Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Répondre au sujet
Ce n'est qu'une juste rencontre - Sirius
avatar
Team : Vulca
Testa
Incubus
card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 294
Stardust : 905
Sam 2 Juin - 7:27
Le service vient enfin de se terminer. Ce ne fut pas une mauvaise journée et j’avoue avoir eu de la chance de pouvoir avoir se poste dans ce café. Pas de tenue ridicule ou d’uniforme trop strict. Juste un débardeur noir et un pantalon assorti. Par les températures actuelles, le pantalon tient chaud et nous sommes autorisées aux jupes pour les filles, les garçons devant rester en pantalon. Et de mon côté, je n’ai pas de jupe noire, ou d’une quelconque couleur de toute manière. Cependant, le patron est très gentil et compréhensif, il nous laisse des temps de repos réguliers et pour une fois, il offre les repas en début ou en fin de service.

Il me semble loin le temps où je mendiais un emploi contre un lieu où dormir et des repas. Depuis que je sais que je peux dormir au centre Pokémon, postuler comme serveuse et beaucoup plus facile et je comprends les craintes de certains de mes anciens employeurs. Une jeune fille qui arrive et qui demande à manger et où dormir quand il peut aller dans un Centre Pokémon gratuitement, cela pouvait sembler étrange. Et aucun ne m’avait jamais fait la remarque et j’ignorais tout de ce système. Comme c’est ironique. Je trouve maintenant des emplois plus facilement que quand j’en avais vraiment besoin et je vois mes fonds grandir à vue d’œil puisque j’ai appris à vivre avec trois fois rien.

En tout cas, il est 17h, et mon service touche à sa fin. J’ai fait la bise à quelques collègues avant de partir. Je me rends compte que ma vie change du tout au tout. Mais qui il y a encore trois mois n’aurais fait qu’un petit signe de la main sans un sourire avant de disparaitre, je suis allais spontanément dire au revoir aux autres serveurs et serveuses et surtout avec le sourire. L’influence de Leonard et mon nouveau mode de vie semble me changer. Mais pas trop, car ce n’est pas mes amis pour autant et je n’en veux pas. Mais disons, que je suis plus polie. Pas plus gentille.

Je sors par la rue de derrière pour jeter les poubelles au passage. Je mets mon sac sur mon dos et Vulca ma fidèle Goupix sur les talons, et me dirige vers le Centre de Pokémon. Je rêve d’une bonne douche, chaude puis froide pour me remettre d’aplomb. Cette nuit risque d’être longue, car j’ai eu vent d’un gang qui sévissait dans un quartier et que personne ne faisait rien. Bien sûr que personne ne fait rien. La police ne va tout de même pas intervenir. Sortir dans la rue pour faire son travail, mais il faudrait être fou. Les policiers risqueraient de rater la pause-café entre leur temps de glandouille. Non, vraiment, il n’y a jamais rien à attendre de leur part, jamais.

Je suis presque sortie de la ruelle quand plusieurs silhouettes apparaissent et me barrent la route. Mes poils se hérissent en détaillant les silhouettes. Si j’avais eu l’occasion de regarder la télé, je me serais cru dans un épisode de Ken le Survivant. Mais je ne connais pas ce dessin animé, alors tout ce que je vois devant, ce sont des déchets de la société, à crête, et cherchant à obtenir ce qu’ils veulent par la violence.

Alors ma jolie, on se balade seule ? C’est dangereux dans le coin. On devrait peut-être t’accompagnée, qu’est-ce que vous en pensez les gars. Et puis pour être, sûre, ça te dirait pas de venir jusqu’à notre QG ? On te montrerait des trucs super cool.

Je le regarde froidement. Son sourire est aussi méprisable que mon expression est froide et mauvaise. Ces mecs sont assez stupides pour ne pas savoir ce qu’il va leur arriver. Je ne me suis pas échauffée mais je ne pense pas que ce sera nécessaire. Je ne pense même pas avoir besoin d’Incubus mon Fantominus, ou de Testa ma Crustabri. Non, ça devrait aller vite. J’en lancerai s’enfuir un ou deux pour les faire suivre par Incubus et finir le travail ce soir.

Je n’ai pas ralenti quand l’andouille qui semble être le chef parlait. Je m’approche de lui en le fixant droit dans les yeux et un pas devant lui. Je lance ma jambe. L’attaque et rapide, fulgurante, et surprise. Mon pied vient frapper le côté du genou de punk qui émet un craquement terrible en se brisant. L’homme s’écroule en hurlant de douleur sous le regard d’abord médusé de ses potes avant qu’ils ne réagissent et décide de contre-attaquer, un deuxième craquement se fait entendre et un autre hurlement. Deuxième genou d’un autre crétin en moins. Le combat va vite se terminer à cette allure.

Une nouvelle silhouette apparait à contrejour au bout de la ruelle. Un nouveau candidat pour mordre la poussière ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :



card : t-cardprez'journalthm
Origine : Unys, Ondes-sur-Mer
Groupe : Éclipse
Messages : 36
Stardust : 136
Sam 2 Juin - 8:17
Ce n'est qu'une juste rencontre ✕ ft. Capucine Alambra

Quand on est un agent des Forces de Police Internationales, on a toujours mieux à faire que les flics normaux. La paperasse, les formalités et surtout la prise de contact avec les responsables du coin, ça prend du temps. Sirius en a d'ailleurs fait les frais pour la première fois, de 8 à 17 heures, et pour couronner le tout dans une autre ville que celle où il était domicilié. Ils auraient pas pu juste me faire parvenir ça par mail ou quoi ? Ils ont un réseau Duck ou j'sais pas quoi, quand même.

On ne pouvait rien y faire. La procédure, c'était la procédure ; il fallait aller à la capitale - Nemerya - pour ce genre de choses et c'était pas l'étranger qu'était Sirius qui allait y faire quelque chose. Le mieux dans tout ça, c'est que les types du bureau avaient mené leur petite enquête et en savaient déjà long sur notre grand blond. Tendance à prendre des initiatives dangereuses, méthodes un peu musclées, plaintes à son égard. Vous avez compris: ils ont été bien désagréables, et ça, c'était de trop.

Pourtant, les emmerdes étaient loin d'être terminées.

Agartha, qui avait attendu Sirius dans le hall du bâtiment, avait commencé à s'agiter. À peine était-il arrivé que le Pokémon s'était envolé à travers la rue à plein régime, ce que l'agent interpréta comme une invitation à la suivre. Ce n'était pas la première fois que ça leur arrivait, donc ils savaient exactement comment procéder. Quelque chose ne tournait pas rond dans les parages, et ils allaient y ajouter leur petit grain de sel.

Ils débouchèrent dans une ruelle d'où provenaient les bruits d'une discussion. De ce qu'il voyait, il s'agissait d'une bande de loubards bien relous qui grattaient une jeune femme. Venir jusqu’à notre QG, que tu dis ? Z'êtes un gang du coin ? Y a peut-être bien moyen que ces types me servent de faire-valoir aux yeux des bureaucrates chiants. Sa décision prise, il s'avança un peu plus jusqu'à ce que...

CRAC.

Oh bah merde, la demoiselle venait d'en fumer un. Les autres assez téméraires pour l'approcher en prirent tout autant pour leur matricule. Deuxième bruit dégueu, et en voilà un autre privé de son genou. Un des types les plus reculés avait ramassé une barre de fer rouillée traînant sur le sol poussiéreux de leur ring improvisé. Il n'eut pas le loisir de l'utiliser, puisqu'une main vint lui saisir le poignet par derrière. Une balayette plus tard, il était parfaitement maîtrisé face contre terre. Cette petite démonstration de force, accompagnée de la carrure de Sirius, suffit à mettre un terme à l'escarmouche.


⌲ On va faire simple. Je vous laisse vous tirer pour cette fois, mais ne recommencez plus jamais. Pigé ?


Les gars se sont ramassés tant bien que mal, soutenant leurs blessés bras dessus, bras dessous. Après une pléthore d'excuse à l'égard de la demoiselle, les vauriens se sont tirés sans demander leur reste.


⌲ Agartha, suis les sans te faire voir. Leur QG doit être tout proche pour qu'ils se permettent d'agir de la sorte en pleine ville.


Le spectre obtempéra, se fondant dans un mur pour commencer sa mission de filature. Ceci fait, l'agent s'intéressa à la jeune femme. Plutôt forte, pour son gabarit. Elle devait en avoir traversé, des embrouilles, pour en venir à savoir se battre de la sorte.


⌲ Je suppose que tu aurais pu t'en sortir toute seule, mais je voulais éviter un accident. Ton humble sauveur s'appelle Sirius, enchanté. Tu passes souvent dans ce genre de coins, si c'est pas indiscret ? Parce que tu devrais revoir ton itinéraire, vu la marmaille qui traîne ici en ce moment.



look at me !




sirius s'exprime en #cc9933
et son joli avatar a été fait par mathilde la bg  Jtm bb
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : Vulca
Testa
Incubus
card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 294
Stardust : 905
Sam 2 Juin - 9:47
L’hésitation se lit clairement dans les yeux des Roublards. Deux attaques, deux blessés. Il y a de quoi inquiéter, mais manifestement, ce n’est pas suffisant pour leur faire peur. Ils hésitent seulement un peu et ce n’est pas assez pour que je les laisse ainsi.

Toutefois, la silhouette au bout de la rue m’interpelle. Qui est-ce ? Je sens un certains calme émaner de cette personne. Et surtout, de quoi je me mêle ? Un des roublards venait de saisir une barre de faire pendant que les autres se décidaient enfin à passer à l’action et que je distribue les coups comme des petits pains, et voilà que l’inconnu, qui se trouve être un homme, intercepte le gars armé et le fou à terre.

L’arrivée de se renfort inopiné finit de refroidir les délinquants. Bordel, mais qu’est-ce qu’il leur raconte ? Mais il n’a rien à laisser faire, bon sang. Qu’il se mêle de ses affaires. Les roublards ramassent leur blesser et se sauvent sous le regard de cet imbécile. Je libère Incubus pour qu’il les traque, car ce soir, je vais devoir aller finir le travail.

Mais regard violet et glacial se pose sur cet inconnu, ce Sirius. Ma voix est aussi froide que mon regard et ne laisse passer aucune gentillesse, mais plutôt une certaine colère sourde. Mais de quoi je me même. Bien sûr que j’aurai pu me débrouiller, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué. Je n’ai pas besoin d’un sauveur, aussi humble soit-il. Je dois avouer que je ne connais pas ce mot, et ça ne fait que m’énerver un peu plus. Tu crois vraiment qu’ils vont arrêter parce que tu leur a demandé ? Ils vont recommencer en faisant bien attention de s’en prendre qu’à plus faible qu’eux et en surveillant leurs arrières. Quant à mon itinéraire, je suis assez grande pour me débrouiller seule, surtout que je travaille dans le café juste là, alors quand je sors les poubelles, je suis obligée de passer par là, monsieur je-sais-tout.

Les fleurs du monde, les fleurs du monde. Il faut que j’essaye de voir les fleurs du monde comme Leonard m’a dit. Alors que je commence sérieusement à m’énerver, je sers les dents, ferme les yeux un court instant, essayant de me calmer. Les fleurs du monde plutôt que les monstres qui tournent autour. Je rouvre les yeux. Mais… Merci, quand même. On aurait pu croire que rien que dire merci m’était plus douloureux que prendre un coup. Mais j’avoue que oui, c’était compliqué, parce que je ne vois pas pourquoi je devrai le faire. Encore une Idée de Leonard. Qu’est-ce qu’il devient d’ailleurs ce crétin.

Je pousse un nouveau soupir. Ma voix semble maintenant plus résigner. Je m’appelle Capucine. Et voici Vulca. Je désigne ma Goupix dont l’oreille est cassée depuis toujours. Et j’avoue que tu as l’air moins empoté que beaucoup de personne. J’imagine que tu as appris à te battre quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :



card : t-cardprez'journalthm
Origine : Unys, Ondes-sur-Mer
Groupe : Éclipse
Messages : 36
Stardust : 136
Sam 2 Juin - 11:01
Ce n'est qu'une juste rencontre ✕ ft. Capucine Alambra

⌲ Bon, Capucine, écoute. J'ai envoyé mon Pokémon pour les suivre aussi, au cas où t'aurais pas remarqué. Si je les ai laissés filer comme ça, c'est bien parce qu'ils vont directement aller se terrer dans leur QG puisqu'ils sont en confiance. Tu crois qu'ils nous auraient gentiment accompagnés jusqu'à leur base si on les avait chopés en otage ? Sans parler du fait que ce serait pas très légal.


Ciel, qu'elle était mordante comme fille. Elle était soit de mauvaise humeur, soit la gueule de Sirius ne lui revenait vraiment pas. Sous le couvert d'un possible choc émotionnel dû à l'espèce d'agression - bien qu'il eut deviné que ça n'avait pas joué -, le flic passa l'éponge sur le comportement pas très amical de la jeune femme.

Ainsi, elle travaillait dans un café du coin, ce qui expliquait sa présence dans la ruelle à ce moment-là. Étant donné que c'est visiblement la première fois qu'elle est accostée par ces lourdauds, Sirius établit qu'elle n'y travaillait pas depuis longtemps. À son âge, il y avait deux options: soit elle venait de rentrer dans la vie active, soit elle bourlingue comme ça depuis longtemps. Vu la branlée qu'elle a infligée aux gars, j'opte pour la seconde option. Une fille sortie du cocon familial s'en serait moins bien sortie.


⌲ Sinon, moi c'est Sirius. Le Polichombr que j'ai envoyé à leurs trousses, c'est mon amie Agartha. Concernant la science des coups de poing, j'vois que tu t'y connais peut-être autant que moi.


Après avoir jeté un regard en arrière, vers le mur où était entré Agartha, l'agent reprit.


⌲ Je te propose un marché: je t'accompagne jusqu'à leur planque, on récupère nos Pokémon et on avise sur le tas. On sait jamais quel genre d'emmerdes ça promet, alors je préfère m'assurer que tu risques rien. Ils vont pas être 5 ou 6, là-bas, donc tu peux déjà ranger ton air farouche et tes poings: on va devoir les douiller en finesse.


Sans plus attendre, il fit volte-face, laissant la jeune femme dans son dos. D'une démarche assurée, il s'avança jusqu'à la sortie de la ruelle, menant à une large rue piétonne, se remplissant peu à peu de personnes rentant du travail. Un peu plus loin, un mur était marqué d'une trace. Une marque d'Agartha.


⌲ On a plus qu'à suivre les traces laissées par nos collègues. En route.



look at me !




sirius s'exprime en #cc9933
et son joli avatar a été fait par mathilde la bg  Jtm bb
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : Vulca
Testa
Incubus
card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 294
Stardust : 905
Sam 2 Juin - 16:28
Entre tous, il fallait que je tombe sur le pire, le héros. Je ne lui demande rien, je ne le connais pas, je n’ai pas besoin de lui et il se ramène tout de même, fait genre qu’il vient me sauver et s’attend à des remerciements et une ovation générale. Sérieusement, qui fait ça ? Tous les jours je sauve des gens et personne ne le sait. Je suis certes une fille, mais si j’étais un homme chauve qui ferait le super-héros par plaisir, le résultat serait le même. Personne ne me connait et pourtant je rends le monde meilleur.

Les fleurs dans le monde. Je pousse un profond soupir. Sérieusement, bien sûr que j’ai remarqué qu’il a envoyé son Pokémon. Mais en quoi ça me regarde. J’ai aussi envoyé le mien car j’ai plus en confiance en Incubus qu’en son Polichombr. Après tout, je ne le connais pas ce type.

Mais à quel moment t’a cru que j’allais les garder en otage ? C’est vrai que c’est tellement plus intelligent de les laisser prévenir leur potentiel copain. Alors qu’il aurait été peut-être plus facile d’en laisser un seul s’enfuir et de le suivre pendant qu’il allait se planquer. Je préfère en vers quatre KO ici plutôt que trois chez eux. Quant à ce qui est légal, pense bien que c’est le dernier truc qui m’inquiète, au cas tu n’as pas vu.

Il est stupide ou quoi ? Je viens de casser un genou à deux personnes. A quel moment l’idée de légal lui a traversé l’esprit ? Je répands la peur et la justice, pas des bisous et des bonbons. Respire profondément. Reste calme. Tout va bien. Penser que le monde est plein de fleurs. Pas de crétin fini.

Mais c’est quoi sa remarque ! Qu’est-ce que ça veut dire ça. Il ne me connait pas et il essaye déjà de se mettre au-dessus de moi. Mais je vais lui montrer ce que vaut ma science des poings s’il continue à me traiter comme une gamine. Si j’avais été plus objective, j’accepterais le fait qu’en effet, j’ai l’air d’une gamine, avec ma petite taille, et mon air enfantin. Cependant, mon regard froid devrait être un indice sur mon âge tout de même.

Ça doit bien se voir que je commence à être agacée par ses dires et je sers les dents. Alors qu’il finit de parler, il ne m’attend pas et se retourne déjà comme si c’était normal que j’obéisse. Il me prend pour qui, pour son Caninos ? Je ne tiens plus et explose.

Attends une minute. Mais tu te prends pour qui ? Tu sors de nulle part, tu te mêles de mes affaires et maintenant tu me donnes des ordres. Je pense que j’en connais un peu plus sur ce genre de tocards que toi, alors garde tes conseils et tes remarques débiles pour toi. Je n’ai qu’une seule envie c’est de lui mettre mon poing dans sa sale tronche de prétentieux. Assure-toi de tes fesses avant de t’occuper des miennes.

Respire. Doucement. Pense aux fleurs. Satanées fleurs. Comment fait Leonard pour toujours être aussi heureux. Et Panacée pour être constamment calme et sereine. Alors voilà ce qu’on va vraiment faire. On va les retrouver, et leur botter les fesses et faire en sorte que plus jamais ils n’osent se comporter contre la loi. On va voir où ils sont, comment ils sont organisés et on leur infligera une terreur telle qu’ils regretteront d’avoir osé me parler. Vulca, trouve Incubus.

La Goupix acquiesce et hume l’air. Immédiatement, elle part et je la suis. Il n’est pas compliqué pour elle de suivre la trainée de gaz laissé par le Fantominus. Je passe d’un pas rapide en bousculant Sirius.

Nous marchons dix minutes avant de trouver un vieil immeuble dont la porte est fermée. Il y a des rideaux à quelques fenêtres, l’immeuble doit être habitué par différentes personnes, sûrement des familles. Ils se planquent donc, non pas dans un squat mais chez l’un d’entre eux. On ne peut pas rentrer et foutre le bordel comme ça. Il y a des gens qui vivent paisiblement ou essayent de leur faire en tout cas. Pire que tout, on ne sait pas combien il y a de racailles ici. Je retiens un grognement.

Bon, ça devient problématique. L’avantage, c’est que quelqu’un peut nous ouvrir. L’ennui, c’est qu’il va falloir faire attention aux innocents et aux bâtiments. Alors monsieur le héros, je te laisse nous faire entrer puisque tu es si intelligent. Moi je vais faire le tour.

En regardant l’immeuble, j’ai vu Incubus. Le Fantominus flotte doucement devait une fenêtre. Je libère Testa et monte sur sa carapace Vulca dans les bras. Il me faut un saut souple et je suis en place. La Crustabri s’élève dans les airs et se place près de son compagnon. Je m’attendais presque à voir les roublards. Mais probablement pas à vois une gamine s’amusait à faire un concours de grimace avec mon Fantominus. La gamine est surprise de me voir apparaitre ce qui fait se tourner Incubus vers moi. Le Pokémon éclate de rire et part vers une autre fenêtre, Discrètement je vois les Roublards et quelques-uns de leurs copains. Ils ont leur en pleine discussion.

J’hésite un instant et retourne au sol. Je les ai trouvés. Cinquième étage, ils sont une dizaine. Les cinq de tout à l’heure dont les deux blessés et cinq de leurs potes. Ils essayent de se convaincre de ce qui s’est passé. Testa ne peut pas de monter à l’étage donc il faudra passer par les escaliers. Comme on ne veut pas les tuer, il va falloir les faire sortir. Pour se faire le plus simple, c’est que ton Polichombr et Incubus leur foutent les jetons, pour qu’ils se précipitent à l’extérieur et on les attend. Après on a plus qu’à les passer à tabac et leur faire regretter le jour de leur naissance.

Je parle d’un ton autoritaire et sans appel. Quand il s’agit de tabasser des hors-la-loi, je n’ai pas mon pareil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :



card : t-cardprez'journalthm
Origine : Unys, Ondes-sur-Mer
Groupe : Éclipse
Messages : 36
Stardust : 136
Dim 3 Juin - 7:57
Ce n'est qu'une juste rencontre ✕ ft. Capucine Alambra

Tic, tac.

Le bruit de la bombe à retardement. Cette Capucine avait réussi à sérieusement foutre Sirius en rogne. Déjà qu'il avait fait un effort, la voilà qui se permet de lui parler comme au dernier des imbéciles. Bousculades, ton autoritaire, piques. Elle avait largement dépassé les limites de patience de l'homme qui s'était impliqué dans ses embrouilles - peut-être à tort, mais c'était le principe. Le sang monte, la mâchoire se crispe. Sirius ressentait déjà le feu prendre en lui.

S'il ne l'a pas explosée, ce n'est pas pour sa démonstration de force sur une bande de malheureux délinquants pris par surprise. Ce n'est pas non plus parce qu'elle était une fille, innocente par dessus le marché ; le fait qu'une personne soit d'un sexe ou d'un autre ne l'avait jamais empêché de cogner, et les innocents cessaient de l'être dès lors qu'ils lui donnaient une bonne raison de les fracasser. Non. Ce qui avait poussé Sirius à supporter encore un peu cette petite teigne, c'est bien son intuition. L'intuition d'un flic, plus d'un homme venu aider.

Cette jeune fille se rendait justice d'elle-même, se référant à la loi - peut-être une vision simpliste de la justice, absolue - pour juger les malfrats.

Une grande inspiration suffit à tempérer sa colère, du moins pour l'instant. Juste assez pour qu'il puisse faire le point sur cette femme qu'il avait rencontrée, pendant qu'ils marchaient jusqu'au QG en suivant "Incubus", son Fantominus. Premier sujet d'étude à Lumiris. Capucine. Vu sa tendance à se rendre justice de manière aussi radicale, elle doit avoir un problème personnel avec les autorités. Une personne normale aurait proposé de leur envoyer la police. Elle, elle veut les passer à tabac de ses propres mains pour leur "donner une leçon".

Pensif, il ne reprit ses esprits qu'en face du bâtiment où les hommes s'étaient terrés. Il n'écouta qu'à moitié la fille qui prenait décidément que trop ses aises. Ses brusqueries allaient finir par lui coûter cher, mais elle ne risquait rien tant qu'elle intéressait Sirius. Paradoxalement, il l'appréciait un peu, pour la simple raison qu'elle sortait du rang. Un mouton noir. Elle s'était écartée, prétextant suivre son Fantominus ô combien plus compétent que la comparse de l'agent, qui était déjà rompue à ce genre d'affaires. La procédure était très simple, pour lui.


⌲ Agartha !


Le petit spectre surgit de la porte d'entrée, la traversant comme si de rien était, juste en face de son ami de toujours.


⌲ Tu vas utiliser Sabotage sur la serrure, mais sois précise. Si on la casse, ça me foutrait les boules pour les gens qui vivent ici.


Pendant que le petit Pokémon s'affairait à saboter la serrure, l'agent dégaina son téléphone. Ni une, ni deux, il appela le commissariat de Nemerya pour leur faire part de la situation.


⌲ J'ai besoin d'un 10-40 dans 30 minutes, dans la ruelle près du restaurant "Skitty's Kitchen". N'intervenez pas, si vous arrivez en avance.


Alors qu'il raccrochait, la porte s'ouvrait d'elle même, grinçant un peu sur ses gonds. En même temps, la jeune femme revint de son escapade à l'arrière. Son idée pour faire sortir les malfrats plaisait bien à Sirius, tout comme la partie concernant la bagarre. Il avait besoin de se défouler un peu, donc autant allier l'utile à l'agréable. Il n'eut pas besoin de donner les instructions à Agartha pour qu'elle comprenne ce qu'elle avait à faire. Dés lors que les spectres s'infiltraient dans le bâtiment, vers l'appartement où se cachaient les racailles, Sirius fit face à son nouveau "sujet d'étude", Capucine. En un éclair, il se saisit de son col, l'empoignant fermement.


⌲ J'ai beaucoup de patience avec toi. Je te méprise pas, je t'importune pas, je te veux pas de mal et je suis pas venu pour gratter ton numéro. Tu vas commencer à te calmer un peu, parce que moi aussi je peux jouer au gars froid et mordant. On va éclater ces gars, on va faire comme tu dis, alors t'as plus besoin de prendre tes grands airs de justicière ténébreuse avec moi. Concentrons nous sur leur cas, maintenant.

***
Focus sur Agartha
***

Dans l'appartement, pendant que leurs deux dresseurs réglaient leurs comptes au rez-de-chaussée, les spectres avaient commencé leur affaire. Les 10 types, occupés à se raconter le bordel ayant eu lieu dans la ruelle, commencèrent peu à peu à entendre des bruits, juste derrière eux et sous le plancher. Les attaques Grincement d'Agartha survenaient dans tous les coins de la pièce, alors qu'elle circulait dans les creux des murs et du plancher. Des objets se cassaient même autour d'eux, frappés par l'attaque Sabotage pendant qu'ils étaient distraits. Avec le bordel que créait également l'Incubus de Capucine, les 10 gaillards avaient vite perdu de leur superbe.

***
Focus sur Sirius
***

Après la petite mise au point, l'agent en civil était entré dans le bâtiment. Il était directement monté jusqu'à l'étage où se situait la porte de l'appartement des types, laissant à Capucine le temps de choisir sa propre approche. En chemin, il s'était servi en empruntant un extincteur dans l'une des caches murales de la cage d'escaliers. Contre une dizaine de types, même effrayés, les seuls poings ne suffiront pas. Du moins, il n'en sortirait pas indemne, et il était hors de question qu'il se blesse pendant une opération clandestine montée avec une amatrice cinglée assoiffée de sang.

Debout près de la porte dont la clinche commençait déjà à s'agiter, Sirius attendait, prêt à délivrer de jolis swings avec son extincteur.

Tic, tac. Fin du compte à rebours. Ça va péter, et fort.



look at me !




sirius s'exprime en #cc9933
et son joli avatar a été fait par mathilde la bg  Jtm bb
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : Vulca
Testa
Incubus
card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 294
Stardust : 905
Ven 8 Juin - 2:18
Testa revient au sol, et je saute lestement à terre, Vulca dans les bras. La Goupix saute à son tour à mes pieds et s’assoit, le dos droit, avec une sorte d’arrogance qui ne sied qu’à elle. Elle sent la bagarre arriver et de ce qu’elle a vu, elle sait qu’il n’y aura aucune difficulté. De mon côté, je n’en suis pas aussi sûre, car aujourd’hui, il y a une incertitude en la présence de Sirius. Ce mec sortit de nulle part pour jouer les héros. Je déteste les héros, presque autant que les policiers. Ils viennent faire la même chose que moi mais pour recevoir des honneurs bien souvent non mérités. Mais au moins viennent-ils au secours des gens, contrairement à ceux dont cela est censé être le métier.

Après lui avoir fait part de mon plan, mes poils se hérissent devant son discours. Bien sûr, si je n’avais pas été si sûre de moi, ou tout simplement agressive, j’aurais pu reconnaitre que j’étais fautive de lui parler ainsi, que j’avais pas à le mordre verbalement ou le traiter comme un demeuré, bien qu’il en soit un. Non, j’aurai dû peut-être lui demander son avis, mais ce n’est pas dans ma nature et on ne peut pas changer du jour au lendemain, déjà que je ne l’ai pas chassé en lui crachant dessus, il devra s’en satisfaire.

Justicière ténébreuse ? Vraiment ? Moi je joue les justicières ténébreuses aux grands airs ? Mais c’est à lui de se calmer un peu. Je ne lui ai rien demandé je rappelle et il essaye de me faire la leçon. Je ne suis pas susceptible, mais faut pas oublier que ce que je suis-je ne le dois qu’à moi, c’est pas pour être chaperonner par un inconnu venu de nulle part. Ma réaction est peut-être décalée avec la réalité de la situation, mais je n’ai pas l’esprit suffisamment ouvert pour m’en rendre compte réellement.

J’ai donné le départ à Incubus pour qu’il commence ce qu’il sait faire le mieux. Son rire résonne dans l’appartement des roublards alors qu’il fait tomber des objets et claque les portes. La présence d’un compagnon de jeu semble le ravir et alors que Sirius entre dans l’immeuble, je remonte sur Testa, avec Vulca. Pas de raison qu’on s’entasse dans le couloir. Je lui ai énoncé un plan, mais il ne faut pas oublier que je travaille en solo et que l’improvisation et la meilleure de stratégie.

Personne ne regarde par le fenêtre. Les Punks préfèrent regarder leur appartement être secoué de toute part sans rien comprendre que voir la vue, qui n’est pas fameuse d’ailleurs. Tant mieux. Testa se place à un mètre de la vitre. Testa, Picanon. Le coup explose la fenêtre et vient se planter dans un mur. Je suis rapidement, d’un bond puissant je pénètre dans l’appartement propulsant Vulca avec moi. La panique est immédiate est complète.

Tous se précipitent vers la porte. Je brise ceux qui passe près de moi et Vulca fait de même, semant encore plus le trouble ; Certains m’ont reconnue et n’en hurle que plus fort. J’entends la porte de l’appartement s’ouvrir et de nouveau bruit résonner. Je les suis calmement lorsque sur ma gauche provenant de la seconde partie de l’appartement, une petite voix se fait entendre.

Une gamine, huit tout au plus, tenant sa Poképeluche Mélofée dans un triste état, probablement une très vieille peluche, me regarde avec des grands yeux effrayés. Mon expression glaciale que j’avais posé sur elle disparait aussi, remplacée d’abord par de la stupeur mais aussi une forme de peur. Qu’est-ce que je suis en train de faire devant cette enfant ? De quoi est-ce que je me rends coupable ? De la même chose que j’ai connu petite. Je me rapproche d’elle doucement pour essayer de lui expliquer, mais les mots ne viennent pas. Je vois dans ses yeux ce que je suis réellement. Rien de nouveau, je suis un monstre, un cauchemar je l’ai toujours voulu ainsi. Mais le lire sur une petite fille est bien pire et terrifiant que de le voir dans la peur d’un roublard.

L’enfant recule alors que j’avance. Ne l’approche pas ! La voix est pleine de terreur et de colère. Je sens la présence me bondir dessus par derrière, concentrée que j’étais par la présence de l’enfant. Mais les réflexes font leur travail. J’attrape le bras, me décale et d’une torsion, déboite l’épaule de l’assaillant. Un autre mouvement le met sur le dos et mon pied finit de lui couper le souffle. La porte se claque et la fille a disparu derrière.

J’entends de nouveau les bruits de combat, le cri de douleur de quelqu’un qui se fait mordre par Vulca ou frappé par Incubus. Moi je suis là, immobile, avec dans l’esprit le regard plein de peur de la petite famille. Dans mon dos, une présence connue, Testa vient refermer délicatement sa coquille autour de moi, un geste de protection et de tendresse. Lorsqu’elle me relâche, il y a Testa à mes pieds. Comme à chaque fois que je suis triste, ou inquiète, je le prends dans mes bras. Cette fois, c’est pire que tout. Heureusement, mes trois Pokémons sont là. Incubus est venu à son tour m’envelopper dans son gaz toxique qui ne m’atteint pas. Je fixe la porte, complètement perdue, ne sachant quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :



card : t-cardprez'journalthm
Origine : Unys, Ondes-sur-Mer
Groupe : Éclipse
Messages : 36
Stardust : 136
Sam 9 Juin - 12:27
Ce n'est qu'une juste rencontre ✕ ft. Capucine Alambra

Lorsque la porte s'ouvrit, les pauvres gars essayant de fuir firent face à leur second bourreau de la soirée. Ceux qui l'avaient reconnu s'étaient reculés, pris entre les deux feux. Le dilemme était difficile: se faire ruiner par la fille, tenter sa chance avec le grand Sirius. Ils n'eurent pas le loisir de réfléchir longtemps, cela dit. Le premier coup envoya voler deux mecs sur le plancher du pallier, assommés net par le swing. Le Tiger Woods de l'extincteur s'était lâché, et il allait se défouler un peu sur ces sales gosses qui hantent tout le quartier.

En une poignée de secondes, tout était terminé au niveau de la porte de sortie. Entre ceux qui s'étaient évanouis et ceux qui refusaient de poursuivre la bagarre, il n'y avait plus grand monde pour assurer de leur côté. Alors qu'il reprenait son souffle et vérifiait si les types n'étaient pas trop blessés, l'agent vit Agartha lui passer sous le nez pour entrer dans l'appartement.


⌲ Ne l'approche pas !

⌲ Hein ?..


Après avoir entendu l'éclat de voix, Sirius s'est précipité dans l'appartement en suivant sa Polichombr. Lorsqu'il arriva dans la pièce principale où était Capucine, une porte sur sa gauche claqua sèchement. Il n'eut le temps de voir la silhouette d'une enfant que quelques instants. D'un coup d'oeil, il comprit que la jeune femme ne s'attendait visiblement pas à la présence de cette gamine. Un regard complice s'échangea entre le grand flic et son spectre, qui fila de suite dans la pièce où s'était isolée la gamine en traversant la porte fermée. Son boulot était simple: calmer la gamine pour qu'ils puissent l'interroger après coup.


⌲ Hé, ça va ?


Question rhétorique, la fille s'était littéralement recroquevillée avec ses Pokémon. Évidement que ça n'allait pas. Sans la moindre compassion, Sirius haussa les épaules puis s'affaira à faire le tour de la pièce pour vérifier si les gars étaient bien knocked out et si ils possédaient des choses pas très légales. Il fut surpris de ne rien trouver. Des racailles qui ne fumaient pas ? D'où est-ce qu'ils sortaient ? Enfin, il y avait quand même quelques liasses de billets empilées dans un coin, visiblement le fruit de leurs exactions. Pour les punir, il décocha un coup de pied dans le type qui s'était fait déboîter l'épaule par Capucine.


⌲ Salopard.


Sa colère passée, l'agent s'approcha de la porte de la chambre en laissant la jeune femme sous le choc reprendre ses esprits à son aise. Il tapota le battant de bois avec ses phalanges, attendant une réponse pour entrer. Lorsqu'il vit la tête d'Agartha traverser la porte sous son nez avec un grand sourire, il entra dans la pièce.

Le décor n'était pas celui qu'il s'attendait vraiment à voir. La chambre de la gamine. La pièce était bien rangée, bien décorée: c'était ce qu'on s'attendait à trouver dans un foyer heureux. La fille était recroquevillée, assise par-terre entre sa table de nuit et le mur. Elle serrait dans ses bras une poupée qui avait fait son temps et avait caché son visage derrière elle. Précautionneusement, l'agent s'est avancé jusqu'à elle, épaulé de sa Polichombr. Il déposa un genou au sol une fois proche de la gamine, pour se mettre à sa hauteur.


⌲ C'est fini, ma grande. Les grands ne se tapent plus dessus.

⌲ Elle a frappé mon grand frère... je sais qu'il fait beaucoup de bêtises dehors, mais pourquoi elle a fait ça ?


La gamine renifle, mais ne pleure plus. Agartha a bien fait son travail.


⌲ Ils l'ont embêtée, elle était énervée alors elle a voulu les embêter aussi.

⌲ Je sais bien qu'il embête des gens avec ses copains, mais il s'occupe bien de moi...


Sirius hocha la tête alors que la gamine relevait son visage tristounet vers lui. Il avait bien compris que cette fillette, malgré les fréquentations de son frère, n'avait pas à se plaindre de son confort. Cela expliquait le fait qu'ils ne fument pas, d'ailleurs. L'agent ne s'en voulait pas tant que ça, pourtant. Cependant, il se souvint de l'appel qu'il avait lancé avant d'entrer. Si la police déboulait, cette fillette se retrouverait peut-être sans famille et finirait à l'orphelinat. Il n'avait pas envie d'être la cause d'un tel drame pour une enfant. Il prit donc son téléphone et rappela le central.


⌲ Oubliez le 10-40, c'était une fausse alerte. Excusez-moi pour le dérangement.


Sans attendre de réponse, il raccrocha et se releva, avec Agartha perchée sur son épaule.


⌲ Bon, j'vais te laisser un peu seule. N'vas pas au salon, je dois parler avec ton frère et la fille et c'est une discussion d'adultes. Tout ira bien, t'en fais pas, tonton Sirius va arranger le coup.


Il lui fit signe puis retourna dans la pièce où Capucine était restée avec ses Pokémon. Il referma la porte derrière lui, avant d'aller s'accroupir en face de la jeune femme et de ses compagnons.


⌲ Elle a pas l'air de t'en vouloir plus que ça, alors debout. Tu devrais aller la voir, c'est la petite soeur d'un des gars que t'as cogné. Je m'occupe de le retrouver et de lui passer un savon. Après, on part, on aggrave pas notre cas.


Le briefing passé, il la laissa reprendre ses esprits pour commencer sa recherche du fameux frére. Vu l'état de certains des gars, ça risquait de prendre du temps...



look at me !




sirius s'exprime en #cc9933
et son joli avatar a été fait par mathilde la bg  Jtm bb
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team : Vulca
Testa
Incubus
card : T-card
Origine : Kanto
Groupe : Eclipse
Messages : 294
Stardust : 905
Ven 15 Juin - 5:44
Qu’est-ce que j’ai fait ? Jusqu’à présent, c’était facile. Il y avait les bons, les innocents, les débiles, qui formaient un groupe, puis les méchants, voleurs, hors-la-loi, bandit, crétins qui en formaient un second. Et au milieu, il y avait moi qui protégeait les premiers en défonçant les seconds. C’était simple, évident, et logique. J’allais me battre jusqu’à ce que je trouve plus fort que moi et s’il avait la mauvaise idée de me laisser m’en sortir je reviendrai plus forte pour abattre ma justice sanglante sur lui. Il y avait blanc et noir. Coupable et innocent. Seule variait la punition de violente à extrêmement violente.

Ce qu’avait subi ces punks n’était que de la violence, et encore, je ne m’y suis pas mis à fond. Pourquoi ? Pour une raison évidente. De la même façon qu’un aveugle voit pour la première fois, l’idée qu’il puisse exister du gris venait de me frapper. Un doute que j’avais chassé revint à la charge dans mon esprit. Est-ce que ce que je faisais était bien ? Bien sûr que non, je ne suis qu’une criminelle violente sauf que j’attaque les autres criminels, ce qui faisait de mon combat, une lutte juste, car pour le bien commun. Mais maintenant, était-ce toujours vrai ?

Sirius ressort. Je ne sais pas ce qu’il a fait, ce qu’il a dit à la petite fille, mais ce qu’il me rapporte ne m’apaise aucunement. Bien au contraire, cela m’énerve. Elle n’a pas l’air de m’en vouloir ? Comment peut-il le savoir ? A-t-il jamais été dans la situation de cette gamine ? Cela m’étonnerait. La pauvre ne sait pas ce qu’il s’est passé et ne peut pas le comprendre. Son frère faisait quelque chose de mal, mais elle n’était pas concernée et la voilà maintenant victime d’un combat qui n’était pas le sien.

D’un geste rageur, je me relève, et me dirige à grand pas vers celui qui m’a attaquée. Je repousse Sirius sur le côté pour me camper devant le blessé dont le regard est empli de peur. Je le saisis par le col et le redresse. Je suis peut-être forte mais pas suffisamment pour le redresser ou le porter. Je me contente juste de l’attirer vers moi. Une légère flamme démente brûle dans mes yeux et ma voix et véhémente.

Où sont tes parents ? L’autre bafouille un bégaiement inintelligible. Répond ou je te fracasse mon poing sur la gueule. Où sont tes parents ? Je lui crie presque à la figure ma haine. Cette haine qui n’est plus tournée vers lui mais vers moi. Ils sont pas là. Pitié. Ils sont partis. Ils sont où bordel ! Je peux te faire bien pire que te péter un bras. Répond. Parti. Mon père est parti. Et ma mère est morte. L’autre sanglote comme un dingue et je remarque alors, qu’il ne doit pas avoir plus de quinze ans.

Puis mon cerveau comprit ce qu’il venait de dire. Un père absent et une mère disparut. Cette révélation fit un écho en moi. Je le lâche, une expression horrifiée sur le visage. Qu’est-ce que j’ai fait ? Jusitce. Son groupe de pote allait m’agresser dans la ruelle, moi ou quelqu’un d’autre. Ils devaient vivre de vol, de rapine. Je n’ai fait que les punir pour leur crime. Mais, lui… ce garçon, n’était pas dans le groupe d’agresseur. Il ne voulait peut-être pas. Et comment peut-il faire autrement ? Il est comme moi. Sans repère, sans personne pour le guider, mais pire encore, il doit s’occuper de sa petite sœur.
Je recule et manque de tomber. Je… Je… Je suis désolée. Je ne savais pas. Je… Ma voix n’est qu’un souffle à peine audible. Je tourne les talons et me précipite hors de l’appartement. Je m’appuie contre le mur à gauche de l’entrée, dans le couloir et me laisse glisser contre lui. Je me recroqueville, les bras autour des genoux. Je sens Vulca se coller à moi, Incubus m’enlacer. J’entends Testa essayer de sortir puis je la sens devant moi. Je n’arrive pas à avoir les idées claires. Pas à comprendre ce que je ressens. C’est trop confus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Juste pour rire
» photos du chariot de guerre ( juste monté )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération