Dusk

forum rpg pokemon

Lumiris




 

Répondre au sujet
Thomas Jaeger-Blake [Terminée]
avatar
Origine : Unys.
Groupe : Météore.
Messages : 7
Stardust : 25
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Mar - 1:30
Météore



âge : vingt-six ans.
né le : 18 octobre.
sexe : ♂.
origine : unys.
groupe : météore.
métier : ingénieur - concepteur.

Thomas Jaeger-Blake

Spike Spiegel from Cowboy Bebop.


Description

Si on devait louer une qualité qui t'est propre, ce serait la cohérence. La cohérence entre tes actes - soutenus par une démarche expliquée et solidement argumentée - et ton apparence physique négligée. Tu donnes l'impression d'être un homme qui n'a cure des conventions sociales, qui se délecte de l'anarchie et qui consent à laisser sa vie dériver au gré des rencontres.

En fait, c'est vrai.

Taciturne. Froid. Fomblard arrogant. Un ingénieur n'a pas souvent de vie sociale très active mais, toi, tu es un véritable champion dans ton domaine. Avant de la rencontrer, tu étais un misanthrope imbu de ta personne. Moqueur envers les exploits d'autrui, tu ne cherchais que l'excellence à moindre efforts et tu te nourrissais du désespoir des autres qui te voyaient réussir. Tu tirais une grande satisfaction des compliments d'autrui - fussent-ils sincères ou juste intéressés - et tu en as tiré un égo surdimensionné. Même, depuis, tu laisses quelques fois entrouvrir la porte vers cet être que tu étais auparavant. Difficile pour toi de réprimer l'envie de montrer ta supériorité lorsque l'occasion t'est présentée de le faire.

Tu n'es pas cette personne qui a besoin d'être aimée par les autres pour se sentir vivre. Tu n'avais pas peur avant, peur de perdre quelque chose de précieux. Tu te détournais facilement de ce que tu avais déjà accompli, tu te lassais rapidement de ce que tu avais pu créer. Tu évoquais des sujets lourds avec une légèreté presque effrayante. Tu ne craignais rien, tu te sentais tout-puissant. Même la mort n'avait pas d'impact sur toi ... Maudite soit cette jeune femme !

En adepte des comportements blasés et de l'attitude nonchalante qui te caractérisent tant, tu en as tiré un flegme qui t'est singulier. Tu ne manques pas de dédaigner ton interlocuteur lorsqu'il t'adresse une parole déplaisante, et tu le remballes avec efficacité en faisant preuve d'une répartie cinglante. Ton humour cynique et tes propos caustiques t'ont valu autant l'appréciation de tes alliés que l'énervement de tes opposants. Tu n'en tires, personnellement, aucune gloire, aucun contentement. Tu fais ta vie, aidé de ton fidèle allié Élekid. Tu avances, certes pas seul, mais avec un vide à combler. Tu as goûté au bonheur et il s'est envolé. Ce n'est plus pareil, quand on remplace le sucré par l'amer ...

Tu ne le montres pas, mais cela te pèse. Tu ne t'en plains pas, mais parfois tu craques. Tu es un Homme après tout, voué à être faible et fragile. Tu caches cela derrière un air souvent stoïque, accompagné de grimaces blagueuses et une expression où se mélangent sarcasme et sérieux. Ton sourire souvent odieux t'a mené plus d'une fois vers des situations périlleuses et ton intelligence cartésienne t'en a sorti tout autant. Néanmoins, tu avais arrêté de faire le casse-cou, d'être grossier et immonde envers autrui, pour son bien à elle et parce qu'elle te l'avait demandé. Tu étais étonnamment conciliant, pour quelqu'un d'aussi conflictuel. La vie à deux t'a changé. Pour le meilleur sans doute.

Depuis, ce n'est plus que plaisirs intenses, de courte durée, vides de sens qui rythment ta vie. Que valent ces personnes que tu rencontres l'espace d'une nuit, ou ces produits que tu consommes et qui dégradent continuellement ton corps ? Le goût du risque, tu l'as perdu il y a de cela belle lurette, mais ce que tu fais actuellement n'est qu'un prélude à l'auto-destruction. Tu es têtu et tu n'en fais qu'à ta tête, ce n'est pas une nouveauté. Seulement te voir te nuire à toi-même, ce n'est plus un comportement puéril, c'est purement de l'inconscience ... Tu es effectivement un cas unique, mais parfois désespérant, j'ai envie de dire.

Pour finir, il est bon à noter que tu as un esprit des plus logiques, des plus sceptiques. Si pour les Pokémon, tu as définitivement abandonné le fait d'en expliquer les pouvoirs et les capacités, tu continues tout de même à être proche de leur univers. Tu aimes développer des éléments en lien avec eux, sans nécessairement les adorer comme tes confrères. Tu veux juste les analyser et les comprendre un peu plus, à ta manière. Cela rappelle les quelques rêves d'enfants qui, de temps à autres, surgissent sauvagement de ton sommeil. Tel le Zigzaton qui bondit des hautes herbes au tout début de l'aventure d'un dresseur néophyte.

Tommy me lance un journal, me sommant de la fermer pour le laisser dormir encore un peu.

Connard.



surnom : aucun.
espèce : élekid.
sexe : ♂.
nature : hardi.
talent : statik.

Sans surnom. Sans histoires.

Il s'agit sans aucun doute du résumé idéal pour l'Élekid de Tommy. Pour un Pokémon électrique, il est relax et assez détendu. Loin d'être un surexcité, il se permet même d'imiter le caractère de son dresseur en adoptant, lorsqu'il est dérangé, un comportement grossier.

Du fait de sa couleur particulière qui le rend vite remarquable et de sa détestation pour les sujets tape-à-l’œil, Élekid préfère lui-même se réfugier dans sa pokéball. Sortant principalement lorsque son dresseur le lui demande ou quand il n'est entouré que de personnes familières, il exprime tout son tempérament en milieu connu.

Sa relation avec son dresseur est assez bizarre, à mi-chemin entre les potes qui se rembarrent quand l'un d'eux fait une blague pourrie et les complices proches qui se soutiennent mutuellement. Tommy juge Élekid indépendant, bien qu'il soit inexpérimenté, et lui fait confiance en le laissant parfois faire ses propres erreurs ou suivre sa voie comme il l'entend. De son côté, Élekid reste extrêmement loyal envers le jeune homme qu'il accompagne et qu'il défend, contre vents et marrées.

Les éclairs que produit Élekid sont de couleur bleue.


Histoire

Dans un bar, installé avec Élekid.

Nous fêtions, sans le savoir, nos six mois à Lumiris. Cette région complètement déconnectée de celles que nous connaissions déjà. Nous n'étions pas très familiers de l'atmosphère qui y régnait même si les habitants locaux étaient très accueillants. J'avais trouvé un travail dans mon domaine, en tant que concepteur en technologie pokémon. J'étais bien payé et, fallait l'avouer, la vie ici était plutôt agréable. Très tranquille, voire un peu chiante, mais agréable.

Le barman avait gueulé quelque peu car, ici, l'obligation était de séparer les Pokémon des humains. Personnellement, déjà que je respecte pas le code pénal, alors le code d'une taverne ... Je n'en avais pas grand chose à faire, honnêtement. Il pouvait rouspéter autant qu'il le voulait, ma décision de rester là à boire avec le seul ami qui me tenait compagnie était prise.

J'avais Élekid depuis mon départ d'Unys. En réalité, il m'a été offert par mon grand-père avant que je ne parte pour Lumiris. J'avais eu la surprise de remarquer ce Pokémon aux couleurs atypiques, pour lequel j'exprimai rapidement de l'affection. Il était assez vif d'esprit, savait se comporter comme je l'attendais de lui et n'était pas encombrant dans mon travail. Tout ce dont je pouvais attendre d'un camarade qui allait faire de la route avec moi.

Mon grand-père, c'est un peu mon idole. Ancien champion de type électrique à Kanto, il déménagea à Unys avec ma mère lorsqu'elle était encore une adolescente. Il y devint, là-bas, conseiller du champion local de Méanville et parvint à se faire une petite réputation en tant que dresseur, alors que sa fille fit la rencontre d'un charmant autochtone qui l'engrossa bien rapidement. De leur union je naquis, dans un cadre familial assez houleux où les deux semblaient ne partager que l'amour des plaisirs interdits. Aucun point commun ne les réunissait et, au final, ils durent se séparer après des évènements relativement sombres. Évènements qui conduisirent ma mère à l'hôpital psychiatrique, d'ailleurs.

Mais bon, tout cela est derrière moi.

Depuis, j'ai appris aux côtés du « vieux » à aimer la technologie, à m'ouvrir uniquement lorsque j'y voyais un intérêt quelconque. Je devins rapidement doué dans le domaine, aidé par un maître en la matière. Je n'étais pas comme les autres enfants, à fantasmer sur un hypothétique rêve de devenir connu par le biais des Pokémon. Non, moi, j'étais différent. Je voulais aussi vivre avec eux, mais à ma manière, tel que je le concevais. Pour la peine, je devais être le meilleur dans ce que je faisais, le numéro un. Celui qui ne cédait rien, celui qui ne connaissait autre chose que l'excellence.

Et c'est ce qui arriva. La conclusion de vingt-deux longues d'années d'attente qui se concrétisèrent enfin. Elle apparut telle une comète, illuminant ma vie alors, certes couronnée de succès, mais vierge de ce qui la rendait si belle. Avant elle, je n'avais peur de rien. Je ne craignais rien, je me sentais invincible. Puis je l'ai connue et avec elle, vint l'amour, mais aussi la peur de perdre quelque chose d'essentiel à ma vie. Tel ce joyau qui, sans lui, laisserait le bijou terne, sans éclat.

Morgan Everlake. Celle par laquelle vinrent les plus beaux moments de ma vie, mais aussi mon plus grand échec. Au jour d'aujourd'hui, je n'arrive pas encore à digérer notre relation qui fut avortée à cause de la distance. Elle habitait à Flocombe, je vivais à Méanville. Nous avions connu deux univers différents. Nos passés qui nous rendaient si uniques finirent par nous rattraper. Morgan subit une perte tragique, perte qui finit de creuser ce gouffre qui nous séparait de plus en plus. Elle n'acceptait pas que je fasse irruption dans ce moment de douleur, et j'avais commis l'erreur de prendre en compte son avis.

Cette vie-là n'était plus possible, pour aucun de nous deux. Elle partit, j'étais rendu seul, à nouveau. Seul au milieu de mes créations, seul avec ce génie qui faisait fuir tout le monde, n'attirait que les envieux. Seul avec mes poupées de métal, froides au contact, à l'histoire certainement plus heureuse que la mienne.

À nouveau, la femme de ma vie me laissa, assombri plus que jamais.

Durant l'année qui suivit notre rupture, ce ne furent que soirées, dépenses irraisonnables et dégâts physiques, puis émotionnels, qui s'enchaînaient à vitesse folle. Je courais droit vers le mur, je rejoignais petit à petit ma mère qui s'était également abandonnée au diable. Je n'étais pas croyant pour un sou, mais je sentais pertinemment que si je ne me raccrochais pas à quelque chose, je ne pourrais jamais m'en sortir. Et encore une fois, ce fut lui qui porta la cape de sauveur. Parce qu'il était présent pour moi dans pareils cas, je ne pourrais jamais assez le remercier.

Je suivis une cure de désintoxication puis, remis d'aplomb, commençai à explorer de nouvelles possibilités. La région de Lumiris ? Jamais entendu parler. C'était parfait. Un eldorado inexploré, inconnu au bataillon, ne pouvait que me rafraîchir les idées.

Grâce au long bras du « patriarche », je parvins à me dégoter un emploi stable qui me permettrait de rebondir petit à petit. Je n'étais pas encore tout à fait tiré d'affaire mais, avec toi, mon fidèle Élekid, ça ira certainement de mieux en mieux.

« Bon alors, soit tu te barres, soit j't'en colle une ! »

Ce n'était plus la voix du barman. Un gorille, près de deux mètres de hauteur, s'était présenté à moi avec ce ton grave. Je pouvais le rembarrer mais, j'en avais fini dans ce trou à rats. Je me levai, déposai sur la table l'argent servant à payer nos consommations puis sortis, saluant grossièrement le propriétaire de mon majeur bien en évidence.

Devant la porte, dehors, le soleil commençait à bailler, à fléchir légèrement vers l'ouest. Je me retournais vers mon Élekid qui avait l'habitude de ce genre de sorties, pour lui narrer une histoire :

« Tu sais Élekid, dans certaines contrées lointaines, les gens ont des animaux qu'ils appellent chats. Les femelles, lorsqu'elles mettent au monde des petits, si quelqu'un les touche, même le mâle, ne les reconnaissent plus et peuvent les dévorer. Ce n'est pas toujours effectif mais le chaton, tout innocent soit-il, n'est jamais à l'abri de la mort. Même de la part de ses propres parents, tu comprends ça ? »

Élekid pencha la tête de côté, pour me montrer que cette petite narration le dépassait. Évidemment, quand on ne connaît pas quelque chose, on a tendance à voir les tenants et aboutissants nous échapper un peu. Son air un peu niais me faisait sourire, comme s'il me disait « Je ne comprends pas, non. »

Laissant mon sourire s'afficher, je repris la route avec lui, les mains dans les poches et la tête un peu ailleurs, après avoir raconté ma vie.

« Ouais, moi non plus, je ne comprends pas. »




surnom : Jägermeister.
âge : 23 ans.
Comment as-tu découvert le forum ? : Morgan Everlake.
Ton pokémon préféré ? : Ouisticram.
Un dernier mot ? : C'est tout. Pour le moment.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Origine : Lumiris
Groupe : Pulsar
Messages : 545
Stardust : 694
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Mar - 4:39
Pulsar
Bienvenue Thomas ! Il détonne ton Elekid avec ces couleurs et le début de fiche donne envie de connaître l'histoire de ce personnage (tant de questions sur son background). J'ai hâte de lire la suite !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Origine : Unys.
Groupe : Météore.
Messages : 7
Stardust : 25
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Mar - 5:49
Météore
Merci de l'accueil.

Histoire postée, en espérant que ça plaise.

Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Origine : Lumiris
Groupe : Pulsar
Messages : 545
Stardust : 694
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Mar - 6:29
Pulsar
Je sens que ça va être explosif si Thomas et Morgan se recroisent. Et je suis curieuse de voir l'évolution de ce personnage au grès des rencontres à Lumiris. Comme tu entres dans les Météores, tu obtiens un bonus de 25 pokédollars et 5 stardusts. Bon jeu !

Bienvenue sur Dusk Lumiris !

Tu es officiellement validé, félicitations ! Tu peux aller créer ta T-Card, ton journal de bord, et rejoindre le serveur Discord ! Bon jeu à toi ! Si tu as des questions, n'hésite pas !



Tu obtiens 5 pokéballs, ton starter et 5 stardust.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» La séduction est la clé de l'amour. ♔ ft. Blake (terminé)
» Ileen Thomas ♔ Bangarang! (terminée)
» Drôle de prof, drôle d'élève... ~~ PV Blake (terminé)
» Tous les moyens sont bons pour être libres # BLAKE [Terminé]
» Thomas Benjamin Degrace [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dusk Lumiris :: Préambule :: Fiches d'identité :: Fiches validées-
Répondre au sujet
Outils de modération