Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Répondre au sujet
c'est amusant quand y'a du sang (AKIRA)
avatar
Invité
Invité
Invité
Jeu 14 Sep - 7:54



Le petit bar où je travaillais était la plupart du temps calme.
La plupart du temps.

— Vous avez intérêt à pas la ramener. Calmez-vous, ou je vous sors.

Ce groupe d'hommes était arrivé il y avait de cela moins d'une heure, à la tombée de la nuit. Le froid ambiant, étrange pour la saison, devait les avoir attiré à l'intérieur, à la recherche d'une boisson pour réchauffer leurs veines. Ils portaient cravates et chemises, mais leurs rires gras et leurs paroles m'avaient rebutés. J'avais servi leurs bières, leurs alcools forts et leur apéritifs. Ils s'étaient amplement moqué de tout ce qui pouvait être sujet de moquerie, j'y étais même passé, gringalet de gamin, qu'ils avaient dit, s'attirant un froncement de sourcils.

Mais ce n'était pas ça qui avait tendu l'ambiance. C'était quand ils s'étaient mis à jongler avec leurs verres vides, et avec bien peu de réussite. J'avais interrompu leur jeu, par souci d'éthique pour le bar : je n'avais pas le droit de les laisser abimer les objets appartenant au tenancier. Nous nous trouvions donc debout, les uns comme les autres, se jaugeant du regard. Ils puaient l'alcool. Je haïssais ce vice de l'homme, et je m'étais mise à les haïr, eux, qui se vautraient dans la boisson comme si leurs vies en dépendaient. Un rire coupe mes pensées.

— Nous sortir ? Toi ? T'as ramené des copains, j'espère.

Fier de sa boutade, il découvre ses dents en un nouveau rire gras qui me hérisse. Il m'a poussée dans mes derniers retranchements, alors qu'il me prend pour un garçon maigre et incapable. Le coup de poing part, percutant son ventre mou. Je fais deux pas en arrière, esquive le jet de vomi. Un tel choc dans sa panse a du lui remuer l'estomac. Mais déjà ses amis se saisissent d'objets, se mettent à hurler, à crier. J'ai un sourire crispé, reflet d'une violence sauvage.

Les objets volent, les verres éclatent sur les murs en y laissant des traces que je devrais nettoyer. Certains clients s'en vont rapidement, ne souhaitant pas assister à cela ; d'autres encouragent tantôt celui-ci, tantôt celui-là, m'écoeurant de cette curiosité morbide qu'ils possèdent. Une chaise file, et je fais un pas de côté pour éviter qu'elle ne heurte mon front. Bien entendu, le patron n'est pas là. Je peux déployer à peu près toute ma violence. Tant mieux.

Je casse un doigt, et alors que l'homme hurle, alors que le brouhaha autour de nous noie ses cris, je me penche vers lui, incontrôlable :

— Je ne suis pas un mec gentil. Vous auriez dû m'écouter.

Je susurre tel un abo, venimeuse et tranchante. Je déteste que l'on se dise, face à moi, que la violence a toujours été contrôlée. Que, si il y a bagarre, il y aura des limites tacites que chacun connaît. Je n'ai jamais eu de limites, ou je les ai toujours repoussées. Je n'ai jamais été gentille ni obéissante, je n'ai jamais cherché à être calme. Je vole, je me bagarre, comme un homme. Je lâche le doigt tordu pour tenter d'esquiver, mais un coup de poing heurte mon épaule. Je glisse au sol. Autour de moi, le chaos.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : Ma t-card
Origine : Ulvys
Groupe : Pulsar
Messages : 275
Stardust : 909
Jeu 14 Sep - 8:24
La journée a été plutôt longue, vagabondant dans les rues désert à la recherche d'un soit-dissant appartement que je n'aurais jamais avec mes petites economies ... une gamine rencontré au milieu de la route fière d'être la petite chieuse de la journée. Il m'avait fallu un moment pour me calmer de son comportement vis à vis de Kira, ma Helionceau ...

Là j'étais posé, mon cu sur une chaise haute devant un bar remplis de tous type d'alcool. Un mec soi-disant fière de ça drague du jour avait déclarer payé les tournées. Jackpot, j'en profite pour commander des shots et des verres bien serré d'alcool. Kira était rester dans ça pokeball, elle n'aimait pas ce genre de lieux remplis de cons et d'alcolo. Mais dans mon cas c'était un endroit sympa pour me souler un peu.

Bien sur, il y a toujours des cons partout, et il est rare qu'un bar ne finissent pas en bagarre général. Du coin de l'oil j'observe la tournure des choses, un gamin apparement barman dans ce lieu, c'était pris la tête avec un groupes de clients, des ados totalement souls, agissant fièrement en jonglant avec les verres vides, mais sans talents ... Les verres avait fini au sols cassé avec un petit "désoler" non sincère. Je lâche un soupire, bande de gamins ... Enfin temps qu'ils viennent pas me faire foutres qu'il s'entre tue, ça fera des cons en moi dans ce lieu.

La bagarre commence a s’approcher de moi, je les fixe du regard, un regard noir, menaçant de ne pas me toucher d'un cheveu. Bien sur aucun d'eux n'y fait attention ... je lève mon verre pour boire une gorgée, je ne me déplacerais pas pour des connard dans leurs genre, mais ce qui devait arriver arriva ... Une des chaises qu'un gars venait de soulever pour le jeter vers le gamin, dévia vers moi, m'arrachant mon verre d'alcool dans les mains ...

 Ptain tu fait chié, tu veut pas dégager là ! J'ai raté ma cible à cause de toi du con !

Pardon ? je lève doucement les yeux vers mon interlocuteur, qui semblait même pas poser un regard sur moi, pourquoi y prêter attention ? Vu que les poing semble au rendez-vous, autant continuer ... Je me lève de mon siège et attrapa la tête bien dur du con qui venait de me parler avant de la faire chuter contre le bar derrière moi. Une fois, je rattrape la tête avant de lui replonger sur le bar une seconde fois ... Ses potes finissent par entendre le bruit des coups et ce retourne alors.

 Qu'est ce que tu fou ?! t'a osé touché a notre pote là !

Oui et ? Un de ses "copains" s’approche une bouteille de vin à la main, je ne laisse pas s’approcher et lui tire un coup du droit. Plongeant mon point serré dans son visage, laissant la marque de ma main. Cette bagarre ne semble pas ce terminé ...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Invité
Jeu 14 Sep - 8:54


Les choses auraient pu tourner autrement. Mais c'était tellement plus drôle ainsi. Les dégâts seraient payés par ces têtes de con : ils avaient débuté, et j'avais tenté de les faire sortir. Que la bagarre ait pris une telle ampleur n'était pas de mon fait. J'espérais que, malgré mon caractère, le peu de gens présents jugeraient que je n'y étais pour rien. Bah, ce n'était pas comme si je croyais en l'humanité, hein ? Ils feraient ce qui était bon pour eux.

Je vois du coin de l'oeil qu'un client - même plusieurs - sont mêlés à ça. Par contre, ce petit détail m'ennuie : si ils sont blessés, cela pourrait se retourner contre moi. Je n'aime pas spécialement ce job, c'est juste alimentaire, pour survivre. Triviale besogne quotidienne. Je me glisse derrière le bar, non sans traîner un homme dont je viens de casser le poignet. Pas de pitié pour les souillures de son espèce.

— Vous allez me faire le plaisir de déguerpir, ou je me sers de ça !

Je sors une batte de baseball de derrière le comptoir. Le brouhaha s'estompe un instant, et je sens les regards qui me jaugent : je fronce le nez, mauvaise. La façon dont je tiens l'objet en bois ne laisse aucun doute : j'y mettrai toute ma force et une certaine habileté. La bagarre a assez duré ; j'ai un oeil au beurre noir, et la lèvre supérieur en sang. Le goût du cuivre me donne envie de vomir, de traîner ces types dehors et de les bouter dans les poubelles, là où est leur place.

— Vous entendrez parler de ça, le patron voudra que vous remboursiez que je siffle, amusée d'avance par leur dégrisement.

Effectivement, ils semblent tous reprendre leurs esprits. Ils se décrochent des autres clients qui ont peut-être eux aussi cherché la bagarre. Il y a du sang et des éclats de bois et de verre partout. Quelle pagaille. Ils sortent finalement, après avoir donné un numéro de téléphone, un nom, et de l'argent - je leur jette un dernier coup d'oeil écoeuré avant de me tourner vers les autres clients. La plupart se sont assis de nouveau. Je m'avance vers un mec aux cheveux rouges. Si j'dis pas d'bêtises, il s'est montré un vrai démon, quand il a failli se faire avoir par la chaise.

— Dis à mon patron, quand il reviendra, que c'est de leur faute.

Je lui sers son verre d'alcool, pour remplacer celui que je vois répandu sur la table et le sol. Je le regarde, mais il n'y a pas de reconnaissance ou de gentillesse dans mes yeux. Je me sens même bête et mauvaise : il n'avait pas besoin d'intervenir. Je le déteste, d'avoir participé. J'étais assez forte pour les battre, tous. Je pose le verre sur la table un peu sèchement et le toise de tout mon haut, c'est à dire mon mètre cinquante cinq à tout casser.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : Ma t-card
Origine : Ulvys
Groupe : Pulsar
Messages : 275
Stardust : 909
Jeu 14 Sep - 10:48
Ses cons était aller trop loin, ce verre je l'ai eu gratuitement pour ne profité et me détendre, alors qu'eux venait uniquement foutre leurs merde devant moi. J'ai rien demandé okay, qu'il me brise les oreilles est une chose, mais mon verre c'est le mien.

Un autre des gars vouloir s'approcher, le point fermé quasiment lancé vers moi. Je recule légèrement la tête pour lui donner un coup de pied bien entre les jambes, quand il fini par ce plié en deux de douleurs je lui ajoute un autre coup sur la tête. Bien sur, j'aurais put continuer ainsi longtemps jusqu'a ce que chacun soit inconscient ou qu'ils ai dégager jusqu'a ce que le gamin cria.

— Vous allez me faire le plaisir de déguerpir, ou je me sers de ça !

Levant une batte de baseball cela refroidis les mec devant lui qui gloussa discrètement. Bande de froissard sans couille. Aucun d'eux non connu les combats de rue, ou chacun ce battait avec les poings et non avec des pokemons ... ou chaque objets autour de nous était une arme ...

— Vous entendrez parler de ça, le patron voudra que vous remboursiez

Sur ses derniers mots cria à la bandes, chacun commença a poser leurs armes ou bouteilles, laissant derrière eux leurs numéros ainsi que quelque billets avant de partir la queue entre les jambes. Mais qu'est ce que c'est que ce merdier ? depuis quand tu laisse ton numéro pour devoir payé une seconde fois ? c'est des abrutis ma parole !

— Dis à mon patron, quand il reviendra, que c'est de leur faute.  

Pardon ?! je lève les yeux pour voir le gamins tenter de me reservir le verre que la bande avait cassé avec leurs merde. Le gamin n'était pas du tous prescis, il renversa pas mal de goute à côté avant de reprendre ça bouteille. J'attrapa la bouteille par le haut avant qu'il ne la reprennent en lui enlevant des mains. Je la pose juste à côté de moi avant de boire cu sec le verre tous juste servis et me reservir par la même occasion.

" Tu me prend pour ton facteur ou quoi ? ça c'est pour le dérangement ! "

Je lui montre la bouteille que j'ai garder dans les mains, celle-ci servait de monnaie d'échange contre le dérangement effectué pendant qu'il était client. Si le gamin voulait ce barré, soit, mais je garde la bouteille, gratuite qui plus est.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Invité
Jeu 14 Sep - 11:00



J'allais devoir passer plus qu'un coup de balai pour nettoyer tout ça. De l'alcool et du sang se mêlaient un peu partout. Des éclats de verre, des esquilles de bois parsemaient les tables et le sol. Ici et là, quelques clients s'étaient rapprochés pour causer de cette bagarre de bar. Le patron n'allait pas tarder, et je n'aurai jamais le temps de tout remettre à neuf. Fais chier.

Je finis de servir le verre au rouquin. J'espère pouvoir faire le tour des tables - j'aimerai bien garder mon job. Faut que je paye mes factures. Au moment où je vais reprendre la bouteille, il la saisit et l'éloigner. Le timbre de sa voix est pareil au mien, froid, distant. Ok, c'est pas gagné. J'aurai pu être sympa, me montrer faussement gentil, mais c'est pas mon style. Je me contente de le regarder de haut - ou presque.

— Facteur ou non, t'as quand même participé à la bataille, rouquin. Ce qui fait de toi l'un des participants de la bagarre, et donc un fautif. T'as vraiment envie d'avoir des ennuis ?

Mais celui-là à l'air d'une autre trempe que la bande de faiblards. Il s'est battu, et il n'a pas l'air trop mal en point. Et, surtout, il a l'air aussi antisocial que moi. Non pas que ça m'attire, ou un truc du genre - juste que je suis plus encline à supporter sa présence. Dommage que cela parte aussi mal. Je hausse les sourcils, toujours debout, quand la porte sonne. Et on entend distinctement mon patron hurler :

— Il s'est passé quoi, ici ?! Mars ! Mars !

Je grimace, et délaissant le rouquin et sa bouteille, je m'amène à pas traînant vers mon patron, sous le regard des clients. J'ai les yeux relevés - je n'ai pas pour habitude de baisser les yeux ou de me cacher. Mon patron pointe un index tendu et accrocheur vers moi.

— Tu as deux minutes pour me donner des explications !

Sa voix vibre d'une juste colère. Ca va barder.

— Des gros cons ont cassé des verres. Ca a dégénéré que je dis, en restant vague. Pas besoin de dire que le premier coup est venu de moi, hein ? J'vais nettoyer.
— Oh mais j'y compte bien ! Hey, vous ! Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda t-il en prenant à témoin les autres clients.

Merde. J'suis certaine que le rouquin va faire sa tête de mule, et pas du tout me venir en aide. Oh, non pas que j'en ai besoin, mais ... Je vais prendre un balai, et commence à nettoyer le verre et le bois, les dents crispées. Si j'perds mon boulot, faudra que je m'en trouve un autre et ça, ça m'ennuierai vachement. Je lance un regard au roux : pas suppliant, parce que je ne saurai pas supplier. Juste un regard. Sincère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : Ma t-card
Origine : Ulvys
Groupe : Pulsar
Messages : 275
Stardust : 909
Jeu 14 Sep - 11:32
Je garde à la main la bouteille, elle restera avec moi comme dédomagement, ça c'est sur et le premier qui veut me l'enlever finira comme la bande de con de tous à l'heure. Pourtant la gamine semble sur posé sur son grand cheval me fixant d'un air supérieur. Pour lui rendre la pareil je lui lance un regard noir ...

— Facteur ou non, t'as quand même participé à la bataille, rouquin. Ce qui fait de toi l'un des participants de la bagarre, et donc un fautif. T'as vraiment envie d'avoir des ennuis ?
" Et toi t'a fait que regarder peu être ?! si j'ai des ennuies tu plonge avec moi. "

Froid, répondant du tac au tac. C'est le gamin qui a commencer et ils viens me menacer avec ses ennuies de merdes ? une chose est sur, s'il m'amène les enmerdes tu tombera avec moi, creusant ta propre tombe. Que ce soit via ton patron, ou par ton visage salement amoché, ça reviens au même. D'ailleurs en parlant de patron ...

— Il s'est passé quoi, ici ?! Mars ! Mars !

Le gamin s'empresse d'aller rejoindre le big boss des lieux qui lui demande des explications en quatrième vitesse. Pfu, encore des enmerdes, sauf que je n'ai pas d'obligation d'y répondre a ses enmerdes. Et ce n'est pas a moi qu'on pause la question. En fait je n'ai même pas écouter ce que le gamin avait dit pour ce defendre de son patron.

— Oh mais j'y compte bien ! Hey, vous ! Qu'est-ce qui s'est passé ?

Hein ? c'est moi qu'il pointe du doigt comme ça ? il m'a vu au moins ? genre je suis avec ma bouteille et mon verre d'alcool, n'importe qu'elle mec avec un minimum de neurone pourrait me prendre pour un pauvre alcolo qui n'aurait rien vu. Mais lui me pointe du doigt pour répondre. J'attrape la bouteille pour me servir un verre que je but d'un coup.

" Je suis pas là pour répondre des actes des cons qui viennent foutre le bordel Je suis là pour me changer les idées okay ? un verre ! "

Dis-je en frappant le verre contre le bar pour réclamer a ce qu'on me le remplisse. La bouteille était vide, faut dire qu'elle était pas pleine quand je l'ai réquisitionner ... J'avais légèrement tourné la tête pour voir le patron et le gamin, qui celui-ci semblait me lancer un regard. Non mais je t'enmerde, si tu crois que je vais te défendre ...

" Si vous avez pas confiance en vos employés, passé pas l'étape de l’embauche chef ! "

Derrière c'est mots on pourrais croire que je defend le gamins en disant qu'il avait raison, mais en fait rien. Juste que s'il demande a chaque fois au clients ce qu'il ce passe au lieu de ses employés, ba voilà quoi ... autant faire bosser les clients dans ce cas.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Invité
Jeu 14 Sep - 11:47



Bon, j'ai largement ma faute là-dedans. Mais j'y peux rien si les cons m'énervent. Ils ont tout salopé, ils ont cassé des verres. Je les avais prévenu, après tout. Mais le patron prendrait pas les choses comme ça, mais si c'était la vérité. Le patron retirerait tout ça sur ma paye, et il me resterait plus grand chose pour payer mon loyer. Faut pas que je compte sur rouquin pour m'aider. Bah, j'ai pas besoin d'aide, je m'en fiche.

Je me suis mise à balayer, le dos voûté, et je manque de jurer quand, après avoir pris à parti tous les clients, mon patron en pointe un au hasard. Et c'est Rouquin. Ce dernier semble très peu amène, et aussi assez peu content d'être le point de mire de mon patron. Je lève les yeux au ciel et remplis son verre, en me disant que, par Arceus, il a la bouteille, il l'a fini, faudra qu'il paye, bons dieux. Il est là pour se changer les idées ? Grand bien lui fasse. J'ai juste envie de me barrer d'ici, d'en fumer une, et même de retrouver ces gros cons et de les fracasser sur le pavé. La pulsion de violence est quelque peu réfrénée par mes douleurs, mais très peu.

Si vous avez pas confiance en vos employés, passé pas l'étape de l’embauche chef !

C'est pas exactement l'aide que j'escomptais, mais ça pourra aller. Ces mots semblent apaiser un peu mon patron, qui jette un regard triste autour de lui. Il maugrée, et s'avance vers moi ; j'arrête mon balayage, les sourcils froncés.

— Tu me nettoies tout ce que tu peux. Ils ont payé ? Je dis oui de la tête, avant d'ajouter :
— Pas tout, mais ils ont filé leur numéro pour le reste.
— Tu me feras un rapport rapide de tout ce qui est cassé.

Il s'en va vers son bureau - non sans prendre, au passage, une bouteille de whisky. Je soupire et finis de balayer les morceaux. Puis, je vais nettoyer avec un chiffon humide les débris liquides, avant de remettre les chaises et autres meubles à leur place. Les clients se sont réunis en une grosse masse, sauf le rouquin, tout seul au bar.

— Tiens.

Un verre. Gratuit. Il doit sûrement prendre ça pour son dû. Je sais qu'on a pas le droit, mais je sors une cigarette de ma poche. Je cherche mon briquet, en inventoriant rapidement le matériel abîmé. J'ai pas spécialement envie de faire connaissance avec Rouquin, mais on peut dire qu'il sait se battre. J'sais pas quoi dire.

— T'as appris à te battre où comme ça ?

Simple intérêt curieux. J'suis certaine de m'faire envoyer paître. Je trouve pas mon briquet, et ça m'emmerde, j'ai l'air bête avec ma cigarette au bec éteinte. Je fouille mes poches, mes plis de chemises, l'air embêtée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :


card : Ma t-card
Origine : Ulvys
Groupe : Pulsar
Messages : 275
Stardust : 909
Ven 15 Sep - 5:36
J'étire grand mes bras vers le mur de la pièce, tirant légèrement sur un bras puis l'autre avant de bailler. Qu'elle journée de merde, vraiment. Finalement le gamin reviens au bar me servant le verre que je demandais. Chouette, enfin, je finissait par l'attendre le verre.

— Tiens.  

Un merci peu être ? non ce n'était pas son genre. Il attrapa le verre pour regarder un peu dans le vide, au loin de la pièce. Pour une fois il ne le but pas entièrement. Il fixe alors l'horloge derrière le bar, il ce fessait tard ... S'il rentrait trop tard Kira son Helionceau finira pas la bouder toute la nuit.

— T'as appris à te battre où comme ça ?

Hum ? levant les yeux il fixa le gamin. Ou est-ce que j'ai appris à me battre, hum la bonne question. Nul part et dans la rue. La réponse était la même, seul également. On me disais souvent être le lion rouge, la tempête ou simplement le diable ...

" Dans la rue, par mes propres moyens. Ce n'est pas rare ici. "

Baillant une seconde fois je m'empresse de mettre une main devant la bouche. Le gamin semblait vouloir fumer une clope, je me tourne pour voir les autres clients autours, tous le monde s'en allais et d'autre se ressemblait pour parler de ce qui sais passer. Ca me tente bien aussi tiens, une clope ... Je sorti le briquet de ma poche pour l'allumer au gamin du bar avant d'allumer la mienne.

" Si l'employé peu fumée, j'ai tous les droits non ?! "

Ecoute, par principe les employés donne l'exemple, alors si lui peu je dois pouvoir aussi. N'empêche travailler en temps que Barman, je devrais m'y mettre un jour ... mes économies commence a être à sèche.

" Combien tu gagne a taffer ici ? "



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Invité
Mer 4 Oct - 11:51


Mine de rien, au moins, j'ai pas perdu mon job, je vais pouvoir continuer à payer le loyer. Surtout que, depuis que Louis est venu squatter chez moi, chevalier de pacotille, j'ai plus de bouches à nourrir. Je soupire doucement et j'écoute d'une oreille curieuse la réponse du guerrier. Dans la rue, bien entendu. Beaucoup de gens apprenaient les coups bas dans la rue. Il n'y avait que Louis pour se battre en duel comme un bon petit noble. L'honneur, tout ça, c'était pour les faibles. Je ne rechignais jamais contre un bon petit coup vicieux. Entre la vie et l'honneur, je choisissais la première.

Je réprimais un baîllement à mon tour, contaminée par le jeune homme. Je continuais à torcher les verres et à nettoyer de-ci de-là sans grand enthousiasme. C'était pas un grand bavard, et j'avais pas forcément envie de me brusquer pour faire la conversation, d'autant qu'avec évidence, ça l'emmerdait. Je haussais les épaules quand il s'alluma une clope - qu'il fasse ce qu'il voulait. Les deux fumées de nos cigarettes s'emmêlèrent et se joignirent pour former un nuage âcre. Heureusement qu'on était seuls au bar.

La question me laissa immobile, le balai à la main, la cigarette entre deux doigts, le regard blasé.

— Pas grand chose. Moins que d'autres, des filles jolies ou de beaux serveurs, qui ont de quoi attirer le chaland. De quoi payer un loyer. T'es intéressé ? que je fais,un léger sourire cynique aux lèvres.

Les clients faisaient de mauvais serveurs. Trop de dignité. Trop de fierté. J'imaginais mal un mec comme lui servir quiconque autre que lui-même. J'avais moi aussi ma fierté, mais je faisais surtout ce boulot pour me sociabiliser, en quelque sorte. Dommage que ça ne fonctionne pas. Un aboiement me fit tourner le regard et j'observais avec agacement Toto approcher. Il avait grandi, depuis quelques temps. Je me penchais, caressais sa tête et le repoussais en lui chuchotant : Retourne en cuisine, j'ai bientôt fini.

Curiosité, quand tu nous tiens : quels pokémons il pouvait avoir, le rouquin ? Nouveau regard vers lui, puis je me remis à balayer, sans poser ma question. Il avait pas l'air très décidé à causer. J'pouvais toujours répondre à ses questions, si il avait envie. Démarrer un dialogue, tout ça.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Senlis , le vieux manoir , par derriere c'est toujours plus sympa ..
» [F] PHOEBE TONKIN ▬ Quand les liens du sang s'emmêle
» Quand le sang se livre de lui-même jusqu'au prédateur.
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Quand l'alcool coule a flot par une nuit sans Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération