Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Répondre au sujet
Le temps qu'il faut [RP Solo]
avatar
Pulsar
Voir le profil de l'utilisateur
Team :



card : T-card
Origine : Azuria, Kanto
Groupe : Pulsar
Messages : 639
Stardust : 1989
Lun 25 Juin - 22:51
Beaucoup de choses se sont passées pour moi, depuis que j’ai quitté Lumiris. Après les évènements relatifs à la Team mistral, j’ai désiré prendre du recul par rapport à nos méthodes, nos actes, mes choix. Après mon incompétence, j’ai demandé à mon équipe de prendre une décision. Me suivre, ou partir et retrouver leur liberté. Ils ont tous répondu présent, alors nous avons quitté la région. Sans rien dire, sans prévenir personne, juste eux et moi. Entre quatre et cinq mois se sont écoulés depuis mon départ. Période que mon équipe et moi avons mis à profit pour nous améliorer, pour faire le point, pour prendre le temps qu’il nous fallait (qu’il me fallait) pour comprendre mes erreurs et m’améliorer en tant que dresseur.



Saya

Ma Rocabot noire se portait bien. L’affrontement contre la team Mistral lui avait fait gagner confiance en elle. Elle que j’avais reçue en tant qu’oeuf grandissait à vue d’oeil, aussi bien physiquement que psychologiquement. Elle était cependant loin d’atteindre le niveau des autres, encore. Pendant un moment, ses entraînements se résumaient plus à des jeux. S’amuser avec des balles, courir un peu partout, courses d’obstacles, chamaillerie avec les autres… Je ne lui en demandais bien évidemment pas autant qu’aux plus expérimentés, alors qu’elle est bien plus jeune. Mais elle développait également de nouvelles attaques, doucement, à son rythme, mais sûrement.

Petit à petit, j’augmentais néanmoins la difficulté de ses entraînements lorsque je m’apercevais que les exercices demandés devenaient trop simples. Cela la faisait devenir plus forte, jusqu’à provoquer son évolution.


Sous l’oeil attentif du reste de l’équipe, Saya et Adaan se font face. La petite se met en position, le derrière levé, laissant échapper un léger grondement, prête à attaquer, tandis que le type psy se prépare à recevoir les coups en position défensive. La Rocabot a hérité d’un trait de sa “mère”. Ma Typhlosion, totalement gaga de la jeune louve sur laquelle elle veille comme sur sa propre fille, considère les combats tel un jeu. L’avantage, c’est qu’elle ne me pose pas autant de soucis que ne me posait ma type feu. En effet, cette dernière avait parfois du mal à écouter mes ordres. Saya s’applique à suivre mes instructions à la lettre.

Les règles du jeu sont les suivantes: Saya doit essayer de toucher Adaan en utilisant le moins d’attaque possible. Lorsque celui-ci est touché une première fois, le combat commence, doucement. Adaan est bien plus puissant. S’il se donne à fond dès le début, cela ne sert à rien. Le combat s’arrête lorsque Saya est touchée pour la première fois. Je jette rapidement  un oeil à ma montre. 18h30. Nous avons encore un peu de temps avant qu’ils n’arrêtent de servir le repas au centre Pokémon.

-Attaque! Ordonné-je.

La louve bondit, se ruant sur son adversaire à toute vitesse. Le Gallame attend patiemment le dernier moment.

-Morsure!

La type roche lui bondit au visage, mais celui-ci fait un pas de côté pour l’éviter.

-Jet-pierre!

Sans lui laisser de répit, la louve lui projette une pierre, puis enchaîne avec tomberoche, selon mes ordres. Je continue à lui faire enchaîner des attaques jusqu’à ce qu’elle finisse par prendre Adaan de court, et ne le force à se protéger au lieu d’esquiver. Celui-ci est touché par un nouveau Jet-pierre. Je compte rapidement dans ma tête. Six. Six attaque avant de le toucher. C’est son record face à lui. Et c’est le moment pour changer de phase. Le bras du combattant s’allonge pour former une lame de couleur noire grâce à l’attaque tranche-nuit. Il se rue sur elle, prêt à lui asséner le coup. J’ordonne une esquive, ce qu’elle réussit à faire, de justesse. Elle glisse sur le sol, et, dans un même mouvement, saute à nouveau sur son adversaire et le touche encore, cette fois avec une charge. L’enchaînement est plutôt bon, elle fait des progrès. Mais Adaan est bien plus rapide, et meilleur au corps à corps, c’était une erreur de rester aussi proche de lui.

-Jet de sable!

Le poing d’Adaan est dévié de quelques centimètres lorsqu’il reçoit le sable en plein visage, permettant à la Rocabot d’esquiver. Son adversaire balaie le sol de sa lame-feuille, mais elle parvient à sauter par dessus au dernier moment sans que je ne lui ordonne. De gros rochers apparaissent au dessus d’elle et retombent lourdement sur le Gallame. Celui-ci croise ses bras devant son visage, se préparant à recevoir l’attaque. Toutes les pierres le touchent, mais la Rocabot est encore trop faible pour lui faire de réels dégâts. Il n’en résulte donc que la satisfaction d’avoir touché. Curieux de voir quelles autres initiatives elle est capable de prendre, je cesse de lui donner des ordres. Le Gallame, quelque peu vexé, se téléporte, et apparaît derrière elle. Elle se retourne, surprise, mais est balayée d’un vulgaire coup de pied.

Grognant, elle se redresse et fait de nouveau face. Le Pokémon psy fonce à nouveau sur la type roche. Je m’avance pour intervenir, le combat est censé être terminé, mais je suis stoppé par un éclat blanc. Adaan arrête sa course également et observe la Rocabot. La silhouette de la louve s’agrandit. Son museau s’allonge, une épaisse crinière lui pousse et sa queue devient plus touffue. Son collier de cailloux pousse, dont une pierre qui passe au dessus de sa tête, rappelant une corne. Lorsque la lumière s’estompe, la Lougaroc noire et orangée tapote le sol de ses pattes, comme pour vérifier que celles-ci fonctionnent. Elle tourne son regard rouge dans ma direction, stupéfaite. Je fais un signe aux deux combattants.

-Merci Adaan. Bien joué, tous les deux! Et félicitations pour ton évolution, Saya.

Alors que Adaan s’éloigne sans dire un mot, elle pousse un puissant hurlement, fière d’arborer son nouveau corps sous sa forme adulte. Ember se rue dans sa direction pour lui faire la fête et la serrer contre elle. La Lougaroc tente de fuir, mais se fait rattraper bien rapidement par la pot de colle. Alm s’avance lentement vers elle également pour la féliciter. La dernière réaction qui attire mon attention est celle de Ashe. Celle-ci observe son amie de loin, à la fois curieuse, et triste.




Ashe

Depuis ce jour, la petite Evoli reste distante avec Saya. J’ignore ce qu’elle pense. Elle semble être effrayée. A vrai dire, la type normal n’était proche que de deux membres du groupe. Alm, qu’elle voyait comme un ainé, un mentor, un protecteur. Et Saya, qui était jusqu’à présent un Pokémon de son âge, de sa taille. Elles étaient semblables. Mais ce n’est plus le cas. Saya s’entraîne, et elle a à présent atteint sa forme évoluée. Je soupçonne également peut être un peu d’envie, de jalousie. Saya est la cadette du groupe, mais elle est intégrée à l’équipe, ils l’apprécient tous. Ashe est un peu plus en retrait: elle n’a pas autant de lien avec les autres, et à présent que le Noctali est affaibli, et qu’elle refuse de s’approcher de la Lougaroc, elle se retrouve seule, ayant quelque peu perdu ses deux figures rassurantes. Cependant, cela semble la pousser à vouloir s’ouvrir aux autres.


Poussant un soupire, je m’assois sur un tronc d’arbre allongé sur le sol. Je me saisis de mon sac à dos que j’ouvre dans le but de trouver une bouteille d’eau. J’avale quelques gorgées avant de jeter un oeil à l’équipe. Ils sont tous en train de profiter de ces quelques minutes de pause dans notre entraînement quotidien. J’aperçois une petite silhouette se diriger vers moi à pas feutrés. L’Evoli s’approche, et s’arrête à environ trois mètres de moi. Elle tient une baie oran dans la bouche. Je ne leur ai pas encore donné de quoi manger, j’ignore où elle a bien pu la trouver. Probablement a t-elle trouver un arbre fruitier dans les alentours. Elle pose la baie sur le sol et recule de quelques pas, me fixant.

-C’est pour moi? Lui demandé-je.

Bien évidemment, elle ne me répond pas, et se contente de me regarder. Je me lève alors, et m’avance vers elle, doucement. Je m’accroupis et me saisis de la baie. Elle est ferme au toucher et d’un joli bleu, elle est bien mûre. Ashe attend. Elle observe le moindre de mes faits et gestes. Sans être brusque, je tend la main vers elle dans l’espoir d’établir un contact physique, chose qui n’est encore jamais arrivée. Le Pokémon recule de deux pas et finit par tourner les talons, s’éloignant en courant. Je la regarde tandis qu’elle retourne auprès du reste de mes compagnons. C’est étrange. Elle n’a jamais eu ce comportement, elle qui est habituellement si craintive, en particulier avec les humains. Je n’essaierai pas de forcer le contact. Je préfère la laisser aller à son rythme, faire les choses à sa façon. Mais c’est un bon début, qui ne manque pas de me faire décrocher un sourire, alors que je mord à pleines dents dans le fruit.




Adaan

Il a été le dernier capturé de l’équipe pendant une bonne période. Jusqu’à l’éclosion de Saya, si on oublie que j’ai obtenu son oeuf avant la capture de l’ex-Tarsal, sinon, il était le dernier avant l’arrivée récente d’Ephraïm. Et pourtant, il a bien rattrapé son retard, il est à présent aussi puissant que Firnen. Cela se ressent d’autant plus depuis son évolution en Gallame au cours du combat contre la Momartik géante. J’ai également réussi à lui apprendre de nombreuses attaques assez intéressantes. Mais la plus grosse avancée le concernant n’est autre que l’obtention d’une méga-gemme, lui permettant d’atteindre sa forme ultime. Seulement tout ne se passe pas comme prévu.


Adaan me tourne le dos, nous sommes en position. Tous les autres sont là, sur le côté. Ils attendent de voir ce qu’il va se passer. C’est la première fois que nous essayons une telle chose, il est normal qu’ils soient curieux et impatients. Je le suis aussi. Mon Gallame et moi arborons fièrement nos pendentifs identiques. Une fine chaîne en argent, fermée par une épaisse bague en métal à l’intérieure de laquelle se trouvent nos gemmes multicolores.

-Prêt? Demandé-je au Pokémon.

Celui-ci me fait signe de commencer. Je prend une inspiration et place mes doigts sur la gemme sésame. Celle-ci se met à briller, de même que la Gallamite alors que les deux pierres entrent en résonance l’une avec l’autre. Je ressent l’énergie de la pierre me parcourir et se mêler à la sienne. Une puissance si concentrée qu’elle se matérialise sous forme de filaments énergétiques entre les gemmes. Une aura mauve se forme autour du Pokémon. Celle-ci semble l’envelopper et le faire disparaître dans un cocon d’énergie pure. Je peux sentir la puissance d’Adaan grandir au fur et à mesure que son aura se met à tourbillonner de plus en plus vite. La sphère mauve gagne en volume, prête à relâcher toute cette puissance d’un seul coup, à achever la Méga-évolution. Mais soudainement, un craquement sonore retentit.

La chrysalide de lumière se rétracte sur elle même, comme si elle s’écroulait. Comme un ballon que l’on crève et qui se vide de tout l’air qu’il contient. Au fur et à mesure que sa taille décroît, je sens mon énergie être aspirée jusqu’à en être pris de vertiges. Je suis contraint de m’asseoir sur le sol pour ne pas tomber. Mon Pokémon est à genoux, lui aussi épuisé. Tout deux le souffle court, nous restons ainsi un long moment alors que mes autres Pokémons accourent vers nous, inquiets de notre état. L’échec de la Méga-évolution nous a totalement lessivés. J’aurais aimé ne pas expliquer cette réaction, mais au fond, je me doute bien de la raison de cette issue. J’ai entendu dire qu’il fallait un lien puissant entre le dresseur et son Pokémon pour atteindre la méga-évolution, ce qui n’est plus notre cas.

En effet, son comportement à mon égard a changé depuis son évolution. Il est devenu froid, distant. Lui et moi sommes souvent en désaccord. Il continue de m’obéir, mais semble trouver mes choix discutables, ou ne semble plus apprécier autant qu’avant sa condition. J’ai eu une discussion avec lui, il m’a assuré ne pas vouloir quitter le groupe, cependant. En vérité… Je semblais avoir simplement baissé dans son estime. J’ai finis par comprendre qu’il me reprochait certains choix, comme celui d’aller combattre la team mistral, de les avoir tous mis en danger. Je comprenais son ressenti, je le partageais. D’après lui, ce qui était arrivé à Alm était ma faute.




Ephraïm

Le petit dernier de l’équipe. Ephraïm est un jeune Tiplouf courageux, voire téméraire, mais généreux et avec un sale caractère. Je l’ai recueilli alors que l’oeuf que je possédais depuis plusieurs mois venait d’éclore. Celui-ci avait donné vie à un Goupix d’Alola. Un dresseur que je ne connaissais pas s’en trouvait intéressé et nous avions convenu d’un échange. Le Pokémon semblait bien amuser la galerie et aimait se donner en spectacle au milieu de l’équipe. Nous ne le connaissons pas encore très bien, mais la confiance semble s’installer peu à peu. Je ne doute pas de sa capacité à s’intégrer au groupe.


Toute l’équipe se tient face à moi, le regard posé sur cette étrange petite créature qui se tient à mes côtés. Le petit Tiplouf, curieux, les observe d’un oeil intéressé. Je prend la parole.

-Les amis, voici Ephraïm. A compter de maintenant, il fait parti du groupe. Donc je compte sur vous pour…

Le Pokémon eau me coupe la parole en piaillant et s’avance vers les autres. Il entame alors une sorte de discours, le pas assuré. Alors que je le regarde, amusé, les autres l’écoutent attentivement. J’ai la sensation d’être le seul à ne pas comprendre ce qu’il raconte. Il semble posséder de très bonnes qualités d’orateur. Une démarche forte, des gestes amples, un ton posé, une voix forte. J’ignore si ses “mots” sont justes, mais au vu de l’attention qu’il reçoit, captiver l’assistance n’est pas une difficulté pour lui. Au bout de plusieurs minutes, il s’interrompt et s’incline en guise de salut. Ma Typhlosion pousse un rugissement joyeux, ce qui fait sursauter Ashe. Je sens que ce petit énergumène n’a pas fini de nous étonner.




Firnen

Le type dragon de l’équipe est, quand à lui, toujours aussi peu actif, a moins qu’on ne le lui demande. Tranquille et discret, je remarque néanmoins qu’il devient de plus en plus expressif. Ce sont peu de choses, mais de petits signes de la patte de temps à autre, un mouvement de la tête, de la queue ou des ailes. Ce sont de petites choses qui contribuent à le rendre plus amical, lui qui est habituellement distant et qui se contente de n’être qu’observateur.

Il est cependant toujours aussi détaché par rapport à ce qu’il s’est passé. Lors des évènements de Windoria, il s’est contenté de faire ce que je lui demandé, de faire de son mieux. Fidèle et motivé, j’ai l’impression que la vie parmi nous lui plaît. Il apprécie d’ailleurs beaucoup lorsque je monte sur son dos pour une balade aérienne. Ce genre de moment qu’un dresseur et son Pokémon sont les seuls à partager. Ce sont probablement des passages du quotidien qui peuvent paraître banals mais qui nous sont importants malgré tout. Mais ces séances de voltige n’ont pas toutes eu pour but de s’amuser.


Penché sur l’encolure de mon Pokémon, le vent ébouriffe mes cheveux noirs et fait battre mes vêtements contre ma peau. Les nuages en dessous de nous semble être un tapis de coton sur lequel nous pourrions nous jeter sans nous faire mal. Le ciel éclatant à perte de vue nous offre un paysage à couper le souffle. Aujourd’hui nous allons tenter quelque chose de spécial. Lors de notre combat à Windoria, nous avons dû combattre un adversaire dans les airs. Firnen n’était pas à son aise, je le gênais en étant sur son dos. Si une situation similaire se présente à nouveau, il faut que nous sachions réagir.

Le Cryptero surgit des nuage en dessous de nous et vient se placer à notre hauteur. Il s’agit du Pokémon d’un dresseur avec qui j’ai pu sympathiser la veille. Après un échange de plusieurs heures, celui-ci m’a proposé son aide ainsi que celle de son Pokémon psy pour notre entraînement. Sans prévenir, le Pokémon nous attaque, et n’y va pas de main morte. Le laser glace nous frôle. Firnen a tout juste le temps de plonger pour l’esquiver, puis il remonte en flèche.

-Dracogriffe!

La patte avant de mon dragon se recouvre d’une aura bleue, prête à frapper. Mais le Pokémon d’en face nous contre à nouveau avec une rafale psy. Cette fois, nous sommes touchés et je subis autant les dégâts que mon Libegon. Je continue cependant de m’agripper. Si je chute, cela le déconcentrera du combat. C’est un entraînement, mais en conditions réelles cela peut nous coûter cher. Firnen dévie et tente de s’approcher de nouveau, mais encore une fois, nous frôlons une nouvelle attaque. A ce stade, je comprends plusieurs choses. Bien que volant, mon Pokémon est soumis à la gravité. Il a perdu plus d’altitude que prévu à cause de mon poids. Cela rendra également l’ascension plus compliquée. Il nous faut donc trouver une alternative.

-Dracosouffle!

Les lames d’air envoyées par le type vol sont stoppées par le dragon. Je ne pense pas qu’une feinte marcherait. C’est une attaque qui met à profit la vitesse du Pokémon, mais ce n’est pas une bonne position pour nous. Une danse draco nous ferait perdre du temps alors que nous sommes en position de faiblesse. Une nouvelle attaque nous vient dessus, mon Pokémon s’apprête à riposter.

-Arrête.

Il interrompt son mouvement et encaisse l’attaque psy. Nous sommes secoués. Je sens mes mains moites glisser sur la peau écailleuse de mon partenaire, mais je m’accroche. D’autres lames d’air viennent vers nous, l’une d’elle m’entaille le bras. Mais mon Pokémon continue d’encaisser. Tiens le coup Firnen. Cette fois c’est un nouveau laser glace qui nous fonce dessus. J’appuie tout mon poids sur le flanc du Libegon pour le faire vriller.

-Attaque!

Ouvrant la gueule, il projette un puissant rayon blanc vers notre adversaire. L’attaque patience touche. Notre adversaire est déstabilisé. Nous en profitons pour regagner de la hauteur, nous plaçant au dessus de lui. Le Cryptero prépare de nouvelles lames d’air, mais je lance un nouvel ordre.

-Zénith!

Le soleil se met alors à redoubler d’intensité, aveuglant le Pokémon tourné vers le ciel. Son attaque nous passe à côté. Lorsqu’il parvient à regarder à nouveau dans notre direction, se sont plusieurs Libegon qui le survolent, grâce à la capacité reflet. J’ordonne une feinte. Libegon attaque par le flanc, mais c’est un piège. Le Pokémon psy tente d’y faire face. Cependant, le reflet disparaît, alors que la véritable offensive vient de derrière. C’est super efficace, mais nous ne lâchons pas l’affaire. L’autre se protège avec abri. Obnubilé par les illusions au dessus, il ne nous voit pas arriver par en dessous. Cela ne fonctionne pas, nous le brisons avec ruse. Nous pourrions essayer de l’achever mais je fais signe aux Pokémons d’arrêter le combat.

Pour un premier test, j’en ai vu assez. Il faut qu’il améliore sa capacité à manoeuvre dans les airs alors que je suis sur son dos. Pour cela je devrais pouvoir l’aider en transférant mon poids sur un côté ou sur l’autre, en avant ou en arrière. Au lieu de voler sur lui, il faut que l’apprenne à voler avec lui. Autre chose: en tant qu’humain, je possède une constitution plus fragile que les Pokémons, Firnen a donc pour rôle de me protéger pendant que je réfléchit à sa place. Il faut que l’on soit capable de se sortir de situations désavantageuses ou que l’on fasse attention à garder l’avantage, tout en prenant en compte nos handicaps. Le principe n’est pas bien différent d’un match Pokémon classique, en fin de compte. Nous perdons juste en efficacité du fait que je sois au coeur du combat. Il nous sera compliqué d’agir comme à notre habitude. De ce fait il va nous falloir développer de nouvelles stratégies. C’est un travail de longue haleine qui nous attend.




Ember

Petite héricendre est devenue grande, avant même que je ne m’en rende compte. Elle ne cesse de se démener et de gagner en puissance à vue d’oeil. Déterminée, motivée, poussée par son instinct maternel, elle fait de son mieux pour s’améliorer, jour après jour. Elle est très protectrice avec tout le groupe, d’autant plus depuis ce qu’il s’est passé à Windoria. Elle prend grand soin de Saya, dont elle est la mère auto-proclamée. Notre détermination combinée nous a permis d’acquérir une certaine force. Elle est aujourd’hui le membre le plus fort du groupe, ce qui contraste assez avec les autres. Elle est même capable de rivaliser avec Firnen qui a pourtant un gros avantage de type. Pour accentuer son gain de puissance, j’ai réussi à lui dégoter une pyrozélite, cristal Z de type feu, lui permettant de lancer une pyro-explosion cataclysmique à couper le souffle.


Nous avons pris soin de nous placer au sommet d’une falaise pour limiter les dégâts causés à l’environnement. Le soleil entame tout juste sa descente, alors que nous sommes ici depuis dix heures du matin. Nous ne nous sommes accordés qu’une seule pose d’une heure, pour nous restaurer, à midi. Nous avons décidé de laisser une journée de repos aux autres et de nous entraîner seulement à deux. La force et la détermination de ma Typhlosion ne cessent de croître. Je me souviens encore du jour où je l’ai capturé. La petite Héricendre cherchait à me faire une démonstration de sa puissance. Pour la convaincre de nous rejoindre, je lui ai promis que je l’aiderai à s’améliorer. Lorsque je la regarde aujourd’hui, j’ai le sentiment que c’est chose faite. Mais il est encore trop tôt pour en ressentir une véritable satisfaction. Nous avons encore des choses à accomplir.

Pour la énième fois aujourd’hui, je me concentre, fermant les yeux. Ma Typhlosion fait face au vide, attendant que quelque chose ne se passe. Je me remémore quelques fois l’enchaînement à effectuer, je le connais par coeur à présent que je l’ai répété des dizaines de fois. Je repense également à un conseil que l’on m’a donné. Une capacité Z est une attaque qui ne peut être utilisée seulement si le dresseur projette son énergie vers son Pokémon à l’aide du cristal Z. C’est une chose que le dresseur doit apprendre à faire, et qui n’est pas des plus simple. Pour cela, le conseil qui m’a été donné est de prononcer des mots, une phrase, quelque chose qui me permette d’extérioriser cette énergie. Seulement, rien ne me vient pour l’instant. Rien d’assez précis, rien qui me permette de faire ressortir mes sentiments de façon assez puissante pour générer une attaque.

Je croise mes bras à hauteur de mon visage. La pierre rougeâtre arborant un symbole de flamme noire se met à luire doucement. Je baisses mes membres le long du corps avant de les remonter, mimant un embrasement. Plaçant ma main gauche sur mon avant-bras droit, je tend celui-ci devant moi.

-Vas-y Ember! Pyro-explosion cataclysmique!

La type feu se retourne et me fait signe de la tête. Encore un échec. Tss… Ça m’énerve. Plusieurs heures qu’on est dessus, et seulement des échecs. En fin de matinée, la pierre a brillé doucement à une tentative. Puis un autre. Et à présent, cela se produit quasiment à chaque fois. Mais il s’agit de la seule avancée que nous ayons fait. La Typhlosion me lance un léger grognement.

-J’essaie Ember. Qu’est ce que je suis sensé faire de plus?

Elle me tourne à nouveau le dos et pousse un cri, faisant jaillir les flammes de sa nuque. Une puissante gerbe de feu sort de sa gueule, passant par dessus la falaise. Une attaque lance-flamme. Son regard sévère me toise encore une fois. Je prend une inspiration. Elle vient d’imiter la colère. Je dois laisser parler ma colère pour lancer l’attaque. Mais je ne suis pas assez énervé, actuellement, et le faire volontairement de façon sincère n’est pas une chose facile. Me voyant hésiter, elle me désigne les Pokéballs à ma ceinture. Je met quelques secondes à comprendre qu’elle fait allusion à Alm. A ce qui lui est arrivé. Je serre les dents. Elle a raison. C’est à cause de ça que nous avons besoin de maîtriser cette capacité. Que nous devons devenir plus forts, pour ne pas reproduire les mêmes erreurs qui l’ont conduit jusque là. Ce qu’ils lui ont fait… Ce que je lui ai infligé… Je ne pourrai jamais le pardonner, ni à la Team Mistral, ni à moi même. Mais je peux faire en sorte que ça ne se reproduise pas. J’ai compris.

-Ember!

Je croise les bras devant mon visage. C’est pour cela que nous avons quitté Lumiris.

-Il est temps. Il est temps de cesser d’être faible et de commence à nous battre sérieusement.

Je baisse les bras, puis effectue le geste rappelant la naissance d’une flamme. Non, d’un brasier. D’un incendie que nos ennemis ne pourront éteindre que grâce à leur cendres.

-La Team Mistral répondra de ses actes!

La Typhlosion se met en position tandis que je saisis fermement mon avant bras avec l’autre main. La Pyrozélite a mon poignet se met soudainement à luire d’un éclat rougeâtre aveuglant tandis que je sens toute la force, toute l’énergie de l’attaque s’y emmagasiner.

-On se battra…

J’abaisse mon bras, la main ouverte, comme un bourreau abattrait la lame destinée à exécuter un criminel, ce qui projette toute la puissance de ma colère vers ma Typhlosion.

-… On les vaincra…

La bête pousse un rugissement qui résonne tout autour de nous, alors que des flammes plus grandes que jamais surgissent dans son dos.

-...Et on les exterminera! PYRO-EXPLOSION CATACLYSMIQUE!

Un tourbillon de flammes se forme, chargeant l’attaque. Une sphère de feu apparaît dans la gueule de ma partenaire. Je sens le souffle de l’attaque dans mes cheveux alors que l’immense boule incandescente est projetée au dessus du vide et éclate en un gigantesque tourbillon incendiaire. Le vacarme est assourdissant et le souffle phénoménal. La type feu se rue vers moi, heureuse et fière d’avoir réussi. Elle place sa tête contre mon torse, je passe ma main dans sa fourrure encore chaude. Mais mes yeux sont rivés sur les dernières braises qui finissent par disparaître complètement.

-Tu as bien travaillé Ember. Ils n’auront aucune chance.




Alm et Haru

… Mon starter, mon compagnon depuis toujours, mon fidèle ami que j’ai vu naître et que j’ai élevé. C’est pourtant moi qui l’ai conduit à frôler la mort. Une fois le combat contre la Momartik géante terminé, Saya et Ashe m’ont conduit jusqu’à lui. Après avoir pris un Ultralaser de cette puissance, je ne croyais plus le retrouver en vie. Son coeur battait pourtant encore, faiblement. Ma priorité a été de l’emmener dans le centre pokémon le plus proche, où il a dû rester plusieurs jours sans bouger, dans un état critique, pouvant basculer à chaque instant. J’avais conduit mes Pokémons au combat, de mon plein grés. Et je devais à présent subir les conséquences de mon égoïsme. Non… Il devait en subir les conséquence. Parce que je l’avais mis en danger. Parce que mon orgueil m’avait poussé à prouver que nous aussi en étions capable. C’était faux.


Je n’ai pas pu le voir depuis qu’il est interné ici. Cela doit faire… deux ou trois jours. Lorsqu’il ne subissait pas une opération à cause de l’un de ses organes qui menaçait de lâcher, j’étais tout simplement incapable de franchir la porte par ma propre volonté. Ou même de regarder par la vitre. Il a fallu que l’infirmière ne vienne me voir pour que j’ose le faire. A l’en croire, son coeur pouvait s’arrêter à chaque instant. Mais je ne veux pas qu’il parte sans que je puisse le voir une dernière fois. Je ne veux pas qu’il parte seul. Je ne veux pas qu’il parte.

La gorge nouée, les yeux humides, je prend une grande inspiration et pousse la porte de sa “chambre” pour la première fois. Il remue la queue faiblement en me voyant, bien qu’il ne soit encore sous l’effet de l’anesthésie après l’une de ses nombreuses opérations. Mon coeur manque un battement lorsque mon regard s’arrête sur les câbles et tuyaux qui le relient à diverses machines dont je serais incapable de deviner le fonctionnement. Je m’approche lentement et ouvre la bouche. Aucun son n’en sort. Je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas même si je suis sensé dire quelque chose. Finalement je parviens à articuler faiblement quelques syllabes.

-Ça va, mon grand?

Ses oreilles tiquent en captant ma voix, puis sa queue s’anime à nouveau, comme pour me signifier que oui. Je tend la main vers lui, et passe mes doigts dans sa fourrure noire comme la nuit. A son contact, je suis incapable de retenir mes larmes qui roulent doucement sur mes joues. Je me rapproche et enfouis mon visage dans son pelage. Nous restons ainsi sans bouger, pendant de longues minutes. De précieuses minutes pendant lesquels je me remémore tant de choses. Sa petite bouille craquante d’Evoli, le jour de son éclosion. L’éclat dans ses yeux innocents lorsqu’il a assisté à un combat pour la première fois. Son application maladive lors de notre premier entraînement ensemble, supervisé par mon père et son Phyllali. Son entrain, son excitation, à lui qui bondissait de partout en débarquant du navire qui nous a conduit à Lumiris. La détermination dans son regard, quand nous avons menés notre première bataille contre Jenny, sur la plage. Sa complicité avec As, le Lucario de Lise alors qu’il n’était encore qu’un Riolu. Son orgueil, à lui aussi, lorsqu’il a souhaité affronter le Voltali de Jun en sachant qu’il n’avait aucune chance. Je repense à quel point il était beau, le soir où il a pris sa forme définitive de Noctali. Je revois tous ces moments importants passés avec lui. Chaque capture, chaque rencontre, chaque combat. Notre premier badge que nous avons gagné ensemble. Notre premier concours que nous avons remporté. Il était là. Il a toujours été là. Tout le temps. Jamais nous ne nous sommes séparés pour quelque raison que ce soit. Même lorsque la team Mistral a frappé Windoria, la première fois. Nous avons fait face ensemble. Et puis je revois l’attaque. Ce rayon destructeur qui a tout ravagé sur son passage. Celui qui l’a conduit ici même.

Je sens mon Pokémon venir poser sa tête contre la mienne. Je recule doucement, et croise son regard. Il semble heureux. Heureux que je sois là. Que nous partagions un moment de plus, rien que tous les deux. J’éclate.

-Pourquoi…

Je frappe du poing sur la table à côté de moi, et me met à crier dans l’hôpital.

-Pourquoi Alm? Pourquoi est-ce que tu me regardes comme ça? Pourquoi est-ce que tu me pardonnes? C’est ma faute si tu es là! Tu m’entends? C’est à cause de moi! C’est… C’est ma faute…

Je tombe à genoux. Le col de mon Tee-shirt est trempé par mes larmes. J’entends la porte s’ouvrir derrière moi et laisser entrer une paire de personnes. Je sens que l’on me saisit délicatement par les bras et que l’on m’aide à me relever pendant que je pousse des sanglots incontrôlés. Une main bienveillante dans le dos, l’infirmière m’accompagne jusqu’à la sortie de la pièce.



Après plusieurs jours, sans que je ne dorme ni ne mange en grande quantité, l’infirmière nous a rendu son verdict: Il vivrait. Mais cela aurait un prix à payer. Tout ce qui avait motivé notre voyage, le combat, la coordination, notre but de devenir forts, notre rêve de vaincre nos pères en combat, de les surpasser… Tout cela… Envolé. Balayé d’un souffle. Réduit à néant, à cause d’un mélange entre une organisation terroriste et ma tentative folle de leur faire face. Tout cela… C’était fini pour Alm. Le choc a été terrible pour nous tous. Celui qui était le chef de meute de notre équipe, notre ami, mon partenaire le plus cher… ne pourra plus combattre au risque de remettre sa santé en péril. Notre tête de proue est à présent réduite à l’état de spectateur. A cause de moi. Parce que j’ai fais le mauvais choix.

Suite à cela, les premières semaines ont été difficiles. Tant d’un point de vue physique que moral. Le type Ténèbres garde des douleurs permanentes dans le dos et dans sa patte avant gauche, la plus touchée par l’attaque. Cela le fait boiter, d’ailleurs, et probablement pendant longtemps, si ce n’est à vie. Son moral est resté au plus bas pendant quelques temps également. Cette situation est tellement pénible pour lui que rentrer dans sa Pokéball en est devenu un soulagement, lui qui détestait cela auparavant et qui refusait d’y entrer peu importe le prétexte.

Nous sommes restés inactif pendant une certaine période, faisant tous le “deuil” de notre partenaire qui était destiné à rester sur le banc de touche, désormais. Mais aussi un deuil lié à l’affrontement contre Mistral. Quelques jours plus tard, j’apprenais la mort de quelques amis qui avaient péri. Jun Abe et Nathanaël Jefferson. Deux personnes, qui, même si je les connaissais peu, on eu un rôle important à jouer dans mon voyage. La nouvelle de leur disparition a été dure à encaisser.

Mais j’avais décidé de ne pas m’arrêter après cela. Je me devais de reprendre l’entraînement, même si mon starter n’y participait plus. Nous devions devenir plus forts, pour que ce genre de choses ne se reproduise pas. Je combat aux côtés de mes Pokémons, mais je dois aussi les protéger. Je dois cesser de faire de mauvais choix, et penser aux conséquences de mes actes avant de foncer tête baissée.

Nous devons gagner en puissance pour les faire payer, eux, la team mistral qui mettent Lumiris à feu et à sang, causant de lourdes pertes parmi les civils. Jusqu’à présent, je ne m’étais levé contre la team Mistral que lorsque le doyen ne nous avait appelé à le faire. Mais désormais, je ne compte pas les laisser s’en tirer aussi facilement. Je compte m’opposer ouvertement à eux, allant même jusqu’à les traquer.

Mais surtout… Je dois devenir plus fort pour Alm. Il ne pourra jamais vaincre son père en combat, comme nous nous l’étions promis. Ce combat que nous rêvions, nous ne pourrons le livrer ensemble. C’est une raison supplémentaire pour laquelle je dois rester debout. Je dois battre mon père et son Phyllali, plus seulement pour moi, mais pour lui aussi.

Passer proche de le perdre m’a fait prendre conscience de quelque chose dont j’aurais dû me rendre compte depuis longtemps. J’avais peur. Je n’étais pas sûr de moi. Depuis le début de notre voyage, et même avant. Mais je dois me ressaisir. Prendre mon courage à deux mains et affronter les difficultés la tête haute. Je ne baisserai plus ni les bras, ni les yeux. Je serai fort.

La première fois que nous avons débarqué à Lumiris était le symbole d’un nouveau départ. D’une aventure qui commençait. De l’insouciance d’un jeune dresseur et de son starter qui partent à la conquête du monde sans penser que ce monde même puisse exister. Aujourd’hui, c’est encore un nouveau chapitre qui commence. Une aventure qui continue malgré tout. Maintenant, je suis de retour à Lumiris, et je vais écraser ce monde.
   
   



Merci à Ariane, Mae, Nathanaël et Elincya pour les avatars!  Awww
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Les 100 plus beaux Solos de tout les temps
» Il faut tomber pour mieux se relever
» Il faut savoir prendre son envol avant que le temps nous emporte. [Sunggyu Kim/Raphaël Kolliam]
» [Flashback - Entrainement solo] Il faut savoir se mouiller pour ses amis
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération