurs semaines de çà. Quelques minutes de plus et leurs esprits seraient devenus des Pokémons spectres, pleurant leur mort douloureuse ou réclamant vengeance de leur martyrs. Même certains de ses collègues à l’estomac très solides avaient dû sortir de la pièce sordide.

— Il faut que j’aille sur les lieux dont vous venez de parler pour voir de moi-même de quoi il en retourne, ajouta-t-il en se levant pour joindre le geste à la parole. Vous cherchez à retrouver ce Marisson disparu et moi, je cherche à trouver les coupables de ces enlèvements. Comme vous l’avez dit, on peut joindre nos forces. Mais je vous préviens… c’est dans la noirceur de l’âme humaine que votre quête va vous mener, messire.

Les yeux écarlates observèrent un instant l’homme assis en face de lui, semblant sonder au plus profond de son âme.

— Reste à savoir si vous voulez plonger avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : card
Origine : Kalos
Groupe : Éclipse
Messages : 126
Stardust : 434
Mar 5 Sep - 11:38
« Bien entendu. J'ai beau ne pas être insensible aux horreurs de ce monde, j'y suis néanmoins préparé. Toute mon épopée n'a point été ponctuée de fins souriantes et triomphantes, et j'ai moi-même eu la tristesse d'assister à quelques tragédies. Je n'en demeure pas moins déterminé à faire mon possible pour les autres. C'est le rôle d'un chevalier. »

Il croisa les bras. « Ce que je veux dire par là, inspecteur, c'est qu'il est inutile de me ménager. Veuillez me considérer comme un allié digne de ce nom, j'aurai moi-même toute confiance en vos capacités. » Il se targuait de pouvoir jauger les personnes d'un coup d’œil. « Si mon cœur me fait souffrir, je prendrai sur moi. »

La question étant réglée, Louis se leva. Il considéra qu'ils pouvaient se mettre en route et se dirigea donc droit vers la sortie. Une fois dehors, il empoigna une de ses pokéballs et libéra son contenu sur les pavés. Le Cizayox, bien heureux de pouvoir sortir après tout ce temps, s'étira tout en envergure et balaya les environs d'un regard vif et tranchant. Il finit par poser ses yeux sur l'inspecteur et le salua brièvement, sans vraiment trahir d'émotion.

« Je suppose que vous êtes au courant, sire Lancelot. Nous enquêtons. » Le pokémon acquiesça d'un hochement de tête. Heureusement que les balls n'étaient pas hermétiques au son. Louis ne se sentait pas d'étaler à nouveau le topo de la situation. « Parfait, alors allons-y. Soyez sur vos gardes, et rapportez-moi tout mouvement suspect. Je m'en remet à votre instinct. »

Le chevalier, quant à lui, se contenta de guider l'inspecteur. Il emprunta le même chemin qu'à l'aller, c'est-à-dire un espèce de zigzag entre les nombreuses habitations qui parsemaient la ville. Assez silencieux au départ, il se décida toutefois de briser la glace à quelques minutes de la fameuse ruelle.

« Simple curiosité.. Vous êtes l'inspecteur en charge de Mirawen ? Ou peut-être disposez-vous de davantage de mobilité ? La police est divisée en plusieurs sections, à Kalos, mais je sais aussi que le système marche différemment dans certaines régions. » Il eut l'air de réfléchir. « En soi, ça me paraîtrait plus plausible. Je n'ai pas remarqué de collègue à vous depuis notre rencontre, ou alors ils se cachent très bien. Vous êtes seul sur cette affaire ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : t-card
Origine : Johto
Groupe : Pulsar
Messages : 138
Stardust : 468
Mer 6 Sep - 9:03



Inutile de le ménager, hein ? Un étrange sourire passa brièvement sur le visage de l’inspecteur. Le Chevalier au grand cœur risquait de regretter ce genre de paroles avec une personne comme Mordred. Le sourire de ce dernier finit par disparaître aussi rapidement qu’il était venu.

L’homme en noir emboîta le pas de Louis. Ils sortirent donc du café, non sans que Mordred ait payé sa note auparavant. Le Cizayox était assez impressionnant et il arqua légèrement un sourcil devant le salut que lui fit le Pokémon. Salut qu’il lui rendit par simple automatisme. Lancelot, disait-il ? L’inspecteur se demanda un instant si ce fameux Chevalier n’avait pas tous ses Pokémons nommés en référence à cette fameuse légende du folklore. C’était fort probable. Après tout, lui-même s’inspirait de noms mythologiques et démoniaques…

Ils reprirent ensuite leur route une fois le Pokémon parti en éclaireur. Maze leva un instant le museau vers son Dresseur et tira légèrement sur le bas de son manteau pour le sortir de ses pensées. Il caressa la tête de son Noctali pour la rassurer mais conserva le silence, paraissant longuement réfléchir et classer tout ce qu’il venait d’apprendre.

Toutefois, il fut bien obligé d’en sortir.

— Je travaille essentiellement à Nemerya, la capitale, où se trouve le commissariat principal de Lumiris, dit-il en réponse à la question principale de l’intéressé. Cependant, j’ai la possibilité de circuler partout sur le continent en fonction des endroits où ma présence est sollicitée.

L’avantage d’être un adulte, d’avoir le permis et la possibilité de conduire comme bon lui semble.

— Il y a des postes de police à moindre échelle dans chaque ville de Lumiris. Un peu comme les Centres Pokémons, ajouta-t-il après être resté un instant pensif. La plupart de mes collègues sont souvent dépêchés pour des problèmes mineurs comme des larcins ou un Miaouss coincé dans un arbre et ayant trop peur pour redescendre, par exemple…

L’image pouvait faire sourire mais était malheureusement on ne peut plus véridique. Combien de fois, en tant que simple agent de police, avait-il été appelé pour grimper dans un arbre afin de récupérer un Pokémon un peu trop présomptueux ? Il avait arrêté de compter.

Il s’ébroua mentalement, sortant cette pensée inutile et obsolète de son esprit. Surtout que l’ultime question de son interlocuteur piquait au vif. Pas dans le mauvais sens du terme. Disons simplement qu’elle était on ne peut plus pertinente et apportait un léger goût d’amertume dans la bouche de l’inspecteur.

— En effet, je suis seul. C’est une longue histoire…, laissa-t-il simplement en guise d’explication en se demandant s’il devait vraiment tout raconter à un parfait inconnu devenu faible connaissance en quelques minutes. Pour faire simple : mon supérieur réfute mon hypothèse sans d’autres preuves plus solides de ma part. J’ai donc décidé d’aller moi-même chercher ces preuves solides pour que les grandes pontes daignent agir.

Il s’interrompit en apercevant la surface des immeubles du quartier résidentiel qui commençaient à apparaître à l’horizon.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : card
Origine : Kalos
Groupe : Éclipse
Messages : 126
Stardust : 434
Mer 13 Sep - 17:25
« Oh. J'ai connu ça aussi ! Je veux dire, le Miaouss coincé dans un arbre. Personnellement, je suis d'avis qu'il n'y a pas de petite assistance : toute forme d'aide est la bienvenue, elle apporte au monde la petite touche béate qui lui manque. En soi, si tout le monde s'entraidait, il n'y aurait pas besoin de la police. Ni des chevaliers, d'ailleurs. »

Il rit. Si sa principale préoccupation reste de justifier le fiasco de l'affaire Galahad, il n'empêche qu'il aime penser de façon optimiste. Le monde est assez moche pour qu'on le défigure davantage, après tout.

« Mais d'accord, je vois. Sans avoir la prétention de vous connaître, j'ai l'impression de vous cerner un peu plus. Vous allez trouver ça un peu pompeux, mais j'admire les gens dans votre genre. Ceux qui agissent, j'entend. Tout le monde n'a pas le courage de plonger au cœur de la tempête, et si j'en crois vos dires, c'est d'autant plus vrai si l'on sait ce qui s'y trame. » Louis gonfle le buste, la mine décidée. « Quoi qu'il en soit, je ne vous ferais pas défaut. Bien que promesses sur promesses ne soient point bonnes bases à l'édifice, je vous montrerai de quoi sont faites ces fondations. »

Il avance, pas certain que son nouveau camarade ait compris de quoi il parlait, mais tout de même assez satisfait de sa tirade.

« Eeet.. Nous arrivons ! C'était là, juste là. Mademoiselle ne semble plus être dans les parages, cela dit. Bien, où commençons-nous ? Je sais que vous, les inspecteurs, procédez généralement à diverses manipulations sur les lieux du crime. Je ne voudrais pas fourrer mes bottes n'importe où ! » Il pointe du doigt la ruelle, sur le côté gauche. « Les traces de brûlé sont là. Sinon, les pavés ne sont pas plus abîmés qu'ils ne l'étaient déjà, je suppose. Vous avez une idée pour suivre cette piste ? Peut-être une anecdote croustillante de policier ? »

Le chevalier croise les bras, tout sourire.

« En réalité, je suis un grand amateur du genre. Alors si je peux saisir quelques conseils au vol.. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : t-card
Origine : Johto
Groupe : Pulsar
Messages : 138
Stardust : 468
Lun 25 Sep - 5:44



Si le compliment de son interlocuteur le toucha, il n’en fit pas la moindre mention ni n’en montra aucun signe. À la place, il se contenta d’hausser vaguement un sourcil avant de s’en retourner à ses préoccupations premières.

Silencieux donc, Mordred continua de suivre son guide du jour à travers les rues de la ville. Son esprit ne cessait de lier et délier pour remettre dans un ordre différent tout ce qu’il venait d’apprendre, faisant en sorte de désapprendre pour voir les choses sous un autre angle. Une gymnastique de l’esprit des plus tortueux pour qui était ignorant de ce procédé et ne possédait pas un fil d’Ariane pour suivre la pensée torve de l’inspecteur. L’on pouvait facilement s’y perdre.

Pensées dont il sortit lorsqu’ils arrivèrent enfin sur les lieux.

— Ce n’est pas grave, elle n’aurait pas été très utile, répondit-il simplement concernant la remarque de la jeune fille dont le Pokémon avait disparu. Ce genre de personne constatait majoritairement les faits après qu’ils se soient déroulés et hormis dire que le Marisson sauvage n’avait pas été au rendez-vous ce jour-là, il n’aurait pas eu grand-chose à en tirer.

L’inspecteur s’accroupit devant l’endroit où se trouvaient les traces de brûlures. Pendant ce qui sembla être de longues minutes, il regarda les marques charbonneuses sur les pavés ainsi que sur la terre, gratta la noirceur et la renifla brièvement. Son regard se fit plus dur. Ses doigts écartèrent quelques brindilles brisées sur le sol.

— Une fois, j’ai dû faire le guet pendant des jours entiers au même endroit à me nourrir uniquement de viandes sèches et de conserves. À cette époque, je traquais les derniers membres de la Team Rocket et ils s’étaient réfugiés dans un établissement privé qui abritait une ancienne usine d’armes chimiques.

Mordred laissa retomber les brindilles après les avoir examinées puis se redressa, frottant ses mains l’une contre l’autre pour faire disparaître les traces de charbon qui s’y étaient accrochées. Son regard s’ancra sur celui du Chevalier :

— J’ai attendu aussi longtemps que nécessaire pour qu’ils s’affament et n’est pas d’autre choix que de sortir et de se rendre s’ils voulaient manger et boire. Ils sont sortis… au bout d’une semaine. Un être humain ne peut pas survivre plus de trois jours sans manger ni boire. Ils avaient survécu. Ils s’étaient nourris en tuant leurs Pokémons et avaient préféré sortir avant de s'entre-dévorer eux-même.

L’homme aux yeux de sang reporta son attention sur la zone qu’il venait d’examiner.

— Ces traces de brûlures n’ont pas été faites par une attaque de Pokémon feu, mais par un objet humain. Un petit lance-flamme, peut-être… ou un briquet, je ne sais pas. Toujours est-il que le Marisson disparu a été torturé ici-même avant de se volatiliser. Ses kidnappeurs sont probablement ses tortionnaires qui se sont amusés avant de faire ce pour quoi ils ont été payés.

Ses yeux écarlates observèrent un moment Louis, tandis que Maze reniflait les brindilles laissées par son Maître ainsi que les autres traces qui se dessinaient dans la terre meuble aux brins d'herbe écrasés.

— Vous savez, je ne vous en voudrai pas du tout si vous désirez de faire demi-tour maintenant. Surtout après la « croustillante » anecdote que je viens de vous raconter..., risqua-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : card
Origine : Kalos
Groupe : Éclipse
Messages : 126
Stardust : 434
Mar 10 Oct - 16:32
Louis frissonna. Les mots de l'inspecteur, contés avec tant de sérieux, se transformèrent en image dans son esprit : lui vinrent en tête les cadavres de pokémons dont il ne restait plus rien, et le visage ensanglanté d'hommes devenus monstres. Le discours sonna comme un glas dans son esprit, mais le chevalier ne s'autorisa pas à reculer : les horreurs étaient ce qui dissuadaient les plus courageux de rendre justice, or qui ferait le bien si tous détalaient ?

« C'est bon.. Je dois avouer qu'il y a de quoi être déstabilisé, mais n'ayez crainte. J'ai toutefois peine à croire que vous dormiez sur vos deux oreilles après avoir assisté à des choses pareilles. Nul homme ne devrait avoir à subir telle épreuve. » Il aurait pu se perdre en éloges, mais décida que c'était superflu. Voilà quelques heures qu'ils s'étaient rencontrés, et son respect pour cet ihomme grimpait déjà en flèche.

« Mais raisons de plus pour que je vous accompagne. Vous n'avez pas à tout endurer tout seul, inspecteur. Je ferai ma part des choses. » Il hocha la tête, l'air somme toute plus sérieux que précédemment. Louis ne prenait pas les affaires à la légère, loin de là, mais il aimait détendre l'atmosphère.

Ou du moins, essayer.

« Soit. Le pauvre Marisson est mal en point, et il a disparu. Pouvons-nous remonter la piste ? Je ne puis imaginer sa douleur en ce moment. Mon équipe est toute à votre disposition pour mettre ces tortionnaires hors d'état de nuire. »

Le chevalier promena son regard un peu partout, un tantinet frustré.

« Oh, votre Noctali semble avoir repéré des traces ! Je vais moi aussi prendre des dispositions. »

Il fit signe à sire Lancelot d'approcher, et vint lui murmurer quelques directives. Concrètement, il voulait qu'il les suive d'un peu plus loin, qu'il surveille les environs et qu'il le prévienne s'ils étaient suivis. Si les romans policiers lui avaient appris une chose, c'était que bien souvent, les enquêteurs eux-mêmes étaient talonnés par les malfrats lors de leurs investigations. Or, Louis ne comptait pas se faire prendre au dépourvu, ça non.

« Très bien. Que faisons-nous, inspecteur ? » Il suivit du regard son Cizayox, puis reporta son attention sur son collaborateur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Quand l'amour nous Hante [Lumière Oplaine et Tempête Lunaire]
» En attendant les ténèbres, la lumière domine [Pv Kyle, Lina et Hoerthïm]
» Quand les ténèbres grondent...
» Entre Ténèbres et Lumière
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération