Dusk Lumiris

forum rpg pokemon - non stratégique - pas de ligne minimum - event regulier
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -8%
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 ...
Voir le deal
599.99 €

Répondre au sujet
Au gré des envies, allées et venues d'inconnues (feat Elizabeth Aylin)
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Lun 1 Jan 2018 - 16:58
Au gré des envies, allées et venues d'inconnues
Au sud de Lumiris, dans un village perdu au creux de la verdure, des tournesols et des pokemons, la tradition de l'artisanat local était bien entretenue par ses habitants. Beaucoup de produits, pour ne pas dire tous, étaient faits par un maître de la région. Loin des villes, on pouvait néanmoins se fournir assez facilement en meubles, ustensiles, produits agricoles et surtout... pokeballs, sans qu'il n'y ait d'usine. C'est sûr, le rendement était de moindre importance que pour une usine mais qui s'en souciait dans un village auto-suffisant et où les habitants vivaient à leurs aises ?
C'était donc perdu, mais vivant et accueillant.

Et c'était dans l'échoppe de pokeballs qu'avait atterri une herboriste-apothicaire en devenir.
On peut se demander ce qu'une apprentie apothicaire faisait ici. A juste raison. En voici les explications en détails : le matin, elle aide à l'atelier et apprend à confectionner des pokeballs efficaces pour les dresseurs, confortables pour les pokemons. Quel était le rapport avec l'herboristerie ? Eh bien... elle donnait des informations sur les préférences des pokemons en sa qualité de médecin pokemon.
Le midi, un jour sur deux, elle préparait le repas pour ses hôtes, à chaque fois une spécialité de Jotho car cela faisait aussi parti de leur arrangement : ils l'hébergeaient en lui enseignant leurs savoirs, en échange, elle apportait sa contribution dans l'atelier, à la vente, mais aussi dans leurs discussions. Le but étant de faire un véritable échange culturel et que le passage de la jeune femme ici soit un bénéfice pour chacun, et pas un simple instant de squat.
L'après-midi, elle tenait la boutique. Quelque chose qu'elle gérait très bien puisque c'était un côté du métier de sa famille qu'on lui avait enseignée depuis son plus jeune âge. Autant dire qu'elle allégeait grandement la charge de travail en ayant malgré tout deux jours de libres par semaine.

Et le lien avec les herbes ? Un lien très éloigné en fait. Une situation qu'elle devait à un maître capricieux, un ermite des bois qu'elle avait rencontré plus tôt et qui lui avait promis de la prendre comme apprentie si elle faisait ses preuves dans la région. Autant dire... dans un autre domaine que l'herboristerie puisqu'il était le seul à s'y consacrer.

Travailler sur les pokeballs ne lui déplaisait pas cependant : elle apprenait beaucoup de choses nouvelles et pour une personne curieuse comme elle, c'était tout bonnement galvanisant ! C'est pourquoi, même s'il ne s'agissait pas de ce à quoi elle se prédestinait, elle s'y vouait corps et âme. Elle était de ceux qui n'aimaient pas décevoir et étaient d'un grand perfectionnisme. Perfectionnisme qui l'amenait à tout entreprendre avec minutie dans son travail et... tout doucement, elle se faisait un peu d'argent.

Mais ce n'était pas ce qui la comblait.

Non... vraiment pas.

Ce qui lui plaisait par-dessus tout, c'était cette liberté de mouvement : choisir qui suivre, où dormir, être entourée d'une nouvelle culture, parler avec les locaux, échanger sur leurs us et coutumes, écrire un journal de ses découvertes, se balader, observer les plantes de la région, les répertorier... en clair : découvrir l'inconnu. Seule, avec son pokemon.
Sans le poids de la famille et de ses traditions.

Ici, elle finissait par être connue. Elle était rarement seule à marcher dans la rue, et cela contribuait à se faire connaître, vraisemblabment : Cerfrousse supportait en effet mal la pokeball et préférait user de ses pattes - l'habitude d'avoir été toute sa vie en liberté dans les terres familiales sans doute. De fait, ils passaient rarement inaperçus même si beaucoup de personnes sortaient avec un de leur pokemon en liberté, la taille du pokemon Maxi Corne se remarquait. Comme aujourd'hui, jour de congé. Tous deux remontaient la rue principale, sans but précis, juste le plaisir d'être ensemble et de se dégourdir les jambes. Panacée, un long katana dans son dos et le bras autour de l'encolure de Cernunnos lisait avec assiduité un carnet de sa propre composition, vraisemblablement. Elle laissait son pokemon choisir leur destination, selon son envie, ayant pleinement confiance en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Mar 2 Jan 2018 - 6:45
Elizabeth se sentait bien, dans ce village, vraiment. Myrmel marchant à ses cotés, elle n'en était pour une fois nullement gênée ou amusée, tant ce rythme un brin lent lui convenait bien pour l'endroit; sur sa tête, Nivala profitait de la brise, faisant parfosi de petits allers-retours avec la capuche de sa dresseuse, petit terrier improvisé. La jeune femme avait dû poser quelques règles élémentaires au départ, afin que cette habitude ne dégénère pas de fâcheuse façon, mais tout avait plutôt bien tourné; en outre cela l'amusait beaucoup. Puis sa petite Fouinette n'était pour le moment pas très utile à autre chose que se poster pour observer, et prévenir si elle voyait quelque chose de particulier. Pour le moment cependant, admirer ce qui avait autour en roucoulant gaiment était tout ce qu'elle faisait.

L'atmosphère leur était extrêmement plaisante. Quelque chose dans l'odeur légère mais prégnante de l'air, mélange de feu de bois, de résine et de thé, dans l'architecture et l'organisation des habitations aussi, était presque enivrant pour la petite rousse. Cela lui évoquait quelque chose qu'elle n'arrivait pas à cerner, quelque chose de savoureux, une drôle de nostalgie heureuse d'un souvenir oublié. Impression très diffuse, très étrange, et Elizabeth s'y plongeait avec délice. Malgré un peu plus de 10 kilomètres dans les bottes, la jeune femme se sentait plutôt bien. Habituée à marcher toute la journée, les chemins aisés et larges qu'elle avait dû emprunter juste Kishika ne lui posaient aucun problème. Elle qui avait réfléchi récemment à se fendre de l'achat coûteux d'un vélo, pour le moment elle n'en voyait pas l'utilité; lorsqu'elle aurait besoin de faire des trajets plus rapides, c'était une autre histoire, mais pour le moment, tout allait bien.

Malgré son appréciation frivole de l'endroit, Elizabeth était tout de même venue dans un but précis. Quoique, précis, c'était beaucoup dire. La jeune femme était venue pour observer l'artisanat de l'endroit, réputé dans la région; elle espérait trouver le moyen d'être autorisée à assister au travail. Dans une moindre mesure, elle était curieuse des anciens bâtiments de la ville, s'il y en avait. L'histoire de Lumiris, même une fois arrivé dans la région, se révélait être terriblement opaque; peut-être y aurait-il quelques indices ici.

Arrivé au village même, elle ne put que remarque que le village était très calme. Appréciant la douce irrégularité des pavés sous ses bottes, Nivala se dressa soudain sur la tête de sa dresseuse, puis poussa son cri caractéristique, à trois reprises, avant de s'engouffrer dans la capuche lui servant de cachette. Elle refit son petit manège une seconde fois avant qu'Elizabeth la calme d'une petite grattouille, les yeux portés vers ce que sa Fouinette avait vu. Se faisant un petit commentaire tout bas, elle observa attentivement ce qui arrivait.

- Eh bien, si je m'attendais à voir cela...

Réflexe devenu rapidement presque automatique, la dresseuse sortit son Pokédex de sa poche, qui identifia le grand Pokémon aux grandes cornes étranges. C'était un Cerfrousse, apparemment, espèce originaire de Johto, dont les "bois" (donc pas des cornes ?) avaient un pouvoir d'hypnose, et étaient un temps prisés pour leur aptitude décorative. Elizabeth trouvait en effet qu'ils avaient quelque chose d'étrange, avec leur forme d'yeux, et elle arrêta rapidement de fixer cela pour se concentrer sur le reste. Une drôle de tête avec des joues proéminentes, des yeux peu expressifs, un pas très digne, une fourrure dense et très courte.
Surtout, à coté de lui marchait une jeune femme. De taille moyenne, elle marchait d'un pas qui plaisait à la petite rousse, un pas décidé et efficace, le pas de quelqu'un habitué à bien bouger son corps. De longs cheveux un peu en désordre couvraient son crâne, son front et une partie de ses épaules, soulignant une grosse paire de lunettes. Surtout, elle transportait quelque chose d'un peu troublant, ce qui semblait être un sabre.

Elizabeth ne se souvenait plus du tout de la régulation des armes à Lumiris, mais se promener avec une lame lui paraissait vraiment bizarre. Peut-être n'était-ce pas une vraie, aucune idée. En tout cas elles étaient les seules présentes dans la rue. Myrmel cliquetait déjà à l'approche de l'étrange duo, interrogatrice. Les premiers mots, oui, elle avait raison.

- Bonjour ! Comment allez-vous ? Je ne voudrais en aucun cas paraître indiscrète, mais est-ce un katana... ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Mar 2 Jan 2018 - 9:21
Au gré des envies, allées et venues d'inconnues

Panacée releva brusquement la tête en entendant une voix si près d'elle et qui s'adressait vraisemblablement à elle. Plus tôt perdue dans sa lecture, la jeune herboriste était complètement déconnectée du monde extérieur et avançait machinalement au côté de son pokemon. Elle reprit cependant rapidement ses esprits. Ils se trouvaient dans un quartier résidentiel, avec une vue imprenable sur la vallée. Devant elle : une jeune femme, rousse, à tâches de rousseur, mince et à l'allure franche, comme le démontrait également son interrogation posée sans détour.

"Oh, oui, effectivement."

Elle avait l'habitude qu'on lui pose des questions sur son katana. Cela était cependant loin de la fatiguer car les personnes qui l'abordaient ainsi étaient souvent des curieux. Et les personnes curieuses étaient souvent intéressantes... parce qu'elles se posaient mille questions, justement, et pouvaient nous en apprendre autant. Autant de faits qui fit que Panacée pardonna à l'inconnue son interruption et l'apprécia.
D'un coup d'épaule expert, l'épéiste fit glisser son katana devant elle, d'un tressautement de la main tout aussi expert, elle fit sortir partiellement la lame blanche à un seul tranchant de son fourreau. Parfaitemant aiguisée, soignée, la lame lançait un éclat vif sous les rayons du soleil. Fabrication ancienne mais d'excellente facture. L'arme lui avait d'ailleurs donné le plus grand mal pour passer la frontière, mais un diplôme de l'école de Rosalia la désignant membre d'un art martial ainsi qu'un certificat d'habileté l'avait assurée de le faire passer. Cela et puis... l'avertissement selon lequel l'arme lui serait confisquée au moindre impair, en plus d'un éventuel procès. L'arme avait cependant dû faire le voyage en soute, ce qui avait brisé le coeur de la jeune femme.
Rien de bien étonnant, en somme.

"C'est un de ceux de ma famille, à Jotho. J'ai toujours eu ne serait-ce qu'un sabre en bois quand j'étais enfant donc... sans lui, je ne me sens pas à l'aise."

Surtout dans une contrée lointaine et inconnue. Il la rassurait. Ses séances d'entrainement avec son katana à la main étaient de ces moments où elle évacuait ses doutes et son stress.
Un compagnon tout aussi indispensable que ses pokemons.

Nouveau tressautement, elle fit rentrer la lame. Pour les mêmes raisons, elle laissait rarement un inconnu manier son arme. Aussi sympathique pouvait-il sembler, comme cette nouvelle rencontre.
Elle baissa les yeux vers l'étrange pokemon à grande bouche dentée au pied de sa dresseuse et tenta de l'identifier d'après les écrits et dessin contenus dans les journaux de bord des parents de sa famille qui avaient arpenté le monde. Un kraknoix ? Peut-être ? La couleur était cependant différente de ce qu'elle connaissait...

"Je ne connais pas bien votre pokemon. Vous avez sans doute beaucoup à me dire sur son compte mais... vous permettez ? Je dois m'habituer à utiliser mon pokedex."

Elle sortit l'objet en question. Dire que ses parents avaient arpenté le monde sans ce fabuleux objet ! certes, leurs découvertes étaient déjà pleines de détails, mais le pokedex les complétait largement ! Encore une preuve qu'ils gagneraient à s'intéresser à la technologie. Il s'agissait bien d'un kraknoix, spécialiste des pièges vivant dans les zones arides, ça, elle le savait. Apparemment il n'avait pas besoin de beaucoup d'eau, ça s'était intéressant, même si logique. De même pour la nourriture.

"Alors... votre kraknoix est assez particulier ? Sa couleur est différente..."

Ce devait être un de ces pokemon rarissime, que l'on qualifie de "chromatique". Consciente de la rareté de la chose, elle ne put retenir l'expression de sa surprise :

"Eh bien ! En voilà une rencontre inattendue !"

Satisfaite, elle rangea son pokedex puis elle regarda le fouinette et sourit.

"Toi, je te connais déjà, il y en avait beaucoup dans la forêt près de chez nous ! Cela me donnerait presque le mal du pays, tiens ! Je vous félicite en tout cas, vos pokemons ont l'air heureux et en pleine forme."

Déformation professionnelle... d'ailleurs, elle ne s'était pas présentée !
Enfin, elle s'inclina devant celle qui avait daigné s'intéressée à elle.

"Enchantée, je me prénomme Panacée Phytô, je suis herboriste et apothicaire en apprentissage... enfin, ici, j'apprends à créer des pokeballs pour élargir mes connaissances. Et voici Cernunnos, mon compagnon de route."

L'intéressé fit un salut aussi digne que celui de sa maîtresse en relevant légèrement la patte avant. Se basant sur le fait qu'elle n'avait pas entendu parler d'elle, Panacée demanda :

"Vous venez d'arriver ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Mer 3 Jan 2018 - 8:52
Oh, une jeune femme originaire de Johto. Voilà qui expliquait la présence à ses cotés d'un Pokémon originaire de cette région, quoique... Elizabeth n'était pas encore parvenue à se faire à l'idée que Lumiris avait une faune très riche réunissant beaucoup d'espèces venant de régions différentes. Une autre question qui se posait naturellement était celle du pourquoi de sa présence ici, en native d'une région plutôt éloignée, et membre d'une famille très attachée aux traditions. Quoique encore une fois, qui était-elle pour trouver cela étrange, si ce n'est la membre d'une famille assez spéciale, d'une région plutôt éloignée ? Elles se trouvaient dans des situations plutôt semblables, à première vue. A la différence qu'Elizabeth n'avait rien à dégainer.

D'emblée elle apprécia la façon de parler de cette inconnue. Des manières très polies mais teintées de cette note de spontané qui venait d'une éducation tournée vers une vie où les activités pratiques jouaient un grand rôle, et où elles étaient valorisées; "un esprit sain dans un corps sain", dirait sa mère, prenant soin de ses cactus aux appuis de fenêtre. La jeune appréciait beaucoup ce genre de traits, étant habituée à cela, et trouvant qui plus est ce genre de comportement préférable sur bien des plans à ce qu'elle pouvait voir chez les citadins, par exemple.

La petite rousse cligna des yeux lorsque, d'un geste précis, le katana lui fut présenté un peu mieux. En grande amatrice de beaux objets, elle ne pouvait qu'être fascinée par la vue de cette lame qu'on lui montra. Le savant mélange d'acier très dur et d'acier plus mou, au vu du hamon et du grain, dénotait une très grande qualité de fabrication. D'un poli satiné, la lame était très claire, presque laiteuse, et manifestement très bien entretenue. La tsuba d'un alliage jaune était très ouvragée, tandis que la tsuka était de soie verte et de peau de raie blanche impeccable. Se retenant pour ne pas se pencher sur le spectacle offert à son regard ravi, Elizabeth dû retenir un léger soupir quand le katana fut rangé après quelques secondes. Elle se permit un petit commentaire murmuré, tout de même.

- Magnifique, une pièce magnifique.

S'ébrouant légèrement, elle écouta ce qu'on disait sur ses deux compagnes. Permettant d'un petit mouvement de tête souriant, Il lui fallut cependant se retenir consciemment de parler. Myrmel, quant à elle, se montrait comme à son habitude d'une grande indulgence et même d'une certaine raideur, ne bougeant pas tandis qu'on l'observait. Trop bavarde, la jeune femme ne résista pas à la tentation de répondre lorsqu'on lui demanda pour la couleur de sa protégée.

- Elle est unique, oui. Je ne l'ai pas su tout de suite, ignorante que j'étais, mais ma petite Myrmel ne semble pas avoir d'équivalent dans son espèce pour ce qui est de l'apparence.

Elizabeth souriait de plaisir, sourire qu'elle retenait un peu de peur qu'il ne soit compris comme une fierté mal placée. Nivala, elle, ne cacha pas sa joie à être reconnue, hululant joyeusement en se dressant sur les cheveux roux de sa dresseuse. D'un petit geste affectueux, elle flatta et invita sa Fouinette à se calmer, et, alors que cette dernière retournait dans la capuche en riant, elle se présenta.

- Voilà qui est intéressant ! Enchantée aussi, je m'appelle Elizabeth Aylin, je suis... disons une chercheuse en quête d'un terrain propice. Vous avez pu voir Nivala, qui a plus de joie que de politesse, et Myrmel, aussi exceptionnelle d'apparence que de caractère, c'est le moins que je puisse dire.

Se fendant d'un petit claquement ainsi que d'un mouvement de tête précautionneux (Myrmel avait tendance à vite tomber en avant, sa tête étant si grosse et lourde), elle rendit la politesse comme elle le pouvait, sous le regard attendri de sa dresseuse. Elizabeth nota la politesse très digne du Pokémon de... Panacée, donc, et se demanda si c'était une affaire de caractère concordant ou d'éducation commune. Probablement un peu des deux; c'était très appréciable en tout cas. Prenant une petite inspiration, elle expliqua la raison de sa venue à Kishika, sautant sur l'occasion d'avoir quelqu'un travaillant ici comme interlocutrice.

- Oui, il y a quelques minutes, et pour le moment je trouve l'endroit superbe. Je suis ici pour quelque chose d'assez spécifique, je dois dire, et au vu de votre activité peut-être pourriez-vous me renseigner. Je cherche à observer, ou du moins avoir l'avis d'un artisan sur la fabrication des Pokéballs.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Mer 3 Jan 2018 - 14:57
Au gré des envies, allées et venues d'inconnues

Au coup d'oeil qu'avait lancé la jeune femme, à son commentaire et à son air à la fois intéressé et impressionné, Panacée eut la certitude qu'elle s'y connaissait en sabre. Ce qui ne fit que piquer sa curiosité à son égard, mais elle avait pour l'instant bien assez parlé.
Ainsi, elle se prénommait Elizabeth, et elle, le hasard faisant bien les choses, intéressée par les pokeballs bien que l'herboriste nota son ton hésitant au moment de définir ses activités? Etait-ce un manque de confiance envers elle-même ou envers la personne à lunettes munie d'un sabre qu'elle venait de rencontrer ? Etait-ce autre chose ? Peut-être était-elle à la recherche de ce qu'elle pouvait faire, comme elle.
Beaucoup de suppositions, mais si elle hésitait à le formuler clairement, Panacée ne l'aiderait pas. Cette dernière accordait de l'importance à tout : les silences, les hésitations, les phrases dites franchement par ses interlocuteurs, mais elle ne questionnait que sur ces dernières, celle dites franchement, sinon, elle se serait traitée de fouineuse à essayer de tout savoir sur trois fois rien, et ce n'était pas ainsi qu'elle agissait.

Elle lissa une mèche de cheveux, inconsciemment, réfléchissant à ce qui leur était possible de faire.

"C'est mon jour de congé, mais je peux vous conduire à l'échoppe pour vous montrer le travail sur les pokeballs. Je suis sûre que Kezuki-sensei n'y verrait aucun inconvénient puisqu'il a déjà assouvi la curiosité de la parfaite inconnue que je suis. Ce serait un juste retour des choses que je fasse connaître son travail à quelqu'un d'autre."

Et elle était à peu près certaine qu'il ne serait pas contre l'idée de gagner une cliente. Loin d'elle l'idée d'utiliser cette rencontre à des fins mercantiles, mais elle était du genre pragmatique. Si Elizabeth-san avait des pokemons, étaient suffisamment curieuse pour être chercheuse, et voulait en savoir plus sur les pokeballs, il y avait une chance qu'elle en achète (ou qu'elle veuille apprendre à les faire elle-même).
Mais ce serait long, Panacée y passait ses journées hors congés où elle replongeait dans les connaissances d'apothicaires et savait qu'elle était loin de tout maîtriser.

"Qu'en pensez-vous, Elizabeth-san ?"

Elle se repéra rapidement.

"Nous pourrions passer par le centre d'où on a une très belle vue sur la nature des environs, de là, ce n'est plus très loin... je dirai... trente minutes de marche à bonne allure."

Elle sourit.

"Mais rien ne presse, et si quelqu'un fatigue..."

Cernunnos s'ébroua.

"Il se fera un plaisir de le porter sur son dos." finit-elle en le montrant d'un signe de tête complice.

Elle pensait tout particulièrement à Myrmel qui voudrait sans doute profiter de l'air mais allait avoir du mal à marcher sur une longue distance sans basculer en avant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Jeu 4 Jan 2018 - 14:56
Elizabeth était ravie; Panacée était non seulement polie, mais d'une réelle gentillesse, et semblait très bien comprendre son envie d'accéder à ces connaissances si tentatrices. De ses yeux au regard légèrement brouillé par ses lunettes, l'épéiste laissait entrevoir les pensées qui se suivaient dans son esprit, du moins qu'un flot fourni la traversait. Intelligente, manifestement. La petite rousse était sur la bonne voie, en tout cas. Mais étrangement elle n'était pas dans cette impatience presque brûlante qui la caractérisait d'ordinaire, en ce qui concernait ce genre de situations. Gagnée par l'atmosphère apaisée et apaisante du village, Elizabeth aurait presque pu remettre ça à demain; et passer la journée à discuter du sujet sans s'y pencher très sérieusement.

Le sujet de son katana tournait encore dans son esprit à elle. Une telle oeuvre d'art d'acier finement forgé et de montage minutieux ne se voyait pas tous les jours. Si la jeune femme n'était pas experte en armes blanches, ne sachant pas tenir correctement autre chose qu'un couteau, elle les appréciait beaucoup. Ce genre de sabre, sans être ses favoris, la fascinaient par leur simplicité élégante, et cet exemplaire n'avait pas fait exception. Comment Panacée (quel nom, d'ailleurs !) était-elle parvenu à avoir cela en sa possession, Elizabeth supposait avant tout par les liens du sang. Au vu des traditions familiales en vigueur chez elle, c'était de loin l'hypothèse à préférer. Il faudrait sans doute mettre ce sujet au clair à un moment, au vu de la curiosité très présente, trop présente. La jeune femme, certes bien droite dans ses bottes (mattes de la poussière du chemin qu'elle avait parcouru jusque Kishika aujourd'hui), ne pensait pas être capable de tenir sa langue indéfiniment.

Notant l'utilisation de suffixes de dénomination par Panacée, elle continua de sourire; une famille traditionaliste, en effet. Ce n'était plus que quelque chose de très répandu, loin de là. Non pas qu'elle trouvait cela dérangeant, mais ce genre de petite étrangeté apportait un relief agréable à ses yeux. Malgré son éducation prônant des rapports très direct, pragmatique, Elizabeth ne considéra pas pertinent de faire la remarque oralement sur ce point de langage; qui était-elle pour commenter la façon de parler d'une inconnue manifestement très polie mais à la réserve digne, qui en plus acceptait de lui rendre service si gentiment ? Le plan de route proposé convenait tout à fait, et l'inquiétude apportée à Myrmel remit une couche au sourire fin mais bien présent de sa dresseuse.

- Oh, la bougresse est capable de se débrouiller, tant que nous n'allons pas très vite. En outre elle est un peu lourde, aussi si je vous remercie de l'attention, je pense que nous la garderons comme dernier recours.

S'ébrouant, Elizabeth porta la main à son dos, attrapant d'un geste fluide sa bouteille d'eau dans la poche latérale du sac caché par sa cape-poncho, la déboucha et prit une petit gorgée rapide, s'humectant également les lèvres. S'hydrater régulièrement mais légèrement était une habitude très saine (et nécessaire dans les nombreuses expéditions à pieds dans le désert, endroit qu'elle préférait dans sa région natale d'Hoenn, qui avaient modelé son adolescence) qu'elle avait prise depuis un certain nombre d'années, et gardé. En proposant à ses Pokémons, la grosse mâchoire de sa chère première compagne refusa poliment, alors que Nivala, bien plus loquace, sauta sur la main d'Elizabeth pour prendre de petites lapées dans le bouchon qu'on lui versait (oui, la petite rousse était hygiénique). Une fois cela fait, la jeune femme reversa un petit peu d'eau dans ledit bouchon, l'agita un peu, et jeta le liquide de rinçage dans le caniveau. Se demandant brusquement si ce n'était pas un brin impoli de faire tout cela devant une personne dont elle se sentait déjà un peu redevable, elle pris sa seconde bouteille (neuve et pas encore ouverte) en se contorsionnant légèrement, tout en rangeant l'autre à sa place.

- Oh, excusez moi, peut-être en voulez-vous un peu ? En tout cas, nous pouvons y aller, je suppose. Je vous suis.

Myrmel, attentive, se mit d'emblée en route. Sur ses petites pattes, elle n'allait pas les devancer très longtemps de toute façon. La Kraknoix n'avait guère d'intérêt pour les bavardages, manifestement. Cependant sa dresseuse savait qu'elle les regardait toujours de coté, attentive à ne pas se retrouver toute seule et perdue. Elizabeth avait donné ses instructions avec le temps, gardant celles approuvées par les deux partis uniquement; elle était donc dans la certitude de savoir ce que son Pokémon allait faire, au vu de son caractère très droit, rigide même.

Pour le moment, Elizabeth était donc avant tout attentive à ce que Panacée allait lui répondre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Ven 5 Jan 2018 - 11:59
Les aléas du voyage 

La jeune femme devant elle prenait grand soin de ses pokemons, cela ne put que plaire à Panacée. Cette dernière acquiesça devant les choix que fit sa nouvelle compagne de route et suivit le mouvement de Myrmel en rassurant sa dresseuse:

"Non, merci, j'ai pris un grand bol de thé avant de partir et je n'ai pas encore soif."

Là-dessus l'herboriste inclina légèrement la tête pour accompagner son remerciement et se mit au pas du kraknoix qui avait quelque chose de touchant dans sa bonne volonté à tout faire par elle-même et montra le chemin. Cernunnos avait bu tout son soul également et pouvait tenir facilement le reste de la journée sans une goutte d'eau, surtout s'ils se contentaient de marcher. Le groupe devait descendre le long de la route, etre les maisons, le chemin était parsemé d'arbre dont le vent faisait chuchoter les branches. On pouvait entendre le battements d'ailes de pokemon insecte et oiseaux qui restaient cependant cachés.

C'était le genre d'ambiance qui finissait d'adoucir les tracas et les incertitudes du quotidien. Panacée avait noté l'intérêt particulier qu'Elizabeth avait porté à son sabre. Elle semblait donc aussi curieuse que le laissait entendre son discours, mais même si elle appréciait cette dernière, la samouraï n'était pas encore prête à le lui laisser entre ses mains.
Peut-être plus tard, cependant, quand elles se retrouveraient dans un environnement plus familier. Dans ce cas-là, qui sait ?

Panacée se dit qu'elle n'était pas si courageuse que cela finalement malgré le fait qu'elle voyage d'elle-même et avec peu de ressources. Voilà qu'elle ressentait le mal du pays et qu'elle se retrouvait attachée à un objet familial alors qu'elle voulait innover les méthodes que ses parents lui avait enseignées.
Ce qui l'étonna le plus, ce fut de se rendre compte que c'était sans doute cette récente rencontre qui lui avait révélé ses petites faiblesses.
Il devait y avoir quelque chose dans le tempérament et la manière de faire d'Elizabeth qui agissait sur elle comme un miroir.

En tout cas, Panacée se rendit compte qu'un silence s'était installé. Il n'était pas dans ses habitudes de poser des questions personnelles, elle préférait laisser les autres parler d'eux mais... il y avait un art qui s'appelait la "conversation" et Elizabeth avait mentionné quelque chose qui l'interpelait.

"Vous avez dit tout-à-l'heure que Myrmel était le premier kraknoix que vous aviez rencontré, mais où l'avez-vous vue ? Je ne sais pas bien quelle genre de pokemon on peut trouver dans la région, pour être honnête. Je me consacre surtout aux divers apprentissages qui m'intéressent et croisent mon chemin."

C'était sans doute une pointe de regret qui perçait dans sa voix : elle aimait beaucoup partir en randonnée, étudier les plantes et les pokemons pour répondre au mieux aux divers besoins de ces derniers. C'était un sentiment partagé par son Cerfrousse qui n'aimait pas trop rester enfermé dans sa pokeball lorsqu'elle tenait boutique. Mais c'était seulement le temps de son apprentissage : voyager créait cependant des contraintes qu'il fallait prendre à bras-le-corps si elle voulait aller jusqu'au bout de son projet.
En attendant, elle et son pokemon se promenaient chaque soir, comme quand elle était enfant et qu'elle chevauchait en cachette à la nuit tombée.

C'était toujours mieux que rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Lun 8 Jan 2018 - 8:53
Elizabeth était ravie qu'on l'interroge sur un sujet qu'elle connaissait bien. Partager son savoir faisait partie de ces moments à la fois un peu redoutés, car elle avait conscience de ses défauts, et attendus, tant parler de ce qu'elle savait, le partager, lui plaisait. Rassemblant ses pensées, elle prit quelques secondes avant de se lancer dans ce qui allait être, elle s'en doutait déjà, une longue tirade.

- Je ne crois pas l'avoir déjà dit, mais je suis originaire d'Hoenn; vous connaissez sans doute la région au moins de nom, elle est assez proche géographiquement de Johto. Il y a là-bas un petit désert, pas très chaud mais fort aride; le volcan proche, le mont Chimnée, crée de grands courants ascendants, qui participent majoritairement à la création d'un micro-climat à cet endroit, couplé bien sûr à la conformation du terrain.. Il n'y a presque aucune plante dans ce désert, seulement du sable, du gravier, et des roches magmatiques et métamorphiques. J'avais pour habitude de m'y rendre plusieurs fois par semaine lorsque j'y habitais encore, pour observer les roches, aller à la ville voisine, ou même... Oh, excusez moi, j'aurais du préciser avant : les roches magmatiques sont d'origine volcanique directe, des laves refroidies, en somme, et par roches métamorphiques, on désigne des minéraux ayant subis une transformation due à la modification prolongée de leur milieu physique et chimique. En l'occurrence ce sont des roches ayant été remontée des profondeurs de la croûte terrestre par l'activité du volcan.

Elizabeth, un peu gênée, fit une toute petite pause. Sale tendance que la jeune femme avait d'utiliser des termes très spécifiques, sur des sujets qui n'étaient pas nécessairement connus de son interlocuteur. Cela la gênait d'autant plus qu'elle n'avait aucunement l'intention de paraitre pédante ou de confondre volontairement l'autre en le perdant d'emblée, au contraire. Au moins s'était-elle rattrapée à temps. Prenant une inspiration, elle continua.

- Toutes ces roches s'entrecroisent donc dans le désert, et les mouvements de terrain qu'il y a de temps à autre y contribuent un peu plus chaque année. Dans cet environnement, n'importe qui remarquera surtout les grands cônes creusés dans le sable et le gravier du désert; il y en a des dizaines, grands et glissants. Ce sont des pièges faits par les Kraknoix, qui se cachent, enterrés au fond, attendant que quelque chose tombe pour le broyer. Tous les pièges sont en outre communiquant les uns avec les autres, par un réseau de petites cavités et des galeries, réseau très changeant et presque inaccessible pour les humains. De même, après 10 à voir ces pièges, je n'avais jamais vraiment vu un Kraknoix, seulement aperçu du mouvement au fond quand je lançais quelque chose. Mais pour Myrmel...

Entendant son nom prononcé par sa dresseuse, cette dernière se retourna, les mâchoires claquant brièvement. Elizabeth ne put retenir un sourire à son encontre, accompagné d'un clignement des yeux rassurant qui fit retourner sa compagne, reprenant son pas décidé. Petit Pokémon si émouvant, malgré son coté froid, et si prévisible, aux yeux de la jeune femme; elle était très heureuse de l'avoir à ses cotés. S'ébrouant, elle reprit.

- Myrmel était en bordure du désert, et son piège était creusé dans la roche, donc pas du tout efficace. Pourtant elle y était restée, et, avant que je ne fonce pour l'aider, puisqu'elle avait l'air au bord de l'inconscience; le Ranger qui m'accompagnait m'avait dit qu'il avait repéré le piège depuis une semaine, elle ne devait donc pas avoir mangé depuis tout ce temps. Et elle était trop loin des autres pour que ses congénères l'aident. A bien y réfléchir, c'était vraiment bizarre, et je n'ai jamais eu le fin mot de l'histoire...

La petite rousse préférait cependant ne pas trop s'attarder là-dessus. C'était un sujet sur lequel elle s'était arraché les cheveux, incapable d'avoir une réponse satisfaisante. Son Pokémon ne parlait pas, lui demander des explications détaillées et en saisir le sens étaient au delà des capacités de compréhension d'Elizabeth. Grégoire, à l'époque, lui avait dit que c'était probablement une exclusion par les pairs, éliminer une différence trop grande, mais Myrmel lui avait dit non lorsqu'elle lui avait demandé; mentait-elle ou pas, y avait-il en partie de cela, mais également autre chose... Impossible de savoir ce qu'il en était, elle le savait bien, mais cela ne l'avait pas empêché d'essayer pendant quelques temps, sans aucune forme de succès.

- Mais ce n'est pas trop ce qui compte, après tout. Oh, j'ai oublié de mentionner que les Kraknoix évoluaient, en un Pokémon ailé que je n'ai cependant jamais pu observer que de très loin. Ils s'échappent par des galeries dans la montagne, utilisant les courants chauds du volcan pour ensuite s'envoler très haut et se disperser; nous en savons encore assez peu sur tout cela, à Hoenn, la chose est difficile à étudier.

Considérant qu'elle en avait peut-être assez dit sur le moment, la jeune femme se tut, appréciant l'atmosphère calme du village, rythmé par le bruit des pas du petit groupe qu'elles formaient.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Mer 10 Jan 2018 - 10:14
Au gré des envies, allers et venues d'inconnues
Loin du désert


Hoenn ? Voilà une autre région dont elle n'avait qu'entendre le nom, et des descriptions. Autant dire qu'elle connaissait très peu cette contrée et qu'elle accueillit avec plaisir les informations que lui fournit Elizabeth. La samouraï ne donnait aucun signe qu'elle comprenait ce qu'elle disait, pas d'hochements de tête ou de choses de ce genre, mais son regard était fixé sur un point invisibles devant elles, visiblement concentré sur ce qu'on lui disait.

La jeune femme à ses côtés semblait désireuse de l'informer mais était gênée par son discours. Pourtant, Panacée appréciait qu'elle prenne autant à coeur de lui exposer les détails, de lui expliquer les termes techniques. Elle n'était pas sûre de tout comprendre aussi bien qu'il le faudrait, mais c'était bien mieux que si aucune explication n'avait été faite.
Le désert... c'était si loin de l'environnement que Panacée connaissait le mieux, à savoir : les forêts en montagnes.

"Je n'y connais rien en désert mais... je suis impressionnée par tout ce que vous me dites. Je me rends compte de toute mon ignorance sur ce sujet à côté de vous. J'ai appris qu'un désert se trouvait aussi à Lumiris et je suis contente de ne pas y m'être rendue tout de suite, j'aurais besoin de connaissances comme les vôtres pour préparer une telle expédition. Je serai curieuse de connaître le genre de préparatifs nécessaires. Mon apprentissage en matière de pokeballs n'est qu'un passage pour me permettre de ma familiariser à la région et me prouver que je peux me débrouiller seule. Mon objectif reste d'étudier les plantes de la région et explorer celle-ci."

 Il n'était donc pas question de rester au même endroit et... pour le projet qu'elle avait, elle devait également connaître le plus de régions possibles pour juger de l'endroit propice à son ambition.
 Mais avant, autant profiter de sa liberté.
 
 L'herboriste s'intéressa également grandement au comportement de la dénommée Myrmel.
 
 "Je ne sais pas si vous connaissez ce dicton qui est peut-être propre à Jotho, mais on dit que dans un groupe, les originaux sont les premiers sur lesquelles les autres tapent. Par peur de la différence ou pour se rassurer sur ses compétences, n'importe. Myrmel voulait peut-être trouver quelqu'un semblable à elle, qui la comprenne, qui vienne la chercher."
 
 Elle releva les yeux pourr regarder Cernunnos. Leur lien à eux deux était bien différent cequi rendait cette histoire très intéressante : tout était possible avec les pokemon, décidément.
 
 "Enfin, ce ne sont que des suppositions."
 
 En regardant mieux où leur groupe se trouvait, la jeune femme nota qu'ils étaient au tournant avant la place centrale. Celle-ci se dévoila devant leurs yeux : un horizon de montagnes, de forêt, des pavés sous les pieds dans un grand espace au milieu duquel trônait une fontaine où nageaient des magicarpes (qu'il était interdit de pêcher, comme le faisait remarquer un écriteau).
 
 Elles n'étaient plus très loin du magasin. Panacée prit imperceptiblement la direction Nord-Ouest.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération