Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guide dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Au voleur ! (avec Capucine Alambra)
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Dim 25 Fév - 2:32
Assis à côté d'une table à l'extérieur, Leonard prenait le temps du repos. Une petite gorgée supplémentaire de thé, et il faisait déjà le bilan de son jeune voyage. Il avait déjà visité Mirawen et Port-Corail. Et à ces deux villes, il fallait ajouter la plage mystique où il avait capturé Arnold (carapuce) et la forêt d'Ehretia où Gael (tortipouss) avait rejoint la famille.

Jusqu'à présent, le voyage se déroulait au mieux. Des visites, des rencontres et des captures. Leonard ne voyait aucun nuage noir dans son ciel bleu.

Une personne âgée sortit de la maison et vint s'asseoir à la même table que Leonard. Ce dernier l'accutillit d'un sourire. La personne âgée engagea alors la conversation. Les occasions de parler et surtout de raconter leurs mêmes histoires à une nouvelle personne était une occasion rêvée.

C'est de cette façon que le nuage noir se forma au-dessus de la tête de Leonard... Il arrivait...

La personne âgée racontait ses aventures. Et vu qu'elles étaient riches en détail, il fallait du temps et une nouvelle tasse de thé pour hydrater le gosier. Leonard et la personne âgée retournèrent alors à l'intérieur de la maison pour aller se resservir.

La tasse remplie d'une eau brûlante, Esmeralda (stari) déboula et s'arrêta juste avant la fatale collision. Leonard laissa échapper une exclamation et quelques gouttes brûlantes vinrent s'écraser par terre et sur le corps du stari.

« Fais attention, Esmé. Tu a- »

Mais Esmeralda (stari) était dans l'urgence. Ne pouvant communiquer normalement comme les autres pokemons, elle fit comprendre à Leonard de sortir. Elle lévita et indiqua alors une direction. A quelques centaines de mètres, il y avait quelqu'un qui courrait. Vite.

Le nuage noir était au-dessus de sa tête. On avait volé une partie de ses affaires.

« Au voleur ! On m'a volé mes pokeballs et mes pierres ! Au voleur ! »

La tasse de thé était déjà posée sur la table. Leonard courrait à pleine vitesse, essayant de rattraper son voleur. Esmeralda (stari) lévitait à ses côtés, prête à prendre de l'altitude pour servir de GPS dans le labyrinthe des rues et ruelles.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Dim 25 Fév - 4:06
Je fais une mue désolée. Après avoir recompté pour la quatrième fois, et malgré mes efforts, il va falloir que je fasse un choix. C’est dormir dehors ou ne pas manger. Il ne fait pas encore trop froid, donc je peux tout à fait sortir de la ville pour planter ma tente et m’installer ainsi pour la nuit. Et dormir sur un matelas trop fin, avoir des courbatures au réveil. Mais sur tout le chemin jusqu’ici, je n’ai rêvé que de peu de choses : un bon bain ou une bonne douche, chaude et savonneuse pour me détendre et retirer toute la crasse accumulée par le voyage et aussi d’un bon repas consistant et de nouveau remplir mon sac de nourriture pour moi et mes compagnons. Car mon sac n’est plein que d’affaires sales. Plus une once de nourriture. Il va falloir faire maigre jusqu’à ce que je trouve un travail. J’espère que les cafés et les restaurants accepteront de me prendre malgré mon état. C’est surtout pour mes trois compagnons que je m’inquiète. Si je peux facilement me passer de confort, je ne veux pas le leur imposer. Vulca qui marche à mes côtés pousse un petit jappement inquiet. La Goupix me connait depuis tellement longtemps qu’elle sait reconnaitre quand je suis soucieuse. Je lui reviens un petit sourire qui se veut rassurant.

Je marche dans les rues, perdue dans mes pensées. La journée n’est pas bien avancée, je pourrais essayer de trouver un boulot aujourd’hui, négocier un lit quelque part, une douche, un repas, une lessive. Il doit bien y avoir des gens bons dans cette ville, même si je sais d’expérience que ce type d’individus est plus que rare. Il existe hélas plus de meurtriers, de voleurs ou autres malfrats en ce monde que de personnes gentilles. Et hélas encore une fois, je ne suis pas payée pour mes missions nocturnes qui se font de plus en plus régulières et commencent à empiéter sur mes journées. Si maman était encore là, ça irait mieux. Je suis surprise par cette pensée. C’est assez rare que je pense à ma défunte mère, dont le seul souvenir que j’ai est celui de son corps partiellement brûlé et de son visage défiguré par cette intervention contre une maffia local de Celadopole. Je prends dans la main, la Pokéball d’Incubus. Ce genre de pensées se sont faites de plus en plus présente depuis mon passage au cimetière et la capture du Fantominus. Une partie de moi aime à penser que ce Pokémon est un message de ma mère. Qu’elle approuve ce que je fais, que ma lutte n’est pas vaine.

Puis un cri me parvient aux oreilles. Je ne le connais trop bien. Il se fait entendre un peu trop souvent. Par chance, il ne vient pas de trop loin. Je vais pouvoir intervenir car si on attend après la police, la pauvre victime se verra voler tous ses vêtements avant de voir un agent lui demander de faire une déposition, plutôt que d’arrêter le voleur. Ces hommes et femmes en uniformes ne sont que des lâches, des mous, et des fainéants. Ils font honte à l’uniforme que portait maman. Quand je pense qu’autrefois, je voulais devenir comme eux.

Je libère Incubus et fait un signe de tête à mes deux Pokémons. Ils partent devant moi, creusant la distance pendant que je cours avec mon sac sur le dos. Ils savent quoi faire dans cette situation. Rattraper l’individu, le forcer à s’isoler et l’orienter vers moi. Incubus l’empêchera de s’enfuir avec regard noir et Vulca s’occupera des potentielles Pokémons. Pendant ce temps, j’apprendrai au voleur que volait c’est mal. Une leçon dont il se souviendra.

Je tourne à droite dans une rue perpendiculaire. Mince, il y a quelques passants. Pour l’instant je vais devoir me contenter de calmer ce voleur. Le hurlement de Vulca m’indique l’approche du voleur et en effet, le voilà qui tourne au coin opposé. Incubus le suit de près, poussant son sinistre rire, qui hante encore parfois mes nuits malgré l’habitude. Quand l’homme passe à mon niveau, je me contente de tendre le bras et de lui faire une cravate. Son élan et mon petit mouvement d’épaule suffisent à lui couper le souffle et l’envoyer au sol, en se tenant la gorge. Je m’approche de lui, et me permet un coup de talon dans l’estomac, faisant fi des regards des passants. L’homme vomit sous le coup. Ne t’inquiète pas. Si je te retrouve ce soir, tu ne t’en tireras pas à si bon compte.

Un autre garçon approche, probablement la victime. Je lui souris. C’est toi qui a appelé à l’aide ? Et bien problème résolu. Vulca me rejoint et vient se ranger à mes côtés. Incubus profite de cet instant pour se balader un peu. Ça ne me dérange pas, il est libre après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Dim 25 Fév - 12:56
(souffle!)

*Je suis lent ! Je n'arrive pas à le rattraper ! *

(souffle!)


Esmeralda (stari) pourrait probablement s'occuper seule du voleur. Mais elle ne peut pas prendre le risque de me laisser derrière. Probablement de peur de se perdre l'un l'autre.

(rire spectral !...)

Leonard redoute ce rire. Si le voleur utilise les pokemons pour l'aider dans ses larcins, il n'est pas sur de pouvoir récupérer ses biens. Mais il continue de courir. Difficilement.

Finalement, Leonard s'arrête. Les mains sur les genoux, il reprend son souffle.

(souffle!)

Le rythme cardiaque redescend et Leonard s'approche de celle qui a arrêté le voleur à terre. Il aperçoit le vomi puis le goupix. Levant les yeux, il retrouve Esmeralda qui vole. Il découvre alors un fantominus.

« C'est moi qui ait appelé. Merci pour ton aide. »

Ses affaires enfin récupérées, Leonard repense au départ précipité et au thé non bu. Mais avant ça, il faut profiter de la situation. Entre savoir-vivre et opportunité, par quoi commencer ?

« Tu as appelé la police ? »

Il saisira donc l'opportunité après. Ses yeux se reposent sur le fantominus. Il pense au problème d'Arnold (carapuce) et à sa phobie des pokemons d'après-vie.

Il tend la main et se présente.

« Je m'appelle Leonard. Si je peux faire quelque chose pour toi, en remerciement d'avoir récupéré mes affaires, ce sera avec plaisir. »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Dim 25 Fév - 15:24
Le jeune homme manque vraiment d’endurance. A moins qu’il n’ait des problèmes de santé, il ne doit pas faire beaucoup de sport. Fait-il parti des oisifs ? Ces gens qui aident que tout vienne à eux, ou qui ont déjà tout. Non, je ne dois pas penser comme ça. Ce n’est pas parce qu’il s’essouffle après avoir couru qu’il le mérite. C’est peut-être quelqu’un plus portait sur la science, la littérature, la coordination Pokémon, le jardinage, la coiffure, que sais-je. Ma première pensée, celle de le considérer comme un fils à papa, est peut-être dû au fait que je n’ai pas eu la chance de connaître ça. J’ai grandi comme une orpheline tout en ayant un père encore vivant. Entre deux mondes. J’ai grandi seule sans vraiment être libre. Je repousse ces pensées, c’est du passé, Vulca est à mes côtés depuis bien assez longtemps et maintenant, j’ai une équipe de plus en plus forte et soudée. Je ne suis plus seule.

Je commence à lui sourire, bien que ça n’ait pas l’air franchement franc. En réalité, je n’ai que faire de ses remerciements. Ce que j’ai fait, je l’ai fait parce qu’il faut bien que quelqu’un le fasse. Pour protéger ceux qui en sont incapables ou pour éviter que… de… pour éviter que des enfants connaissent la même enfance que moi. Ayant grandi seule, et bien qu’ayant eu des amis étant petite, je ne sais pas vraiment comme faire avec les humains. Trop de revers m’ont montré qu’on ne pouvait pas leur faire confiance. Seule Vulca m’a toujours été fidèle et sincère.

Mais sourire disparaît subitement, ne laissant que la froideur de mon expression habituelle, peut-être même un peu plus glaciale. La Police. Est-ce qu’il se moque de moi ? La Police ? Pour quoi faire ? Le problème est réglé je t’ai dit. Et tu crains vraiment que cette bande d’incompétents et de fainéants vont faire le déplacement pour un vol. Ils ne se déplacent même pas pour un meurtre, alors tes petites affaires, si je n’avais pas été là, tu aurais pu leur dire adieu. Mais le commissariat t’aurait certainement donné un joli petit papier, si quelqu’un avait eu le courage de l’écrire. Alors que maintenant, cet homme ne recommencera plus. Le vol c’est fini pour toi, n’est-ce pas ?

Je place mon talon sur le ventre du voleur et appuie. Je sais que je fais preuve de cruauté. Mais je veux aussi le terrifier. Tu ne recommenceras plus. Sinon, je te retrouverai et tu connaîtras la signification du mot cauchemars. Ces mots ne sont adressés qu’à lui. Peur, terreur. Enfer. Cauchemars. Vulca et Incubus. Le Feu et les Ténèbres.

Je me redresse et regarde l’inconnu droit dans les yeux. Ne parle pas de la Police devant moi. Je me rends compte que je suis trop sérieuse, peut-être trop froide. C’est sûrement pour ça que je n’arrive pas à me faire des amis. Je lui fais un sourire que je veux sincère. Je devrais m’excuse je crois. Mais de quoi exactement. Passons à autre chose. Enchantée, Léonard, je m’appelle Capucine, Capucine Alambra. Voici Vulca, ma Goupix et amie de toujours et le spectre qui se balade, c’est Incubus.

Je rougis devant sa proposition. Généralement, quand quelqu’un propose quelque chose dans le genre, on est censé décliner aimablement, en justifiant que ce n’était pas grand-chose. Mais… Je… C’est gênant à dire. Mais… Je n’ai nulle part où dormir, et rien à manger. J’ai juste de quoi faire l’un ou l’autre, mais pas assez pour que ce soit correcte. Est-ce que tu pourrais… Une minute, je suis en train de mendier le gite ou le couvert en échange d’une justice rendue ? Je suis quoi, un mercenaire ? Je me ressaisis, change d’expression, à la place de la gêne, j’exprime une détermination déplacée par rapport à la situation. M’indiquer une laverie ? Avec des vêtements propres, je pourrais plus facilement me trouver un petit boulot pour rétablir mes finances. Merci
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Lun 26 Fév - 16:07
Leonard était confus, apeuré et sans voix. Celle qui avait tapé avec le talon de la justice avait le visage froid effrayant. Ses mots étaient aussi tranchants que ses ambitions étaient célestes. Leonard était perdu et ne savait plus s'il devait mettre ou non un terme à cette relation.

*Oublier le mot police. Il n'existe plus aujourd'hui... *

Comment peut-elle être aussi autoritaire, avoir un sourire si triste et porter un nom si doux comme Capucine ? Cette jeune femme était déstabilisante.

*Ma mère m'a appris à être gentil et mon père à ne pas reculer devant les difficultés. Alors c'est ce que je vais appliquer aujourd'hui. *

Leonard rechercha sa voix perdue, d'abord par l'exercice physique ensuite par le charisme autoritaire de la justice. Il s'assura rapidement que le fantominus n'allait pas jouer un mauvais tour et prit finalement la parole :

« Avant de visiter à toute vitesse cette paisible ville, j'étais attablé dans la maison d'un vieux monsieur. Je lui ai faussé compagnie alors que nous allions partager une tasse de thé bien chaud. »

L'explication prenait trop de temps. Il n'était pas sur que Capucine ait une grande réserve de patience.

« Ce que j'essaie de te dire, c'est que ce vieux monsieur m'a offert l'hospitalité en échange de ma compagnie. Je suis sur qu'il serait ravi d'accueillir une personne de plus et de te prêter sa machine à laver. »

Une nouvelle fois, Leonard jeta un coup d'oeil au fantominus qui volait avec Esmeralda (stari). Ça faisait beaucoup trop d'observations pour rester discret. Il sentit qu'il fallait avouer le plan secret qu'il couvait.

« J'aurais un service à te demander. Est-ce que tu voudrais bien passer la soirée avec moi chez ce vieux monsieur ? »

*C'est très mal formulé, ça ! *

« Ce que je veux dire, c'est que j'aimerais beaucoup qu'Incubus passe du temps avec Arnold. C'est mon carapuce. Il est effrayé par les types spectres. »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Mar 27 Fév - 2:48
Pourquoi est-ce qu’il me parle de son vieux ? C’est tant mieux pour lui s’il avait une tasse de thé, mais comme ce n’est pas la mienne, je vois difficilement ce que ça peut me faire. Pourquoi je me fatigue à parler avec les gens ? Je ne les comprends, ils ne me comprennent probablement pas, alors autant arrêter de se fatigue mutuellement. Il y a bien quelques personnes avec qui je me débrouille pas trop mal, mais là encore, ce ne sont pas des gens normaux alors est-ce qu’on peut parler de développement de mes facultés sociales sous prétexte que je n’ai pas envie de m’enfuir à leur contact, je ne crois pas. Et très bien pour toi si ce vieux t’a offert l’hospitalité mais là encore ça ne me… Oooooooh, d’accord. J’ai compris. Mais je ne sais pas si c’est bien m’incruster comme ça, chez un vieux monsieur. Ce ne serait pas un peu abusé ?

J’aimerai bien lui répondre, mais ce Léonard passe son temps à regarder Incubus qui maintenant volette avec le Stari. Certes un Pokémon Spectre Poison, ce n’est pas rassurant, surtout quand il est dans notre dos et que comme moi, on connait le talent d’Incubus pour la facétie. A peine son regard revient sur moi qu’il enchaîne par une question osée. Pardon ?Je ne peux retenir cette expression de surprise. C’est quoi ce traquenard ? Et c’est quoi cette excuse foireuse ?

Je fronce les sourcils, d’un air menaçant. Il m’a prise pour qui celui-là ? Probablement pas à quoi je pense au vu de son air troublé. J’ai l’impression qu’il est aussi à l’aise dans cette discussion que moi. J’essaye d’adoucir ma voix et mes traits. D’accord, je pensais cette proposition mal placée. Je dois voir le mal partout. Toutefois, je t’arrête tout de suite. A moins que tu ne veuilles traumatiser à tout jamais ton Carapuce, le mettre face à Incubus n’est pas forcément une bonne idée. Il n’est pas méchant, mais peut-être un peu cruel dans ses blagues. Si je t’accompagne, je préfère ne pas confronter ton Pokémon au mien. Et voilà, ma voix s’est encore refroidi à mesure que je parlais.

Je toussote avant de reprendre avec un sourire, toujours essayant d’être rassurante. Je veux bien t’accompagner, parce que c’est une offre que je ne peux pas refuser. Mais je te préviens, si un truc étrange se passe, ça va barder ton grade et celui de ton vieux. Mais c’est pas possible ça ! Est-ce que je peux être moins agressive et méfiante plus de cinq secondes ? Genre une minute, le temps de parler au moins. Heureusement que Léonard et essouflé, sinon je suis sûre qu’il se serrait enfui en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Mar 27 Fév - 8:08
Cette Capucine a de sérieux problèmes de communication. Le doute envahit l’esprit de Leonard et le relance à chaque fois qu’il parvient à le chasser.

*Pourquoi est-ce que je lui ai proposé mon aide ? J’ai l’impression que j’ai échangé un voleur par quelque chose de pire ?... *

Heureusement que le village Kishika est un lieu bucolique où habite mojoritairement de vieilles personnes pacifiques. Absolument pas un coupe-gorge où se trouve un bandit ou pire à chaque coin de ruelle. Ironie quand tu nous tiens…

Un peu perdu, autant dans la géographie de la ville que dans ses idées quant à Capucine, Leonard tourne du mauvais côté de la rue et entraîne son invitée dans la direction opposée à la maison de « son vieux ».

« Je ne veux pas traumatiser Arnold, donc je le laisserais en lieu sur dans sa pokeball. Par contre, je suis intéressé par savoir où tu as capturé Incubus. Je pense que je m’y rendrais pour confronter progressivement Arnold à sa peur. »

Une nouvelle fois, Leonard tourne dans une autre rue. Une autre mauvaise. Il s’en rend alors compte et ne sait comment le dire à Capucine. S’il rectifie son chemin, dans le cas où il en aurait envie, à coup sur elle se rendrait compte de sa manœuvre. Et il n’avait pas envie d’en prendre pour son grade.

Un peu de difficulté à déglutir. Un geste nerveux pour bouger inutilement de gauche à droite son nœud de cravate détendu. Finalement, il se lance.

« Euh, je t’assure que je n’essaie pas de te piéger ou de te faire vivre un truc étrange comme tu me l’as dit tout à l’heure mais… »

*Crache le morceau. Maintenant. *

« Je suis perdu. Je sais qu’on va dans la mauvaise direction mais je ne suis pas sur de savoir quelle est la bonne. Désolé… »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Mar 27 Fév - 11:42
Nous nous mettons en route, Vulca sur mes talons, et Incubus retournant dans sa balle. Le soleil ne lui réussit pas et il préfère largement la protection de la Pokéball. Je devrais être un peu reconnaissante de la proposition que m’a faite Léonard. Mais je ne sais pas vraiment comment le dire. Et puis, ça me paraît tellement étrange comme offre. Un vieil homme qui accueille de jeunes voyageurs gratuitement. Il doit se sentir terriblement seul pour faire ça. Toutefois, je ne comprends pas pourquoi il ne r prend pas un Pokémon avec lui, ce serait tellement plus fiable que le va et vient incessant des humains. Mais bon, s’il veut vivre ainsi.

Je suis donc Léonard dans les rues. J’acquiesce à sa remarque de ne pas sortir son Carapuce. Tu sais, ce n’est pas un problème, Incubus restera dans sa balle jusqu’à la nuit je pense. Il faudra juste se méfier à ce moment-là. Je l’ai rencontré au cimetière de l’âme. J’étais allée pour… Non, il n’a pas besoin de savoir ça. Enfin, il a voulu jouer à attrape-moi si tu peux, et j’ai gagné. Mais je lui laisse beaucoup de liberté tout de même. Je n’aime pas l’idée de le garder prisonnier. Si un jour il me fait comprendre qu’il veut partir alors je le laisserai rentrer chez lui. Je le ramènerai même. C’est la même chose pour Testa, ma Kokiyas. Mais je n’ai pas l’impression que la captivité ne la gêne. Quant à Vulca, c’est mon amie depuis toujours. Elle est bien plus libre que tous les autres, car elle n’a jamais connu de Pokéball. La concerné releva le menton fièrement. De toute manière, elle était bien trop forte et arrogante pour finir dans une Pokéball. Nous sommes devenues amies par la voie normale des choses, et il n’y a aucune raison que ça change.

Je trouve que Léonard est comme stressé, ce qui ne me rassure pas. J’ai bien l’impression qu’il me traine dans un traquenard. Il ne sait pas ce qu’il risque à jouer à ça avec moi. Je reste sur mes gardes, mais si on m’attaque, je ferai en sorte que ce soit lui le premier à déguster. Toutefois, la raison de sa gêne ne provoque chez moi qu’un long Oh de surprise. Je ne m’attendais pas à ça.

Ne t’inquiète pas, cela m’arrive aussi parfois. On se trompe de sens, puis on essaye de faire un détour pour retrouver un coin qu’on connait. Ça ne marche pas souvent. Non, le miens c’est de revenir sur ses pas ou d’avoir un super Pokémon qui peut nous y aider. Pas vrai Vulca ? Je fais un grand sourire à ma Goupix qui comprend tout de suite ce que je lui demande. Elle pousse un petit jappement approbateur et comme à renifler l’air et repars sur nos pas. Ce n’est pas un Caninos, mais je peux t’assurer qu’il n’y a pas mieux qu’elle pour retrouver une trace perdu. Suivons-la. Parler des talents de Vulca donne à ma voix un air enjoué et mon sourire est pour une fois sincère. Je pourrais presque être amicale si on oublie la première impression.

Nous suivons donc mon amie, repassons devant la rue où j’ai stoppé le voleur. Elle continue, elle doit suivre la piste de Léonard. Ce qui s’avère vrai puisque nous finissons par arriver devant une maison où elle s’arrête et me regarde. Je la prends dans mes bras, lui offrant au baiser eskimo, auquel elle me répond. Elle est aussi contente que je la porte. Elle se place ensuite sur mon sac à dos, les pattes avant et la tête posée sur ma tête. Comme je l’avais dit, Vulca est la meilleure. C’est bien là qui tu étais non ? Mon sourire est radieux tant la réussite de ma Goupix me rend heureuse sans vraiment savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Mar 27 Fév - 14:32
« Le cimetière de l'âme ? C'est loin d'ici ? »

Leonard est intrigué par l'équipe de Capucine. Surtout par le fait de retrouver un fantominus, le même pokemon spectre qui a dévoilé la phobie d'Arnold. Puis ce kokiyas, la pré-évolution d'un crustabri. Ce même pokemon que lui et Lou avaient cherché dans l'Aquarium. Etranges coïncidences ou synchronicité ?

Puis vient le moment où il avoue être perdu et...

Soulagé. Un poids décolle de la poitrine de Leonard en découvrant une Capucine « heureuse d'aider ? ». Cette jeune femme a le potentiel de devenir l'héroïne de beaucoup. Une sorte de justicière qui ne s’embarrasse pas de la lourdeur administratif des policiers.

Leonard sourit alors pour encourager le côté sociable et souriant de sa compagne. Dans le même temps, ses épaules se relâchent alors que la tension entre les deux restent au niveau du voleur qui n'a toujours pas trouvé la force de se relever.

Finalement, les voilà devant la maison du vieux monsieur. La tasse ne se trouve plus sur la table au-dehors. Ni le vieux monsieur d'ailleurs. Il doit probablement être en train de nettoyer les tasses à l'intérieur. Voire même de préparer une nouvelle théière pour les futurs arrivants ?

« Elle est épatante. C'est exactement ici que je suis parti sur les traces du voleur. Toi et tes pokemons formaient une équipe solide. Je ne serais pas surpris d'apprendre plus tard que tu te retrouves à la tête d'un petit groupe défendant tes idées. »

Vision naïve ? Peut-être. Mais Leonard ne voit aucune raison de garder pour lui les idées qui lui passent par la tête.

Il s'approche de la porte et y toque. Il est presque certain que le vieux monsieur va le gronder de ne pas être rentrer mais Leonard ne peut pas faire comme s'il était chez lui. Un minimum de politesse s'impose.

« Au fait, je ne t'ai pas récompensé d'avoir attraper mon voleur. »

De ses affaires, Leonard sort la Pierre Plante qu'il a trouvé lors de son voyage.

« Est-ce que ça t'intéresserait ? J'ai le sentiment d'avoir une dette à payer. »

Est-ce qu'elle va mal le prendre ? Leonard craint déjà le retour du ton froid et de la réplique cinglante. Mais il ne peut faire autrement. Comme elle, lui aussi a des principes.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Dim 4 Mar - 14:29
Je regarde Léonard d’un air circonspect. Si le début de ses paroles m’avait fait plaisir, le reste de ses dires me gênent. Que voulait-il entendre par à la tête d’un petit groupe ? Et que croyait-il que mes idées étaient ? S’il parlait de ma façon de calmer les malfrats, il était hors de questions d’entrainer d’autres personnes dans mon sillage. Ce serait la porte ouverte aux excès en tout genre et puis, je sais parfaitement que ce que je fais n’est pas bien. Il parle de sûrement de rendre justice. Or, je ne rends pas justice, je me contente de juste de terrifier et de punir ceux qui ont la mauvaise idée de l’enfreindre, enfin qu’ils ne recommencent pas et que les innocents puissent vivre en paix. Afin que aucun enfant n’ait à grandir seul. Mais je préfère garder cette remarque pour moi et faire comme si je n’avais entendu que le début.

Mon regard s’assombrit lorsqu’il parle de récompense. A croire qu’il n’a pas compris que je ne fais pas ça pour être récompensée ni reconnue. Je m’apprête à lui lancer une remarque assassine comme mon caractère naturellement aimable me le permet mais fort heureusement, je vois ce qu’il souhaite me remettre. Je commence doucement à pouffer de rire avant d’éclater de rire pour de bon. Je pose mon sac, l’ouvre et lui mettre mes propres possessions. Pierres Feu, Pierres Eau, Pierre Aube, et aussi… une Pierre Plante. Depuis ma découverte de la fouille avec Nikolaï et les autres Eclipses, j’aime organiser des petites courses aux trouvailles avec Vulca. La Goupix s’est montrée d’une surprenante efficacité pour dénicher les pierres aux jolies couleurs. Il y a là une demi-douzaine de pierre évolutive, trouver au cours de mon long périple.

Non merci, ce ne sera pas nécessaire. Et de toute manière, je ne demande aucune récompense. Tu vas déjà bien m’aider si le vieux dont tu m’as parlé m’autorise ne serait-ce qu’à prendre une douche et faire une lessive. Garde ta pierre pour toi. Je n’en aurai eu de toute manière aucune utilité. Je lui sourit alors que je dis ça. Finalement ce n’est pas si compliqué que ça d’être gentil avec les gens.Si tu veux vraiment payer une dette, arrête de te faire voler tes affaires. Ce sera un bon début, tu ne crois pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Lun 5 Mar - 14:18
Un pas en avant puis deux pas en arrière. C'est de cette façon que Leonard imagine sa relation avec Capucine. A chaque fois qu'il a l'impression de progresser, de trouver une façon de converser sans craindre la prochaine réplique, Capucine le surprend d'un terrible regard noir.

« Je suis ma foi trop optimiste. Dans un petit village comme celui-ci, j'ai encore plus baissé ma garde et j'ai complètement occulté l'idée de me faire voler. D'un autre côté, je ne vais pas devenir paranoïaque. Je préfère croire en l'humain. »

Sur ces belles paroles, Leonard range sa Pierre Plante dans ses affaires. Il se rend alors compte que son stock de pokeball a bien fondu depuis le départ de son voyage.

« Tu vas faire quelque chose de toutes ces Pierres ? Moi, je ne sais pas ce que je vais faire de ma Pierre Plante. La vendre ? La garder ? L'échanger ? J'en ai aucune idée. »

La porte s'ouvre finalement et un vieil homme avec une belle barbe grise écarquille les yeux de surprise. « Leonard, c'est toi ? Tu m'as fait peur tout à l'heure quand tu es parti à toute allure. Ca va ? » Leonard s'excuse de son départ précipité. Il lui narre son histoire et arrive finalement à la situation de Capucine. Il lui demande s'il est possible qu'elle prenne une douche et lave ses affaires. « Mais bien sur que oui. Il n'y a aucun problème. Je n'ai qu'une condition, mademoiselle, c'est que vous partagiez lentement une tasse de thé avec moi. Nous avons un accord ? » Le vieil homme tend alors une grosse patte d'ancien artisan et son plus beau sourire.

*Tu as l'air d'avoir construit une forteresse autour de ton cœur, aussi épaisse que celle d'un crustabri. C'est triste et je ne sais pas comment t'aider. *
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Mer 7 Mar - 2:49
Trop optimiste. C’est une manière de dire stupide j’imagine. Naïf, si je veux être gentille. Mais je penche plus vers la stupidité. Si on pouvait faire confiance aux hommes, je ne serais pas là, tel que je suis. Non, je pense que je voyagerai avec Vulca mais avec plus… comment dire, de gentillesse, de bonté, de joie et surtout un autre objectif que punir des malfrats. Peut-être même que je serai optimiste. Cependant, ce n’est pas le cas et ça ne le sera probablement jamais. Pour maintenant, je ne le souhaite plus. Ma vie a un but, simple, violent certes mais que je sais faire. C’est la seule chose que je sache faire puisque je n’ai pas vraiment eu l’occasion d’aller à l’école, ni d’apprendre beaucoup de choses, disons, normales.

Mais bon, je ne dois pas trop juger Léonard, car ce n’est pas entièrement sa faute et puis, il va me donner un bon coup de main, même s’il est… gentil à défaut d’autre chose. Que faire des Pierres ? En voilà tout une question que seuls ceux qui n’ont pas de gros tracas se pose. Je n’y ai pas vraiment réfléchi en fait. Je les prends parce que Vulca aime les chercher et les trouve jolies. Et puis, une Pierre Feu et une Pierre Eau peuvent toujours être utiles. Mais… cela semble tellement aisé à trouver, que je ne sais pas si elles ont une grande valeur marchande. Et je n’ai jamais pensé à les vendre en réalité. Ça pourrait parfois m’aider quand je voyage. Peut-être pourrais-je en vivre ? Tu te poses souvent ce genre de questions existentielles ?

Si je donnais l’impression de me parler au début, ma question est clairement destinée à Léonard. Malgré la douceur que je veux y mettre ou au moins de l’amabilité, je sens tout de même de la froideur et un peu d’agressivité dans ma voix. Un jour peut-être, je serai capable d’être agréable naturellement sans donner l’impression de mordre dès que j’ouvre la bouche. Ou pas, je ne sais pas vraiment si j’en ai envie. Et puis, ce n’est qu’un inconnu pour l’instant, il n’y a aucune raison que je m’intéresse à lui. Surtout que c’est un idiot.

Le jeune homme n’a pas le temps de me répondre. La porte s’ouvre pour révéler un vieillard. Nom d’Arceus ! Peut-on vivre aussi longtemps ? Ou être aussi… vieux physiquement ? J’ai déjà vu des vieux machins, mais là, on est au summum de la vieillesse. En tout cas, il a l’air gentil. Léonard lui narre ses exploits de poichigeon, puis pose la question qui m’intéresse : une douche et une lessive. Toutefois, la condition me surprend.

Mon expresison est stupéfaite et l’hésitation se lit clairement dans mes yeux. Je regarde d’abord le vieillard, puis sa main, puis Léonard pour revenir sur le vieillard en passant par Vulca. C’est tout ? Mais euh… ça se fait dans quel ordre tout ça ? Et lentement comment ? Lentement comme on attend que ce ne soit plus brûlant et que le thé soit agréable à boire ou lentement comme le thé sera froid quand je pourrais y toucher ? Et il se fait tard si ça doit être lentement, ça voudrait dire jusqu’à ce que le soleil se couche et que je galère pour trouver un lieu où dormir. Et ça ne va pas être cher payé pour une douche et une lessive, il est où le traquenard.

STOP. On se calme. C’est un vieux machin et un débile. Tout va bien se passer, je ne crains rien d’eux. Sauf s’ils sont en réalité un duo de criminels fous. Okay, je vais arrêter avec la théorie du complot et la paranoïa. C’est donc avec un geste hésitant que je sers la main de vieillard en hochant la tête. Nous avons un accord. Pour que ce soit plus agréable, est-ce que la douche peut passer avant le thé ? Je ne suis hélas pas une princesse, et je ne sue pas du parfum.
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Mer 7 Mar - 8:12
Leonard est surpris. Les deux Pierres qu’il possède lui sont plutôt apparus par chance que par véritable recherche. Et elle dit qu’elle les trouve comme ça, juste en tendant la main par terre et hoop ! Voilà.

« Je me pose beaucoup de questions, oui. Notamment depuis que j’ai fait la rencontre d’Esmeralda. »

Esmeralda (stari) vient se poser sur le bras tendu du futur chercheur et nouveau voyageur.

« Je l’ai trouvé sur une plage. Mais les traces indiquaient qu’elle ne venait pas de la mer mais était tombé du ciel. Depuis, je veux savoir d’où elle vient. Du ciel ou de la mer ? C’est pour ça que je veux entreprendre l’exploration des abysses et des cieux. »

Des paroles naïves, certes. Mais sans rêve, rien n’est jamais accompli ou découvert. Après tout, il n’a ni les pokemons ni la technologie pour explorer l’un ou l’autre. Sans compter que sa famille de pokemons est encore très jeune et inexpérimentée. Tout comme lui. D’où le but de son actuel voyage.

Le vieil homme arrive alors. Une bonne tasse de thé en échange d’une douche et une lessive. Les deux parties trouvent chacun leur compte et l’accord est passé.

(éclat de rire !)

« Je suis désolé. Ah ah ! Mais la phrase que tu viens de sortir est mémorable. Ah ah ! Une princesse qui ne sue pas du parfum. Ah ah ! »

Le vieil homme rit aussi. Pas aussi ouvertement que Leonard, plus pour la bonne ambiance que les deux jeunes apportent à son foyer. « Je me nomme Jules, au fait. La douche est au fond du couloir, mademoiselle. Vous pouvez y aller. Pendant ce temps, je préparerais une bonne théière. » Avec Jules le vieil homme, les relations se passent au naturel. Comme si les deux générations se connaissaient depuis longtemps. « Avez-vous une préférence de saveur ? » demande-t-il avant que Capucine ne disparaisse de sa vue.

Pendant que Capucine prenait sa douche, Leonard décida de libérer Arnold (carapuce) et Gael (tortipouss) de leur pokeball. Jules le vieil homme s’assit sur la chaise de bois et fit grimper Gael sur cuisses. Avec un petit arrosoir, il lui versait de l’eau sur sa carapace marron faite de terre.

« Euh ? Où est Arnold ? »

Leonard craignait le pire. Si Arnold était parti faire une blague à coup de Pistolet à O sur la personne de Capucine… Non, il préférait ne pas y penser.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Jeu 8 Mar - 4:54
Devant l’évocation de sa rencontre de Stari, mon regard comme ma voix se fait songeur. C’est une vraie énigme en effet que la présence de certains Pokémons sur notre monde. Certains viendrait du ciel, de l’espace, d’autres n’ont tout simplement pas voulu le quitter comme pour Incubus. Il faut bien que des gens réfléchissent à ça. Comme il en faut d’autres qui essayent de maintenir un semblant d’ordre. J’aimerai beaucoup aussi essayer de comprendre l’origine des Pokémons. Mais…

Je laisse ma phrase en suspens, car le vieux arrive alors. Je m’en veux de mettre laisser contaminer par la naïveté de Léonard. Je ne pourrais jamais faire de la recherche. De l’exploration à la limite, mais je ne pourrais jamais m’élever au niveau de grands chercheurs. Pas avec le peu de scolarité que j’ai eu. Et j’ai déjà une mission tout à fit noble sur le papier à remplir, je ne peux pas me disperser. Mais il est vrai qu’une vie paisible de recherche m’aurait bien plu. C’est pour ça que je lis beaucoup et régulièrement les revues scientifiques. Je n’y comprends pas tout, mais cela me donne l’illusion d’appartenir à un autre monde, ce sont un peu mes romans.

Léonard éclate de rire à ma blague. Mais ma réaction n’est pas celle que j’aurai dû avoir. Enfin, je pense puisque ce n’est pas souvent que les gens peuvent rire à mes blagues. Une pointe de vexation me pique le cœur, convaincu qu’il est qu’on se moque de moi. La surprise, pour sa part, s’empare de mon esprit. D’habitude, quand je lance une bonne phrase, mon public est agonisant au sol et n’a pas la fore ni l’envie de rire. Je rougis donc violemment sans savoir comment réagir. Est-ce que c’est ça être des gens ? Se sentir la cible des autres ? Je n’arrive pas à déterminer si c’est agréable ou non, bien ou mal.

Euh… Non pas spécialement. J’arrive à articuler rapidement cette phrase avant de disparaitre d’un pas rapide dans la direction indiquée, Vulca sur les talons. J’ouvre la porte, laisse entrer ma Goupix et la referme, m’appuyant sur le battant en poussant un soupir. C’est épuisant d’être avec des gens. Toujours réfléchir à comment les approcher, ne pas les froisser. Comment peut-on vivre tous les jours avec ses semblables ? C’est peut-être pour ça qu’il y a des guerres, parce qu’on est incapable de s’entendre et qu’au bout d’un moment, on craque.

Je regarde la porte. Pas de loquet. Bon, tant pis, Vulca est là pour surveiller que personne n’entre en douce après tout. Je pose donc mon sac, sort des affaires pas trop sales et prends ma douche. De l’eau chaude… comme c’est agréable. Et du savonnage intensif. Je pense que si j’avais pris un bain, il aurait fallu changer l’eau au moins une fois tant j’ai l’impression d’avoir eu une couche de poussière épaisse sur la peau. Une fois de nouveau fraîche et dispo, je brosse mes cheveux et m’habille de ces vêtements pas tout à fait sales, un short, et un T-shirt neutre. Quelle pitié de ne pas pouvoir me sentir entièrement propre.

Je sors tout de même un peu plus souriante. Grave erreur. Mon œil et mon instinct me signale quelque chose d’anormal. Un Carapuce m’attend dans le couloir et m’asperge d’eau dès que je suis sortie. Je jure bruyamment et sens Vulca jaillir à mes côtés et foncer vers l’agresseur. La Goupix est très, peut-être trop protectrice à mon égard et si j’avais eu un peu plus de sens de l’humour, ou plutôt l’envie de rire de cette blague, j’aurais certaine ri, ce qui aurait calmer Vulca. Mais le juron, la surprise, l’eau froide et mon caractère, ne vont pas sauver le pauvre Pokémon Eau.

Avant qu’il se rende compte qu’il n’aurait jamais dû faire ça, Vulca le percute violemment. Elle devenu bien plus forte depuis que nous sommes arrivés ici et malgré sa petite taille, il massacre sans problème des Pokémon bien plus gros qu’elle. Sa Vive-Attaque suivie d’une Représailles, envoie le pauvre Carapuce au bout du couloir. Celui-ci se relève et court, fuyant devant une Goupix vindicative, qui n’en a pas fini avec lui. Je les suis et débarque dans la pièce où sont installés le vieux machin et le naïf. Le Carapcue est dans les bras de son dresseur, Vulca leur grondant dessus très agressivement. Mon regard aussi ne doit pas être très chaleur, ou alors ce n’est pas de la chaleur amicale.

Je vois le regard surpris du vieux devant ma tenue complètement trempée. Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je lui aboie dessus, à ce pauvre homme qui m’accueille et qui n’a rien fait de mal. Je m’en rends compte et essaie de me calmer. Je prends Vulca dans mes bras pendant qu’elle grogne toujours et la caresse sans pour autant la faire arrêter. Je m’assois à la table, assez loin des deux hommes. Mon regard est toujours glacial malgré mes efforts. Je baisse légèrement la tête pour faire amende honorable. Désolée. Nous nous sommes un peu emportées pour pas grand-chose. C’est la surprise et le manque d’habitude. Je suis désolée et Vulca aussi. N’est-ce pas Vulca. Excuse-toi. Pour toute excuse, la Goupix ne fit que relever un menton fier et détourna la tête tel une duchesse vexée. Désolé, mais tu n’aurais pas mieux. Ma Goupix a toujours voulu me protéger, et ce n’est pas dans ses habitudes de s’excuser pour avoir fait un excès de zèle. Moi non plus, mais, on m’accueille gracieusement, et je ne peux pas me comporter comme une sauvage du début à la fin. Bien que ce soit mal parti.
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Ven 9 Mar - 2:13
Arnold (carapuce) a encore frappé. Leonard va encore devoir en subir les conséquences. Ce serait un dessin animé que ça en deviendrait un running gag. Mais pour le futur chercheur, c'est sa triste réalité.

« Je suis vraiment désolé. Je l'ai quitté des yeux un moment et il en a profité pour filer. C'est plus fort que lui, il semble obligé de réaliser ses plaisanteries. »

Mais celle-là, il risque de s'en rappeler. Bien qu'il soit dans ses bras et en souffrance des deux attaques passées, Leonard hésite à le relâcher de son étreinte. En effet, il est quasiment certain de vouloir passer au round 2.

Le vieil homme, toujours le sourire aux lèvres, malgré la rudesse des propos de Capucine, se lève. « Jeune demoiselle, attendez-moi ici, j'ai probablement une solution à votre problème. » Jules disparaît dans une pièce et en revient avec quelques habits qui semblent dater d'un autre temps. « Ma fille, qui est maintenant une adulte depuis de nombreuses années, a laissé toutes ces affaires ici. Moi et ma femme, on a jamais eu le courage de les jeter. Alors vas-y, prends ce que tu veux. » Avant de se rasseoir, il se dirige vers la théière qui est à bonne température. Il la pose sur un plateau et revient avec trois tasses. « Je ne sais pas pourquoi mais choisi le parfum de la fleur de la Rose. J'espère que vous aimerez ça. » Alors Jules pose le plateau sur la table et verse les trois tasses du chaud breuvage.

« Arnold, je te libère mais tu as intérêt de t'occuper en Gael en premier. Pas de nouvelle plaisanterie, d'accord ? »

Arnold (carapuce) acquiesce et saute par terre où il va rejoindre Gael (tortipouss). Pour la deuxième fois, un nouveau Pistolet à O est expulsé. Excepté que cette fois-ci, le jet est mince et part dans les hauteurs. Il retombe alors en pluie sur la carapace en terre marron du tortipouss qui tortille de plaisir.

« Donc, après être sèche et avoir récupéré tes vêtements propres, quelle sera ta prochaine étape ? Moi, je compte traverser le Désert Ardent et me rendre dans le village d'Herisis. »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Sam 10 Mar - 17:06
Entre Léonard qui s’excuse et n’a pas l’air offusqué par mon comportement, je dois tout de même l’avouer, particulièrement désagréable et agressif, et le vieux machin qui sourit et me parle d’une solution à mon problème, je ne sais pas lequel à part peut-être que je suis mouillée, mon esprit oscille entre deux hypothèses : soit je suis chez les fous ou des gens complètement simples d’esprit, ou alors, ils sont tous les deux trop louches. Trop gentil, trop bon, définitivement, ce n’est pas normal. Je me méfie encore plus.

Je jette un regard noir à Léonard. Je pense que j’aurai dû surenchérir sur ma propre réaction et celle de Vulca qui était excessive, mais je n’y arrive pas. Etre aimable spontanément ne semble pas être dans mes attributions, peut-être à cause de mes activités nocturnes et du peu de confiance que j’accorde à mes semblables.

Je regarde plutôt le vieux, Jules, je devrais l’appeler par son prénom tout de même, partir régler mon « problème ». Il revient avec un tas de vêtements, ce qui me fait lever un sourcil. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? En quoi des vêtements vont… Pardon ? C’est quoi l’embrouille ? Il ne me connait pas, et il m’offre des vêtements comme ça, au débotter. Ceux de sa fille, dont il n’a pas su se débarrasser, ni lui ni son épouse. Et maintenant, ça ne le gêne pas de me les donner, une illustre inconnue désagréable.

Je me retiens de justesse de me lever pour m’enfuir. C’est trop bizarre mais si ça se trouve il n’y a rien et j’aimerai tout de même profiter de l’hospitalité donné, tout en restant sur les gardes. Je n’ai pas vraiment le choix, puisque je n’ai nulle part où aller d’autre. A la place je regarde le tas de vêtements, intriguée. Il semble un peu vieux mais pas plus que mes propres vêtements qui vieillissent à vue d’œil à force de les utiliser trop souvent. Et puis, je ne suis pas vraiment la mode, je n’ai pas les moyens pour ça. Toutefois, je trouve les couleurs trop vives, mais ce doit être mon côté de fille ténébreuse, de fille de la nuit. Il faut que je dise quelque chose tout de même, piège ou non c’est un minimum. Euh… Merci ? Vous êtes sûr que ça ne vous dérange pas ? Et votre femme ? Est-elle d’accord ?

Jules me fait un sourire indulgent et je comprends mon erreur. Bien sûr, je sais où est sa femme, c’et d’ailleurs la raison pour laquelle il cherche la compagnie des dresseurs de passage. Je prends un air attristé et dit sincèrement. Je suis désolée. C’était maladroit et irréfléchi de ma part. Ce n’est rien, ça arrive de faire des maladresses, c’est là la prérogative de la jeunesse. Me répondit-il gentiment. Et ça me mets encore plus mal à l’aise. Je n’ai pas vraiment l’impression que j’ai le droit à l’erreur et surtout, maman n’y a pas eu le droit et ce que je fais de ma vie, n’est pas plus sûr. Cet homme parait si calme. Trop calme, quelle que soit la situation. C’est troublant

Léonard vole à mon secours en changeant de sujet. Je ne sais pas  vraiment. Dans l’immédiat ce sera de trouver à manger et où dormir puis je vais essayer de trouver un emploi dans le coin, pour gagner de quoi me nourrir et me loger pour un temps et un peu plus pour la suite de mon voyage. Je vais probablement rester sur la côte tout l’été pour retourner vers le nord pour l’hiver. Entre les deux, je voyagerai un peu sur la route. Je profite des pleines saisons, ce sont les périodes où l’on recrute le plus des saisonniers. C’est une routine. Personnellement je préfèrerai passer l’année dans les montagnes mais Vulca aime la chaleur. Alors l’été, je transpire sous le soleil du sud et l’hiver, Vulca râle dans la neige.

En parlant de Vulca, la petite Goupix s’est doucement allongée sur mes genoux et d’un coup de patte fait tomber mes Pokéballs. Elle libère ainsi ses deux amis. Testa se tourne calmement vers moi puis regarde son environnement. La Kokiyas n’est pas spécialement curieuse et une fois qu’elle a compris qu’il n’y avait rien de bien intéressant à première vu se referme pour dormir.

Ce qui n’est pas le cas d’Incubus. Le Fantominus ricane comme à son habitude en sortant. C’est une mise en scène qu’il semble apprécier particulièrement. Vulca glapit et immédiatement, le regard d’Incubus se braque sur le Carapuce. Un nouveau rire glacial s’échappe du nuage de gaz alors qu’il se dirige vers le petit Pokémon Eau. L’heure de la vengeance a sonné pour Vulca et aussi pour moi, mais je ne m’en rends pas compte tout de suite. Le plaisantin va voir ce que c’est d’être face à un être malin. Et ça ne va pas arranger sa peur des Pokémon Spectre. La léchouille ne sera certainement pas au goût du Carapuce.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Lun 12 Mar - 9:08
L’incident de la plaisanterie d’Arnold (carapuce) semblait s’être dissipé. De nouveaux vieux vêtements, une tasse de thé à bonne température et Capucine parlait de son futur comme si elle était une personne normale. C’est-à-dire sans cracher, sans subir des accès de paranoïa. De ce fait, Leonard et Jules se détendent et savourent la conversation.

Puis Vulca (goupix) libère ses deux compagnons. Peu importe la présence du kokiyas. Par contre, celle du fantominus ricanant et surjouant son rôle de spectre est plus problématique…

Est-ce l’effet de la léchouille ou celle de la phobie ? Dans un cas comme dans un autre, Arnold (carapuce) se retrouve paralysé. Le pauvre pokemon tremble à un point tel que même Jules le prend en pitié.

Leonard voudrait intervenir. Le prendre dans ses bras et le rassurer. Mais il préfère saisir cette opportunité et travailler sur la maladie de son petit protégé.

« Arnold, repense à ta dernière bataille. Repense à la guitare, à la musique et à la façon dont tu avais dansé. »

Mais Arnold (carapuce) est toujours paralysé. Leonard en vient à douter qu’il l’entende. La peur lui a peut-être supprimé le sens de l’ouie. La peur le repoussant au fond de lui-même, l’acculant dans un recoin de son cerveau.

« Esmeralda, va juste devant Arnold. Je veux que ton cœur rouge soit au niveau de ses yeux. Puis commence à tourner sur toi-même. »

Le chercheur décide de jouer la carte de l’hypnose. Le temps semblait s’allonger…

Une espèce de bave se formait aux commissures des lèvres d’Arnold (carapuce). Est-ce qu’il était entré dans une espèce de crise ? Leonard s’inquiéta d’un seul coup !

Puis il lui sembla apercevoir un clin d’œil. Esmeralda (stari) s’envola et laissa la portée libre entre le fantominus et l’attaque Ecume qui était soudainement expulsé !

Leonard souffla de soulagement. Puis fut très vite étonné de la petite cavalcade d’Arnold à sa rencontre. Ouvrant les bras pour l’accueillir, Leonard ne réceptionna qu’une espèce d’énergie rouge qui finit dans la pokeball.

« Je crois qu’Arnold a gagné une bataille mais, sachant qu’il allait perdre la guerre, a préféré trouver refuge dans sa pokeball. »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Mer 14 Mar - 5:55
Le comportement d’Incubus ne me dérange pas vraiment. Instinctivement, il a su que le Carapuce avait peur des Pokémons Spectre peut-être, ou bien, il avait envie de l’embêter. Cela ne me gêne pas et je ne gronde même pas Vulca pour son action. Après tout, c’est de bonne guerre, et c’est le Pokémon Eau qui avait commencé. Je ne me considère pas spécialement rancunière mais bien revancharde, d’un autre côté, l’inverse serait surprenant, vu que je passe mon temps à venger les innocents. Cette pensée me fait sourire. Aujourd’hui, c’est à mon tour d’être l’innocente vengée par mon Pokémon. C’est adorable.

Je souris donc tendrement à cette scène, ce qui peut paraître particulièrement méchant, mesquins et cruel, mais je ne m’en rends pas contente. Le Stari protège le Carapuce et tente de l’hypnotiser. Lorsqu’il se retire, un jet d’eau vient traverser Incubus, me faisant crisper la mâchoire et fait froncer les sourcils au Fantominus. On pourrait croire que l’attaque n’a eu aucun effet puisque le Spectre n’a pas de corps à proprement parler. Cependant, le gaz qui le compose a été partiellement dissipé, ce qui ne doit pas être sans conséquence sur lui. Le Pokémon Eau court se cacher dans sa Pokéball, poursuivit par un Incubus au rire plus sinistre que d’habitude, qui aurait bien envie de rendre l’appareil au Carapuce.

Incubus. Il suffit. Je n’ai pas parlé fort, ni violement. Le ton est calme et aimable et le Fantominus n’a pas besoin de plus. Il me regarde, ricane de ouveau et part explorer l’endroit. Cela ne vous dérange pas trop si mon Pokémon explore les environ ? Ne vous inquiétez pas, il ne fera aucun dégât, il est juste curieux. Je présente le fait plus comme un acte accompli que pour une question. Je ne vois pas ce que Jules voudrait cacher à un Pokémon Spectre. Et son refus ne ferait qu’attiser ma propre curiosité.

Je tourne alors vers l Léonard. La peur est l’arme la plus forte qu’on puisse avoir et notre pire ennemi. Personne ne peut vraiment vaincre sa peur. On peut l’affronter, sortir victorieux de quelques affrontements, mais la guerre se finit au mieux avec un match nul. Des paroles un peu défaitistes, mais je suis surtout réaliste. Il n’y a aucun moyen de vaincre sa peur. Une fois qu’elle est installée dans notre esprit, on ne peut pas l’y déloger.

Je bois une gorgée de thé. Il est particulièrement bon. Votre thé est excellent. Merci. Oh, vous savez, ce n’est pas grand-chose, j’apprécie beaucoup le thé, mais tout ce qui est bon. Je suis un fin gourmet. Dans ma jeunesse, alors que tout le monde partait à l’aventure, pour ma part, mon voyage fut surtout culinaire. Je me rappelle…

Par quel maléfice ! Jules se met à parler à une vitesse assez impressionnante, racontant histoire sur histoire, bien souvent sans y apporter de chute, laissant ses aventures, toutes inintéressantes sans fin. Est-ce possible de parler autant ? Pour ne rien dire en plus. J’ouvre des yeux de surprise d’abord, que Jules semble interpréter comme de l’intérêt. Mais pitié, une douche et un thé ne valent pas ça. Je jette un regard désespéré à Léonard. Est-ce que cette situation lui convient ? Ce n’est pas possible.
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Sextant
Team :

card : card
Messages : 739
Stardust : 2758
Jeu 15 Mar - 8:55
L’incident entre Arnold et Incubus se clôt naturellement sans faire plus de heurt. Leonard en est soulagé et voit disparaitre le spectre partant en mission d’exploration. Chose qu’il comprend tout à fait eut égard à ses futures explorations marines et spatiales.

Capucine joue son rôle et boit son thé. C’est alors que la Machine se déclenche. Jules enchaîne histoire sur histoire. Il ne prend pas le temps de bien les terminer ou d’apporter les effets au bon moment. Il semble craindre que ses deux invités disparaissent après un battement de yeux.

*Le vieil homme doit vraiment se sentir seul. C’est triste. *

Leonard intercepte le regard de Capucine. La pauvre est dans la zone rouge. S’il ne fait rien, elle va bientôt sortir de ces gonds et perdre de sa fragile sociabilité.

« Jules ? Excuse-moi de te couper mais je pense que je vais emmener Capucine faire un tour dehors. »

Présenté de cette façon, le vieil homme va surement mal le prendre. Il faut qu’il arrondisse les angles.

« Tu vois, histoire de se dégourdir un peu les jambes et d’apprendre à se connaître un peu plus. »

Est-ce que s’est bien présenté de cette façon ? Leonard a peur qu’il y ait un sous-entendu comme quoi il cherche à passer du temps seul avec Capucine, comme deux adolescents tombant en pamoison. Enfin, il aimerait bien que Jules le prenne de cette façon. A tous les coups, un petit sourire complice lui répondrait. Par contre, il ne veut pas que Capucine le comprenne de cette façon. C’est une excuse pour l’extirper des 1001 histoires non finies de Jules.

« Pas de problème, les jeunes. Allez-vous promener. Je m’occupe des vêtements de la petite. » Il se lève et remmène la théière et les tasses. Sur le chemin, il ajoute : « A votre retour, les vêtements seront secs et pliés. » Il y a une pointe de tristesse dans sa voix. Jules n’est pas idiot, il sait que Capucine va vite repartir.

« Sortons dehors et allons-nous promener. D’accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Ven 16 Mar - 3:36
Ce n’est vrai ! Léonard semble autant s’ennuyer que moi ou alors il est moins bête que je ne le pensais. En tout cas, il répond à mon appel à l’aide du regard alors que Jules ne semble pas l’avoir remarqué. Toutefois, pour dire ce qu’il allait dire, j’aurai pu faire tout autant, voir même mieux. Même moi, je sens bien que c’est maladroit de sa part. Même son rattrapage parait bancal. Primo parce que je n’ai pas spécialement envie de le connaitre un peu plus. Deuxièmement parce que Jules était en train de parler et qu’on aurait pu faire connaissance plus tard ou à l’intérieur. Et tertio… Non je n’ai pas de tertio, parce qu’il est vraiment trop maladroit. Gentil mais bête. C’est ce que je retiendrais de lui. Vulca bondit et nous suit dehors. A l’extérieur, Incubus se précipite sur nous, nous traverse avant de revenir vers moi. Je tends sa Pokéball et il entre à l’intérieur.

Dehors, le soleil se couche et les couleurs du crépuscule viennent enflammer le ciel dans une aquarelle de rouge et de violet, des nuances de rose, les dernières traces de bleu du ciel d’été. J’aime beaucoup le violet, peut-être parce que c’est la couleur de mes yeux, ou parce que c’est une couleur qui s’approche à la fois du rouge et du bleu, des couleurs chaudes et des couleurs froides. Je ne sais pas. Le rouge et le noir vont s’épouser pour laisser place à la nuit. Une nuit qui ne sera pas calme. J’aime aussi cet instant un peu bâtard, lorsqu’il ne fait pas tout à fait nuit, mais plus tout à fait jour. Entre Caninos et Arcanin.

Nous marchons en silence, le jardin du vieil homme est joli, bien entretenu et sent bon les arômes. Des Goélises passent en criant au-dessus de nous. C’est si calme, si doux. Qui pourrait croire qu’une guerre terrible à lieu actuellement au plus profond de moi. Ce n’est pas rare que cela m’arrive. Cette terrible impression que mes combats, ma vie, ne changent rien au monde et que tant des instants comme ça existeront, des gens continueront d’ignorer les appels à l’aide des plus faibles.

Je vais partir. C’est avec cette certitude que je regarde le soleil se coucher. Même s’il me le propose, je ne resterai pas dormir dans cette maison. Ni même pour un repas. Je ne veux pas m’imposer, imposer mon attitude que je sais négative envers eux, ni supporter les obligations sociales. Du coin de l’œil, j’observe Léonard. Il garde le silence et c’est tant mieux. Il est aussi calme que je suis troublée.

Après quelques temps de silence, une fois le soleil couché je me tourne finalement vers lui et prend une grande inspiration. Merci. C’est comme si le dire avait été difficile. Merci de m’avoir amenée ici. Mais maintenant je dois partir. Je ne lui laisse pas le temps de répondre et repars vers la maison. La présence de mes semblables m’angoisse, m’oppresse. Je souhaite retrouver au plus vite la solitude. A ma pseudo solitude, entourée de mes vrais amis, de Vulca, Testa et Incubus. Et de personnes d’autres. Juste nous quatre.

J’entre dans la maison. Mes vêtements sont propres et posés sur la table, Jules me regarde en souriant. Si j’avais été plus sociable, j’aurai remarqué la lueur triste dans ses yeux. Mais je reste froide comme la lame de mon couteau. Monsieur Jules, je vous remercie pour votre accueil, la douche et le thé, mais je dois vous quitter maintenant. Je comprends. Tu ne veux pas rester avec un vieux croulant comme moi. Léonard par avec toi je suppose ? Je hausse les épaules. Je n’en sais rien, il fait ce qu’il veut. Et je me retiens d’affirmer la première phrase du vieux. Ce n’est pas que je ne veux pas rester avec lui, je ne veux pas rester avec des gens tout court. Ce n’est pas grave. Tu n’as pas choisi de vêtements dans ceux de ma fille, alors je t’ai fait une sélection pour ton voyage. Ils ne prennent pas trop de place et tu pourras… Non. Ma voix est autoritaire et le coupe dans son élan. Il n’y a rien de poli dans ma réponse. Et mon ton est toujours blanc. Je vous remercie mais non. Je ne saurai que faire de votre gentillesse. Encore merci mais je vous dis adieu.

Il ne me faut que quelques secondes pour ranger mes affaires dans mon grand sac presque vide. Puis sans un regard en arrière, je sors et disparait dans la nuit. Je vais vite trouver un endroit où planter ma tente et puis ensuite…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Jud [ Voleur ]
» Combat avec boucliers de duels judiciaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Outils de modération