Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guide dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...



 

Le
staff
+


Répondre au sujet
Âge tendre et gueule de bois - Flame
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Jeu 20 Déc - 3:53
La bonne soirée que voilà. Il est 23 heures et ça fait maintenant presque quatre heures que je suis derrière un comptoir à servir des bières et autres cocktails à la chaine sans pause. La salle est bruyante, bondée, ça pue, sa crie, ça rie fort et je suis presque convaincue qu’il y a plus d’alcool dans les clients que dans la réserve. Je me sens sale de transpiration et complètement lessivée. Je rêve d’une douche et d’un lit.

Je regarde l’horloge derrière le bar. Encore trente longues minutes et je vais pouvoir sortir tout le monde d’ici. Bien, en attendant, il ne me reste qu’une chose à faire. Sur le bord du bar, il y a une cloche suspendue. J’ai appris à mes dépends qu’il ne fallait pas la laisser sans surveillance sinon des crétins s’amusent à la faire sonner gratuitement. Donc, une fois que je l’ai fait sonner, je la décroche.

Le tintement résonne dans le bar. Aller, dernière commande les alcooliques notoires ! Il se trouve que je peux insulter les clients jusqu’à un certain point quand je fais des annonces sans que cela ne gêne vraiment les gens au contraire. Il trouve que ça original, presque drôle. Ils pensent que c’est de l’humour, comme un surnom affectueux mais un peu méchant. Dans ma tête c’est juste méchant, mais au moins, ça me soulage et ils sont contents, c’est donnant donnant.

Quelques commandes abondent et finalement se tarissent. Je commence à ranger puis l’heure fatidique arrive. Tout le monde dehors. Ouste ! Je veux plus vous voir ici. Il n’y a plus de bière les robinets sont fermés. Une demi-heure de protestation plus tard et d’évacuation de fêtard, le dernier groupe sort. Hélas, il reste une personne au bar. L’autre serveur a déjà nettoyé les tables, pendant que je rangeais le bar, ce qui fait que c’est le dernier obstacle à mon couché.

Bonne nuit Capucine, je te laisse fermer ! Pas le temps de protester, l’autre est déjà parti. Il me laisse donc avec le dernier ennui et la clé. Je pousse un soupir et me dirige vers le type accroché définitivement au bar.

Bon, mon gars, je ferme, il est l’heure de partir. Si tu veux finir ta soirée, il faudra le faire ailleurs. Je peux même te donner des endroits. Mais ce ne sera pas ici.
Revenir en haut Aller en bas
Flame Hawkafer
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :

card : T-card
Messages : 397
Stardust : 751
Lun 7 Jan - 14:35
Age tendre et gueule de boisft. capucine₪ Kishika, vingt-trois heures, un samedi soir. Bien que village soit calme et quelque peu paumé, l'endroit possédait tout de même un bar sympathique qu'un ami avait conseillé à Flame. Le jeune homme, un peu trop fan des tournées des bars et désireux de connaître tous les bons plans de Lumiris, n'avait donc pas hésité à y passer sa soirée, en vacances dans le coin avec quelques amis pour le week-end.
L'été touchait à sa fin et l'air était encore moite et lourd, surtout dans le sud de la région. Quoi de mieux que de se rafraîchir un coup ? La petite bande s'était donc rendu à ce fameux bar, sous les conseils de Flame, et avait entamé quelques verres histoire de se mettre dans l'ambiance. A vingt heures, l'endroit était déjà bondé, un peu trop peut-être. Les verres s'étaient enchaînés, bières, cocktails, mélanges douteux. Flame ne les comptait plus. Grand fêtard depuis ses plus jeunes années, il tenait bien l'alcool; il pouvait se permettre de tester une bonne partie de la carte que proposait le bar.
Lorsque ses amis proposèrent de sortir pour voir s'il n'y avait pas d'autres coins sympas, le brun leur ria au nez. Il était déjà venu à Kishika, il savait que cette ville était plutôt ennuyeuse le soir. Il en avait déjà fait le tour et, si quelques rares autres bars se terraient dans les ruelles, ils ne proposaient pas autant de choix que celui-ci. Grand bien leur fasse s'ils voulaient partir; Flame précisa simplement à ses amis qu'il les rejoindrait à l'hôtel.
Il fit ensuite la connaissance de deux types plutôt marrants et discuta avec eux pendant une bonne partie de la soirée. Il continua à s'enfiler des verres, au point de finir par chanceler malgré lui. La dernière chose dont il se souvenait était le contenu bleuté de son shooter. Quel autre mélange stupide avait-il encore testé ? Il ne s'en souvenait plus mais, une chose était sûre: cela l'avait achevé.

Lorsque Flame rouvrit les yeux, une jeune demoiselle, pas bien grande, se tenait devant lui et semblait avoir la ferme intention de le faire bouger d'ici. Pourquoi donc ? La fête commençait à peine ! Jetant un oeil autour de lui, Flame réalisa que la pièce était plongée dans le silence et qu'il n'y avait plus personne. Il grommela en se redressant et passa sa main dans ses cheveux. Bizarrement, il ne se sentait pas trop mal, mais sa vision était complètement trouble. Il voulu descendre de sa chaise avec dignité, mais manqua de se manger le coin du bar. Il se redressa aussitôt et fit un grand sourire à celle qui semblait être la serveuse.
- Hé, j'aime bien ton T-shirt. Tu n'aurais pas vu Henri ?
Il se rendit compte, un peu trop tard, qu'il ignorait lui-même qui était Henri. Ça n'était pas l'un des deux types avec qui il avait discuté toute la soirée ? Flame soupira; son état était vraiment pire qu'il ne s'y attendait. S'il tenait debout sans problème et se sentait plutôt en forme -enfin, pour un fêtard alcoolisé-, son esprit était plongé dans le brouillard. Et c'était plutôt dérangeant.
© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Lun 7 Jan - 16:23
Mais c’est qu’il est complètement ivre ce gars. Il n’arrive presque pas à se tenir debout. J’ai presque eu peur qu’il se fracasse la gueule contre le bar. Pas peur pour lui mais pour le fait qu’il aurait pu gravement se blesser et donc qu’il aurait fallu que j’appelle une ambulance et que je reste prêt de lui et tout ce qui va avec. Ça m’aurait bloqué super longtemps, sans parler des ennuis du genre administratif. J’ai réussi à glisser au travers assez longtemps, mais si on me demande de remplir des papiers, ça va devenir compliquer. Je sais à peine écrire mon nom et ma date de naissance, alors remplir un papier d’hôpital.

Surprise par sa remarque, je regarde mon T-shirt. Bah, il est noir, le truc standard. Certes, il met un peu en valeur le peu de forme que j’ai mais… Oh attends une minute. Est-ce qu’il ne serait pas en train de me mater ce type ? Je le décoche une gifle stratosphérique, quoi que ça veuille dire. Deux choses : je ne sais pas qui est Henri. Et je t’interdis de me mater. Pervers.

C’est certainement de la paranoïa de ma part, parce qu’avec ma petite taille et mon physique de jeune adolescente, il est rare qu’on puisse regarder es courbes de femmes que je n’ai pas encore. Si je les ai un jour.

Maintenant, hors d’ici. On ferme.

Je soulève le jeune homme sous le brin et le traîne-pousse hors du restaurant. Je retourne à l’intérieur, prends mon sac, ma Goupix Vulca, et éteint la lumière. En sortant je verrouille la porte derrière moi et commence à m’éloigner avant de voir assis au milieu de la route, à l’endroit où je l’ai jeté, le garçon. Je pousse un grognement de mépris, puis reprends ma route. Je fais deux pas, m’arrête de nouveau regarde en arrière, le garçon qui m’a tout l’air d’être le genre à se faire voler en sortie de bar par les premières racailles venues. Pire encore, il serait capable de dormir au milieu de la rue.

Nouveau grognement alors que je fais demi-tour et l’aide à se relever. Bon, mon gars. Tu as de la chance que ce soir je suis de bonne humeur. Tu habites où ? Il est l’heure d’aller te coucher.
Revenir en haut Aller en bas
Flame Hawkafer
Météore
Voir le profil de l'utilisateur
Team :

card : T-card
Messages : 397
Stardust : 751
Lun 14 Jan - 12:19
Age tendre et gueule de boisft. capucine₪ La gifle qui brûla la joue de Flame le fit reculer d'un bond et cligner des yeux plusieurs fois. Voilà que la serveuse l'engueulait maintenant ! Qu'avait-il fait encore ? A la mention de pervers, le brun fronça les sourcils et se mit à grommeler tout en fusillant la jeune femme du regard:
- Bordel, mais ça va pas de frapper les gens comme ça ?!
Et puis d’où elle se permettait de le traiter de pervers ? Elle avait de la chance d'être une femme, sinon le jeune homme se serait fait un plaisir de lui rendre la pareille. Il avait l'esprit un peu embrumé, mais il avait toujours ses muscles ! Mais les Hawkafer n'étaient pas des brutes, ils ne s'en prenaient pas à plus faibles qu'eux. Flame avait un honneur à préserver.
Aussi quitta t-il la pièce de l'air le plus digne possible, se dégageant de l'emprise de la serveuse. Il connaissait la sortie.
Mais une fois dans la rue, le brun dut s'appuyer contre le mur du bâtiment pour ne pas tomber. La tête lui tournait un peu. Il jeta un regard autour de lui: ou avait-il atterri ? Il ne reconnaissait nullement la rue par laquelle il était arrivé quelques heures plus tôt. Sûrement un mauvais tour de son esprit; dépité, Flame se laissa tomber sur le bord du trottoir et pencha la tête en arrière, tentant de rassembler ses souvenirs. Ou logeait-il ? Chez quelqu'un peut-être, ou dans un hôtel. Il ne savait plus trop. Une porte claqua derrière lui; en se retournant, il aperçu la petite serveuse qui verrouillait la porte. Elle l'ignora, fit quelques pas, puis finit par se retourner en grommelant. Flame lui esquissa un sourire gêné, levant la main au niveau de sa joue par réflexe, pour parer un éventuel prochain coup. Qui ne vint pas. Au lieu de ça, la fille lui proposa de le raccompagner.
Le brun n'avait aucune idée de l'emplacement de son logement, mais il était trop fier pour l'admettre. Il se contenta d'indiquer le bas de la rue à la jeune femme, qui l'accompagna sans grande conviction. Pourquoi l'aidait-elle après l'avoir frappé ? Flame leva les yeux au ciel; les femmes étaient trop compliquées à comprendre.
Une fois arrivé au bout de la rue, il prit à droite, marchant lentement dans la crainte de semer la serveuse. Elle n'avait certes pas l'air très engageante au vu de son air un peu buté, mais contrairement à lui, elle était sobre et lucide. Ce qui signifiait qu'elle pouvait lui être utile. Ou même être une bonne compagne de fête, qui sait ! D'ailleurs, le jeune homme venait de repérer un nouveau bar, toujours ouvert cette fois. Sans trop réfléchir, il attrapa la main de la jeune femme et la tira jusqu'à l'entrée. Elle n'était pas très lourde et il la poussa sans mal jusqu'au bar, ou il lui montra une chaise haute du doigt.
- Alleeez détends-toi, faut s'amuser un peu ! Au fait, c'est quoi ton p'tit nom ?
Après tout, pourquoi rentrer si tôt ? Flame était déjà ivre, continuer de boire ne pouvait pas lui faire davantage de mal. Il ne savait plus ou il habitait, alors autant rester ici et continuer de s'éclater !
© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Capucine Alambra
Team :
Vulca

Albio Incubus
Testa Oster
FrostActias
VitiaTenerioCambio
card : T-card
Origine : Kanto - Celadopole
Groupe : Eclipse
Messages : 781
Stardust : 3078
Lun 14 Jan - 13:25
Il est sérieux ? Il croit vraiment que je vais le gifler pour le plaisir ? Dans les faits oui, je pourrais le faire. Parce qu’il est ivre et qu’il m’agace. Mais je n’en ferai rien. Je me demande juste si je fais si peur que ça. Bof, qu’importe et tant mieux.

Je l’aide donc à se relever et il m’indique une direction. Je suppose qu’il se souvient du chemin mais pas du nom du lieu il crèche. Espérons qu’il ne se trompe pas qu’on ne va pas tourner en rond pendant toute la soirée. Ou pire se perdre dans la ville. Je ne le supporterai pas.

Finalement il marche tout seul, bien que difficilement. Je le suis par précaution, si ça se trouve, il sera un bon piège à emmerdeur et je pourrais me faire une ou deux petites frappes cette nuit sans avoir à trop les chercher.

A l’intersection, je le suis vers la droite à un pas atrocement lent. C’est possible d’être aussi lent que ça. A croire qu’il fait exprès. Nous sommes la route d’un autre bar et une idée me vient. Peut-être que je pourrais le refourguer à des gens là-bas. Ce ne sera plus mon problème.

Au moment où nous passons devant, l’autre m’agrippe le poignet. Je me tends immédiatement et m’apprête à lui casser le coude de façon nette et précise mais je me contiens en me disant que faire ça devant un bar complet n’était peut-être pas une bonne idée pour mon avenir professionnel. A ma grande surprise, il me tire vers le bar sans un mot et il a une force surprenante. C’est si soudain que j’en perds l’équilibre et ne peux pas lui résister.

Avant que je puisse faire un geste, je me retrouve donc assise au bar. Et l’autre qui se met à me parler. Mon petit nom ? Je ne pense pas que mon nom soit si petit que ça. Je le regarde froidement et m’apprête à le rembarrer lorsqu’un serveur apparait derrière le comptoir.

Capucine ! Toi ici. Et en dehors des heures de travail en plus. Est-ce que tu te serais mise à sortir ?

Maintenant, je me souviens pourquoi je connais ce bar. J’y ai déjà travaillé. Je connais le serveur donc, ainsi que le patron. Des types sympathiques. Je regarde le garçon saoul. Au moins, tu as mon prénom. C’est Capucine. J’imagine que tu vas me donner le tien.

Le serveur éclate de rire. Toujours aussi aimable à ce que je vois. Bon qu’est-ce que je vous sers ? Non, je rectifie. Qu’est-ce que je vous offre ? Je pense qu’on peut te faire cette fleur pour ta première sortie.

Je le fusille du regard. Je ne voudrai pas être ici et j’ai bien l’impression qu’il le sait. Joshua… Tu… Bon, je ne sais pas, tu dois t’en douter. Ce que tu veux.

Je n’ai jamais bu d’alcool et il est trop tard pour que j’essaye de le raisonner. Surtout que, s’il est moins saoul que ses clients, je sais qu’il boit pendant le service. Il est donc presque autant à la ramasse que mon voisin.

Quand il revient, il tient de shooter et un sourire malicieux. Les verres contiennent un liquide blanc laiteux et une espèce de masse noire, comme de la cervelle. Devant mon air dégouté, Joshua nous présente C’est un cerveau. Allez cul sec.

Je prends le vers, méfiante mais je vois ses gestes d’encouragement. Je pousse un soupir et avale le verre cul sec. Je manque de m’étrangler. Le goût est atroce, un goût de café et ça me brûle la gorge.

C’est dégueulasse. Et tu arrives à vendre ça ? C’est pour te taquiner. Il faut aimer le café. C’était pour le premier test. Tiens, je savais que tu n’aurais pas aimé alors je t’en ai préparé un autre, pour toi et ton copain. C’est pas mon copain. Et c’est quoi ? Un truc aux fruit. C’est sucré, tu devrais aimer. J’ai pas confiance. Tais-toi et goûte.

Toujours méfiante, je bois le nouveau verre. C’est délicieux. Très sucré en effet. Et puis… je ne sais pas à quoi c’est, je ne reconnais pas le fruit, peut-être une baie citrus. En tout cas, je sens comme une bonne sensation, une sensation de chaleur dans mon ventre. Okay. Tu as gagné avec celui-là. Je vais t’en prendre un mètre. Que je vais te payer, sinon, Fred va finir par râler. Toi, là. T’en penses quoi.

Je donne un coup de coude peut-être un peu fort à mon voisin et boulet. Qu’il ne s’endorme pas, parce qu’on ne va pas s’éterniser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Quand on a la Gueule de Bois - Léane
» J'ai une gueule de bois qui intéresserait un sculpteur.
» Un "anti-gueule de bois" en hypermarché...
» Crise d'angoisse [Alexander]
» Amoxicilline IV, 1g fois 3 par jour (Rp open)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération