Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Répondre au sujet
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Mar 1 Mai - 9:36
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°1

Après avoir capturé Gregori (onix) et Michael (riolu), Leonard avait envoyé deux SMS. Un pour Spruelo Locink, avec qui il avait vécu une aventure dans les ruines d'Akeos. Et l'autre pour Capucine Alambra avec qui il avait découvert une sombre part de lui-même.

Donc, il était en bas du volcan, dans un endroit qui n'était pas touristique et où il avait pu installé son campement. L'après-midi était déjà bien avancé et l'ascension ne commencerait que le lendemain matin.

Leonard préférait converser avec ses deux amis et mettre au point leur stratégie avant de s'embarquer dans cette nouvelle aventure.

Il était assis, un livre dans les mains mais ne parvenait pas à rentrer dans l'histoire. Son esprit était déjà en train de s'imaginer sur les flancs volcaniques. Il se demandait quel genre de pokemons sauvages allaient se retrouver sur leur chemin. Il espérait ne pas recroiser Vance MacCreed ou un autre criminel. Il voulait vivre une aventure.

Il voulait remplir un objectif qui était celui du « dépassement de soi ».

Bref, Leonard attendait ses deux amis. La première chose qu'ils verraient serait Stella (monorpale) en train de faire des rondes autour du campement, surveillant les alentours. Ensuite, il découvrirait la forteresse vivante qui ceignait le campement. Forteresse qui n'était autre que Gregori (onix). Mais il n'y avait rien à craindre du titan de pierre. Il impressionnait par sa carrure mais possédait un caractère très paresseux.

*J'espère qu'ils arriveront bientôt. Je pense que nous avons beaucoup à nous dire. *
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :




card : card - journal - fiche
Origine : SUNYRA
Groupe : METEORE
Messages : 322
Stardust : 539
Dim 6 Mai - 15:20
J'ai fini par trouver un sentier indiquant une ville à quelque kilomètre. Ce sentier, c'est la route 2. Un endroit où les Pokémon feu et insecte cohabite et où la sécurité y est étroite. Six heures du matin. J'arrive à Feranium et je me trouve un endroit dans lequel je pourrais passer ma nuit. Mes Pokémon sont dans leur Pokéball, trop épuisé par le voyage. Je me réveille donc dans les environ de midi pour re-prendre ma route après m'être remplis le ventre.

À dire vraie, je n'ai pas réellement profité de cette magnifique ville qu'est Feranium : j'étais beaucoup trop fatiguer pour ça ! Même après avoir mangé, j'avais beaucoup trop hâte de voir enfin ce qui avait tiédit mon âme depuis la route 2. Je sais pertinemment que la chaleur ne provient qu'en petite partie du Volcan, mais j'ai cette impression en sentant la chaleur monter au grès de mes pérégrinations, qu'elle vient de ma destination. Autant vous dire que j'ai traversé la route 1 en rollers en essayant d'aller le plus vite possible !

Il est treize heures passées et je suis arrivé à destination. Le rendez-vous étant pour : "dans l'après midi" je crois et j'espère ne pas être en retard. Ici, la chaleur est étouffante. On peut trouver quelque fissure rougeoyante à un endroit et à un autre donnant un charme particulier à cet endroit où les Pokémon feu sont légion.

Une règle n'a jamais changé avec moi : il ne fait jamais trop chaud ! Mon seuil de tolérance à la chaleur n'a encore jamais été dépassé de toutes ma vie. Seul Chargeur commence à trouver qu'il commence à faire trop chaud. Survolté elle, est encore plus excité qu'à l'ordinaire. Elle court dans tous les sens à m'en donner le tournis. Après avoir fait le tour de la zone, je me décide de piquer mon dernier somme de la journée. La chaleur apporte avec elle une atmosphère propice à l'apaisement et au repos. Pour moi qui n'ai dormis que six heures, c'est pain bénis !

À mon réveille, je regarde l'heure et je réalise qu'il est bientôt quinze heures ! C'est cette fois pleinement réveiller que je me mets à courir pour tenter tant bien que mal de retrouver Léonard, qui m'attend surement depuis longtemps. Je serai quand même bien resté à dormir sur tette pierre douillette encore quelques heures... La chaleur fait vite oublier la dureté de la pierre. Mais ces fous comment le temps peut passer à toute allure quand je suis fatigué... Cet état où je me mets en quête d'un endroit où dormir, où plus rien n'a d'importance si ce n'est mon sommeil. C'est surement la conséquence du fait que je n'arrive jamais à m'organiser... Si j'avais dormi chez un habitant du fort des songe comme il était prévu : cela ne se serait pas produit ! Je ferai mieux de garder un ordre des priorités sur les choses, le sommeille ne devrait plus arriver dans la première place de cette liste sans que je mis soit préparé.

En marchant, je retrouve vite Survolté qui fonce alors vers moi, tout excité. Chargeur lui, ressort de sa Pokéball. C'est... Inattendue. Il semblerait qu'il se soit fait vite à cette habitude normal pour tous autre Pokémon appartenant à un dresseur qui est de rentrer dans sa Pokéball. Enfin au moins maintenant, il est au meilleur de sa forme ! Survolté me fait un signe de la tête traduisible par un "suis moi !". Je m'y applique donc et qu'elle ne fut pas ma surprise quand j'aperçoit un Monorpale au loin. Selon le réseaux Dusk, il ni en a pas par ici...! J'en déduis donc qu'il s'agit de Stella, la Monorpale de Léonard ! Mes soupçon se son confirmé quand en m'approchant, je pus voir ces motifs caractéristiques sur son fourreau. Je lui serre donc le turban comme on ferait une poignée de main. Derrière lui, un gigantesque Onyx enroulé autour d'un campement. Je m'approche donc avec prudence et remarqua qu'à l'intérieur se trouvait Léonard ; serein. Écartant donc l'hypothèse que se Pokémon énorme soit une menace, je tends la main à mon ami.

-Je ne t'ai pas trop fait attendre ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Lun 7 Mai - 13:14
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°2

« Spruelo ! »

Leonard se leva pour aller accueillit son ami. Les deux ne s'étaient pas vus depuis leur aventure aux ruines d'Akeos. Endroit qui leur avait permis de contempler l'évolution de carapuce en carabaffe, et d'elekid en elektek.

« Je t'avoue que je n'ai pas vu le temps passer. Je crois que je me suis imaginé plusieurs fois gravir ce volcan. »

Stella (monorpale) repartit à l'extérieur de la muraille vivante pour continuer à faire sa ronde. Quand à Gregori (onix), il leva un peu sa tête puis ouvrit son œil pour contempler les nouveaux arrivants. Ces nouvelles informations enregistrées, il reposa sa lourde tête et referma ses yeux.

« Tu es le premier à être arrivé. J'espère que Capucine ne tardera pas à nous rejoindre. »

Leonard invita Spruelo à se rapprocher du centre du camp. Sur un petit réchaud se trouvait de l'eau chaude. De quoi se servir une tasse de thé. Leonard lui demanda s'il voulait quelque chose et, si c'était le cas, il lui indiqua l'endroit où se trouvait les sachets de thé.

« J'ai l'impression que ça fait tout un voyage depuis la dernière fois qu'on s'est vu. Tu te portes bien ? »

Il y eut soudain du mouvement. Une forme bleue jaillit par-dessus la forteresse qu'était Gregori. Un jeune pokemon qui débordait d'énergie et qui tenait une pokeball dans une de ses deux mains. C'était un riolu et ce n'était pas un pokemon sauvage.

« Ah, voici Mickey. C'est le dernier arrivé dans ma petite famille. Je pense qu'en terme d'énergie, il pourra suivre le rythme de tes pokemons électriques. »

Il finit sa phrase par un sourire, se souvenant de la course que Spruelo, Chargeur et Survolté lui avaient infligé. Juste avant qu'ils se perdent dans une tempête de sable et qu'ils se retrouvent sans explication dans les ruines d'Akeos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : VulcaAlbio
Testa
Incubus
Oster

card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 456
Stardust : 1444
Lun 28 Mai - 3:59
J’étais à Ferranium depuis quelques temps déjà, pour le meilleur et pour le pire. Et le pire semblait déjà s’être produit sous la forme d’un remerciement abusif, moi à la rue et en colère. Mais il faut avouer que le bien qui a suivi n’en était que meilleur. Voilà bien longtemps que j’ai du mal à joindre les deux bouts, si longtemps que j’ai du mal à imaginer une époque où je n’ai pas dû me débrouiller seule pour me nourrir.

J’étais dans une rage folle lorsque j’ai percuté Erik. Le pauvre garçon s’est fait traiter comme du Magicarpe pourri et je dois admettre avoir été particulièrement cruelle avec lui, mais ce n’était pas le moment. Je l’ai tellement mis mal à l’aise qu’il s’est senti obligé de m’offrir un verre. Je me sens un peu coupable pour ça mais pas trop. C’est là qu’est venue la bonne nouvelle. Erik, en plus de s’être fait pourrir par une jeune femme énervée, trouve même des solutions à ses problèmes.

Les Centres Pokémon accueillent gratuitement les dresseurs. Gratuitement. Je cherche toujours des logements à moindre coût, travaillant pour presque rien en échange d’un toit et de mes repas et voilà que l’homme que je percute et insulte m’annonce avec tout le naturel de la chose évidente et connu de tous que j’ai passé ma vie à galérer pour rien. J’avoue ne pas lui avoir transmis ma joie de façon correcte encore une fois.

Cela fait donc quelques temps maintenant que je travaille toujours comme serveuse, mais avec un vrai salaire, un lieu où dormir tous les soirs et de vrais repas. Je crois bien n’avoir jamais eu autant d’argent de ma vie et pourtant je sais que je ne suis pas riche. Et il faut admettre que mon caractère s’est nettement amélioré. Pas que je sois devenue sympathique et avenante comme Leonard ou patiente et calme comme Panacée. Mais au moins je ne grogne plus sur tout le monde, j’arrive à tolérer leur présence. La nuit par contre, je continue à faire régner la peur j’ai les voleurs et autres criminels qui pourrissent la vie des gens stupides et innocents.

Et en parlant de personnes stupides et innocentes, j’ai reçu un message de Leonard qui me proposait de le rejoindre pour grimper le Volcan Eneka. Sans vraiment réfléchir, je lui ai répondu par l’affirmative presque immédiatement. J’aurai peut-être dû le faire.

Maintenant que je marche sur le versant de la montagne, je m’interroge. Pourquoi me suis-je si précipitamment engagée à le rejoindre ? Probablement parce qu’il fait partie des deux seuls humains qui font partie de mes amis et que c’est le seule à me l’avoir déclaré et avoir dit qu’il croyait en moi. Mais tout de même, je ne me suis même pas renseignée sur ce qu’il voulait explorer avec moi. Manifestement, c’est une montagne, d’où le terme volcan. Jusque-là, rien de bien sorcier. Mais pourquoi il veut monter là-haut ? Serait-il devenu sportif pour de vrai ? L’effort physique ne me fait pas peur et ce sera un bon entrainement pour Vulca et moi.

Ma Goupix sautille joyeusement dans les fourrées, heureuse de quitter enfin la ville et reprendre l’air. Je la regarde en souriant, mon sac de randonnée sur le dos. Je ne sais pas le temps qu’il fera alors j’ai prévu un pantalon et un pull à mettre au-dessus de mon short et de mon t-shirt. Et puis ma tente aussi au cas où. Et plusieurs autres choses, mais dans les faits, il y a toutes mes possessions. Ce n’est pas grand-chose mais ça pèse assez lourd sans être un problème.

J’arrive au lieu de rendez-vous et entre les arbres j’aperçois mon ami. Cela me fait une drôle d’impression de penser à lui comme un ami, comme des fourmillements dans le ventre, et un sourire commence à flotter sur mes lèvres. Je suis contente de le revoir et c’est bien la preuve que ce garçon est spécial. Toutefois, avant qu’il ne me vît, je remarque une autre personne avec lui et mon sourire s’efface immédiatement. C’est qui lui ? Qu’est-ce qu’il vient faire avec Leonard ? Dans quels ennuis ce crétin s’est encore fourré ?

Je me dissimule afin d’observer la scène. Je fronce les sourcils malgré l’absence de danger évident. Il ne m’avait dit qu’il y aurait quelqu’un d’autre. Je me décide à entrer dans la lumière et me dirige vers mon ami, la mine sévère, comme à mon habitude.

Salut Léonard. C’est qui lui ? Je désigne l’inconnu du menton. Ma voix n’est pas encore glaciale, on peut en remercier le Centre Pokémon pour cette absence d’animosité franche. Mais on ne pourra pas me changer et c’est avec méfiance que je regarde cet inconnu. Vulca aussi le regarde prête à réagir à toute mauvaise action de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Lun 28 Mai - 15:24
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°3

Leonard n'a pas le temps de tendre une tasse et un sachet de thé à Spruelo. Effectivement, la dernière invité se fait entendre. Capucine Alambra a rejoint le groupe de pseudo-aventuriers.

« Salut ! »

Un grand sourire accueille celle qui contient un noir secret et des larmes chaudes. Leonard est heureux de la retrouver et de passer de nouveaux moments avec elle.

Il répond alors à Capucine, ne faisant même pas attention à son sale caractère et sa question bourrue. Cette façon d'être est devenue comme le bruit des oiseaux en arrière-plan. Quelque chose de normal.

« Capucine, je te présente Spruelo. Spruelo, voici Capucine. C'est elle qu'on attendait pour parler de notre expédition de demain. Capucine, Spruelo est celui qui m'a accompagné dans les ruines d'Akeos. Là où j'ai trouvé Stella. Ce jour-là, on a crée une solide relation. Comme toi et moi avec l'épisode de l'onix sur la Route 7. »

Voilà qui résumait très vite la relation de Leonard avec Spruelo, et celle entre Leonard et Capucine. Très furtivement, une pensée passa dans son cerveau : est-ce que les deux s'entendraient ? Mais Leonard chassa bien vite cette inquiétude. Son caractère reprit très vite le dessus.

« L'eau est chaude. Les tasses sont ici et les sachets de thé. Servez-vous. »

Il était bien. Au centre de la muraille de pierre vivante qu'était Gregori (onix), entouré de ses deux meilleurs amis, Leonard était bien. Il leva la tête vers le sommet du Volcan Eneka. L'excitation gagna alors son corps. Il était pressé d'entreprendre cette aventure.

Mais avant cela, il fallait que le trio apprenne un peu à se connaître. Qu'ils échangent à propos de tout et de rien. Et plus tard, échanger à propos de la stratégie qu'ils appliqueraient en fonction des envies et des rêves de chacun.

Stella, l'épée hantée, repassa au-dessus du camp. L'espèce de foulard qui était accroché à la garde se contorsionna. La situation était dégagée. Aucuns pokemons sauvages aux alentours. Puis elle repartit faire des rondes autour de Gregori qui sommeillait. Sa lourde tête posée sur le sol, un œil s'entrouvrant parfois pour observer les étrangers humains comme pokemons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :




card : card - journal - fiche
Origine : SUNYRA
Groupe : METEORE
Messages : 322
Stardust : 539
Jeu 31 Mai - 2:55
-Spruelo !

Visiblement la réponse à ma question est "non"...! Leonard se lève avec son sourire toujours plus accueillant pour m'inviter dans son campement vivant.

-Je t'avoue que je n'ai pas vu le temps passer. Je crois que je me suis imaginé plusieurs fois gravir ce volcan.

Il semble très impatient. À vraie dire, ce ne serait pas très intéressant comme aventure si ce n'était pas avec une personne motivée ! Le campement ouvrit un oeil, me regarda et le referma si-tôt tandis que Stella repartit faire sa ronde. Mon arrivée semblais maintenant être admise de tous... Que les choses sérieuses commencent !

-Tu es le premier à être arrivé. J'espère que Capucine ne tardera pas à nous rejoindre.

Dit Léonard tout en préparant du thé. Comme si l'information était anodine...! Qui peut bien être cette capucine qu'il a évoqué en me montrant les sachets de thé ? Pourquoi ne m'en a-t-il jamais fait mention ? Je me sens un peu nerveux. Moi qui imaginais partir vers de nouvelles aventures avec Léonard, se sera avec Léonard ET une inconnue...

-J'ai l'impression que ça fait tout un voyage depuis la dernière fois qu'on s'est vu. Tu te portes bien ?

J'acquiesce, un sachet de thé dans les mains, à l'intérieur d'un Onyx... Je ne sais plus vraiment où me placer ni quoi penser des prochains événement. M'enfin ! Si Léonard a voulu amener une autre personne, c'est bien qu'elle doit avoir le goût de l'aventure ! n'est-ce pas ? Quelque chose a attiré l'attention de Survolté. Je me recule donc voir et c'est un Petit Riolu que voilà ! Trônant au-dessus du Onyx, il tient une Pokéball. Surement la sienne.

-Ah, voici Mickey. C'est le dernier arrivé dans ma petite famille. Je pense qu'en terme d'énergie, il pourra suivre le rythme de tes pokemons électriques.

...D'où le fait qu'il ait réussi à attirer l'attention de Survolté. Mine de rien, sa famille grandit vite ! Depuis notre dernière aventure, voilà maintenant deux nouveaux compagnon qui l'ont rejoint ! Contrairement à moi, lui n'a pas chômer. Tant mieux dans un sens, Cela a l'air d'être ça qui le rend heureux. Et tandis que Léonard finis de préparer le thé, une nouvelle personne arrive...!

-Salut Léonard. C’est qui lui ?

Dit la jeune fille en levant le menton avec un air dédaigneux. J'ai bien envie de lui répondre : "Moi c'est Spruélo et tu vas me parler sur un autre ton !". Forcé de constater que mon charisme n'était pas prêt à suivre mes ambitions ! La jeune fille arrivant de nul par m'a, il est vrai, un peut prit de court... Sans souligner que si elle connait Léonard et qu'elle se trouve ici et maintenant : il y a des chances non négligeable pour qu'elle soit cette fameuse "Capucine" et que l'on ai un bout de chemin à faire ensemble... Espérons que les apparences s'avère être trompeuse...!

-Salut !

Répondit Léonard avec toute l'innocence et la bonhomie qui le caractérisait. Il a tellement ignoré le ton assassin qu'elle a employé pour parler de moi que l'on pourrait interpréter ça comme de la provocation, mais notre interlocutrice ne semble forte heureusement pas l'avoir pris sur ce ton-là.

-Capucine, je te présente Spruelo. Spruelo, voici Capucine. C'est elle qu'on attendait pour parler de notre expédition de demain. Capucine, Spruelo est celui qui m'a accompagné dans les ruines d'Akeos. Là où j'ai trouvé Stella. Ce jour-là, on a crée une solide relation. Comme toi et moi avec l'épisode de l'onix sur la Route 7.

J'assimile brièvement les nouvelles informations que Léonard me mettais à disposition... Comme cela il l'aurait rencontré sur la route 7... Je ne sais pas ce qui si est passé, mais cela a suffi à Léonard pour accorder l'entièreté de sa confiance à l'intrigante ! Peut-être que Léonard s'attache trop vite aux gens... Néanmoins, c'est toujours bon de savoir que l'on a un ami sur qui l'on peut compter, c'est dernier temps j'en manque un peu !

-L'eau est chaude. Les tasses sont ici et les sachets de thé. Servez-vous.

C'est donc autour d'une tasse d'eau chaude parfumé qu'un froid s'installa... Seul Léonard semblait ne rien remarquer. Capucine ne semblait pas enchanté de ne pas pouvoir voir Léonard en seul à seul et j'avoue que moi aussi, j'aurais bien aimé... Alors, comment pourrais-je lui en vouloir ?! Je tente mal-grès tous de briser le silence après une trentaine de seconde à ne rien dire. L'expédition aura lieu demain : ça veut dire que nous aurons à nous supporter jusqu'à ce soir et pendant la journée de demain ! Autant que ces journées ce passe le mieux possible !

-Et donc... J'ai le droit d'avoir les détails de votre rencontrent sur la route 7 ?...

Je suis bien conscient que le sujet de conversation n'est pas très passionnant, mais je tente mal-grès tout de délier les langues. J'ignore sciemment le bruit d'éboulement que je situerais à une petite centaines de mètres. J'ai vu du coin de l'oeil que Survolté et Chargeur sont déjà partis voir de quoi il en retourne et, même si c'est très dur, je résiste à l'appel de l'aventure...

MODERATION:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Messages : 6304
Stardust : 23168
Jeu 31 Mai - 11:44
Apparition d'un pokemon sauvage !

Tu manques de justesse de poser le pied sur un Limagma. Heureusement que tu l'as vu sinon tu aurais gagné une sacrée brûlure. Il te regarde, se demandant ce que tu lui veux.

Que vas-tu faire ?
Limagma




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : card
Messages : 7289
Stardust : 19627
Jeu 31 Mai - 11:44
Le membre 'Dusk' a effectué l'action suivante : Modération


'Chromatique' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : VulcaAlbio
Testa
Incubus
Oster

card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 456
Stardust : 1444
Sam 2 Juin - 7:47
Je toise l’homme que Leonard me présente sous le nom de Spruelo. C’est un nom ça ? Je veux dire que ça existe vraiment ? Je pose un regard interrogateur sur Leonard essayant de voir s’il me fait une blague ou s’il ne m’a pas donné de surnom ridicule, mais son visage ne s’est pas départi de son expression de joie habituelle. Je reporte mon attention sur l’inconnu et lui non plus ne semble pas gêné outre mesure. C’est donc son vrai nom. Comme quoi, certains ont de l’imagination pour se moquer de leur propre enfant.

Il me faut un instant pour me rappeler qui est Stella. C’est donc avec lui que Leonard à trouver son Monorpale. Spruelo aurait au moins pu lui dire qu’on ne devait jamais prendre ce Pokémon par le manche, ça m’aurait évité une grande frayeur et un excès de panique inutiles.

Je me demande si Leonard se forge des amis avec tous les gens qu’il croise ? Ou simplement avec ceux avec qui il risque sa vie. Une légère inquiétude me fait froncer les sourcils à cette idée, un froncement de sourcil qui peut être interprété comme une réaction à l’explication de la rencontre des deux garçons. Mais c’est bien à l’idée de voir Leonard se retrouver de nouveau en danger qui m’inquiète. Cependant c’est arrivé avec qu’on ne se rencontre, j’espère que maintenant il a compris qu’il devait arrêter d’être débile et de mettre sa vie en jeu.

Je hausse les épaules une fois que Leonard a fini de parler. Je vais m’accommoder de la présence de l’autre c’est tout. Tant qu’il ne ramène pas de danger vers nous, c’est bon. Sans que je m’en rende compte, je suis justement venue pour éviter à Leonard de s’attirer des ennuis, ce serait dommage que ce soit l’autre pêque qui lui en apporte.

Je suis Leonard qui semble voler sur une horde de Tiltons pour aller prendre le thé qu’il nous propose. Toutefois, mon œil accroche un détail, une espèce de boue rouge et qui bouge sous le pied de Spruelo. Un Limagma. A la vue du Pokémon Feu, mon cœur arrête de battre, mais mes réflexes prennent le relais. Ma main gauche attrape une Ball et libère Testa, ma Crustabri. Si Testa était calme, douce et peu réactive quand elle était un Kokyias, son évolution l’avait métamorphosée, aussi bien que physiquement que mentalement. Le Pokémon Eau qui aimait se prélasser dans l’eau et rester dans sa Pokéball avait laissé place à une créature énergique, futée, réactive et d’une grande camaraderie. Ce qu’elle a gardé était son attitude protectrice et une certaine sagesse.

Il ne fallut pas plus d’une seconde pour que Testa localise la source de ma frayeur. Et encore moins de temps pour que son Hydrocanon vienne frapper le Pokémon Feu de plein fouet, l’envoyant rebondir contre la muraille de pierre qui nous encerclait et disparaitre dans les frondaisons. Je pousse un discret soupir en le voyant disparaitre et fait un sourire et un clin d’œil à Teste qui me le rend avec une certaine fierté.

Soudain, le mur de pierre bouge et je me mets sur mes appuis les yeux grands ouverts, cherchant à comprendre ce qu’il se passe, où et le danger et comment le combattre. Incubus, mon Fantominus, se libère de sa Pokéball en ricanant de ce rire terrifiant et purement mauvais et commence à voir le mur de plus près pendant que Testa et Vulca m’encadre, prêtes à en découdre. Une tête massive nous regarde, puis se repose.

Je me tourne vers Leonard, complètement ahurie. Tu as capturé un Onyx ! [ /b]Est-ce seulement possible ? Venant de lui ? La preuve que oui, surtout qu’il a déjà capturer d’autres Pokémons pour former sa petite « famille » comme il dit. Pourtant, savoir ça me sidère complètement. Je suis peut-être méprisante à son encontre mais je ne le savais pas capable d’un tel exploit. En y réfléchissant bien, je n’ai eu à capturer qu’Incubus, mon Fantominus, et encore, c’était parce qu’il voulait jouer à attrape-moi si tu veux et que maman me l’avait envoyé comme un signe.

Nous nous installons autour du réchaud, une tasse à la main. Un silence s’installe entre nous, sans vraiment expliquer pourquoi. Leonard devrait nous expliquer ce qu’il compte faire ou un truc. Mais ça ne me dérange pas, parce que tant qu’il garde le silence, il ne dit pas de bêtise, et Arceus sait qu’il peut en dire autant qu’en faire.

Finalement c’est Spruelo qui parle. Notre histoire sur la route 7. Je pousse un soupir et décide de raconter au lieu de laisser à l’imbécile qui me sert de compagnon nous sortir un truc complètement improbable. [b]Nous étions sur la route 7, il y avait un bouchon immense à cause d’un Onyx qui bloquait la route. Personne ne pouvait passer et une bande de crétins finit s’était assemble autour du Pokémon. Dans le tas, il y avait des manifestant pour la protection des Pokémons alors que personne ne lui avait du mal. Et il y avait aussi des Policiers, venus prendre l’air sans aucun doute car comme à leur habitude, ils étaient inutiles. On a vu que l’Onyx tenait des Mackogneurs dans son étreinte, on les a affrontés, on a trouvé les coupables. Leonard a essayé de mourir, et je te jure, encore une fois, que si jamais tu recommences ce genre de conneries, la mort sera le dernier de tes soucis.
Je menaçais Leonard en le regardant droit dans les yeux un doigt levé pour appuyer mes propos avant de ramenant mon attention sur Spruelo. On a mit les bandits en fuite. Ils voulaient capturer les petits de l’Onyx. Voilà. Rien de bien extraordinaire.

C’était abrupte, résumé, et dit avec un ton légèrement froid et distant, mais on peut considérer que c’est l’intonation naturelle de ma voix. Mais la vraie question, c’est pourquoi on est ici ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Lun 4 Juin - 12:46
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°4

Un grand sourire répond à Capucine. L'air de dire : « et oui, c'est bien moi qui ai capturé cet onix ! Hey hey ! » Puis ses yeux visitèrent tout le campement. Le pauvre limagma envoyé au loin par l'attaque efficace du crustabri. Le jeu entre Mickey (riolu) et les pokemons electriques de Spruelo. Sans compter la forteresse vivante et l'épée hantée qui patrouillait autour.

Ce qui expliqua le silence de Leonard.

*Ce qu'on fait ici ? *

Le sujet était lancé. Leonard pensait qu'il y aurait un petit temps de sujets divers et variés où les futurs trois compagnons apprendraient à se connaître. Mais c'était sans compter le caractère de Capucine. D'ailleurs, celui nerveux de Spruelo ne devait pas traîner derrière. En fait, c'était lui le sage et le calme de la bande.

« Ce qu'on fait ici se résume simplement par quelques mots : l'objectif est de grimper tout en haut du Volcan Eneka. »

Sans réfléchir que boire une gorgée de thé impose une attente et donc un effet de théâtre, Leonard reprend :

« Derrière cet objectif s'en cache d'autres. D'abord, c'est une façon spéciale de marquer la fin de mon voyage à travers toute l'île. Ensuite, c'est une façon de sortir hors de ma zone de confort. De ne pas simplement regarder les membres de ma petite famille se battre et s'épuiser aux tâches. C'est un entraînement physique et mentale pour moi. Mais également pour toute ma petite famille qui s'est agrandi bien plus vite que je ne le pensais. »

Sur ces mots, il ne peut empêcher un petit rire de sortir de sa gorge. Comme si ce succès soudain était en quelque sorte gênant. Comme s'il n'avait pas eu besoin de faire d'efforts pour finir premier en classe ou en compétition.

Leonard lève les yeux vers le ciel et trouve rapidement Esmeralda (stari) qui comprend le signal. Elle s'envole pour aller disparaître le corps de Gregori.

Puis Leonard fixe très vite Capucine avant qu'elle intervienne et le traite d'idiot. Encore.

« C'est pour cette raison que j'ai fais appel à vous. Parce que vous êtes les deux seuls personnes sur cette île avec qui j'ai créer des liens forts. Avec qui je n'ai pas peur de partir à l'aventure. Il y a des risques, je le sais. Mais je sais également que vous serez à mes côtés et que jamais vous ne me laisserez tomber. »

Toute la petite famille de Leonard se rapproche du cercle des trois humains. Dans les airs se trouvent Esmeralda (stari) et Stella (monorpale). Arnold (carabaffe) et Mickael (riolu) sont sous la surveillance de Nadège (mysdibule).

Pendant que tous les pokemons se rassemblaient, Leonard a tiré trois objets de son sac. Trois preuves supplémentaires que ce voyage n'est pas un coup de tête. Trois preuves qui indiquent les efforts qu'il a fourni durant ce qui lui paraît avoir été un grand et long voyage.

« Dans la pokeball se trouve Gael, mon tortipouss. Je ne sais pas ce qu'il a en ce moment, mais il n'a pas le moral. Cette pierre, c'est un fossile de ptera que j'ai trouvé dans les Mâchoires de fer. Je ne sais pas encore si j'irais le réveiller quand je retournerais chez mes parents pour réfléchir à la suite de mon avenir. Et enfin, »

Leonard le montre fièrement à Capucine d'abord, Spruelo ensuite, son badge qu'il a remporté du champion de l'arène psy : Auguste d'Epernelle.

, voici le badge que j'ai remporté avant de m'aventurer dans les Mâchoires de Fer. »

Bien entendu, il l'exhibe sans arrière-pensée avec un grand sourire. Ce n'est pas pour rabaisser Capucine. C'est simplement par joie d'avoir réussi à surmonter l'épreuve. De l'innocence, quoi.

PS : mon mysdibule est shiny. Il a les couleurs "yakuza".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :




card : card - journal - fiche
Origine : SUNYRA
Groupe : METEORE
Messages : 322
Stardust : 539
Mer 20 Juin - 7:37
-Nous étions sur la route 7, il y avait un bouchon immense à cause d’un Onyx qui bloquait la route. Personne ne pouvait passer et une bande de crétins finit s’était assemble autour du Pokémon. Dans le tas, il y avait des manifestant pour la protection des Pokémons alors que personne ne lui avait du mal. Et il y avait aussi des Policiers, venus prendre l’air sans aucun doute car comme à leur habitude, ils étaient inutiles. On a vu que l’Onyx tenait des Mackogneurs dans son étreinte, on les a affrontés, on a trouvé les coupables. Leonard a essayé de mourir, et je te jure, encore une fois, que si jamais tu recommences ce genre de conneries, la mort sera le dernier de tes soucis.

Capucine leva son index en l'air et fusilla du regard Léonard avant de re-prendre. Même si je ne comprends pas vraiment ce qu'elle veut dire par "Léonard a essayé de mourir", je me doute qu'il s'est mis en danger inutilement... Une question mes passé par la tête durant une seconde : "alors que fait-elle ici ?". Je me déteste pour avoir imaginé ainsi que Léonard n'a rien préparé. Même poussé par une adrénaline d'on ne sais où, je ne me lancerais pas dans de telle entreprise sans aucun préparatifs si ce n'est pas le dernier recours... Alors Léonard !

-On a mit les bandits en fuite. Ils voulaient capturer les petits de l’Onyx. Voilà. Rien de bien extraordinaire.

C'est quand même une bien drôle d'aventure que voilà... Mais finalement quand on y re-pense, si je devais résumer notre aventure dans le désert, sur une échelle de l'absurdité : je serais à un tous autre niveaux ! C'est comme si où qu'il voyage, il lui arrive toujours des trucs extraordinaires à ce gars la. Je l'envie un peu quelque part...

-Mais la vraie question, c’est pourquoi on est ici ?

Moment de silence. Cela fait quelque seconde que Chargeur et Survolté sont revenues, un air un peu déçu au visage, je me doute qu'il ni avait rien de si intéressant. Pendant que Chargeur me lance un regard voulant clairement dire un peu innocemment "qu'est-ce que j'ai raté ?", Survolté c'est déjà consolé de sa dernière déception et entreprend la tâche de jouer avec le Riolu fraîchement capturé de Léonard.

-Ce qu'on fait ici se résume simplement par quelques mots : l'objectif est de grimper tout en haut du Volcan Eneka.

Mais encore...?

-Derrière cet objectif s'en cache d'autres. D'abord, c'est une façon spéciale de marquer la fin de mon voyage à travers toute l'île. Ensuite, c'est une façon de sortir hors de ma zone de confort. De ne pas simplement regarder les membres de ma petite famille se battre et s'épuiser aux tâches. C'est un entraînement physique et mentale pour moi. Mais également pour toute ma petite famille qui s'est agrandi bien plus vite que je ne le pensais.

Léonard lâchas un petit rire nerveux pour des raisons obscure. Et pour des raisons toutes aussi obscure, mon sang se glaça quand il atteint mes oreilles. Sans trop savoir pourquoi, je commençais à m'attendre au pire. Leonard fixe capucine du regard et re-prend au quart de tours, comme pour ne pas être interrompus.

-C'est pour cette raison que j'ai fais appel à vous. Parce que vous êtes les deux seuls personnes sur cette île avec qui j'ai créer des liens forts. Avec qui je n'ai pas peur de partir à l'aventure. Il y a des risques, je le sais. Mais je sais également que vous serez à mes côtés et que jamais vous ne me laisserez tomber.

Sur ces mots, tous les Pokemon de Léonard se sont rapprochés de nous... L'atmosphère n'était apparemment pas suffisamment oppressante ! Je sens Chargeur très mal-à l'aise... La question reste en suspend : qu'est-ce que l'on fait ? Léonard avait profité de ce moment de pause pour sortir des objets de son sac.

-Dans la pokeball se trouve Gael, mon tortipouss. Je ne sais pas ce qu'il a en ce moment, mais il n'a pas le moral. Cette pierre, c'est un fossile de ptera que j'ai trouvé dans les Mâchoires de fer. Je ne sais pas encore si j'irais le réveiller quand je retournerais chez mes parents pour réfléchir à la suite de mon avenir. Et enfin,

Quand je le vis, tous mes espoir que ce soit une blague et que son petit rire nerveux de tout à l'heure ne l'ai trahis se sont envolés. Un badge ! C'est donc pour ça qu'il se sent poussé des ailes ! Mais quel idiot celui là je vous jure...

-voici le badge que j'ai remporté avant de m'aventurer dans les Mâchoires de Fer.

Je prends une grande respiration. Ce n'est pas le moment de gaffer.

-Léonard t'est un idiot.

C'est sorti tous seul. Après un moment de silence et d'hésitation, je re-prend

-De ta part, je m'attendais à tous sauf à ça. T'A PAS TROUVER UN MOYEN MOINS STUPIDE DE T'ENTRAÎNEZ AVEC TES POKEMON ? SORTIR DE TA ZONE DE CONFORT ? SORTIR TA ZONE DE CONFORT ! PRENDRE DE RISQUE INUTILE ET INCONSIDÉRÉE J'APPEL PAS CA SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT POUR TOI ET MÊME SI C'ETAIT LE CAS : CELA EN VAUDRAIT LA PEINE ? TON VOYAGE S'EST PASSÉ SUPER BIEN JUSQUE LÀ ET TU VEUTS TOUS GÂCHER. C'EST SÛR QUE TU EN PRENDRAS MOINS DE RISQUES INUTILES SI T'EST CLOUÉ À UN FAUTEUIL ROULANT OU SI T'EST MORT !

les mots s'enchaînaient tous seul sans que ma pensée n'intervienne. À chaque fois que j'ouvrais ma bouche, ce n'était que mon coeur qui ne s'exprimait... Et dieu seul sais à quel point il a des choses à dire ! J'essaie toutes fois de reprendre plus calmement.

-j'aurais dû avoir la puce à l'oreil quand je t'ai vu ici sans aucun matérielle avec toi que tu n'avais rien préparé, mais ça me semblait trop sur-réaliste de ta part...! Réfléchis, tu ne le ferais pas si on n'était pas là. Quand on a ainsi besoin de ses amis pour nous galvaniser ; c'est soi qu'on est en train d'affronter une situation inextricable, soi qu'on est en train de faire une énorme connerie ! Ce qui arrive, c'est que tu te sens juste pousser des ailes à cause d'un petit bout de métal. Mais dans la vie on peut descendre très vite des petits nuages à six pieds sous terre alors putain pitier va pas tous gâcher !

Je ne pensais pas que me contenir pouvait être un exercice si compliquer...! Je me sens un peu comme Survolté quand elle a envie de courir à 200 à l'heure mais qu'elle se retient par politesse. J'espère qu'il ne m'en voudra pas trop, il avait l'air d'y tenir à cette folie... Mais c'est que je tiens à sa vie moi !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : VulcaAlbio
Testa
Incubus
Oster

card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 456
Stardust : 1444
Sam 23 Juin - 4:38
Sortir de sa zone de confort ? Qu’est-ce qu’il veut dire par là ? Il veut s’entrainer ? Je ne peux qu’être d’accord avec lui. Il a toujours tendance à se mettre dans de beaux draps et comme il est particulièrement innocent et stupide, que son équipe ‘entraine à le protéger et lui à se défendre est une bonne chose. Nous avons d’ailleurs commencé ensemble à le faire. Ce n’est que pour se défendre et il m’a promis que ce n’était jamais pour attaquer, ce qui lui attirerait encore plus d’ennui.

Grimper en haut d’une montagne, c’est compliqué mais faisable. Il doit y avoir des sentiers, et elle n’a pas l’air particulièrement haute. Toutefois, je ne pense pas avoir de quoi me nourrir sur tout le trajet, mais Leonard a dû prévoir le coup. J’ai beau le traiter de débile à longueur de temps, il est en réalité loin d’être bête, c’est juste qu’il ne voit pas le monde correctement.

Mon cœur rate un battement en l’entendant dire qu’il veut retourner chez ses parents. Je ne sais même pas d’où il vient mais l’idée qu’il puisse changer de pays et me laisser seule ici me terrifie plus que je ne le pensasse possible. C’est mon seul ami, il est mon seul ami, il ne peut pas m’abandonner comme ça. Ou pas trop longtemps alors. Même si on passe pas beaucoup de temps ensemble, je n’aime pas le savoir trop loin de moi, suffisamment loin pour que je ne puisse pas accourir s’il a besoin d’aide.

Cette peur de le voir me quitter est rapidement balayée par quelque chose de bien plus fort. Un badge ? Sérieusement. Il se moque de moi ? Il est allé se battre dans une arène. Il m’avait promis qu’il n’allait que se défendre. Et maintenant, il est fier de me montrer la preuve que sa promesse n’est pas tenue. Mes poings se serrent et je peine à me contenir. Pour éviter de lui coller mon poing dans la figure je regarde vers Spruelo qui semble aussi passablement énervé. Comment fait-on pour être ami avec un mec qui nous énerve aussi rapidement sans même s’en rendre compte.

Leonard, t’es un idiot. [/color]La phrase tombe comme une sentence et j’aurai aussi bien pu la dire. Spruelo a juste été plus rapide. Il continue à parler puis se met à crier. Mon regard plein de colère se pose sur Leonard comme pour appuyer les dires de ce nouveau compagnon. Cet inconnu tient à Leonard autant que moi et c’est rassurant de le savoir.

Toutefois je deviens livide lorsqu’il parle d’une potentielle mort de Leonard. Le reste du discours de Spruelo reste flou tant la possibilité de mort de Leonard me terrifie. Ce n’est pas possible, jamais il ne se mettrait en danger comme ça. Mais, si. Dans les faits, il en est parfaitement capable et il est en train de le faire. Je suis sûre que cette randonnée est en réalité plus dangereuse que ce qu’il essaye de nous faire croire.

De nouveau, Spruelo parle du danger pour la vie de Leonard. Je n’arrive plus à me retenir. Mon poing vient s’abattre sur son visage. Je suis furibonde alors que je le regarde. MAIS TU N’ES PAS SERIEUX ! TU TE MOQUES DE MOI ? TU M’AS PROMIS QUE TU NE T’ENTRAINERAIS QUE POUR TE DEFENDRE ET TU M’AGITES TON BADGE SOUS LE NEZ ! PIRE ENCORE, TU VEUX METTRE TA VIE EN DANGER POUR UNE RAISON COMPLETEMENT DEBILE ! MAIS EST-CE QUE TU IMAGINES DANS QUEL ETAT ON SERAIT S’IL T’ARRIVAIT QUELQUE CHOSE ? EST-CE QUE TU AS PENSE A TA FAMILLE ? Je m’éloigne d’un pas rageur avant de lui en remettre un.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Sam 23 Juin - 8:48
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°5

Certes, il s'était attendu à devoir défendre son voyage. Mais de là à subir autant de violence verbale et... physique ? Par deux fois ?! Dans la tête de Leonard, la cloche sonne : son esprit est mis K.O. Est-ce qu'il se serait trompé ? Mais trompé sur quoi ? Sur son voyage et son organisation ? Sur ses amis et leurs sentiments ? L'esprit de Leonard est encore engourdi mais il passe à l'action.

De la seule manière qui lui est possible : il se jette sur Capucine et l'enlace pour lui faire un câlin. Il ne dit rien. Il serre la prise. Puis il la libère.

Il enserre ensuite de ses bras Spruelo. Et comme avec Capucine, il ne dit rien, pas encore. Ce geste vaut le plus beau des discours. Car malgré la violence de leurs mots et de leurs poings, Leonard sait qu'au fond d'eux deux, s'ils ont réagis de cette manière c'est parce qu'ils tiennent à lui.

Alors il les rassure d'un câlin. Puissamment et simplement.

Il essuie ensuite une larme. De douleur et d'émotions combinées. Puis, pour finalement libérer la tension (autant dans sa tête que dans l'atmosphère), il se laisse aller à la bonne humeur.

(rire)

« Je savais que je pouvais compter sur vous deux. Et je sais que quand on sera sur les sentiers de ce volcan, je sais que quand la difficulté sera trop grande et que j'aurais tout de même envie de continuer. Je sais que vous serez mes garde-fou. Vous serez là pour me dire : bon, Leonard, ça suffit. Tu as donné le meilleur de toi-même. Tu es épuisé. Blessé. Mais là ça suffit. On arrête et on redescend. » Je sais que vous serez là pour moi et (snif) désolé, je ne pensais pas pleurer de joie. »

Il sort un mouchoir de sa poche et essuie ses larmes. Avant de rire à nouveau en se traitant de « fieffé idiot sentimental » et de faire naître un second rire.

Il souffla ensuite et son visage se transforma. Le sérieux était de retour et il exposa quelques lignes de son organisation.

« Si mon paquetage est léger, c'est parce que je me suis délesté de tout ce qui nous sera déposés aux différentes étapes. En effet, mon père qui est un homme d'affaire dans le domaine viticole possède un robuste roucarnage. C'est lui qui fera les livraisons qui contiendra notamment nos repas. Et donc, de ce fait, c'est lui qui surveillera notre avancée. »

Leonard observa toute sa petite famille rassemblée autour de lui.

« Esmeralda et Stella auront toujours de l'avance sur notre progression. Grâce à eux deux, on pourra anticiper les obstacles sur notre chemin et les pokemons sauvages. Quant à Gregori, il sortira de lui-même au moindre signal d'Esmeralda ou de Stella. Si nous devons faire face à un éboulement ou à une attaque collective, ils s'enroulera sur lui-même avec nous trois à l'intérieur pour nous servir de forteresse imprenable. »

Nouveau sourire innocent.

« Vous voyez, j'ai réfléchi à ce voyage et j'ai pris des mesures. Avant que n'ayez partagé vos craintes, j'ai eu droit à ceux de ma famille. J'ai réussi à rassurer tout le monde en mettant en place un protocole. Maintenant, avant d'entamer ce nouveau voyage demain matin, je dois faire en sorte de vous rassurer tous les deux. »

Enième sourire (énervant?) innocent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :




card : card - journal - fiche
Origine : SUNYRA
Groupe : METEORE
Messages : 322
Stardust : 539
Mer 18 Juil - 5:55
PAF !

Il semble que c'est au tour de Capucine de s'échauffer à en juger par la droite qu'elle lui a mise. Quand je vois Léonard tombé au sol, mon sang se glaça instantanément. Je ne sais plus tu tous ou me placer entre le fou que je veux protéger d'une menace et celle qui semble vouloir sont bien, mais qui est actuellement en train de le mal-mené...

-MAIS TU N’ES PAS SERIEUX ! TU TE MOQUES DE MOI ? TU M’AS PROMIS QUE TU NE T’ENTRAINERAIS QUE POUR TE DEFENDRE ET TU M’AGITES TON BADGE SOUS LE NEZ ! PIRE ENCORE, TU VEUX METTRE TA VIE EN DANGER POUR UNE RAISON COMPLETEMENT DEBILE ! MAIS EST-CE QUE TU IMAGINES DANS QUEL ETAT ON SERAIT S’IL T’ARRIVAIT QUELQUE CHOSE ? EST-CE QUE TU AS PENSE A TA FAMILLE ?

Et sur ces mots, elle lui en re-mit une... Mais au moins maintenant je sais que plus que l'aimé ; elle a besoin de lui. Je ne sais pas pourquoi, mais elle est comme... Dépendante. C'est ça l'amour ? Difficile à dire... Ce qui est sûr, c'est que cette fille est sanguine et instable. C'est surement ça qui l'a rend aussi imprévisible et flippent.

Mais à cet instant, ce n'était pas elle qui est imprévisible. C'est Léonard, s'étant jeté sur elle pour lui faire un câlin, son air calme si caractéristique retrouvée. Et après Capucine, ce fût mon tour de sentir sa chaleur si près de moi et d'embaumé cette odeur de thé vert... C'est étrange. Cela fait des années que personne ne m'avait fait de câlin. J'ai un drôle de picotement qui me traverse et je ne saurais pas trop décrire ce que je ressens. Ouép, c'est étrange... Après avoir essuyé ces larmes, il se met à rire d'une manière un peu niaise... Non : complètement niaise !

-Je savais que je pouvais compter sur vous deux. Et je sais que quand on sera sur les sentiers de ce volcan, je sais que quand la difficulté sera trop grande et que j'aurais tout de même envie de continuer. Je sais que vous serez mes garde-fou. Vous serez là pour me dire : bon, Leonard, ça suffit. Tu as donné le meilleur de toi-même. Tu es épuisé. Blessé. Mais là ça suffit. On arrête et on redescend. » Je sais que vous serez là pour moi et (snif) désolé, je ne pensais pas pleurer de joie.

Hmm... c'est donc pour ça qu'il a pensé à nous pour cette expédition ! C'est pour cela qu'il est aussi détendu : il compte sur-nous ! C'est vraiment bizarre de se dire que quelqu'un à confiance en nous au point d'être prêt à mettre sa vie entre nos mains... Je ne préfère pas y penser. Comme de manière rituelle, il essuie quelque larme, il fait un rire quelque peu niais et il re-prend avec un visage un petit peu plus sérieux.

-Si mon paquetage est léger, c'est parce que je me suis délesté de tout ce qui nous sera déposés aux différentes étapes. En effet, mon père qui est un homme d'affaire dans le domaine viticole possède un robuste roucarnage. C'est lui qui fera les livraisons qui contiendra notamment nos repas. Et donc, de ce fait, c'est lui qui surveillera notre avancée.

Maintenant il ni a plus qu'à espérer que son père soit aussi prévoyant que lui quand il prépare VRAIMENT une aventure. C'est ce qui m'a le plus fasciné chez lui à notre première rencontre : son sens de l'organisation ! Sur ce plan-là, nous sommes comme le ying et le yang ! À présent, il regarde tous les petits Pokémon qu'il a capturé jusqu'à là.

-Esmeralda et Stella auront toujours de l'avance sur notre progression. Grâce à eux deux, on pourra anticiper les obstacles sur notre chemin et les pokemons sauvages. Quant à Gregori, il sortira de lui-même au moindre signal d'Esmeralda ou de Stella. Si nous devons faire face à un éboulement ou à une attaque collective, ils s'enroulera sur lui-même avec nous trois à l'intérieur pour nous servir de forteresse imprenable.

C'est complètement dingue. C'est quand il a l'air de partir les mains dans les poches qu'il a en réalité le plus préparer son voyage ! Ce mec m'épatera toujours. Mais mal-grès tous, une partie de moi ne se sentait pas rassuré. Je m'inquiète beaucoup plus pour lui que pour moi en fin de compte. J'aurais très bien pus faire cette expédition avec juste Chargeur, Survolté, un gros stock d'eau et de la corde moi...

-Vous voyez, j'ai réfléchi à ce voyage et j'ai pris des mesures. Avant que n'ayez partagé vos craintes, j'ai eu droit à ceux de ma famille. J'ai réussi à rassurer tout le monde en mettant en place un protocole. Maintenant, avant d'entamer ce nouveau voyage demain matin, je dois faire en sorte de vous rassurer tous les deux.

Sont sourire a le pouvoir magique de m'apaiser. Je m'inquiète trop, tous ce passera bien... J'adresse quand même un message à mon Elektek, on n'est jamais trop prudent

-Chargeur, quand on y sera tu ne le lâche pas des yeux compris ! Des fois les passages peuvent être étroit et c'est très dangereux. Je compte sur toi pour l'escorté et dans le pire des scénario : l'attrapé pour l'empêcher de tomber.

Après avoir laissé un petit blanc, je re-prend cette fois si à l'attention de mes deux compagnons de route

-Bon... Maintenant que tout est clarifié, je vais faire un petit tours avant la tombée de la nuit

Et je partis au pas de course. Le paysage est magnifique et j'ai vraiment besoin de me changer les idées après ce qu'il vient de se passer ! En me rapprochant de la montagne, j'aperçois un petit Pokémon coincé en hauteur. Mais comment il est tombé là lui...?

Modération:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Messages : 6304
Stardust : 23168
Mer 18 Juil - 17:52
Apparition d'un pokemon sauvage !

   
Coincé en hauteur, ce Dynavolt semble vraiment apeuré. Il dégage plusieurs charges electriques dû à la peur, il n'aime pas les hauteurs et se sent en danger.. Seras-tu prêt à venir en aide à ton futur compagnon..?

   Que vas-tu faire ?
   
Dynavolt

   
   
   

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : card
Messages : 7289
Stardust : 19627
Mer 18 Juil - 17:52
Le membre 'Dusk' a effectué l'action suivante : Modération


'Chromatique' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : VulcaAlbio
Testa
Incubus
Oster

card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 456
Stardust : 1444
Mar 31 Juil - 7:30
Je fulmine en m’éloignant de ce crétin. Il ne pense jamais à rien. Il ne réfléchit pas au danger qu’il prend ni même aux inquiétudes qu’il induit chez les autres. Ce n’est pas que ce qui peut lui arriver m’intéresse, il est assez grand pour se débrouiller tout seul, mais j’apprécierais qu’il arrête de faire n’importe quoi, surtout si c’est pour prendre des risques. Heureusement qu’il pense tout de même à m’appeler pour que je lui mette une paire de baffes pour le calmer. Nan mais sérieusement. Qu’est-ce qui lui passe dans la tête ?

Je me crispe brutalement et le cours de mes pensées cesse aussi soudainement. Mon corps se tend au contact tiède et tendre qui vient se presser contre mon dos. Si je n’avais pas reconnu l’odeur de Leonard, probablement aurait-il fini avec plusieurs membres brisés, mais ce n’est pas le cas.

Alors que je reste tendu au contact chaleureux du jeune homme, une voix intérieur de plus en plus faible ne cesse de répéter On ne me touche pas. Personne n’a le droit de me toucher. Elle est presque muette lorsque Leonard s’écarte enfin et une partie de moi retient un cri de déception devant ce contact trop court.

Je ne me retourne pas, sentant le rouge me monter aux joues. Je ne comprends vraiment pas ce qu’il m’arrive, pourquoi le simple fait qu’il m’embrasse de la sorte me fait cet effet. Peut-être parce que cela fait bien longtemps que personne ne m’a enlacée. Certainement parce que personne ne m’a tenue dans ses bras de la sorte aussi loin que remonte ma mémoire. Je n’arrive pas à déterminer si j’aime ou pas.

Mais d’ailleurs pourquoi ce geste spontané de sa part ? La raison de ma fureur, qui s’était évanouie si brutalement, me revient. Cet idiot a prévu de monter un volcan comme on va faire du shopping. Non, ce n’est pas ça qui m’a mis hors de moi. C’est le fait qu’il ait osé se battre alors qu’il m’avait promis qu’il ne s’entrainerai que pour se défendre. Voilà ce qui m’avait énervé.

Un terrible dilemme s’anime en moi. Est-ce que je dois lui en remettre une parce qu’il m’a menti sciemment ou bien est-ce qu’il ne se rend même pas compte qu’il vient de rompre une promesse ? Est-ce que je dois le secouer jusqu’à ce qu’une lumière s’allume dans son cerveau niais ? Ou bien est-ce que je dois laisser aller parce qu’il est mon ami et que je tiens tellement à lui que je crains qu’une réponse exagérée de ma part ne le fasse partir.

Je ne sais pas ce qu’il fait dans mon dos, mais quand il reprend la parole, sa voix est enjouée et il se permet même de rire. Je ne comprends pas sa réaction. Qu’est-ce qu’il a derrière la tête ? Je me retourne lentement pour lui faire face en espérant que mon embarras et le rouge de mes joues a disparu ce dont je doute fortement.

Je le regarde avec de grands yeux éberlués. Pleurer de joie ? Je ne comprends définitivement pas ce garçon. Il vient de se faire engueuler et tout ce qu’il nous dit c’est qu’il est heureux qu’on soit là. Et moi je reste immobile à le regarder sans comprendre, rouge comme une tomate et avec de grands yeux.

Il a tout prévu. Pour de vrai et super bien. Je n’en reviens pas. Ce crétin est intelligent et prévoyant. Je ne suis même pas sûre d’avoir assez à manger pour deux jours et lui nous a prévu tout un voyage avec ravitaillement. Je découvre aussi qu’il a un père. Je sais c’est étrange de dire ça, mais le choc vient surtout que je ne sais finalement rien de Leonard. Et pourtant il a fallu qu’il m’appelle pour que j’accours.

Je reste silencieuse. Nous rassurer avant qu’on se mette en route demain ? Après le coup qu’il vient de me faire, je ne sais pas du tout à quoi m’attendre. Je pense même avoir un peu peur. D’autant qu’il sourit. Pourquoi est-ce qu’il sourit tout le temps ? Comment fait-il pour voir le monde aussi beau et positif ?

Un court silence s’installe sans que je m’en rende compte. Je suis toujours à fixer Leonard d’un air débile. C’est Spruelo qui me réanime en annonçant qu’il s’en va faire un tour. Et il me laisse seul avec Leonard comme ça. C’est vrai qu’il n’y a rien de dangereux mais on ne sait jamais, on pourrait avoir besoin d’être deux pour contenir sa stupidité. Mais déjà le garçon s’éloigne.

Me sentant bête à rester les bras ballant comme ça, je m’approche un peu, l’air penaude, toujours gênée. Je… Je suis désolée de t’avoir frappé. Ma voix est faible et timide. Mais qu’est-ce que je raconte ? Bien sûr que non je ne suis pas désolée de l’avoir frappé. Il n’avait pas à aller défier le champion d’arène. Pourtant malgré ma rébellion intérieure, je continue à parler d’une voix douce. Pourquoi est-ce que tu veux tout le temps te mettre en danger comme ça ? Pourquoi tu ne peux pas te contenter d’être heureux et en sécurité ? Tu m’avais promis que tu ne t’entrainerais que pour te défendre, alors pourquoi tu as défié ce champion ?

Aucune haine, aucun énervement. Son sourire neutralise ma rage, et je veux juste savoir. Je veux juste le connaitre pour mieux le protéger et l’empêcher de se détruire. Et qu’est-ce que tu entends par nous rassurer avant le voyage de demain ? Leonard… Je ne te comprends pas. Et… Et quoi ? Je ne sais pas. Je ne le comprends pas, comme je ne comprends pas énormément de choses. Il y a un instant, j’ai voulu lui dire quelque chose, mais l’idée s’est envolée avant même d’avoir pris forme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Mer 1 Aoû - 14:17
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°6

Leonard était content. Il avait vu l'expression sur le visage de Spruelo. Il avait réussi à le convaincre.

« A tout à l'heure, Spruelo. »

Il lui donc souhaité une bonne promenade sans se poser de questions sur ce qui avait déclenché son départ. De toute façon, il n'avait aucune raison de s'inquiéter. Il était parti au pas de course avec sa petite famille. Ce qui avait fait remonté les souvenirs de leur première rencontre. Cet énergie qui les avaient conduit aux Ruines d'Akeos.

Donc, il ne restait plus que lui et Capucine.



Elle s'approche. Elle n'est pas dans toute sa splendeur. Là, elle hésite. Elle n'est pas sure d'elle. Leonard laisse faire. Avec toujours un visage ouvert et prompt à sourire de nouveau.

« C'est vrai, je t'avais promis que je ne me battrais que pour me défendre. Mais comment veux-tu que je sache quoi faire si je ne m'entraîne pas ? Et quoi de mieux qu'un maître en la matière ? Quoi de mieux qu'un champion d'arène pour gagner le maximum d'expérience ? »

Car ce match d'arène lui a ouvert les yeux. Sans des capacités qu'il qualifie de stratégique, il n'est pas possible de mener une bataille. Ou alors il faut posséder des pokemons ultra puissants, agressifs et résistants. Mais ce n'est pas ainsi qu'est constitué la petite famille de Leonard. Et puis, développer ces techniques dites stratégiques lui serviront très probablement lors de ses futures expéditions.

« Je sais que tu as ton tempérament. Je sais qu'il te donne ta force même si je ne suis pas cent pour cent d'accord avec le tout. Je connais aussi ma personnalité et ses faiblesses. C'est pour tout ça que je voulais qu'on se parle avant d'entamer l'expédition. Que tout le monde soit au courant de tout et qu'on commence à progresser sans être parasiter par toutes ces interrogations. »

Leonard lève la tête et observe le haut du volcan Eneka.

« Je ne conçois pas cette nouvelle aventure sans un parfait esprit d'équipe ! »

Nouveau sourire.

Des souvenirs reviennent dans la tête de Leonard. Tout particulièrement ceux avant leur dernière séparation.

« Mais dis-moi, comment vont tes blessures ? Tout est guéri ? J'espère que tu ne t'es pas enfui de l'hôpital ! »

Il y a de l'inquiétude soudainement dans la voix et dans le visage de Leonard. Si Capucine lui ment et lui dit que tout va bien, il s'en voudrait terriblement plus tard. Il faut qu'elle aille bien. Il faut qu'elle est écoutée les docteurs. Il faut qu'elle est pris le temps de se reposer. Et plus Leonard se fait part de ses réflexions, plus il doute dans la sagesse de Capucine...

Pendant ce temps, Spruelo est sur la piste d'un dynavolt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :




card : card - journal - fiche
Origine : SUNYRA
Groupe : METEORE
Messages : 322
Stardust : 539
Sam 4 Aoû - 2:26
Le petit Pokémon violet semble agité. Surement par peur, il lâche des petites décharge et dans son regard, une nuance de peur et de colère poussée à leur paroxysme... J'ai une affection naturelle pour les Pokémon de son type, mais là, ça va être compliqué de l'approcher... Survolté tente de courir sur la paroi rocheuse pour l'escalader, mais elle tombe sous la verticalité de l'obstacle... Mal-grès tous, elle tombe après avoir grimpé un mètre. Il y a donc peut-être quelque chose à tenter ! Voyons voir... Il doit bien être perché à cinq mètres de haut... Survolté peut grimper un mètre il en reste 4... Chargeur fait maintenant facilement 1 mètre 80 en levant les bras et Chargeur doit bien faire dans les 80-85 centimètres... Ce qui nous donne 2 mètres 60 + 1 mètre. Bien... Il nous reste donc à trouvez la solution pour 1 mètre 40...

-Chargeur, prend Survolté sur tes épaules !

ai-je dit en le mettant lui-même sur les miennes. En prenant appuie sur la paroi rocheuse, il se met debout et me procure par par la même occasion, une douleur intense et vive. En courant sur la roche, Survolté arrive à le rejoindre.

PAF !

Pas plus d'une seconde après, Chargeur et moi nous sommes retrouvés au sol, faute à mes douleurs musculaires. Nous avons maintenant deux Pokémon haut perché... De mieux en mieux... Je sors en expresse mon sac à dos pour prendre ma corde, mais cette fois si, aucune parroi environnante à laquelle j'aurais pu l'accrocher... Quoi que.

-Survolté, attrape !

Je lui lance la corde, mais elle n'arrive pas à l'attraper ente ces crocs. Bon... On va faire les choses étape par étape. J'enroule et je fais un noeud autour de Chargeur et je vais chercher un bout de bois à quelque dizaine de mètre de là. De retours quelques minutes plus tard, je fais une nouvelle demande à mon Pokémon électrique à terre.

-Prend le bâton et remonte sur mes épaules. On va essayer de faire plus rapide cette fois.

Il me fait confiance et se contente de faire ce que je lui ai demandé.

-Tu doit être à à peux près 1 mètre 50 d'eux, Survolté devrait être en capacité d'attraper la corde ! Tu commences à comprendre ?

Il commence à comprendre. Sans que je lui demande, il unis les deux bout de corde avec un nœud, ce qui devrait être entre nous : un peu plus pratique. Il lance le nœud nouvellement formé à Survolté et le bâton, au Pokémon foudroyant ce trouvant à ces côté. La Voltali réussi à attrapé son nœud et le Dynavolt attrape le bous de boit dans ces croc, sans comprendre le sort qui l'attend. J'était trop bas pour entendre ce que Survolté et lui avait à ce raconter, mais il a commencé à ce calmé quand la Voltali l'a rejoins. Je me met doucement sur mes genoux et Chargeur descend. Il s'éloigne suffisamment pour que la corde soit tendue. Je me met à crié à l'attention de nos compagnon haut perché

C'EST UNE TYROLIENNE IMPROVISÉ. ON A DÉJÀ FAIT UN TRUC DU GENRE POUR SAUVER UN POKEMON DES FLAMMES IL Y A DEUX MOIS DE CELA AVEC CHARGEUR !

Le Pokémon violet semble dire quelque chose à mon Pokémon, mais je ne peux pas entendre de là où je suis. Il semble effrayé et Survolté n'est pas en mesure de le rassurer avec sa corde dans la gueule...

-ELEKTEK !

Ça, c'est porteur d'un message purement émotionnelle. Ça ressemblerait à un : "bah alors, t'est pas cap ?'' ou encore à un : "T'a la trouille ?!". Bref, c'est un message de provocation en somme. Et le Pokémon Foudroyant y semble sensible...! Il dégage de nouveau de petite étincelle, mais pour d'autres raisons cette fois ! Alors qu'ils sont tous serrés dans leur hauteur, il saute, passe entre les deux bous de la corde que tient Survolté et est rattrapé par son bâton. Il finit sa glissade dans les bras d'un Chargeur qui l'attendait.

-Dynavolt 

Suite à cette dernière réplique, Chargeur se met à avoir un petit rire et je souris. Il n'a trouvé rien de mieux à dire que : "trouillard toi-même." ! Menfin, c'est comme ça que je l'ai interprété, mais visiblement c'est aussi comme ça que mon Elektek l'a compris.

-VOLTALIIIIIIIIIIIIII

Ha, oui, elle est encore là haut elle ! Je sors donc sa Pokeball et je l'ai fait revenir pour là faire ressortir parmi nous. L'idée est certes plus basique, mais je n'ai tellement pas l'habitude de faire rentrer mes Pokemon dans leur Pokéball que c'est presque un coup je génie. La petite boule foudroyante reposé à terre, il se mit à échanger, quelques mots avec Survolté. J'ai catégorisé trois langues de Pokémon : Celle qu'il utilise pour communiquer avec nous, celle qui communique uniquement des messages émotionnel et enfin celle qu'ils utilise entre heu. Leur conversation est dans cette dernière catégorie. En d'autres mots, je n'ai aucune idée de ce qu'il se dise...! Tous cela qui se conclût par un message de Survolté

-Voltali, voltali.

-Tu veut qu'il nous rejoigne ? Ce n'était pas prévus au programme ça ! Non, ce que l'on va faire...

Mon discours autoritaire fus interrompus par Survolté. Elle ne dit rien non, elle se contente de faire un regard adorable. Par mimétisme, le Dynavolt fait pareil. Au début, cela fait juste sourire Chargeur, mais voilà qu'après quelque seconde de latence avec les autres, sous mon regard stupéfait, il se met à leur hauteur avec le même type de regard auquel je ne pouvais pas résister !

-Ok, d'accord... Je vois que je n'ai pas mon mot à dire...

Je n'ose pas le dire, mais je le vois très bien dans notre équipe avec un peu de recule... Foudroyant, tel sera son surnom. Je ne vois pas mieux trouvé pour lui ! Je sortis avec une certaine lassitude exagérée une Pokéball de mon sac et la fait rouler vers lui. Il appuya dessus tout seul comme un grand. Avec une certaine expression de fierté, il est vrai !

MODERATION:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Messages : 6304
Stardust : 23168
Dim 5 Aoû - 6:01
Tentative de capture !

   
Tu lances une pokéball, celle-ci se tortille de gauche à droite...
   ...
   ...
   ...
   Félicitations ! Le Pokémon est capturé.
   

   

   
Tu dépenses 1 pokéball et 25 stardust.

   

   
Dynavolt*

   
   

Dynavolts sont des pokémons intéressants, et furent l'un des tout premiers pokémons connu, à l'époque, pour être apprivoisé et vivant avec les humains. Avec le temps, ceux-ci ont repris une vie plus sauvage préférant vivre dans les hautes herbes et la nature plutôt que dans les habitations.


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : VulcaAlbio
Testa
Incubus
Oster

card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 456
Stardust : 1444
Dim 5 Aoû - 8:49
Sa réponse est franche, comme toujours, bien qu’elle ne me plaise absolument pas. Je fronce les sourcils, ouvre la bouche pour répliquer et la referme. Je n’ai rien à dire. Sans pratique, on ne sait jamais vraiment ce qu’on vaut. Mais il aurait pu m’appeler pour que je le juge. C’eut été plus simple et moins dangereux. Non, même dans mon esprit, cette idée sonne fausse. Je n’aurais pas accepté de l’entrainer et même si j’avais dit oui, je n’aurai fait que le démolir comme la dernière fois. Il n’a pas fait le meilleur choix, car il ne devrait pas du tout se battre, mais je ne vois pas d’autre solution pour le laisser vivre libre.

Comme s’il lisait dans mes pensées, il continue, parlant de mon tempérament et du sien. Il est vrai que nous n’avons pas du tout le même. L’ombre et la lumière. Pourtant on revient toujours l’un vers l’autre. Il m’appelle pour l’aider dans l’ascension d’une montagne et depuis peu, j’essaye de voir le monde à sa manière. Il devient un combattant et moi je deviens optimiste. Enfin, c’est vite dit, mais disons que nos rôles se mélangent un peu.

Je pousse un soupir. Encore son idéalisme, son esprit d’équipe. J’ai déjà un esprit d’équipe, mais avec mon équipe et il ne s’est pas construit en une rencontre. Nous en avons affronté des vilains, des monstres, des voleurs pour arriver à nous comprendre sans même un regard. Nos tempéraments diffèrent déjà tellement entre lui et moi que je ne sais même pas si nous serions capables de nous battre ensemble contre un adversaire commun, mais si on doit ajouter Spruelo, c’est presque impossible.

Leonard est vraiment le roi des idiots, quoi qu’il fasse ou qu’il dise. Mais, qu’est-ce que je peux y faire ? Lui mettre des baffes n’y changera rien et je n’ai pas envie qu’il change. Parce que, j’ai beau chercher, c’est mon ami. C’est étrange à dire mais c’est la seule justification à ma présence ici. Je ne peux plus me passer de lui depuis qu’on s’est battu ensemble. C’est mon ami et il hante régulièrement mes pensées. C’est trop nul, ça devient compliqué.

Soudain je me crispe. Il s’en souvient. Il se souvient de notre dernière rencontre et de mon état. Je rougis. Personne ne s’est jamais vraiment intéressé à ma santé. J’ai grandi seule et me suis toujours débrouillée sans personne. Mais est-ce que je peux seulement lui dire la vérité ? Alors bien sûr que non, je ne me suis pas enfouie de l’hôpital. Disons que je suis partie sans qu’ils aient eu à me le dire, deux jours après le départ de Léonard. Mais je persiste à dire que je ne me suis pas enfouie. J’ai juste pris mes affaires et suis sortie comme si de rien était. Je n’allais tout de même pas faire confiance à des inconnus pour me dire ce que je devais faire. J’allais mieux, je pouvais marcher et à part quelque petit vertige, je n’avais aucun problème.

Euh… Elles sont guéries, je n’ai plus de problème. Merci de t’en soucier. Ça fait longtemps tu sais, il n’y a pas de séquelles. Ma voix est toujours hésitante et ce sujet est glissant. Je n’aime pas mentir à Leonard et surtout, je suis sûre qu’il va découvrir la vérité s’il creuse un peu. Tu sais, ce n’est pas très important ça. J’ai confiance dans mes capacités de guérison. Enfin… Euh… Si on allait voir ce que devenait Spruelo. Diversion. Vite, changeons de sujet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Lun 6 Aoû - 13:48
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°7

Quelque chose n'allait pas dans la réponse de Capucine. Les sourcils de Leonard se froncèrent en essayant de deviner ce qui n'allait pas. Son esprit était en train de se dire qu'elle avait hésité sur son choix de mots. Elle avait perdu de sa prestance et de son agressivité. Puis Capucine détourna le sujet en lui faisait rappeler l'absence de Spruelo. Alors son esprit trouva une réponse à l'hésitation de Capucine : elle changeait et s'adoucissait à son contact. Ça ne pouvait être que ça. Elle n'allait quand même pas lui mentir sur son état de santé !

[ellipse : direction le matin et le début de la randonnée!]

« Bien dormi ? »

Leonard avait été le premier à se réveiller. Ses affaires étaient déjà prêtes et il consultait une nouvelle fois son carnet de notes.

Dans les airs lévitaient Esmeralda (stari) et Stella (monorpale). Ils attendaient le signal du départ. A ce moment, ils partiraient devant en éclaireur.

« Pour information, le chemin que nous allons suivre est balisé. Nous chercherons des symboles rouge. Le trait pour nous indiquer que nous sommes sur le bon chemin. Un trait avec un demi-carré en-dessous nous indique si nous devons tourner à gauche et à droite. Et une croix nous indique que ce n'est pas le bon chemin. »

Leonard ne savait pas si Capucine et Spruelo connaissaient ces symboles de randonnée. Dans le doute, et pour combler le silence des préparations, il faisait un petit rappel.

Michael sortit de sa pokeball. Leonard posa un genou à terre et tendit la main pour que le petit riolu redonne sa pokeball.

« Je préfère que tu ne la gardes pas et que tu aies tes deux mains libres. On ne sait pas ce qui nous attend sur le chemin jusqu'au sommet. Peut-être que tu auras besoin de tes mains si tu glisses. Peut-être que tu auras besoin de tes mains pour te battre. Dans le doute, je préfère reprendre ta pokeball. D'accord ? Bien. »

Puis la randonnée commença. Ils durent très vite affronter une première montée. Et, pour se mettre dans l'esprit de l'ascension, le volcan leur mettait à disposition un pierrier. C'est à dire un sol qui était récouvert de pierre de différentes tailles qui étaient susceptibles de se dérober sous votre pied et donc de vous faire chuter et/ou de provoquer un éboulement sur les copains derrière.

« J'ai bien fait d'investir dans des chaussures avec des semelles. Et vous derrière, ça va ? »

Stella revenait au niveau du groupe. Elle les prévenait de quelque chose qui se trouvait sur leur chemin, plus loin. Quelques taillades dans des rochers donnèrent quelques mots gravés. Notamment le mot « son ».

« Il y a un pokemon maîtrisant le son devant nous ? Oui ? D'accord. Est-ce que c'est un ramboum ? Oui ? Ok. Donc il va falloir faire attention à ne pas l'énerver. On a déjà assez de difficultés avec ce pierrier sans qu'il ne déclenche un éboulement. Merci, Stella. Tu peux retourner auprès d'Esmeralda. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :




card : card - journal - fiche
Origine : SUNYRA
Groupe : METEORE
Messages : 322
Stardust : 539
Dim 19 Aoû - 6:30
Ça y est, le petit Pokémon violet est capturé ! Et à peine fût-il entrer dans sa Pokeball qu'il en ressort pour prendre un peu de distance. Il faut dire que je ne les aime pas beaucoup non plus ces petites boules. Je le comprends parfaitement ! Cette petite balade avait pour objectif de me re-mettre les idées au clair. C'est maintenant le cas. Et ça se résumerait en une simple question : "comment la même personne qui a finits à l'hôpital la dernière fois que je l'ai vu combattre à réussie à obtenir un badge ?". Pour être honnête, j'ai de plus en plus envie de le combattre, mais je sais très bien que Capucine ne l'entendra pas de cette oreille...

-Bon, on va faire quelque emplette à Feranium avant l'ascension

Suite à cette dernière annonce, Chargeur et Survolté sont plutôt surpris. Foudroyant lui, a l'air de s'en moquer un petit peu. À vraie dire il a l'air préféré nous suivre de loin que de rester à côté de nous...! Mon idée pour convaincre capucine est très simple : avoir un stock de potion et d'anti para suffisamment conséquent pour ne plus laisser aucune trace du combat une fois qu'il sera terminé. Nous partons donc pour la route 1 et je m'aperçois qu'après le pont, il y a un petit centre Pokémon. Je ne l'avais pas remarqué à l'allez, mais s'il y en a un là, autant acheter ce dont on a besoin ici !

Une fois mes compagnons retrouvé, je me dis qu'il vaudrait mieux que Capucine soi séparé de Léonard si je veux l'affronter... Je crois que je n'ai tous simplement pas suffisamment de courage pour m'opposer frontalement à elle. Mal-heureusement, il ne ce sont jamais vraiment séparés... Nous avons donc échangé des banalités jusqu'au soir pendant que Chargeur restait avec nous et que Survolté fessait des allez retours de nous jusqu'à Foudroyant pour vérifier que l'on ne l'a pas perdu... Avec tout ça, Léonard et Capucine ne l'ont toujours pas rencontré !

-Bien dormi ?

c'est la voix de Léonard. Je vois des formes rougeâtres se former sous mes paupières. C'est déjà le matin ? Il semblerait bien... Dans un ultime effort, j'ouvre mes paupières et je me mets sur mes deux pattes. Léonard lui, est déjà prêt et lis ces notes. Survolté rejoins notre abri et Chargeur ce réveil doucement à son tour. En quelque minute, nous passons de l'état de sommeil à celui d'éveiller et nous nous préparons autant physiquement que mentalement à escalader ce foutus volcan !

-Pour information, le chemin que nous allons suivre est balisé. Nous chercherons des symboles rouge. Le trait pour nous indiquer que nous sommes sur le bon chemin. Un trait avec un demi-carré en-dessous nous indique si nous devons tourner à gauche et à droite. Et une croix nous indique que ce n'est pas le bon chemin.

J'essaie tant bien que mal de cacher mon air incrédule au mot de Léonard. Nous sommes en route vers notre objectif. Sans prévenir, le Petit Riolu sortir de sa Pokéball et la garda entre ses mains. Léonard lui re-pris.

-Je préfère que tu ne la gardes pas et que tu aies tes deux mains libres. On ne sait pas ce qui nous attend sur le chemin jusqu'au sommet. Peut-être que tu auras besoin de tes mains si tu glisses. Peut-être que tu auras besoin de tes mains pour te battre. Dans le doute, je préfère reprendre ta pokeball. D'accord ? Bien. 

La première montée est plutôt... Compliquer. Le sol est composé de pleins de petite pierre glissante sous les pieds. Nous devons bien faire attention à là où nous marchons si nous ne voulons pas finir à plat ventre ! Survolté est là seul à se mouvoir aisément ici. Elle continue ces allés retours pour vérifier que Foudroyant nous suis bien, mais en fait moins. On commence tous à y être un peu habitué... Mais du coup quand vais-je annoncé à mes deux compères la capture de mon dernier Pokémon ?

-J'ai bien fait d'investir dans des chaussures avec des semelles. Et vous derrière, ça va ?

Je fais "oui" de la tête en pendant "non" très fort. Mais ce n'est que le début et je le sais ! Ce n'est pas maintenant qu'il faut commencer à se plaindre. Contrairement à mon Pokémon nouvellement capturé, Stella a elle, pris de l'avance. Avance qu'elle perd en nous rejoignant. Elle écrit quelque inscription sur un rocher.

-Il y a un pokemon maîtrisant le son devant nous ? Oui ? D'accord. Est-ce que c'est un ramboum ? Oui ? Ok. Donc il va falloir faire attention à ne pas l'énerver. On a déjà assez de difficultés avec ce pierrier sans qu'il ne déclenche un éboulement. Merci, Stella. Tu peux retourner auprès d'Esmeralda.

Quelque mètre plus loin, on entendit effectivement le cri d'un Ramboum. Pas un cri très fort comme il pourrait le faire, plutôt un bâillement. Le bruit que l'on entend ensuite vient de l'arrière. Un petit Pokémon violet rapide comme l'éclair même sur ce genre de surface nous dépassa à toutes allure et vient rejoindre l'origine du Bâillement. J'essaie d'accélérer le pat afin de le rejoindre avant qu'il ne fasse une grosse bêtise, mais je suis tombé au moins deux fois et quand j'arrive, je vois les deux Pokémon Violet face à fasse. L'un tentant une attaque mâchouille finissant dans l'air, l'autre lui assénant une étincelle...

-Foudroyant arrête ! Si le Brouhabam crie tout va s'effondrer !

-Dynavolt !!

Mon Pokémon ne voulez pas entendre mes avertissements et les deux Pokémon échange encore quelques coups avant qu'une attaque grincement du Brouhabam nous fis tous tomber de quelque mètre en arrière... Foudroyant y compris. Je rattrape mon petit Pokémon dans mes bras en tombant et il arrête vite de se débattre pour plutôt me bouder. Je me relève face à mes compagnons avec un regard a mis chemin entre un "désolé..." et un "surprise !"

-Ha, et je ne vous l'ai toujours pas présenté... Et bah... Léonard, Capucine je vous présente Foudroyant. Il est tous fraîchement capturé d'hier et donc pas encore dressé...

Je ne serai dire si ma voix a déjà été au moins autant emplis de gène à un autre moment de ma vie.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : VulcaAlbio
Testa
Incubus
Oster

card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 456
Stardust : 1444
Lun 27 Aoû - 13:07
Leonard accepte mon explication sans autre question. Il est idiot et naïf et je me demande encore pourquoi est-ce que je suis ici avec lui, mais la réponse je la connais : il est mon ami. Même encore maintenant, cette idée est étrange dans mon esprit. A part Vulca et depuis quelques temps le reste de mon équipe, je n’ai jamais pu avoir d’ami, je n’ai jamais fait confiance aux humains non plus. Pourtant, j’ai envie de faire confiance à Leonard. Le souvenir de son étreinte et de la gêne pas si désagréable que cela avait provoqué chez moi me revient, de même qu’une conversation que j’ai eu avec un type, cet Erik. Mais je chasse ces pensées rapidement. La discussion est clause.

Finalement, Spruelo revient et nous passons, ou plutôt les deux garçons passent la soirée à discuter de banalités. Je ne participe pas vraiment, m’essayant à une certaine distance du feu, Vulca sur les genoux, Testa somnolant à côté et Incubus hantant les bois. Finalement, je vais me coucher la première. Il me faut du temps pour m’endormir, mon esprit tourmenté par ce qu’il s’est passé aujourd’hui. Etrange puisqu’il ne s’est pas passé grand-chose. Pourtant ces retrouvailles ne cessent de tourner dans mon esprit jusqu’à ce que finalement le sommeil l’emporte sur mon éveil.

Au petit matin, lorsque je me lève, Leonard et déjà debout, ses affaires rangées. Je ne l’ai pas entendu bouger mais Incubus flotte non loin, ce qui m’indique qu’en cas de danger, je n’aurai rien eu à craindre. Je me lève à mon tour, prend des affaires et m’éloigne pour me changer. Je troque ma tenue longue de survêtements pour un short simple et léger de sport, s’arrêtant mi-cuisse et de couleur bleue puis un T-shirt blanc. Des vêtements simples et pratiques.

Bien dormi ? Leonard ne reçoit qu’un grognement de ma part. Je suis encore dépeignée et mal réveillée, cela n’arrange pas vraiment mon caractère naturellement désagréable. J’écoute les instructions de Leonard incrédule. Il y a vraiment des gens qui se sont pris la peine de faire des dessins pour indiquer le chemin d’une randonnée ? Est-ce que ce sont les mêmes personnes qui posent les panneaux sur la route ? Je rougis brusquement en m’entendant parler à haute voix. Je n’ai pas voulu poser ma question ailleurs que dans ma tête. J’aimerai bien disparaitre là maintenant.

Nous entamons la première montée. C’est une rude mise en bouche, mais cela me plait. Je me retrouve toutefois en troisième position, derrière Spuelo et très rapidement je le regrette. Ils sont lents. Je comprends que le chemin soit un peu glissant et que les pierres roulent facilement, mais ça ne justifie pas qu’on se traine à ce point.

Le sentier est trop étroit pour que je les dépasse, et sur les bords, c’est clairement incertain de s’y engager. Je prends donc mon mal en patience, m’arrêtant régulièrement pour regarder le chemin parcouru et le paysage et voir avec dépit que nous n’avançons pas. Vulca marche à mes côtés ou gambade hors du sentier. Elle est plus légère et agile que moi, d’autant que j’ai mon gros sac et la voir se balader ainsi me ronge d’envie.

Vous vous trainez. J’arrive pas à croire que tu ais décoché un badge d’arène en marchant à cette vitesse. On va jamais réussir cette randonnée avant de mourir de vieillesse à cette vitesse. Ce fut la réponse que reçu Leonard à sa question. Devant moi, je sens que, malgré son affirmation, Spruelo est déjà en train de franchir ses limites. Super, il va bientôt se plaindre que c’est trop dur sûrement. Ça m’agace.

Je continue donc de marcher derrière eux, contenant mon agacement et mon ennui. De toute manière, même si j’étais devant, il faudrait que je les attende régulièrement. Qu’est-ce qui est le pire : m’arrêter toutes les cinq minutes ou devoir marcher à la vitesse d’un Chrysacier endormi ? Je n’arrive pas à retenir un soupir d’ennui.

Je ne suis pas au bout de mes peines. Le Monorpale revient vers Leonard et je ne vois pas ce qu’il fait, mais manifestement le garçon comprend son Pokémon. De deux fois, soit ils ont un code, soit Leonard s’imagine des discussions avec son équipe. Les deux sont tout à fait possible connaissant Leonard.

Le verdict tombe, il y a un Pokémon qui fait du bruit devant. Rien de bien surprenant en terrain sauvage. Un Ramboum ? Qu’est-ce que c’est que ce truc ? Aucune idée en tout cas, il nous ralentit encore et ça m’énerve encore plus. On ne va jamais avancer si on s’arrête à chaque obstacle.

J’entends le Pokémon poussait un cri. Si c’est ça maîtriser le son, Vulca peut faire bien mieux que ça. Nous rejoignons l’origine du bruit pour découvrir un Dynavolt violet aux prises avec un gros Pokémon. Ce doit être le Ramboum. Et le Dynavolt doit être avec Spruelo, vu comment celui-là lui demande d’arrêter le combat. Cependant, le petit Pokémon ne semble pas prêt à lui obéir. Ce garçon n’a aucune autorité manifestement. Et est-ce que ça existe les Dynavolt violets ?

Le Ramboum utilise une attaque grincement qui envoie une partie du groupe valdinguer. Je ne m’attendais pas à ça et reçois un Spruelo en pleine figure et tombe à la reverse. Cela n’améliore ni mon humeur, ni mon estime de Spruelo. J’atterris lourdement sur le dos, le garçon sur mon et nous glissons quelques mètres et je me cogne la tête plusieurs fois sur de petits rochers. Une fois la glissade finie, je repousse le lourdaud rageusement en grognant mon mécontentement.

Spruelo a au moins le bon goût de paraitre désolé. Et nous présente son nouveau compagnon capturé hier. Je le foudroie du regard. Foudroyant. Sérieusement. Quel nom débile. Je m’avance vers le Ramboum d’un pas décidé. Je marmonne suffisamment fort pour que les deux garçons m’entendent. Bon, je vais régler le problème avant que l’autre ne décide de nommer le Ramboum Pile ou Batterie.

Je libère Testa. Ma Crustabri apparait dans un éclair de lumière blanche. Testa, Picanon. Puissance Maximale. Dégage-moi ce Pokémon de là. La Crustabri ne se le fait pas dire deux fois. Son immense dard s’illumine et jaillit pour percuter le Pokémon sauvage de plein fouet dans un bruit de tonnerre. Un bruit de tonnerre qui cessa pour recommencer, moins fort puis avec de plus en plus d’énergie à mesure que le sol glisse doucement. Je vois des gravillons me passer à côté et comprends que j’ai merdé.

Vulca ! J’ouvre les bras et ma Goupix vient se nicher dans mon étreinte d’un bond tandis que Testa referme sa coquille sur moi en un geste protecteur. L’obscurité se fait mais je peux entendre des pierres dévaler la pente autour de nous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :

card : card
Messages : 537
Stardust : 1605
Jeu 30 Aoû - 12:45
2261 mètres [avec Spruelo Locink et Capucine Alambra] – réponse n°8

Les cuisses pleurent. L'espace entre le dos et le sac à dos est un océan appelé Sueurs. Pourtant, Leonard sourit. L'effort fait naître le plaisir. C'est lui qui a choisi cette épreuve et il ne peut blâmer personne. De toute façon, il n'en a pas envie.

Quoique, en voyant les agissements du nouveau pokemon de Spruelo (au fait, bonjour!), Leonard aurait bien envie de blâmer son ami de la surprise. Maintenant, il faut faire face à un pokemon sauvage dangereux sur un terrain accidenté et lui aussi dangereux.

Une technique Grincement envoie Spruelo bouler dans Capucine. Tandis que la chute de Leonard est très vite amorti par les réflexes de Mickey (riolu) qui vient faire réaction. La main frotte la tête du pokemon et Leonard le gratifie d'une petite phrase :

« Tu vois, j'ai bien fait de reprendre ta pokeball. Si tu l'avais tenu, je serais sûrement blessé. Merci, Mickey. »

Leonard se relève et observe la scène. Il ne pensait pas avoir à affronter une épreuve aussi vite. Preuve en est que son aventure a véritablement débuté. Preuve en est également que le terrain mérite tous les préparatifs que lui et son père ont accompli en amont. D'ailleurs, Leonard scrute le ciel pour tenter de voir le roucarnage de son papa. Mais il n'est pas encore visible. Et pas le temps de consulter l'heure.

*Non ! *

Ce n'est pas dans la tête qu'il faut lancer l'avertissement !

« Non ! Capucine, arrête ! »

Mais les dégâts sont déjà commis. La réaction en chaîne déboule déjà depuis un dénivelé positif. Les yeux sont agités. Entre l'avalanche naturel qui leur tombe dessus, le ramboum sauvage qui se relève malgré une blessure conséquente, l'agitation du nouveau pokemon de Spruelo. Il faut agir !

*Mais comment ?! *

Leonard découvre que ses schémas mentaux n'ont pas tellement évolués. Il réfléchit trop dans sa tête avec pour résultat un immobilisme des plus passifs. Il lui faut changer ça. Il doit évoluer tout comme Arnold.

« Gregori, j'ai besoin de toi ! »

Il ne pensait pas faire appel au titan de roc si tôt. Mais la situation l'exige alors Gregori (onix) sort de sa pokeball et se matérialise entre le groupe humain et l'avalanche de petites pierres.

« Venez tous. Certaines pierres ricochent et pourraient vous blesser ! »

Sauf qu'il y a un premier problème. Certaines des pierres qui ricochent ne sont pas inertes. Ce sont des racaillous sauvages.

Et il y a un second problème. Le ramboum énervé se trouve entre le groupe des humains et le titan de pierre. Titan de pierre qui ne peut plus agir sans prendre le risque d'ensevelir ses protégés sous un soudain mini-tsunami de rocs.

« Tu veux te battre, Mickey ? Tu en es sur ? Ok ! Utilise Vive-Attaque ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération