Tu peux m'appeler Cirrus, tout simplement. Tu ne connais pas encore très bien Lumiris ? Ne t'en fais pas, tu n'es pas le seul. Ce n'est pas une région connue mondialement, mais cela va bientôt changer. Celle-ci est prête à accueillir des dresseurs, des gens passionnés qui feront vivre cette magnifique région. Il y a plusieurs avantages à vivre parmi nous : le climat et les températures variées permettant aux Pokémon de tous types d'y habiter, la technologie avancée, les habitants accueillants, et un professeur très sympathique, le professeur Baobab. Ce gentilhomme fait des recherches depuis des années, c'est lui qui attribue le premier Pokémon aux nouveaux dresseurs, et les guident dans leur aventure par le biais du réseau Dusk. Un réseau pokéweb avancé, servant à la fois de réseau social, de pokédex, de plateforme de communication...
03/09/17 La version 2 de Dusk Lumiris est enfin prête ! Venez lire les nouveautés !
09/03/17 Ouverture du forum !

TOPS SITES




 

Le
staff
+


Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Sinistre ? Pas pour tout le monde [Tim plus capture]
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Team :
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 355
Stardust : 1222
Mar 23 Mai - 16:43

「 Sinistres ?
Pas pour tout le monde 」

Tim & Anja
je ne pus m'empêcher de rire en l'entendant dire que la curiosité était un vilain défaut. Pour quelqu'un qui étudier les religions pokemons, je trouvais que ça sonnait un peu faux. Et fait, ça sonnerait faux dans n'importe quelle bouche d'un scientifique. Et n'allez pas me dire qu'il n'en était pas un avec ce qu'il m'avait dit. Ce serait comme dire que je n'en étais pas eu une alors que je soignais des pokemons. En tout cas j'étais contente de savoir qu'il me montrerait ça un jour. Mine de rien, il avait titiller ma curiosité avec ses recherches, même s'il n'en avait pas dit beaucoup. Ou bien c'était juste une excuse pour le revoir, à vous de voir.
En tout cas voila que monsieur ne voulait pas prêter son canapé alors que son lit oui. En voila un gentleman. malheureusement pour lui, c'est pas forcément ce qui fait craquer les filles ...

    -Allez t'as gagné, je dormirais donc dans ton lit, mais je ne promets rien sur l'état de ton oreiller.

Oui, je m'avouais vaincu pour cette manche. Mais je n'avais pas perdu la guerre. D'ailleurs, depuis quand s'en était devenue une ? Depuis jamais. Juste que je n'aime pas perdre. D'ailleurs, c'était avec une petite moue que j'avais dit cela et que je retournais à la découpe de ma plante. Et oui, mine de rien, je n'avançais pas mon soin de blessure. Et vu comment ça avançait, j'aurais une magnifique plaie ouverte et purulente à Noël si je ne m'activais pas. Mais c'était difficile de faire ce genre de chose avec lui juste à côté de moi. Surtout quand il faisait ce genre de chose ! Je ne m'y attendais pas à celle-là. Voila que monsieur se m'était torse poil. Pourquoi ? Allez savoir, soit il avait chaud, soit il voulait m'intimider, comme j'avais essayé de faire avant de me changer. Sauf que contrairement à lui, je réagissais plus rapidement, ou plutôt, c'était plus visible. Si bien que je ripai avec mon canif, manquant de peu à me couper un bout de peau. Et en plus il m'invitait à faire pareil avec son sourire taquin. Bordel, bientôt je ne pourrais plus lutter. Et puis, je ne pouvais le retirer moi mon tee-shirt. Si encore j'avais un soutif, je dirais pas. Mais là !

    -Tu aimerais bien. Mais j'ai peur que tu ne puisses plus te contrôler s'il me prenait l'envie de l'enlever devant toi.

Mais quelle excuse bidon ! Et non, je n'avais pas trouvé mieux. Mais vous voulez que je lui dise quoi ? Que je me foute directement à poil ? Effectivement, cela irait plus vite, mais ce n'était pas drôle du tout. Il serait où le jeu de séduction ? Nul part !
Bref retour sur mon histoire si extraordinaire avec mon balignon. D'ailleurs, j'avais oublié de lui dire que je l'avais capturer. Bah, ceci n'était qu'un détail. En tout cas, je ne remarquai même pas un petit rictus sur les lèvres de Tim. Sérieusement ! Il n'allait même rire un instant. Apparemment non. Et bin, sur ce coup là, je m'étais enfoncé le doigt dans l'oeil, et même jusqu'au coude. En fait, il semblait même plutôt absorber par mon histoire, ou bien par autre chose ? Allez réellement savoir. Je n'étais pas dans sa tête. Il ne disait rien. Heu ... Est-ce qu'il venait de déconnecter son cerveau ? J'eus un rire de nouveau nerveux tout en buvant une gorgée de ma bière.

Il me fixait d'un coup. Que devais-je faire ? Tout simplement soutenir son regard. Et je peux vous dire que de base, soutenir le regard de quelqu'un est un exercice difficile, mais je gère plutôt bien. Mais le sien, c'était quand même plus compliqué. Pourtant, je ne cillais pas. Non, je n'allais pas perdre une nouvelle fois. Ça y était, il bougeait de nouveau. Mais quoi ? Il bougeait vite d'un coup. Je ne compris pas tout de suite, ce ne fut que lorsqu'il fut à quelques centimètres de mon visage que l'information arriva à mon cerveau. Il n'allait pas oser tout de même ? Il allait s'arrêter au dernier moment, j'en suis sûre, afin de gagner une nouvelle manche. Sauf que s'il faisait cela, ce serait moi qui ferait les derniers centimètres. Sauf qu'il ne s'arrêtait pas. Oui, je fus surprise, mais en même temps plutôt contente qu'il ait osé le faire.
j'avais senti ses lèvres emprisonné l'une des miennes. Cela avait quelque chose d'un peu sauvage que soudain malgré l'information montée au cerveau. Mais ça n'en restait pas moins agréable et frustrant à la fois. Je commençais à peine à vouloir en profiter que déjà cela s'arrêter ... Quoi ? Mais non ! Ok, j'avais certainement perdu mais tant pis, parfois il faut reconnaître sa défaite. Mais j'en voulais plus. Alors par réflexe, je voulus lui choper le tee-shirt pour le faire revenir vers moi, mais ma main percuta simplement son torse nu. C'est vrai, comment j'avais pu zappé ce détail, et surtout ce torse !

    - Si tu continues sur cette voie la, je vais devoir consentir à dire que j'ai perdu ... Mais pas tout de suite.

Je le chopais alors par le cou et ce fut à mon tour, même si je ne pense pas que l'on puisse dire que je lui volais ce baiser. Non, je voulais juste ne plus être frustrée par le précédent bien trop court. D'ailleurs, une fois que je fus rassasiée, je le repoussai en appuyant sur son torse, tout en lui tirant légèrement la langue.
Mais bordel, comment voulez-vous que je concentre sur mon cataplasme d'aloès avec lui juste à côté, torse poil et en mode aguicheur ? C'était tout bonnement impossible ! Et pourtant, j'essayais de faire mine que cela ne m'impactait pas ... Mouhahaha ! Quelle était bonne cette blague ! Et je suis même sûre que Tim l'avait aussi remarqué que je mentais à moi même en retournant à mon occupation. Mais vous, vous auriez fait quoi ma place ?
sous-titre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Éclipse
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Sinnoh
Groupe : Éclipse
Messages : 208
Stardust : 881
Mar 23 Mai - 21:49

Qu'il ne puisse plus se contrôler. Cette phrase lui avait déclencher un fou rire. Sérieusement, elle pensait vraiment que Tim était comme ses espèces d'idiots à l'école, qui ne pouvaient pas s'empêcher d'être hyper excité à l'idée de voir, ne serait-ce qu'un petit morceau de chair féminine dépasser d'un soutient-gorge. Non. Bien évidemment que non, elle ne le pensais pas. Ou alors, si. Elle le pensais. Mais il n'y croyait pas vraiment. Elle cachait plutôt bien son jeu avec ses petites lunettes, même si c'était pas vraiment fait exprès. Ou alors, il ne fallait pas écouter la phrase dans son entièreté, et s'arrêter ainsi : "Tu aimerais bien. Mais j'ai peur." Ce qui changeait totalement la phrase en elle-même. Et finalement, c'était peut être cette solution là qui était envisageable. Ouais. Il s'était fait à cette idée. Jusqu'à preuve du contraire en tout cas.

Par la suite, Tim laissait son imagination le guider. Il continuait - tout deux cette fois-ci - leur petit jeu. Si bien, qu'elle en avait presque oublié que son torse ne portait aucun tissu. Il arquait un sourcil, au début, pensant qu'elle voulait juste lui mettre un revers de la main, genre une espèce de tape "amicale" pour faire comprendre que le geste était déplacé, mais pas aussi violent qu'une bonne grosse baffe des familles. Et finalement, c'était elle qui était venue à lui, cette fois-ci. La belle était beaucoup plus sensuelle que ne l'était la bête.

Alors, pendant qu'elle s'occupait de ses plantes, il en avait profité pour faire autre chose.

▬ Tu m'accorde cinq minutes ? Je m'occupe de ton cas juste après !


En fait c'était à la fois une question et une affirmation. Il s'était levé, pour aller vers la seule pièce verrouillée. Il sorti une clé de sa poche, tournait le verrou. D'un pas décidé, il entrait dedans refermant la porte à clé derrière lui. Tim et ses petits secrets.

La pièce était plongée dans le noir le plus total. Il libérait sa pokeball contenant le Funécire. Enfin. Techniquement, c'était plutôt LA Funécire. Elle allumait quelques candélabres. Il y avait beaucoup de mysticisme autour de cette pièce, ne serait-ce que l'allure et ce qu'elle arrivait à dégager. Tim fit une génuflexion, regardant une vieille photo posée sur l'autel. Une vieille photo brunie par la nicotine, vieillotte dans l'aspect, prise avec un appareil qui devait dater de l'époque où les humains étaient vivaient encore dans des roulottes. Il était impossible à quiconque de voir ce qu'il y avait dessus. Mis à part Tim.

Puis, après s'être "recueilli" ainsi, il quittait la pièce fermant machinalement derrière lui, à clé. Funécire s'était occupée d'éteindre les bougies, fin de l'histoire. Il s'approchait du frigidaire pour sortir - encore - quelques bières. A la fois désaltérantes, rafraîchissantes, bref que du bonheur ! Il pressait le bouton de sa chaîne hi-fi afin de diffuser un peu de musique. De quoi adoucir les mœurs. En quelques sortes. Silencieusement, il s'installait de nouveau aux côtés de la blonde. Plus ou moins concentrée dans ce qu'elle faisait et à la fois, il était presque certain que de temps en temps ses yeux fourchaient vers son torse, de manière furtif, avant de se remettre au boulot.

Dehors ? C'était toujours le chaos et l'anarchie. Une pluie torrentielle. Une ville déserte. Des éclairs démentiels. Remarquant qu'elle était crispée à chaque éclair qui s'abattait, le jeune homme tentait quelque chose. Légèrement en arrière sur le canapé, il en profitait pour passer ses jambes autour de la taille de la petite dame, afin d'être complètement dans son dos. Puis, ses mains vinrent masser ses épaules afin de la réconforter - bon et marquer des points aussi, parce que bon, qu'on se le dise, le petit Tim il est pas du genre à faire des trucs comme ça juste pour les faire comme ça, mais chut, faut rien dire, voyez-y un peu de bonne intention bordel.

Silencieux depuis tout ce temps, il décidait de rompre la glace.

▬ Alors ce cataplasme, ça avance ? Besoin d'un coup de main ? fit il en lui déposant un baiser dans le cou. ▬ Ou tu comptes continuer de te traîner et par la même occasion, de te défiler ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 355
Stardust : 1222
Mer 24 Mai - 5:33

「 Sinistres ?
Pas pour tout le monde 」

Tim & Anja
    - Heu oui bien sûr, fait ce que tu as à faire.

Sur le coup, il m'avait pris un peu au dépourvu. Qu'est-ce qu'il allait fait ? Allez savoir. En même temps, j'étais curieuse et de l'autre, ce n'était mes affaires. Et puis, il était chez lui, il faisait ce qu'il voulait. Tout de même, j'étais un peu surprise. Et puis, qu'est-ce qu'il entendait par m'occuper de moi ? Est-ce que c'était bien ce que je pensais ? Ou bien était-il une nouvelle fois en train de me faire imaginer des choses ? Si c'était le cas, et bien ça fonctionnait bien. Je le regardais alors du coin de l'oeil aller vers la fameuse porte fermée par un cadenas. Je l'avais remarqué quand j'étais partie prendre une douche. Je pensais qu'il s'agissait d'un simple placard, rien de plus. Mais à le voir entrer carrément de dans, je me dis qu'il s'agissait d'une pièce plus grande. Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir à l'intérieur ? Bah rien de bien intéressant certainement.

Pendant ce temps, je continuais ma petit médecine, car mine de rien, je n'avais pas du tout avancer. Et étrangement, maintenant qu'il n'était plus dans la pièce, cela était plus simple de se concentrer. Même si j'avoue que cela n'était pas facile de découper ces satanés plantes avec cette douleur. je m'appliquais alors, essayant d'enlever seulement la peau de la plante, sans lui retirer sa sève qui avait l’apparence et la texture d'une gelée verte. Oui c'était ça que j'allais me mettre sur la peau. Il me fallait un bout assez grand pour pouvoir recouvrir toute la plaie. Cela était possible, mais il faudrait utiliser bien plus de sève que j'avais cru. A croire que je n'avais pas vu sa taille jusque là. Pourtant, j'étais sûre qu'elle était bien plus petite avant ...
Je coupais alors en deux trois mouvements ce qu'il me fallait. Bon dieu que j'allais plus vite lorsqu'il n'était pas là pour me déconcentrer. Je me levais du canapé et avant de mettre la gelée verte sur ma peau, je rinçai une dernière fois la paie, histoire d'enlever les dernières saleté, s'il y en avait. Normalement non, mais il valait mieux prévenir que guérir. Je m'essuyai avec une serviette et revint sur le divan au même moment où Tim sortit de sa pièce. Cela faisait-il déjà cinq minutes ? Peut-être, je n'avais pas vu le temps passer, trop occupée par ce que je faisais, ce qui n'était pas étonnant. Lorsque je faisais quelque chose, il était rare que je vois le temps passer.

De temps en temps, je le lui jetais un regard furtif et pas du tout discret. Moi et la discrétion, ça a toujours fait deux. Et puis, pourquoi ne pas se rincer l'oeil. Et puis merde, n'allait pas me dire que vous ne le trouvez pas bien foutu non plus. Mais que faisait-il ? Il se plaçait bizarrement sur le canapé, enfin, juste le temps de se caler dans mon dos. Ho bordel ... Mes mains commençaient à trembler. Non, ce n'était pas cause de lui. Non, c'était l'orage qui reprenait de plus belle ... Si je vous jure, pourquoi vous ne croyez pas ? Bon d'accord, c'était les deux.
Je sentais sa respiration dans mon coup et surtout ses mains sur les épaules crispées. J'étais si tendue que cela ? Cela me surprenait tout de même. Et oui, ça c'était bien à cause de la tempette, n'allait pas m'enlever cette excuse ! Puis après ce long moment de silence, il décida de parler le premier. Mais ce ne fut pas cela qui me fit lâcher la sève que j'avais dans la main pour la déposer sur mon poignet. Non, ce fut ce baiser le cou qui me fit tressaillir. Je stoppais alors mon geste et levais doucement la tête.

    -Je ne me défile pas, c'est juste difficile de se concentrer avec toi. Laisse moi juste un instant et ce sera good.

Oui, juste un, le temps de tout placer et d'enrouler le bandage autour du poignet et ce serait fini. Donc maxi, une à deux minutes, vu que je n'étais pas ultra douée avec la main gauche. D'une main tremblante, je vins mettre les morceaux de sèves sur mon bras. Je tressaillais de nouveau, mais pas pour la même raison. C'était simplement froid et ça piquait un peu. Je plaçais ainsi deux morceaux pour que tout soit recouvert. Puis, d'un geste sûre, j'appliquai un pansement sur la gelé et enfin j'entourais mon poignet d'un bandage, histoire que ne puisse bouger pendant ... Le reste de la journée. Voila, j'avais enfin terminé à faire mes soins. C'était pas trop tôt ! Pendant un temps, je m'étais même demandé si j'allais y arriver. Apparemment oui.
Je soupirais doucement tout en enlevant mes lunettes et les posant sur la table basse. Puis, avec un sourire taquin je me retournai vers lui, me levant une seconde pour revenir me pauser sur lui à califourchon. A cette distance, je n'avais pas besoin d'avoir mes lunettes pour le voir parfaitement : que ce soit son regard bleuté dans lequel je pouvais facilement me perdre, son torse musclé ou encore pour voir ses lèvres que j'embrassai de nouveau, allant même lui mordre celle du bas.

    -Il paraît que tu voulais t'occuper de mon cas ... lui dis-je avec un sourire qui voulait tout dire.
sous-titre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Éclipse
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Sinnoh
Groupe : Éclipse
Messages : 208
Stardust : 881
Jeu 25 Mai - 0:29

Tandis que les deux tourtereaux entamèrent une seconde approche dans leurs jeux de séduction, le soleil lui - s'il y en avait un au-dessus de leurs têtes - se mourait lentement. Laissant place un autre astre céleste. A l'image d'une sphère pure, blanche et iconique, elle s'élevait lentement dans les cieux au fil des heures qui passèrent. Pendant ce temps, dehors, la pluie continuait de s'abattre sur la ville. Fort-Des-Songes était plongée dans l'obscurité la plus totale. La lune illuminait une partie de la ville, pour qui peu lèverait les yeux aux ciel par ce temps. Enfin surtout, pour qui irait vagabonder dans les rues de la ville, par un temps aussi sinistre.

Alors qu'une énième excuse venait d’entre-quitter ses lèvres pour atteindre les tympans du ténébreux, celui-ci eu une remarque soudaine. Le bout de tissu qu'elle portait ne lui était pas anodin. Il ne l'avait pas vraiment remarqué de prime abord. Celui-ci avait une certaine signification, peut-on dire. Il l'avait porté lors de sa première affectation chez les Galaxie. Juste sous sa veste grise et ses vêtements ignobles. Dirigés d'une poigne de fer par un dirigeant corrompu aux idées plus que douteuses. Cette façon de vêtir ses hommes de la même façon était un symbole. Une façon de dire qu'ils étaient tous les mêmes, à sa botte, dénués de cervelles et buvant chaque parole, chaque mot. Ce t-shirt lui représentait l'acceptation. Celui de faire parti de leur mode de vie. Même si ce n'était que pour un temps.

Il n'eu aucune parole. Au lieu de ça, tandis qu'il lui massait des deux mains le dos et la nuque, sa tête se penchait légèrement pour avoir un rapide coup d’œil à l'espèce d'onguent qu'elle venait de faire via ses plantes. Comme quoi. Une bonne connaissance du monde environnant, pouvait être un atout des plus précieux. C'est par ce fait qu'il ne disait jamais non à toute forme d'apprentissage. Le dos bien installé contre son canapé, une musique douce, teintée de rock rythmique, parvenait jusqu'à ses oreilles. Intérieurement, il était aux anges. Et extérieurement ? Tout allait comme sur des roulettes. Puis, comme l'aboutissement d'un projet sur le long terme, elle venait de terminer ce qu'elle avait à faire. On y était. En plein dans l'intrigue centrale. A tel point qu'à peine après avoir déposé ses lunettes, Tim semblait avoir éveillé tout ses sens. Les plus primitifs, ainsi que les autres. Quand on fait un poil de théâtre, ainsi qu'un poil de psycho, on savait que la gestuelle trahissait. Et c'était le cas avec Anja. Il avait vu clair dans son jeu dès le soupir, dès les lunettes. Et finalement, le reste arrivait tel qu'il se devait d'arriver.

▬ A ce stade, c'est même plus une supposition.

Et là, de par ses mimiques faciales, elle avait trahi ses intentions. Et de par sa position physique, elle avait laissé beaucoup trop de marge au ténébreux pour retourner la situation. Littéralement parlant. Et physiquement parlant. Sans trop forcer, vu sa taille de guêpe, il l'avait choppé par la taille et la fit basculer sur le côté, torse en avant, pour se retrouver dans un schéma tactique qui lui allait à ravir. Lui dessus, avec une posture dominante, ayant une vue d'ensemble. Elle ? Légèrement écrasée contre son torse. Les bières, le charme, toutes les connections étaient faites. Il éteignait la lumière - grâce à un système de télécommandes qui actionnaient les lumières, pouvait changer l'intensité et la luminosité - avant de se morfondre dans ce qu'il aimait le plus : l'obscurité. Alors, le prédateur tâtant sa proie, s'approchait langoureusement daignant dire quoi que ce soit. Il laissait un tant soit peu les paroles de côtés, pour se placer sur les actes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 355
Stardust : 1222
Jeu 25 Mai - 5:38

「 Sinistres ?
Pas pour tout le monde 」

Tim & Anja
Tout changea subitement, mais pas forcément en mal. Loin de là ! Peut-être que j'aurais préféré garder ma position de dominante, mais au final, ce n'était si mal et je n'allais me plaindre. Il m'avait fait basculer sans aucune difficulté et j'avais pu ainsi sentir ses bras musclés ainsi que la force qu'il pouvait avoir. Bien que j'avoue que ce n'était pas vraiment ce qui m'intéressait le plus à ce moment là. Mon regard plongea dans celui du jeune homme, jusqu'à ce qu'il éteigne la lumière, nous retrouvons complètement, ou presque dans le noir. Le seul point lumineux venait de sa fenêtre, mais vu comment il faisait sombre à l'extérieure, il n'y avait pas vraiment de point lumineux. Par réflexe, je me figeai, tendant simplement l'oreille afin de savoir ce qu'il se passait. Seul la musique venait à mes oreilles ainsi que la respiration de Tesla qui s'était complètement endormi.

J'étais comme prise au piège dans les filets de Tim, mais après tout je l'avais cherché et je ne m'en plaignais pour rien au monde. Pendant un instant, il n'y eu rien, jusqu'à ce que je sente ses mains. Elles étaient douces et ne faisaient aucun gestes brusques. C'était comme si il avait peur de me casser ou qu'il voulait sonder la moindre parcelle de mon corps. Ce dernier, il répondait facilement, frissonnant lorsqu'il passait sur certaines zones. J'ai toujours eu un corps très sensible à ce genre de chose, ce qui je dois l'avouer, peut être un inconveignant. Mais là, je crois que c'était plutôt un bon point.
Ainsi dans le noir, les autres sens étaient ainsi décuplés. Je tendis mes mains vers l'avant et touchai très rapidement son torse que je me fis un plaisir de parcourir de long en large. Et ça, pour être large, il l'était. Je n'avais pas fait attention jusqu'à là, mais oui, il avait les épaules larges. Mes mains remontèrent ainsi le long de sa nuque et je contractai légèrement mon corps pour le soulever juste assez pour venir lui mordiller lobe de son oreille.

Dire quelque chose ? Je ne crois que cela en valait la peine. Nos corps en disaient bien plus que ce que nous voudrions. Ou du moins, c'était le cas du mien. Après tout, je le connaissais par coeur. Je laissai mes mains se balader à leur guise, essayant de recréer le corps du ténébreux dans ma tête, mais la seule chose que j'arrivais à voir parfaitement, c'était son regard. C'était comme si, même dans le noir, je ne pouvais lui échapper.
Il commençait vraiment à faire chaud ! Et ce n'était pas peu de le dire. Mais je comprenais pourquoi il avait enlevé son haut. Dans une contorsion, j'arrivais me débarrasser du tee-shirt d'emprunt et vins me coller à lui. Ho bordel ! Son corps était bouillant, à croire qu'il avait du feu dans le corps. J'avais l'impression d'être un glaçon à côté, et pourtant ...

Dehors, il y avait toujours un si mauvais temps. La pluie battait toujours aussi fort sur les carreaux. Il y eu même un éclair subtil, si cela pouvait l'être, qui éclaira pendant quelques secondes la pièce, juste le temps d'apercevoir le visage de mon partenaire. Ou plutôt, je vus surtout son regard. Désolé d'insister dessus, mais il était si perçant que je ne pouvais ne pas le voir.
D'ailleurs, une chose étonnante, je n'avais pas sursauté, ni même m'être mis en PLS. Peut-être que mon corps s'était légèrement raidi, mais rien de plus. A croire que cela me faisait bien plus de bien que je ne pensais d'être avec lui, sur ce canapé que l'on partager tout de même au final.
sous-titre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Éclipse
Voir le profil de l'utilisateur
Team :
card : card
Origine : Sinnoh
Groupe : Éclipse
Messages : 208
Stardust : 881
Sam 27 Mai - 15:05

Avis de tempête.
Martelant sans cesse avec fracas, la pluie diluvienne s'abattait dans les rues de la ville. Tel son élément, l'eau, elle était à la fois calme telle une rivière, ainsi qu'agitée comme par un nuit d'orage en mer. Les foudres du Seigneur s'était tut, laissant comme sonorité dans l'espace, que celui des gouttes qui venaient mourir par milliers, sur ce bitume humidifié par le temps. Elle s'imposait un contre-rythme, tantôt rapide et déchaînée, tantôt lente, tantôt martelant le sol de par ses multiples impacts.

Une seule brebis égarée dans les rues de Fort-Des-Songes. Pas une odeur, mis à part celle du pétrichor. Rien à signaler au niveau sonore, si ce n'est les deux animaux qui pratiquaient le coït au détour d'une rue.  Lentement, elle se laissait guider par le vent, flottant à quelques centimètres du sol, dehors, par un temps pareil. Faisant deux fois le tour du pâté de maison, elle s'était arrêtée quelques secondes devant le pas de la porte du quarante-deux. Peut être la seule maison dans les environs, qui semblait occuper des habitants éveillés. Il sentait quelque chose émaner de ladite maisonnée. Une odeur qui lui rappelait ses semblables. Sa tête passait à travers la fenêtre, être intangible était une condition auquel l'entité spectrale était soumise. Sa tête flottante croisait bien des visages en charmante nuit d'été. Confrères spectres comme clébard électrique, il y en avait pour tout les goûts au quarante-deux. Il y avait même deux humains, sous une couette. Mais ça, il n'en fit guère attention. Après quelques minutes à se jauger, l'entité – cette boule de gaz flottante – fit demi-tour et se retrouvait dehors, dans les rues. De l'autre côté, le calme était revenu dans la pièce.


Au petit matin, le soleil fixait le monde, apportant sa dose de chaleur et de réconfort. Tandis que la nuit, avait apporté une certaine chaleur réconfortante. Ce qui n'est pas totalement la même chose. Assis sur le pas de la porte, légèrement entrouverte, Tim profitait des quelques rayons qui venaient réchauffer son torse dénudé. Nu pied, en short, il fumait. Pensif, ne daignant cracher un moindre mot, il adressait son regard au soleil. Ce petit objet insignifiant, petite sphère de lumière qui illumine le cœur des hommes. Ils se renvoyaient mutuellement un sourire – en quelques sortes. Si le temps était propice à faire un barbecue aujourd'hui, ce n'était pas la même chose hier. Le brun lui souriait. C'était en partie grâce à ses choix que la soirée s'était déroulé ainsi. Mais la pluie, lui avait offert une aide précieuse. Comme s'il s'agissait d'un coup de pouce Divin, il fut comme récompensé pour ses recherches fructueuses auprès de celui-ci. Était-il possible que la divinité spectrale y soit pour quelque chose ? Allez savoir.

Le mauve rejoignit sa maison après avoir jeté le mégot sur l'asphalte. Retour maison. La porte lui échappe des doigts, léger courant d'air accentuant la vitesse de la porte, elle claquait violemment contre l'encadrement de celle-ci. Lui qui voulait être discret pour pas réveiller la petite tête blonde, c'était raté.

Il eu une mine surprise, haussait les épaules et adressait son plus beau sourire vers la demoiselle. Dans un élan de bonté, il avait préparé à manger mais pas que. Ses vêtements étaient prêts, posés sur la table. Non pas qu'il la forçait à partir, loin de là. Ceci étant, sa journée était déjà toute planifié.

▬ Bien dormi j'espère ? J'ai pris la liberté de rassembler tes fringues propres.

Il marquait un temps d'arrêt, fignolant encore ses dernières préparations. Second sourire, après avoir rangé une carte, des provisions, et trois bouteilles d'eau - d'un demi litre chacune - dans son sac de voyage.

▬ J'ai prévu d'aller aux ruines d'Akeos dans la journée ! J'ai le sentiment que ce lieu peut être lié à mes travaux, du coup faut que j'aille examiner de plus près afin de voir les secrets qu'il referme.

Fit-il en s'approchant de la douce, lui déposant un doux baiser aux creux des lèvres.

▬ J'ai passé une excellente soirée en ta compagnie ! Du coup, comme j'ai ton numéro et toi mon adresse, ça te dirais qu'on se revoit dans la foulée, ce soir ou demain?

A présent, maintenant qu'il avait ferré, le but d'était de remonter la ligne jusqu'à lui afin de pouvoir garder cette "proie" juste pour lui. Non pas uniquement pour avoir l'exclusivité sur un bien physique,
même si c'était un peu vrai. De l'autre côté, ils se "complétaient" bien, dans tout les sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Team :
card : T-card
Origine : Frimapic
Groupe : Eclipse
Messages : 355
Stardust : 1222
Dim 28 Mai - 10:09

「 Sinistres ?
Pas pour tout le monde 」

Tim & Anja
Douceur et réconfort se mélangeaient tellement facilement avec la sensualité et sauvagerie que pouvaient avoir certains moments de la soirée. Cela était comme indescriptible. On ne sait jamais ce qu'il va se passer ou même vraiment ce qu'il se passe réellement lorsque deux corps se mélangent. Il peut y avoir de la peur de ne pas retrouver l'autre au réveil, comme cela m'est déjà arrivée, ou encore de s'être fourvoyer. Mais là, impossible de penser à quoi que ce soit, profitant simplement du moment présent. Peut-être que j'y réfléchirais plus tard.
La tempête, je ne l'entendais plus. Seules nos respirations saccadées arrivaient jusqu'à mes oreilles. J'avais complètement fait abstraction du reste. Il n'y avait plus que nous deux, enlacés, corps contre corps, dans ce lit, à l'abri de la pluie diluvienne et des regards, hormis peut-être de ceux de nos compagnons ...

Le calme et la quiétude d'un matin ensoleillé, mais que même les rayons ne venaient me réveiller. J'étais bien, enroulée dans les draps du lit. Je crois que je serais certainement restée endormie pour un bon moment s'il n'y avait pas eu ce claquement de porte qui me fit ouvrir les yeux. Réflexe, je mis ma main à l'endroit où s'était endormi Tim : il n'était plus dans le lit. Et merde, est-ce que je m'étais fait avoir ? Au pire, je n'avais qu'à m'en prendre qu'à moi même, après tout j'avais voulu jouer moi aussi. Mais très vite sa voie parvint à mes oreilles. Soulagement ! Je me redressais alors dans le lit, gardant le drap contre mon corps, histoire d'être un minimum pudique.

    - Si on oublie le réveil un peu brut, oui très bien. J'avoue avoir dormi d'une traite. Et toi ?

Je baillais longuement, histoire d'oxygéner mon cerveau. Les sens de mon corps fonctionnaient encore au ralentit lorsque Tesla sauta sur mes genoux. Il me coupa presque le souffle. C'est qu'il n'était plus aussi petit qu'avant le bougre. Vu son énergie, il devait être réveillé depuis un bon moment, et il avait certainement dû attendre que je me réveille pour enfin avoir son câlin du matin. Autant vous dire que j'aurais préféré le faire à quelqu'un d'autre. Mais ceci est une autre forme de câlin. En tout cas, mon chien bleu et jaune n'avait l'air envie de rester sur place car il attrapa le drap dans la gueule et le tira doucement pour me faire comprendre qu'il était temps pour moi de me lever. C'est d'un pas alors maladroit que je quittai le lit et me dirigeai vers la table. Là, il y avait de quoi déjeuner et l'odeur du café commença à me réveiller. Parfait ! J'attrapai alors une tasse et bus une longue gorgée. Bordel que ça fait du bien de bon matin !

    - Finalement tu t'es décidé, c'est le fait de t'en avoir parlé hier ? En tout cas merci pour mes affaires.

Dans un premier temps, le voir avoir ainsi tous préparer, que ce soit le petit déjeuné ainsi que mes vêtements, sans compter le voir faire son sac pour partir dans la foulée, je vous avoue que cela me refroidissait un peu. J'avais comme l'impression qu'il voulait que je parte et vite et puis basta. Bah .. A quoi je m'attendais ? A ce qu'on se comporte comme un petit couple que l'on peut voir dans certains films ou séries ? Non et je le savais que cela n'était pas pour moi. On avait passé une nuit plus qu'agréable et si l'on se revoit, peut-être remettrions nous ça, mais je ne devrais certainement pas m'attendre à plus. Je bus alors une nouvelle longue gorgée de café avant de lâcher le drap que Tesla tirait toujours un peu, histoire de me faire rappeler qu'il voulait que je m'occupe de lui.
Puis ce fut soudain : je ne l'avais pas vu s'approcher et ce fut presque comme hier soir lorsqu'il vint m'embrasser. Je sentis mon coeur s'emballer et je restai un instant stoïque, encore plus lorsqu'il me proposa de repasser ce soir ou demain. Sérieusement ? Je m'étais alors fait des films dans ma tête ?! Bordel ! Pourquoi on se prend trop la tête nous les filles ? J'avais envie de me foutre des baffes à avoir pensé ainsi.

    - Revenir ?! Mais avec plaisir. Je dois avouer que ton lit est bien plus confortable que ceux qu'on trouve dans les centre pokemons et la compagnie est bien plus agréable.

Je lui fis un grand sourire, et surtout, me voila rassurée. Je lui déposai un baiser sur le coin de ses lèvres puis je m'attelais enfin à m'habiller. Après tout, je n'allais pas restée nue toute la journée. Enfin des vêtements secs et à ma taille, c'est à croire que ces derniers temps j'étais plus souvent mouillée et avec des trucs non présentables sur le dos que mes propres vêtements. Remarquez, si cela m'amener à des rencontres comme celle de Tim, j'aurais bien voulu que cela arrive plus tôt.
Enfin présentable, je finissais mon café et piquai un petit truc à manger, histoire d'avoir quelque chose dans l'estomac, puis je réunissais le reste de mes affaires sous le regard impatient de mon pokemon. Bon dieu qu'il avait maintenant de l'énergie à revendre contrairement à hier soir, il allait falloir que je le canalise un peu le coco.

    - Merci pour le petit déjeuné, ton café est très bon. Je ne vais pas retarder ton départ pour les ruines plus longtemps. Perso, je pense refaire un petit tour dans la montagne, on ne sait jamais ce qu'on peut y trouver. Tient moi au jus.

Je mis mon sac sur le dos avant de lui voler un dernier baiser et de passer la porte de sa maison, laissant d'abord sortir mon chien électrique. Le soleil brillant de mille feu aujourd'hui, cela changeait complètement de la veille. Je donnais un rapide coup d'oeil au numéro 42, et c'est avec un sourire joyeux que je repartis dans une nouvelle aventure, tout en sachant que j'allais revenir ici assez rapidement. Et, puis, il fallait bien que je revienne pour récupérer mon canif que j'avais malencontreusement oublié sur sa table basse ...
Dernier poste
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» AUSTIN ▼ il faut de tout pour faire un monde, il me faut toi pour faire le mien.
» Pnj pour tout le monde!!
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).
» Tout le monde s'en fout...
» Il y a un temps pour tout [Pomona]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Outils de modération