Dusk Lumiris

forum rpg pokemon ● region et intrigue originale ● strat basique (+ fair play)
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-32%
Le deal à ne pas rater :
HOTPOINT H8A1ES – Réfrigérateur congélateur bas – 338L
339.99 € 499.99 €
Voir le deal

Répondre au sujet
Quand les tournesols regardent à l'Est...
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Quand les Tournesols regardent à l'Est... L'aube était belle. Elle surpassait une nouvelle fois les ténèbres, timidement, en éclairant un monde qui someillait, comme une renaissance.

On dira autant qu'on voudra que c'est une vision poétique des plus classiques, cette vérité fait que peu de monde peut rester insensible en regardant le ciel se colorer de rose et en voyant reculer le voile étoilé dans le tiers opposé du ciel. Et c'est pour la naissance de ces sentiments que l'on définit l'aube toujours de la même façon.
Un renouveau.

Un sentiment qui remplissait pleinement l'âme et conscience de Panacée tandis qu'elle se tient assise sur un pierre qui sert de balise sur le bord du champ de tournesol, un genou replié contre elle. Elle et Cernunnos s'octroyaient une pause dans leur entrainement en regardant le jour se lever en silence. Il n'y avait pas encore assez de lumière pour entendre les premiers pokemons oiseaux chanter, mais cela n'allait pas tarder.
A leurs côtés, d'autres s'éveillaient, ils dressaient leurs tiges puis leurs corolles, assoifés de lumière, comme un salut doux et reconnaissant, les tournesols teintèrent de jaunes le champ, comme une lente vague sur la plaine. C'était comme mesurer un temps incroyablement long, incroyablement semblable mais il y eut de plus en plus de lumière, de plus en plus de couleurs, et enfin, ce fut le jour.
Panacée laissa échapper un soupir d'aise puis se leva en rabattant son col. L'air était encore frais et sa brève inactivité l'avait refroidie, peut-être que de nouveaux échauffements ne seraient pas de trop.

Elle ramassa son sabre et caressa doucement la robe fauve de Cernunnos. Ensemble ils retournèrent au sein des fleurs, la jeune femme se fiant totalement à l'incroyable sens d'orientation de son pokemon.

--

Pied d'appui, garde, parade, coup latéral, coup de taille, changement de pied, déplacement, reprise de mouvements et fente. Et on recommence.
C'était un enchainement simple mais c'est dans la parfaite exécution de plus simples mouvements qu'on pouvait trouver une base solide. Cela, Panacée l'appliquait pour tout : sa cuisine, les remèdes, les pokemons... tout. Et puis, cela vidait la tête. C'était grisant de sentir son corps obéir parfaitement, de sentir couler sur soi une grande confiance et de chasser les doutes de la nuit en se levant tôt. On avait l'impression de battre de l'air, mais c'était un l'intérieur que le plus gros du travail se faisait.

Elle ne renoncerait pas à son entreprise. Elle manquait peut-être d'aide et de pokemon, d'alliés, dans cette nouvelle région.
"Cela viendra."
Trouverait-elle ce qu'elle cherche ? "Inutile de calquer les échecs du passé sur le futur, elle n'arriverait de toute façon que réussir à échouer en ne faisant rien."
Et ainsi de suite.

On espérait d'elle qu'elle améliore ses talents, les remèdes familiaux, que les pokemons apprécient autant les soins que le sucre en bouteille. Et c'était un espoir qu'elle partageait. Mais comment faire sans mettre en branle la parfaite alchimie de toute les recettes qu'elle connaissait ?
L'entreprise semblait impossible.
"Mais tu essaieras, tu viens étudier de nouvelles plantes dans ce but."

Essoufflée, elle croisa le regard de son fidèle Cerfrousse. Lui répondant d'un regard entendu, la jeune épéiste termina son dernier enchainement dans un sifflement de sa lame, et enfin rengaina.
Une fois sa respiration plus calme, elle eut soudain l'impression que la tranquille atmosphère qui s'était installée avait éclaté comme une bulle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
En arrivant à Lumiris, un des premiers renseignements qu'Agathe avait pris concernait les chemins de randonnées à explorer. Et elle avait reçu une tonne de conseils, chaque personne défendant avec passion sa ville ou son village d'origine comme étant LE lieu à voir absolument, avec la vue la plus imprenable, ou les caractéristiques les plus pittoresques. La jeune femme avait soigneusement noté les arguments de chacun, heureuse que des quasi inconnus prennent le temps d'échanger avec elle sur un sujet qui les passionnait.

Elle mourrait d'envie de se lancer dans l'escalade des sommets du nord de Lumiris, mais elle savait pertinemment que cela demanderait une longue préparation. Elle avait donc décidé de commencer en douceur en suivant la route 7 depuis Artiesta en direction du village Kishika. Les douces collines qu'on lui avait dépeintes ne devraient pas lui poser le moindre problème et elle se faisait une joie de découvrir une architecture plus traditionnelle.

Lorsqu'elle avait atteint la ville la veille au soir, elle avait décidé de dormir à l'auberge pour pouvoir partir à l'assaut des sentiers dès l'aube. D'ailleurs, le soleil pointait à peine à l'horizon quand elle quitta sa chambre ce matin là pour se diriger vers les champs de tournesol qu'elle avait repéré en arrivant. Elle voulait assister au spectacle du lever du soleil et au réveil des fleurs, certaine que ce serait splendide.

Elle arriva juste à temps pour le contempler depuis le haut de la route menant au champ. C'était encore mieux que ce qu'elle avait imaginer, à couper le souffle ! A tel point qu'elle piétinait sur place, emplie d'une énergie nouvelle et de l'envie de partir explorer cet immense tapis jaune d'or. La sérénité de l'aube, ce n'était pas pour elle ! Elle se lança en petites foulées dans la descente, son Nodulithe sur les talons, et plongea avec joie entre les tiges d'un vert brillant.

Bien sûr, elle s'égara rapidement, conservant un semblant de direction uniquement grâce au soleil qui grimpait petit à petit dans un ciel sans nuage qui conservait encore quelques traces de rose. Au bout d'un moment dans sa déambulation, elle perçut un bruit étrange... Comme un souffle de vent, mais très bref. Ou le chuintement d'une faux... L'attaque d'un Pokémon peut-être ? Ou un paysan au travail ? Elle décida d'aller voir.

Très vite, elle aperçut entre les tiges des tournesols une jeune femme qui devait avoir à peu près le même âge qu'elle, accompagnée d'un splendide Pokémon à cornes... Un Cerfrousse, ou un Haydaim, la géologue aurait eu bien du mal à faire la différence. De toute façon, le plus intéressant, c'était ce que sa dresseuse avait entre les mains. Un sabre ! Qu'elle maniait avec beaucoup d'élégance et un calme qui impressionna Agathe. Elle resta là à la contempler un moment, n'osant pas s'approcher. Elle ne voulait pas l'interrompre... ni risquer de se faire embrocher à cause d'un faux mouvement !

Quand la jeune samouraï (oui, Agathe avait décidé que si elle avait un sabre, elle était forcément samouraï) rengaina son épée, sa spectatrice se décida enfin à l'aborder avec l'enthousiasme qui la caractérisait :

« Waow ! Non mais vraiment : WAOW ! C'était magnifique ! Je ne savais pas qu'il y avait des samouraï à Kishika, vraiment, ils devraient en faire la publicité pourtant ! On ne voit pas ça tout les jours, rien que pour ça, ça valait le coup de faire le voyage... Au fait, c'est un Cerfroussse ou un Haydaim ? Moi c'est Agathe ! »

Comme d'habitude, elle avait parlé vite, abordant trois sujets différents sans laisser à son interlocutrice le temps de répondre. Et à présent, indifférente à l'anarchie de son discours, elle se tenait devant la jeune femme au sabre en lui tendant la main en signe d'amitié, un grand sourire sur le visage.
Crédit : Ʃkaemp はは ™️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Quand les Tournesols regardent à l'Est...
Citation :
« Waow ! Non mais vraiment : WAOW ! C'était magnifique ! Je ne savais pas qu'il y avait des samouraï à Kishika, vraiment, ils devraient en faire la publicité pourtant ! On ne voit pas ça tout les jours, rien que pour ça, ça valait le coup de faire le voyage... Au fait, c'est un Cerfroussse ou un Haydaim ? Moi c'est Agathe ! »

Autant le dire : Panacée fut quelque peu sonnée par l'arrivée d'une telle bombe d'énergie après un entraînement physique qui ressemblait beaucoup à de la méditation. Elle cligna les yeux, le temps que son cerveau se reconnecte avec la réalité.
Samouraï ? Publicité ? Samouraï à Kishika ? Haydaim ? Hein ?

Puis la lumière fut, elle crut entendre les engrenages s'imbriquer à l'intérieur de son crâne :
« Oh, euh, bonjour ! Non… comment dire ? Je ne suis pas une samouraï, enfin, on l’est bien dans ma famille et on m’a appris à me servir d’un sabre mais… vous savez, la tradition veut que ce soit les hommes qui aient ce titre. »

Là-dessus elle haussa les épaules comme pour balayer sa propre phrase. Elle était assez d’accord sur certaines décisions de sa famille, mais pour d’autres, ils agissaient un peu trop à l’ancienne. Après, elle pouvait comprendre qu'il y ait une petite fierté familiale concernant leur héritage, mais vu qu'ils éprouvaient au final beaucoup de difficultés à s'adapter au monde d'aujourd'hui... il fallait peut-être se remettre en question.

« Cela ne m’empêche pas de me battre aussi bien qu’eux. »

En toute franchise.

« Et… je viens de Rosalia, en fait, de Jotho. C’est pour ça qu’ils n’en parlent pas dans leur publicité, je présume. Je suis arrivée dans la région il y a seulement une semaine, vous voyez ? »

Elle s'était faite remarquée par son coup d'oeil experte lors du marché qui se tenait à son arrivée, elle avait longuement discuté avec les gérants d'un stand qui vendait des pokeballs faites maison : il s'agissait d'un homme dans la force de l'âge avec une grosse barbe et de sa femme. Tous deux avaient leur franc parler et avaient été ravis de savoir qu'elle venait de Jotho. Ils avaient naturellement parlé du célèbre Fargas d'Ecorcia et avaient vite sympathisé.
Le soir, le couple lui avait offert de l'héberger, en échange, elle leur parlait de Rosalia, leur faisait découvrir des plats traditionnels et racontait les légendes de sa région. C'était un bon échange étant donné le fait que son argent de poche était très limité et qu'elle était partie en sachant qu'elle allait sans doute devoir trouver du travail... mais elle se devait de trouver un semblant de piste avant de se poser quelque part.

« Les villes d’ici sont très vivantes et modernes, un peu trop pour moi, pour être honnête. Alors j’ai voulu aller doucement dans l’inconnu en venant d’abord ici. L'ambiance ressemble beaucoup à celle de chez moi. »

Elle se perdit dans ses pensées en regardant au loin, les yeux soudain brillants.

« Par exemple, j’ai entendu dire que l’artisanat y était florissant ! »

Oui, pour le bois… il y avait beaucoup de connaisseurs. Pour le reste, c’était plus compliqué. Ces hôtes lui avaient cependant désigné un maître apothicaire qui vivait en ermite dans les bois. Pour qu’il en vienne à vivre en ermite et à s’autogérer, elle n’était pas sûre que ces remèdes puissent lui apprendre quelque chose qui permettent à sa famille d’évoluer et de rester connectée au reste du monde. Mais encore une fois… on n’a rien sans essayer.

Elle ne s’était pas rendue compte que les quelques questions de l’inconnue, enfin, d’Agathe, l’avait fait déverser un tel flot de paroles.

« Pardon, j’ai oublié de nous présenter : voici Cernunnos, mon Cerfrousse et compagnon de toujours. »

L’intéressé gratta la terre de son sabot en remuant sa tête. Dans le mouvement, ses bois eurent un étrange éclat. Il semblait content qu’on ait levé le doute sur son identité… un haydaim, non mais… !

« Et moi je m’appelle Panacée, enchantée ! En fait, je suis apothicaire avant d’être samouraï. »

Elle eut un léger rire : dis donc, si sa mère était là, elle lui dirait qu’elle parlait trop et que cela ne convenait pas à une personne de son rang. D'ailleurs, il fallait toujours s'intéresser aux autres, même si Panacée était du genre à parler difficilement d'elle. Alors, c'était quoi toute cette palabre ? Etait-ce dû à l'effet de surprise ? Au calme gagné par ses exercices ? A la sérénité de l'aube et la perspective d'une bonne journée qui commence, ou la volonté qu'elle soit bonne ?
Qui sait...

« J'en conclus que vous n'êtes pas non plus d'ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Agathe ne remarqua même pas le temps de latence qu'il fallut à son interlocutrice pour se reconnecter avec le monde du commun des mortels : elle était beaucoup trop occupée à observer son sabre. De quel métal était-il fait ? Un alliage peut-être ? Un mélange propre à ce village ? Y avait-il des carrières dans le coin ? Elle n'avait même pas pensé à regardé sur une carte géologique ce qu'on trouvait dans le sous-sol de ces collines... Il faudrait qu'elle aille vérifier à la mairie s'ils  avaient ce genre de document en stock. Et elle était sur le point de poser directement la question à la propriétaire de l'arme quand celle dernière reprit la parole et qu'elle infirma ses premières hypothèses.

Ainsi, elle n'était pas une samouraï... Agathe nota la subtilité linguistique dans un coin de sa tête, tout en se demandant ce qui pouvait bien justifier une telle distinction. Après tout, elle avait été témoin de l'habileté de la jeune femme au sabre et elle ne doutait pas de sa supériorité face à un certain nombres d'hommes ! Peut-être était-ce une spécificité de Johto, dont elle disait être originaire ? Agathe n'y était jamais allée, mais elle avait souvent entendu des plaisanteries sur le côté un peu passéiste de la région. Tout cela semblait absurde aux yeux de la géologue : à quoi cela servait-il de s’enorgueillir d'une tradition millénaire ? A l'échelle des montagnes, cela n'avait aucune valeur : les civilisations ne faisaient que passer en coup de vent. Pas de quoi justifier une telle rigueur dépourvue de tout fondement rationnel !

En tout cas, pour quelqu'un qui n'était pas du coin, cette presque-samouraï-si-ce-n'était-pour-des- considérations-sexistes semblait bien connaître le village. Agathe avait effectivement noté de nombreuses forêts alternant avec les champs de théiers sur les collines aux alentours, et elle se souvenait vaguement d'avoir lu quelque chose au sujet de maîtres ébénistes réputés dans toute la région dans une brochure touristique. Cependant, elle n'avait pas eu le temps de visiter et elle ignorait tout de la réalité de ces affirmations. La réputation de Kishika était-elle justifiée ? Avait-elle d'autres atouts cachés ? Agathe avait bien l'intention de demander plus de renseignements à la jeune femme...

Mais bon, elle était tout de même assez polie pour la laisser finir de se présenter, elle et son Pokémon. Un Cerfrousse donc... C'est vrai qu'à bien y réfléchir, il semblait un peu petit pour un Haydaim. Toutefois, elle se dit qu'il valait mieux éviter d'en faire la remarque à haute voix. Le Pokémon avait déjà l'air vexé par son confusion et elle ne voulait pas aggraver son cas. En tout cas, Panacée, voilà un nom qui allait bien avec sa vocation d'apothicaire !

« Non, effectivement, je suis arrivée en ville hier. En ce moment j'habite à Nemerya, mais je connais encore très mal Lumiris ! A l'origine, je viens d'Argenta, à Kanto, et je suis venue dans la région pour un échange universitaire, en quelque sorte. Je fais une thèse en géologie, et... »

Son Nodulithe sentit venir le monologue au sujet de cette fameuse thèse, or il avait bien compris que le sujet assommait la plupart des humains que rencontrait Agathe, ou tout du moins ceux qui ne portaient pas de blouses blanches. Pour empêcher sa dresseuse de commettre un nouvel impair, il se mit à sautiller sur place pour essayer lui faire comprendre le message.

« … et c'est à cette occasion qu'on m'a confié ce Nodulithe ! Désolée mon grand, j'ai failli oublier de te présenter. Il s'appelle Silex, et je ne sais pas comment je faisais pour m'en sortir sans lui ! »

Zut, elle avait perdu le fil de ce qu'elle voulait dire. Ou en était-elle ? Ah, oui, elle se posait des questions sur l'artisanat de la région !

« Mais si je suis venue à Kishika, c'est surtout pour faire un peu de tourisme. J'adore la randonnée, et on m'a dit que les collines des environs étaient magnifiques, alors j'ai voulu venir jeter un œil ! Mais tu as l'air de mieux connaître le coin que moi, tu sais s'il y a des choses intéressantes à explorer dans les bois ? »

Elle faillit ajouter qu'elles pourraient éventuellement y aller ensemble, mais Panacée était peut-être occupée. Après tout, Agathe l'avait plus ou moins interrompue en plein entraînement, elle ne voulait pas non plus chambouler tout son emploi du temps alors qu'elles venaient à peine de se rencontrer...
Crédit : Ʃkaemp はは ™️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Quand les Tournesols regardent à l'Est...
Panacée était une personne très observatrice, et ce qu'elle observait de la jeune femme qui se trouvait devant elle lui plaisait : déjà, elle paraissait aussi sportive qu'elle, et peu encline à s'attarder devant le miroir le matin pour se barbouiller le visage. Puis, quand elle avait fait mention de la particularité d'être ou non samouraï, la jeune herboriste avait noté son air incrédule et désaprobateur. Ce qui la fit l'apprécier d'office.
Elle n'avait jamais eu de mal à être au moins l'égale de ses cousins, par exemple, parfois même à les surpasser, et si elle avait entrepris ce voyage loin de sa famille c'est qu'elle avait des raisons multiples.

Ensuite, cela semblait être une femme de tête, en tout cas de ce qu'elle en comprit. faire partie d'un échange universitaire, ce ne devait pas être à la portée de tous, même si Panacée n'avait pas eu un cursus que l'on pourrait qualifier de ... "normal" et qu'elle n'avait donc qu'une idée très éloignée de toutes ces choses. Mais elle écouta avec beaucoup de politesse en notant des mots comme "thèse" qu'elle comprenait pour en avoir lues les plantes médicinales. Elle faisait donc un travail de chercheur, impressionnant.
Enfin, elle possédait un pokemon plein de vie, ce qui était toujours apprécié par la jeune femme. cela montrait qu'elle en prenait grand soin !

Bien que, pour une raison qu'elle ignorait, Silex semblait vouloir faire changer de sujet sa dresseuse. Un stratagème qui fit sourire Panacée : c'est fou ce que les pokemon pouvaient être les complices de leur dresseur, au même titre qu'un autre être humain ! Encore un excellent point pour celle qu'elle venait de rencontrer. En tout cas, l'herboriste ne connaissait peut-être pas encore grand chose de ce pays, mais elle en connaissait au moins la capitale, enfin... de nom. Peut-être était-ce là un bon signe pour la suite puisqu'elle s'était toujours dit qu'elle devrait se rendre un jour ou l'autre à Nemerya. Elle pourrait poser lui poser les questions qu'elle avait à ce sujet, si Agathe lui en laissait le temps.

Et l'opportunité se présenta quand cette dernière parla de randonnée.
Panacée regarda son interlocutrice, puis le sac à dos qu'elle avait préparé ce matin et laissé par terre durant son entrainement en vue de son périple au coeur de la forêt à la recherche de son fameux ermite et se dit que tout ça était un drôle de hasard.
Cernunnos posa sa tête sur son épaule en soufflant bruyamment. Apparemment, il avait hâte de se mettre en chemin.

"Eh bien, je ne connais pas toute la région encore, mais j'avais justement un objectif de balade pour la journée : je dois me rendre chez un maître apothicaire perdu dans les bois..."

Cela faisait très mystique ou du moins étrange, tout ça. Elle sourit :

"Si cela vous dit, je ne serais pas contre un peu de compagnie et puis s'il s'agit d'un érudit qui connait parfaitement les massifs alentours, il pourra peut-être vous parler de ce qu'il y a dans les sols de la région."

Elle annonçait cela en le comparant à son propre grand-père, au caractère exécrable mais qui connaissait absolument tout du Mont Creuset de Jotho, un vrai puit de connaissance. Plusieurs fois elle avait voulu suivre ses dires en allant se perdre dans les grottes avec Cerfrousse. Des périples hauts en couleurs. Quelque part, elle serait contente de rencontrer le même genre de personnage.
Elle se pencha et sortit sa propre carte de randonnée pour montrer le chemin à sa congénère en suivant un trait noir du doigt.

"Il faudra rejoindre puis suivre la rivière pour faire un détour, le pont de randonnée s'est effondré, mais on m'a dit qu'il y avait un passage à gué que Cerfrousse pourrait facilement franchir plus en aval, par contre il faudra tout remonter ensuite, l'ermite se trouve près d'un sommet."

Elle la replia avec précaution après leur étude.

"Cela vous semble jouable et assez intéressant ? Par contre je pense que nous en auront pour la journée et qu'il ne faudrait pas tarder si nous voulons être de retour avant la nuit."

Vu comment la jeune femme en face d'elle était habillée, parée, elle se doutait qu'elle avait prévu le nécessaire pour une randonnée, mais avait-elle de quoi se sustenter pour une journée entière ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Quand elle avait demandé à Panacée si elle pouvoir lui indiquer une destination intéressante pour sa petite expédition, Agathe ne pensait pas tomber sur quelque chose d'aussi excitant. Mais on dirait que c'était son jour de chance et qu'elle avait tiré le gros lot ! Un vieux maître vivant en ermite dans la montagne ! Le genre à protéger des savoirs secrets et potentiellement dangereux, transmis seulement à quelques élus soigneusement choisis... S'il acceptait de les initier à une partie de ses mystères, ce serait une chance incroyable.

Bon, pour être honnête, elle aurait préféré qu'il soit un expert dans un domaine plus intéressant que les plantes, mais après tout.. Tout le monde ne pouvait pas comprendre à quel point les cailloux étaient le domaine d'étude le plus passionnant qui soit. Et c'était peut-être mieux comme ça, chaque science se nourrissant d'une autre, elle était bien contente de pouvoir s'adresser à un botaniste quand elle trouvait un fossile renfermant une fougère qu'elle ne connaissait pas. Elle se montra donc vivement intéressée par la proposition de Panacée.

Et puis elle avait raison, il pourrait sans doute lui en apprendre plus sur les sols de la région, voire lui dire s'il avait un collègue géologue. Peut-être que les vieux-sages-ermites-de-la-forêt avait leur propre réseau secret... ou même un forum caché sur le réseau Dusk ! Ils en étaient bien capables, ces vieux filous.

En tout cas, Panacée était bien préparée, cette fille avait l'air tout à fait digne de confiance. Elle lui montra le chemin qu'elles devraient emprunter, et effectivement, il y en avait pour un moment. Et encore, elles avaient la chance d'avoir Cerfrousse pour passer la rivière à gué ! Sinon, la randonnée se serait sans doute transformée en une expédition de plusieurs jours.

Cela n'aurait pas dérangé Agathe pour autant. Habituée aux aléas des longues marches, surtout dans les endroits escarpés et parfois dangereux, elle était toujours équipée en conséquence. Dans son sac, on trouvait un duvet léger, un hamac qu'elle pouvait accrocher entre deux arbres, et assez de nourriture pour tenir quarante-huit heures. Bien sûr, au delà du pic-nique qu'elle avait préparé pour midi, elle devrait se contenter de barres énergétiques, mais cela l'avait déjà sauvée plus d'une fois.

« Pfiou, siffla Agathe, ouais, faudra pas traîner en route... Mais ne t'inquiète pas pour moi ! Je suis un peu rouillée, je n'ai pas beaucoup marché depuis que je suis à Némérya, mais ça devrait le faire. J'avais prévu de partir pour la journée de toute façon. Et si j'en crois la carte, on devrait trouver sur le chemin de quoi remplir nos gourdes sans trop de difficultés. Donc je suis parée! »

Elle resserra les bretelles de son sac et partit sans plus attendre, son Nodulithe sur les talons, dans la direction que Panacée avait indiqué un instant plus tôt sur la carte. Puis une question lui vint soudainement à l'esprit :

« En tout cas je suis impressionnée, tu es vachement sportive non ? Le sabre, la marche à pied, et le dressage de Pokémon aussi on dirait... Par curiosité, tu as d'autres cordes à ton arc ? »

Hey, en parlant d'arc... Agathe se dit qu'elle ne serait pas étonnée si Panacée lui annonçait qu'elle pratiquait aussi le kyūdō. Après tout, elle avait eut l'air de dire que sa famille était assez portée sur la tradition.
Crédit : Ʃkaemp はは ™️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Quand les Tournesols regardent à l'Est...

L'entousiasme de la jeune femme devant elle était contagieux, et il en fallait beaucoup pour influencer une fille de samouraï pourtant.
Il faut dire qu'elle avait également hâte de rencontrer ce nouveau maître et qu'elle avait déjà suffisamment perdu de temps. Mais, positive comme toujours, c'est avec énergie qu'elle lança un "Parfait !" avant de re serrer la sangle du fourreau de son sabre et de hisser son sac de randonnée sur ses épaules, suivie de près par Cernunnos qui était impatient de faire de l'exercice, lui aussi. Car, même s'il aimait beaucoup regarder sa dresseuse s'exercer et même recopier ses mouvements en utilisant ses bois en guise de sabre (quand il y avait de l'espace), ce n'était et ne serait jamais qu'un échauffement, au mieux, ou que de la méditation, au minimum.

Rien ne valait une bonne ballade !

Sur ce, lesdeux inséparables emboitèrent le pas de la jeune géologue. Elle-même ne s'était jamais trop intéressée aux pierres étant donné qu'elle avait passé toute sa vie à porter son intérêt sur les êtres vivants, plantes, pokemons, êtres humains. Comme si elle lisait dans ses pensées, Agathe lui fit remarquer l'hétérogénéité de ses capacités. L'intéressée réfléchit quelques instants en retrouvant rapidement le souffle caractéristique de la marche à pied tandis qu'elles sortaient du champ de tournsols et entamaient leur première montée sur un sentier à l'abri des arbres.
Panacée n'avait pas l'habitude de beaucoup parler d'elle, mais en habitant chez des personnes qui ne cessaient de la questionner sur sa région d'origine et les coutumes de Rosalia, elle avait appris à être plus sociable.

"Je ne crois pas être si savante que cela... mêne si je vois ce que vous voulez dire, Agathe-san."

La modestie était un trait de caractère qu'on enseignait très jeune dans la famille, et on l'apprenait d'autant plus vite que la vie n'était pas toujours facile.

"Je suppose que cela s'est fait progressivement. Ma famille est ancienne et était spécialisée dans les remèdes... et les poisons, qui était très utiles à l'époque."

Et ça, c'est ce que son arrière-grand-père appelle "le bon temps".

"Elle s'est installée sur leurs terres en faisant d'abord un élevage de Cerfrousses pour leurs affaires." Panacée s'arrêta un instant en se rendant compte qu'elle paralit à une personne qui n'y connaissait sans doute rien. "Saviez-vous que ces bois, réduits en poudre, sont d'excellents catalyseurs et énergisants ?"

Cet impair réparé, la jeune femme tenta d'expliquer comment elle en était arrivée "là", en restant concise :

"Avant, avec les mondanités, on devait se répartir les tâches pour pouvoir continuer à recevoir et à visiter. Les temps modernes prenant le dessus nous avons été obligés de devenir polyvalents pour survivre en gardant nos connaissances. Ce que je ne regrette pas, je me sens plus à même de faire face à toutes les situations, ou presque. Je sais très bien m'occuper d'oeufs et de bébés pokemons, par exemple, et je connais un certain nombre de plantes et leurs propriétés aussi bien mauvaises que bénéfiques, mais j'ai encore beaucoup à apprendre. C'est pourquoi je recherchais un maître apothicaire dans cette région, je veux apprendre d'autres méthodes pour me perfectionner."

Et puis elle était une personne curieuse de nature.
Panacée vérifia qu'elles se trouvaient toujours sur le chemin balisé, entrainée par le rythme régulier des sabots de son Cerfrousse. Discrets, ces derniers étaient étouffés par le tapis de feuilles mortes qui recouvrait le sol, mais elle était habituée à entendre ce son infime et rassurant.
Elle ne put réprimer un sourire.

"Je doute que ce maître puisse m'aider à me perfectionner en technologie moderne, domaine dans lequel je suis parfaitement ignare ! Mais... qui sait ? Avec une région où l'on a développé "Dusk" peut-être que les maîtres apothicaires ont appris à s'adapter."

Ce qui serait un véritable leçon pour sa famille qui était plutôt du genre à renvoyer toute forme de technologie fragmentée en petits morceaux par la fenêtre... tranchée au couteau de cuisine pour ne pas abîmer le tranchant de leurs précieux sabres.
Leur rythme de marche était très satisfaisant, sa camarade de marche l'impressionnait. Panacée n'aurait jamais l'orgueil de se prétendre championne de marche toute catégorie confondu, mais elle pouvait au moins dire qu'elle était habituée aux chemins escarpés en forêt et, pourtant, Agathe ne semblait pas être incomodée par son rythme.

"Je vous retourne le compliment, en tout cas. En plus d'être une personne de science, vous semblez particulièrement sportive et aimer cela."

Elle n'était pas encore assez sociable pour dire franchement à une personne qu'elle appréciait franchement un trait de caractère, mais c'était ce qu'elle ressentait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Agathe était décidément bien contente de cette rencontre : même en parlant, Panacée gardait un bon rythme, ce qui en faisant la parfaite compagne de marche. En plus la conversation était passionnante ! La géologue n'avais aucune idée de ce qu'on pouvait faire avec des cornes de Cerfrousse, ni de la tradition qui y était liée. Cela devait être particulier, tout de même, de vivre dans une telle famille... Elle trouvait cela à la fois fascinant et un peu terrifiant. Elle était bien contente d'avoir pu choisir sa propre voie au gré de ses passions et des questions qu'elle se posait naturellement. Aurait-elle supporté un environnement aussi stricte et exigeant que ce qu'elle devinait dans les propos de Panacée ? Elle en doutait fortement.

Toutefois, une telle éducation semblait également receler bien des avantages. Agathe était peut-être une experte dans son domaine, mais dès qu'elle sortait de son champ de connaissance, elle se trouvait bien démunie. Sa camarade semblait beaucoup plus polyvalente et cela devait être bien pratique au quotidien ! D'ailleurs, la scientifique fut légèrement sceptique quand Panacée lui dit qu'elle cherchait un maître apothicaire alors que son objectif principal était de moderniser ses recettes. Était-ce de la modestie, ou un gros problème de confiance en soi ? Une jeune femme dans la vingtaine était sans doute plus à même d'innover qu'un vieux grincheux perdu dans les bois ! Enfin, ce n'était pas à elle de juger...

Puis ce fut au tour d'Agathe d'animer la conversation en racontant un peu son parcours, et elle s'y plia de bonne grâce :

« Oh, en fait, la randonnée est ma première passion ! Mes parents m'ont souvent raconté que j'avais à peine 4 ans la première fois que j'ai ''fugué'' pour partir en exploration... Les pauvres, j'ai du leur donner quelques cheveux blancs. J'ai du de la chance d'habiter à Argenta, le mont Sélénite a été un excellent terrain de jeu pendant toute mon adolescence, et j'y ai rencontré tout un tas de passionné pour me guider. Ce n'est qu'après que je me suis intéressée à ce que j'avais sous les pieds et que je me suis mise en tête d'étudier la géologie. Les deux sont totalement liés pour moi. Je suis peut-être scientifique, mais je préfère largement être dehors sur le terrain que derrière ma paillasse ! »

Elle désigna d'un vaste geste du bras les montagnes qui les entouraient.

« Les roches, c'est un peu comme les Pokémons, elles sont tellement plus fascinantes à l'état sauvage ! Bien sûr, je suis toujours excitée quand je découvre leurs secrets, et souvent ils ne se laissent dévoiler qu'entre deux lames de microscope... Mais cela ne vaudra jamais le spectacle d'un orgue basaltique au lever du jour, ou la sensation qu'on a en explorant une grotte où les incrustations de mica brillent comme des étoiles dès qu'on les éclaire... »

Elle resta songeuse un instant, perdue dans ses souvenirs. Elle avait hâte de découvrir quels paysages merveilleux lui réservait Lumiris ! Puis la vue de son Nodulithe sautillant devant elle la rappela à la conversation :

« Par contre, en dehors des cailloux, je suis perdue ! Pour tout t'avouer, je n'y connais pas grand chose en Pokémons. On m'a confié Silex il y a six mois et c'est mon tout premier Pokémon. Je ne sais pas ce que je ferais si je me retrouvais avec un œuf, hahaha ! »

Alors qu'elle riait à cette idée, elle vit la rivière apparaître devant elles, un long ruban sinueux et un peu trop large à son goût. L'eau, ça n'avait jamais été son truc.. Du courage, elle pouvait faire confiance à Cerfrousse et Panacée, tout allait bien se passer !
Crédit : Ʃkaemp はは ™️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones


L'herboriste suivait des yeux les deux pokemons : Nodulithe se trouvait devant eux et ouvrait la marche comme un éminent spécialiste de la randonnée, sur les côtés, Cernunnos les accompagnait en évoluant entre les arbres sans trop s'éloigner afin de laisser les humaines aller à leur rythme tandis que lui retrouvait les joies d'une petite liberté bien méritée.
Le rythme était au demeurant efficace, et elles arrivèrent plus rapidement qu'elle ne le pensait à la rivière. Un bon point si elles voulaient être de retour avant la fin de la journée, ils n'en étaient ecore qu'au milieu de la matinée.

L'air frais dessous les ramures avait fini de revigorer la jeune épéïste et se retrouver en pleine nature eut l'effet d'un tonique. Elle était contente que sa compagne de marche puisse suivre, toutes deux marchaient de concert tout en discutant.

En arrivant près de l'eau, Panacée chercha des yeux un morceau de bois long et plutôt épais, tout en réfléchissant aux révélations d'Agathe-san.

Vous avez toute mon estime pour préférer cotoyer directement ce que recèle la nature. Je pense qu'elle est la première à nous apprendre comment agir."

Oui, et elle, elle cherchait un maître apothicaire... le fait est qu'elle avait envie de savoir où en était cette science dans cette région : en retard ? en avance ? Il lui en fallait une idée pour s'adapter. C'était... comme une étude de marché.

Finalement, l'herboriste trouva une branche qui lui convenait et qui lui servit à sonder l'eau : sa puissance et sa profondeur. Bien, le test était concluant, avec ça, elle pourrait trouver le passage à guet sans le moindre problème.

"Il nous suffit d'aller en aval à présent pour trouver le passage. J'ai pris ce bâton, au cas où, mais avec de la chance, il sera affiché."

Là-dessus, elle prit la direction indiquée en suivant le cours de la rivière puis elle reprit la discussion où elle en était restée :

"Je vous avoue que je n'y connais pas grand chose aux roches, même si j'ai lu des livres intéressants sur l'usage de pierres pour soigner, apaiser, galvaniser. C'était très intéressant comme lecture mais j'ai bien peur que le livre n'abordait cela que très succintement."

Pourtant, ce serait quelque chose à approfondir.

"Je ne sais pas jusqu'à quel point cela peut être vérifiable scientifiquement, ou même si cela est fondé. Je pense que vous êtes plus à même de me répondre que les quelques articles écrits par des journalistes qui voulaient vendre un écrit-choc."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
« La Nature est la première à nous apprendre comment agir », en voilà un bel aphorisme ! Agathe était plutôt à l'aise avec les mots, mais la concision... Ce n'était vraiment pas son truc. Elle s'empressa donc de noter cette petite phrase dans un coin de son cerveau pour s'en resservir à l'occasion, car cela résumait à merveille sa pensée. Et voilà qu'elle découvrait encore un nouveau talent à Panacée !

Elle observa également comment elle s'y prenait pour trouver un passage à gué. Agathe était plus habituée aux torrents de montagnes qui, certes, présentaient d'autres difficultés, mais ils n'avaient pas besoin d'être sondés en général. Hum, cela n'avait pas l'air trop compliqué, elle était à peu près sûre de pouvoir faire de même si jamais elle devait faire le chemin du retour seule. Enfin, traverser sans Cerfrousse serait certainement plus compliqué, donc il fallait surtout espérer que le vieil ermite de la montagne ne veuille pas garder sa nouvelle élève avec lui pour un entraînement ultra secret qui durerait des semaines. On ne sait jamais ce qui peut leur passer par la tête, à ceux là.

Puis Panacée revint sur le sujet de la géologie, visiblement intéressée pour le plus grand bonheur d'Agathe. Le sujet du pouvoir des pierres était, en plus, un sujet particulièrement intéressant parce qu'il faisait souvent débat dans la communauté. La jeune femme répondit aussitôt, préférant construire sa réflexion en discutant. Tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler, tout ça, ne faisait pas vraiment partie de sa philosophie de vie.

« Beaucoup de gemmes, par leur rareté et leur beauté, ont une valeur symbolique et traditionnelle. Du coup il y a beaucoup de légendes et de superstitions à leur sujet et c'est parfois compliqué de démêler le vrai du faux là-dedans. C'est presque plus un sujet pour un sociologue en fait ! Mais beaucoup de pierres possèdent vraiment des propriétés intéressantes, après tout, elles sont constituées des mêmes éléments chimiques que notre corps... »

Elle repensa soudain à sa conversation avec Erik au laboratoire et à sa fâcheuse tendance à oublier certaines domaines de son champ d'étude. Vu comme ça...

« Et bien sûr, il y a tout le sujet des Pierres Evolutives, des Méga-Gemmes, des Cristaux Z... Ce sont des objets d'études très intéressants. En faisant des recherches sur le lien que les Pokémons ont pu développer avec les roches de leur environnement, on pourra peut-être en apprendre plus sur nous aussi ! Ou sur l'origine des Pokémons ! On en sait très peu sur le sujet pour le moment, mais en même temps, s'il n'y avait plus rien à découvrir, je serais au chômage, hahaha ! »

Elle rit de bon cœur, enthousiaste à l'idée de toutes ces merveilles du monde qu'il restait à dévoiler. Puis elle réalisa que pendant qu'elle était occupée à discourir sur son sujet de prédilection, elles étaient arrivées au gué, comme l'indiquait un panneau avertissant les promeneurs du risque de noyade s'ils essayaient de traverser en période de crue. Rassurant...

Bon, elle garderait sa question sur les plantes « miraculeuses » et à moitié légendaire pour plus tard, hein. Elle n'avait pas vraiment peur, non, juste une légère angoisse totalement rationnelle, surtout à l'idée de monter sur le dos d'un Pokémon qu'elle ne connaissait pas alors qu'elle n'avait jamais fait ça...

« On dirait qu'on y est ! Comment tu veux qu'on procède ? Tu passes devant ? »

Belle preuve de courage, Agathe, vraiment...
Crédit : Ʃkaemp はは ™️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Quand les tournesols regardent à l'Est
Passage à gué


Le discours d'Agathe-san était des plus intéressants et ouvrait bien des perspectives.

"En effet, Agathe-san... si les pierres et les êtres vivants sont composés des mêmes éléments chimiques, cela permettrait d'envisager bien des possibilités sur cet art obscur. Surtout que... comme...."

La samouraï marqua un temps d'arrêt tandis qu'elle sondait la puissance de la rivière : la jeune femme à ses côtés la tutoyait. Cela l'avait touchée, mais Panacée était peu habituée à tant de familiarité. C'était aussi déroutant qu'agréable, c'était comme parler d'égal à égal. Résultat d'un échange de pensées réflexives sur le monde qui les entourait, et les pokemons. Un échange captivant qu'elles seraient amenées à continuer sur une plus longue durée.
En tout cas, l'herboriste apprécierait. Aussi essaya-t-elle le tutoiement.

"... comme tu le dis, les pierres évolutives existent, comme la pierre plante par exemple. C'est peut-être un chaînon manquant, tout comme les pokemons plantes pour les végétaux et les autre pokemons..."

Qu'elle connaissait bien.

"Et les pokemons roches pour les pierres."

Tant de possibilités. Cette discussion était des plus galvanisantes !
Mais il fallait revenir à la réalité.

"Je pense qu'il vaut mieux que je passe devant, en effet. Je pourrais ainsi gérer la situation avec Cernunnos s'il s'avère que le chemin est trop difficile. Mais le courant ne semble pas trop fort. Un premier passage lui permettra de voir où poser ses sabots."

L'intéressé sortit d'entre les troncs : il les avait rejointes en attendant les deux humaines parler du gué... et sa dresseuse parler de lui. Il donna un coup de muffle amical à cette dernière qui le caressa doucement en réponse, puis elle sortit de son sac des rènes qu'elle passa sur la tête du cervidé avant de se placer près de son flanc. Les rènes inconvenaient quelque peu le pokemon à la longue, elle ne les sortait donc qu'au moment de chevaucher. Une fois là, elle se tourna vers Agathe-san et lui montra comment procéder.

"Je suis désolée, je n'ai pas de selle mais Cerfrousse se baissera un peu pour vous... hm... t'aider"

Il s'exécuta.

"Vous...hm... tu peux t'accrocher à un de ses bois avec une main..."

Cernunnos pencha la tête sur le côté pour montrer l'exemple.

"Puis tu places ton autre main sur son dos et tu te hisses... là, si tu veux, il y a une pierre sur laquelle tu peux poser ton pieds pour te hisser."

Le pokemon accompagna le mouvement de sa tête et Panacée se retrouva en place.

"Une fois ici, laisse faire Cernunnos, mais si tu veux être stable, allonge-toi en te tenant à son encolure... sans serrer, bien sûr. D'accord ?"

Rassurée que sa compagne ait compris, l'herboriste empoigna les rènes et regarda la rive opposée. En fait, elle pourrait faire sauter l'élément liquide à sa monture, mais il était certain qu'Agathe-san ne pourrait pas accomplir cet exploit. Il était donc plus sûr de prendre connaissance du terrain avec Cerfrousse pour que la deuxième traversée avec la géologue soit plus simple. Résolue, elle serra les talons et le pokemon s'engagea vers la rivière.
Le niveau monta, atteignit les genoux de Cerfrousse, les dépassa, mouilla les pieds et les tibias de Panacée jusqu'à atteindre un niveau légèrement en-deçà du garrot du pokemon. C'était suffisant, vu la force du torrent, pour rendre la traversée dangereuse sans monture et quelque peu risquée avec une monture, mais Cernunnos était habitué à être monté dans ce genre de situation, heureusement.
Il arrivèrent de l'autre côté sans encombre. L'herboriste descendit lestement de sa monture et tendit une poignée de boules vertes venant tout droit d'une poche de son sac et que Cerfrousse s'empressa d'avaler gouluement, reconnaissant.

Comme toute friandise, elles lui firent regagner de l'énergie presque immédiatement. Quand il eut fini, sa dresseuse lui gratta le front, entre ses deux bois.

"Je te fais confiance, mon grand."

Ce dernier souffla bruyamment comme pour la rassurer et se dirigea vers la rive, piétina en accélérant brusquement avant de bondir au-dessus de l'eau aux côtés d'Agathe-san.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Les réflexions de Panacée étaient intéressantes, et sa proximité avec les Pokémons la conduisait naturellement à explorer des pistes qu'Agathe avait pu négliger. Bon, sa formation scientifique pure et dure était peut-être un peu lacunaire, mais la géologue réalisa avant d'ouvrir la bouche que ce n'était pas le moment pour se lancer dans un cours sur les éléments chimiques à la base de toute la matière. Elle avait un autre problème plus urgent sur lequel se concentrer.

Quand elle imaginait traverser le gué, elle ne pensait pas qu'elle devrait le faire à cru, ni que la rivière serait si profonde... Par sécurité, elle retira ses chaussures pendant que Panacée traversait et elle les attacha solidement à son sac. Si elle devait provoquer une catastrophe, ce qui devenait de plus en plus probable à ses yeux, au moins elle n'aurait pas à faire le reste du chemin pieds nus. Et tant qu'elle y était, elle rappela aussi Nodulithe dans sa Pokéball, les Pokémons roches n'étant pas connus pour leur affinité avec le milieu aqueux.

Elle poussa un sifflement admiratif quand Cerfrousse retraversa la rivière d'un bond. Non seulement l'exploit était impressionnant physiquement, mais il y avait en plus une certaine grâce dans cette envolée. Elle aurait payé cher pour être capable de faire la même chose. Avec un jetpack, c'était peut-être faisable... Mais ce n'est pas comme s'il était possible de s'en procurer un dans l'immédiat.

Agathe s'appliqua donc à suivre les conseils de Panacée pour monter sur le dos du Pokémon. Heureusement, celui-ci se montra aussi docile avec elle qu'avec sa dresseuse et il la suivit gentiment jusqu'à la pierre qui devait lui servir de marche pied. Elle était grande, mais quand même, il était vachement haut ! Et donc après... Oui, une main sur ses bois, l'autre sur son dos, une bonne impulsion sur ses jambes, et hop !

C'était presque parfait. Elle était sur le dos du Cerfrousse d'ailleurs ! Sauf que sa deuxième jambe n'avait pas réussi à passer par dessus la croupe, et qu'elle se retrouvait donc allongée sur le ventre, les jambes pendant d'un côté et les bras de l'autre, comme un sac à patates. Pas son plus grand moment de gloire... Au moins, le Pokémon resta calme et ne bougea pas d'un poil, lui laissant le temps de se rééquilibrer.

Après quelques tortillages fort peu élégants, elle finit par réussir à rétablir la situation. Sa jambe droite enfin du bon côté du flanc du Cerfrousse, elle pu se redresser et contempler la vue depuis ce nouveau point de vue. Elle était plutôt pas mal, là-haut ! En tout cas jusqu'à ce que Cerfrousse se mette en marche. Le soudain mouvement de balancier la surprit un peu au début, assez pour la pousser à se raccrocher à l'encolure, mais elle se rendit vite compte que son équilibre n'était pas menacé.

Elle se laissa donc guider dans la rivière, choisissant de faire pleinement confiance au Pokémon. L'eau qui lui chatouillait les pieds et les mollets était froide et elle n'avait pas envie de boire la tasse à cause d'un faux mouvement ! Mais elle s'inquiétait pour rien, puisqu'ils arrivèrent à bon port sans incident. Agathe se laissa tomber jusqu'au sol plus qu'elle ne descendit, mais finalement tout s'était plutôt bien passé...

Elle laissa ressortir son Nodulithe de sa Pokéball pendant qu'elle remettait ses chaussures et ses chaussettes. Maintenant qu'elle avait retrouvé un peu de contenance, elle pu reprendre une conversation normale :

« Cernunnos est vraiment un Pokémon génial ! Ça t'a pris combien de temps, de le dresser comme ça ? Ce serait génial si on arrivait à avoir un lien aussi fort avec Silex un jour ! »
Crédit : Ʃkaemp はは ™️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Quand les tournesols regardent à l'Est
Passage à gué


Panacée avait de quoi être fière de Cernunnos : il se conduisit à la perfection et le passage à gué d'Agathe-san se passa bien, malgré un début difficile où l'herboriste nota que ce qui était parfaitement naturel pouvait être un véritable défi pour certains. C'était une bonne chose de s'en rappeler. A l'arrivée du duo, elle flatta son Cerfrousse pour le féliciter en adressant un léger sourire à la chercheuse.

"Je me suis occupée de lui dès sa naissance : sa mère était morte et c'était moi qui m'en était rendue compte alors... je n'ai pas pu m'empêcher de vouloir prendre soin de lui. De fait, il m'a prise pour sa mère et on a grandi ensemble."

Le groupe avait repris le chemin qui, cette foi, montait franchement, sillonnant le long de la berge.

"Mais je suis certaine que vous apprendrez tout autant à vous connaître, rien que le fait que tu ne laisses pas ton pokemon dans sa pokeball va beaucoup aider."

Pour Panacée, rien n'était plus rassurant que d'entendre les sabots de Cerfrousse, elle s'y était habituée. Étant donné qu'ils en avaient encore pour un moment, Panacée se dit qu'elle pourrait parler un peu de leur parcours à tous les deux.

"La harde de cerfrousse de notre montagne est à moitié sauvage, donc nous avons tous un préféré ou un cerfrousse qui a étrangement confiance en nous, plus que les autres, en tout cas. On apprend à les monter très vite, mais c'est Cernunnos qui s'est mis sur mon chemin."

Si on pouvait le présenter ainsi. Elle sourit. Le destin pouvait être cruel tout en présentant de belles rencontres.

Tandis qu'ils marchaient, la jeune femme tenta de se détendre à l'approche du maître qui se trouvait dans cette forêt : qui pouvait dire à l'avance ce qu'il allait lui dire ?

"Je crois que j'ai envie de me détacher de ma famille."

C'était sorti tout seul, alors qu'elle n'y pensait pas ou plus. L'air de la forêt était doux, bénéfique, l'abreuvait, comblait ses doutes.

"J'aime tout ce que j'ai appris grâce à eux mais je ne supporte plus de vivre à leurs côtés, c'est pour cela que j'ai sauté sur l'occasion pour partie à l'étranger même si je profite d'une quête familiale pour le faire. Je suis consciente qu'il me faudra le leur dire, un jour. Mais ce jour-là, je devrai être pr^te pour les accueillir."

Parce qu'ils essaieront de la ramener, à la raison et chez eux. Elle sera perçue comme une traitresse, une "lâcheuse" comme elle avait entendu dire d'autres jeunes de la ville. Pour autant, elle leur ferait profiter de ses recherches, mais elle ne voulait plus les rejoindre.

"Mais peut-être que c'est simplement le goût de l'aventure, la nouveauté, qui me font dire cela. Il se peut que je m'en laisse."

Non. Impossible.
Elle ne voulait pas d'une place que l'on avait décidée pour elle, elle ne voulait pas non plus être trop près de ceux qui pourrait encore croire qu'ils ont de l'influence sur elle. Elle ne voulait pas fuir, mais elle voulait... respirer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Pas étonnant que Panacée et son Cerfrousse ait développé un lien si fort avec une telle histoire ! Dubitative, Agathe jeta un coup d’oeil à son propre Pokémon : elle appréciait les encouragements de l’autre dresseuse, mais son esprit scientifique lui criait qu’avec des conditions de départ aussi dissemblables, la probabilité d’obtenir un jour un résultat similaire était quasi nul. Enfin, elle ne s’imaginait pas non plus envier le sort de ce pauvre Pokémon qui avait eu un début de vie compliqué, c’aurait été injuste. Ils feraient les chose à leur rythme et ce serait déjà très bien. En tout cas, Nodulithe avait l’air d’apprécier cette petite balade au grand air.

Je vais suivre tes conseils, merci ! C’est pas toujours facile de savoir comment s’y prendre quand on débute...

Elles marchèrent ensuite un moment en silence. Le chemin, de ce côté de la rivière, semblait déjà moins fréquenté. L’herbe prenait petit à petit le dessus sur la piste de terre battue maintenant qu’elles s’enfonçaient dans la forêt. Ici, les arbres étaient encore clairsemés, mais cela n’allait sans doute pas tarder à changer. La géologue était en train de réfléchir à la composition des sols à partir des différentes espèces de végétaux qu’elle pouvait reconnaître (sans grand succès, elle devait l’avouer) quand Panacée reprit la parole.

Elle se confia au sujet de sa famille. Etait-ce l’atmosphère particulière de ces sous-bois qui la poussait à faire cet aveu ? Agathe avait déjà remarqué ce phénomène à plusieurs reprises : être seule dans la nature, ou presque, cela poussait à l’introspection. Et ces heures de calme hors de la routine quotidienne étaient un cadre parfait pour des conversations à coeur ouvert. En randonnée, ce n’était pas rare qu’elle ou un-e de ses camarades se mette spontanément à parler de quelque chose qui leur pesait sur le coeur. C’est comme ça que se forgeait la plupart des amitiés entre montagnards d’ailleurs.

Agathe fit un sourire encourageant à Panacée. Elle n’était pas sûr de pouvoir l’aider, mais elle pouvait au moins partager son expérience. C’est en recoupant différentes sources qu’on arrive le mieux à se faire une idée…

A partir du moment où j’ai attrapé le virus de l’aventure, je n’ai plus pu rester en place. Je ne suis pas sûre qu’on en guérisse un jour. Pas tant qu’il reste une montagne à gravir ou un chemin à explorer. C’est addictif.

Bien sûr, chez elle, ça avait commencé dès l’enfance. En même temps, elles avaient l’air d’avoir eu des familles bien différentes…

En tout cas ça ne me semble pas bizarre, de vouloir quitter sa famille un jour. La plupart des animaux finissent par aller vivre loin de leurs parents après tout, l’humain n’est sans doute pas si différent. Notre espèce a toujours compté sur l’exploration et l’innovation pour survivre en plus !

Agathe croisa les bras derrière la tête pour étirer ses épaules fatiguées par le port de son sac à dos. Elle aurait bien aimé, parfois, que le corps humain soit mieux adapté à ces longues marches nécessaires pour découvrir le monde !

Et puis tu peux en profiter, tant que tu es ici, pour réfléchir. Tu leur diras quand tu seras prête, et de toute façon… Maintenant que tu es partie, ils ne peuvent pas vraiment t’obliger à rentrer. Ils ne vont quand même pas venir te chercher jusqu’ici pour te ramener de force à Rosalia !
Crédit : Ʃkaemp はは ™️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération