Dusk Lumiris

forum rpg pokemon ● region et intrigue originale ● strat basique (+ fair play)
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-15%
Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox sans fil Pulse Red
50.99 € 59.99 €
Voir le deal

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Jun & June
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
La situation la plus sérieuse est tout de suite décrédibilisé dès qu’on met un maillot de bain. Etrange introduction, on le conçoit mais le cadre est posé. Allongé sur un transat Jun, ex-championne de type Acier, ex redoutable combattante de lumiris, faisant une petite sieste à l’ombre d’un parasol. Même quand elle dormait, il y avait une aura de force et de classe qui entourait cette jeune fille.

Si Jun roupillait, ce n’était pas le cas de son ami pokémon, Espoir le Kecleon. Celui-ci veillait autour de son amie, regardant dans toutes les directions. Enfin… Veillait est un grand mot. Il profitait du fait que l’humaine soit allongée pour prendre de la hauteur sur elle et observer curieusement son environnement. Lui qui était habitué au climat enneigé de Frimapic, il était tout excité d’être près de l’eau sous un magnifique soleil

Cependant, tel un maître nageur, il vit au loin une situation et sautilla littéralement sur Jun pour la réveiller. La blonde gromella un instant avant d’ouvrir difficilement les yeux.

C’est important ?
-Kecléon !
-Ah, tout de même. Bon ben, Ex-Ranger Jun à la rescousse.

Mais quel est le danger ? Là-bas, une petite fille en pleure entouré d’un pokémon sauvage. Un gobou ! Celui-ci lui tourne autour en poussant son petit cri de pokémon et s’immobilise lorsqu’il voit Jun approché, le Kécleon sur son épaule.

Bonjour bonjour.

L’attention était attirée sur la blonde, le Gobou affichait un air surpris tandis que la petite fille semblait soulagée, bien que pleurant toujours.

On a besoin d’aide on dirait.

Jun pose un genoux au sol, Espoir toujours son épaule. Le pokémon sauvage, curieux, s’approche et renifle la jeune humaine… Avant de lui envoyer un gentil pistolet A O sur le visage. La blonde se secoue la tête et lâche un petit rire.

Tu es un peu taquine non ?
-Kecleon !

Le gobou semble surpris et voilà qu’Espoir commence à lui parler, lui expliquant sans doute qu’un pistolet A O dans la gueule des gens, c’était peut-être un salut pour son espèce, mais cela pouvait être une attaque pour les autres. Jun s’approcha de la petite qui alla se réfugier instinctivement dans ses bras.

Chuuuuut… Il n’y a rien à craindre. Il veut juste faire connaissance.
-Il… Il m’a attaquééééééé !
-Elle. C’est un bébé qui explore et qui est encore un peu maladroit quand il veut interagir avec les autres. Si on lui explique comment faire, il n’y a aucune raison d’avoir peur.

Jun éloigne la petite et tends une main amicale vers le gobou. Celui-ci se détourne de sa discussion avec le Kécleon et renifle… avant de blottir sa tête dans le creux de sa paume. La blonde commença à sourire et fouilla dans sa poche pour donner une friandise au gobou, que le pokémon avala plus que goulument.

Je peux comprendre que tu sois méfiante. Mais parfois, il faut savoir redonner sa chance. Surtout quand  l’origine vient d’une incompréhension.

La fillette se renferme légèrement dans un premier temps. La confiance se gagne en goutte et se perd en litre. Mais Jun était devenu patiente. Elle continua de caresser le petit pokémon qui se mit bientôt sur le dos pour avoir des gratouilles sur son ventre. Plus Jun passait du temps, plus la petite fille était envieuse et voulait partager ce moment.
Timidement, elle s’approche du pokémon qui se remet sur ses pattes et tends une main tremblante. Comme avec Jun, le gobou vient caresser avec sa joue la paume de la fillette qui lacha un rire.

Leçon du genre : il ne faut pas s’arrêter à la première impression.
-M...Merci ! Mais, comment vous avez réussi à la comprendre ? Quand il parle, je comprends rien du tout.
-Excellente remarque. Il faut être attentif. Savoir interpréter. Se tromper et recommencer. Cela demande du temps et de l’expérience.

Et j’ai eu un Gobou il y a quelques temps. On va dire que ça aide.
Dans tous les cas, je pense que tu vas passer une après-midi sympathique avec ta nouvelle copine.


Un petit rire et voilà une belle amitié créer sous un soleil magnifique.

Kécléon !
-Ouaip.

Retour au transat. Cependant, il semblerait que la scène ai été observé depuis le début pour un interlocuteur inconnu. Qui portait le prénom de Jun avec un e, signifiant juillet en anglais (subtilitay bonjour).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
» Jun & June ;



Ce jour-là, la dame profitait d’un moment de solitude, proche de l’océan. Elle aimait l’océan plus qu’elle ne détestait être dans la foule, aussi s’accommodait-elle des gens autour. L’eau lui léchait doucement les pieds, périodiquement. Dans l’objectif de son appareil, un bateau, au loin, qui semblait quasiment immobile à cette distance. Mais elle ne s’en préoccupait plus vraiment, elle voyait quelque chose que personne d’autre ne pouvait voir : ses propres pensées. Elle se remémorait péniblement l’incident survenu quelques jours auparavant. Comment son Mimiqui avait failli bruler par sa faute, la folie que ç’avait été de le rattraper dans les rues pour le protéger du Soleil. Et la rencontre qui s’était ensuivie. Malgré tout ce qu’on avait pu lui dire, malgré le fait que sur le moment elle s’était sentie mieux – qu’elle avait repris un peu espoir même –, une fois seule, elle n’avait pu s’empêcher de douter de nouveau.
Comme s’il entendait ses pensées, Pikachu choisit cet instant pour se placer devant l’objectif de l’appareil. Cela interrompit brutalement June, qui s’en agaça un peu. Le Pokémon ne comprenait pas, certainement. Le regard de la dame se posa sur lui, plein de tristesse et de nostalgie. Cette situation la rendait folle. Elle sentait, un peu plus chaque jour, que cela lui échappait.

Un cri rompit leur échange silencieux. Une enfant, aux prises avec un Gobou. June se redressa, soucieuse pour l’enfant. Mais à peine avait-elle fait un pas qu’elle hésitait. Etait-elle réellement utile ? Elle ne savait même pas comment s’y prendre avec son propre Mimiqui, et elle espérait aider une enfant contre un Gobou sauvage ? Elle eut peur de ne pas savoir quoi faire et de se retrouver démunie, devant les autres témoins de la scène.
Entretemps, quelqu’un se chargea de la situation. Une jeune femme – une enfant également, aux yeux de June – accompagnée d’un Kecleon. Impuissante, l’ancienne dresseuse se contenta de regarder la situation évoluer. Au départ, elle s’attendait à ce que le monstre sauvage soit repoussé par le Kecleon. Mais, contre toute attente, la blonde choisit une méthode alternative. Elle lui parla, tout en rassurant l’enfant.

C’était saisissant. Cette jeune personne faisait preuve d’une maturité incroyable. Il y avait quelque chose entre elle et les Pokémons, c’était indéniable. En un rien de temps, ils étaient devenus amis. June sentit sa gorge se nouer. Elle admirait la demoiselle, mais ne pouvait s’empêcher d’être un peu jalouse également. Elle, elle avait mis plusieurs mois pour être amie avec son Mimiqui. Et encore, ils ne se comprenaient pas toujours. « Se tromper et recommencer. » disait l’inconnue. June se détourna de la scène. Elle avait tort. Cette personne… Cette personne ne devait pas s’être beaucoup trompée, dans sa vie, pour tenir ce genre de discours. Une larme roula sur la joue de June ; il avait des moments où se tromper était définitif. « On s’en va, Pikachu… » dit-elle, en s’apprêtant à ranger ses affaires. Elle en avait suffisamment entendu pour aujourd’hui. Elle se sentait lasse. Même à la plage on lui rappelait son incompétence et ses erreurs. Mais Pikachu n’était plus là, sous le parasol. Elle regarda précipitamment autour d’elle, un brin paniquée.

Il avançait, vaillamment, en direction de la blonde. Intéressé par l’attroupement et par cette personne qui avait l’air si gentille avec les Pokémons, il s’était mis en tête de se faire des amis. June ne l’intéressait pas tellement, ce jour-là. Elle avait la tête des mauvais jours. La tête triste. La tête qui voulait l’abandonner. Pikachu aussi était triste, parce qu’il ne savait pas quoi faire pour lui redonner le sourire. Il préférait ces jours où tout allait bien, où ils mangeaient des glaces ensemble. Pourquoi June était-elle triste ? Cela lui brisait le cœur.
Mais tout ça, June ne le comprenait pas vraiment. Elle courut pour rattraper son Pokémon, armée de son parasol. Elle le rejoignit lorsqu’il arriva à la hauteur de la blonde. Plantant le parasol d’un coup sec, entre le Mimiqui et l’inconnue, June entreprit de le gronder. Elle n’en avait rien à faire qu’on la juge. Elle n’était plus à ça prêt. « Pikachu ! Tu vas prendre le Soleil, fais attention ! Je t’ai dit qu’on s’en va, aller, viens. Fais pas le gamin. »

Mais lorsqu’elle se pencha pour le saisir, il s’échappa et se faufila entre les jambes de l’autre demoiselle. Il voulait une friandise. June laissa tomber. C’était plus que ce qu’elle pouvait supporter aujourd’hui. « OK… T’as gagné, je rentre. Voici ta nouvelle dresseuse. » Elle lança un regard à l’inconnue. Un regard plein de détresse, de lassitude et de tristesse. « Prenez soin de lui, s’il-vous-plait. » Elle commença à reculer. Ce n'était pas une blague.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Le Kecleon poke la blonde qui regarde dans la direction indiquée par le caméléon. Ah ? On dirait qu'elle n'allait guère pouvoir rejoindre son transat tout de suite. Alors, qu'est-ce qu'on avait là. Un mimiqui ?  Jun se pencha vers le pokémon avec un sourire. Avant, elle n'était pas à l'aise avec les types spectre. Mais ça, c'était avant qu'elle n'ai son accident avec un Bruyverne géant. Il y avait au moins un côté positif à la chose.

La jeune fille souriait devant le pokémon. Elle n'avait jamais remarqué avant, mais il avait une drôle façon de marcher. Il glissait un peu sur le sol. Mais pas le temps de rire, il semblerait que sa dresseuse ne soit pas loin derrière et arrêta son pokémon avec un parasol. Espoir sursauta légèrement, surpris par le geste brusque tandis que Jun faisait preuve d'un calme olympien.

L'inconnue engueula son Mimiqui (qui s'appelait Pikachu...?) et lorsqu'elle tenta de l'attraper, le spectre fila se placer entre les jambes de Jun pour se réfugier. Et là, pour le coup, Jun fut un peu pris un dépourvu, écarquillant même les yeux lorsque l'inconnue lui expliqua tout simplement qu'elle lui donnait son pokémon. Oula, on allait peut-être un peu vite en besogne non ?

"...
Je pourrais m'en occuper.
Après tout, les Mimiquis sont plutôt doués pour le combat grâce à leurs talents unique et ont un double-type des plus intéressants en terme de stratégie.

-Kécléon ?
-Oui bon, c'est sûr qu'en ce moment, je n'arrive plus trop à me remettre dans le bain à cause d'un blocage psychologique plus que pénible qui va me demander probablement des années de thérapie, mais là n'est guère le sujet.
Puis rien ne m'empêche de faire des entraînements comme j'en fais avec toi, Espoir.

-Léééoooon."

Jun se gratta la nuque un instant en regardant le Mimiqui, avant de fouiller de nouveau dans sa poche pour sortir une autre friandise. Elle fit un pas vers l'inconnue, en tendant le bonbon dans sa direction, un petit sourire aux lèvres.

"Mais ce serait dommage de laisser un pokémon avec autant de potentiel à la première venue. Vous ne me connaissez même pas.
Voilà ce que je vous propose : on en discute calmement autour d'un verre. On va essayer de voir pourquoi ça ne colle pas entre vous deux et, pourquoi pas, ambitionner de résoudre le problème.
Si on ne trouve aucune solution et que votre décision est définitivement résolue, je vous promets que je m'occuperais de Pikachu avec beaucoup de bienveillance.
Dans le cas contraire, vous continuez de parcourir les routes ensemble.
"

Honnêtement, cela semblait être un bon deal.
Espoir, lui, avait déjà commencé entrer en communication avec le Mimiqui, descendant de l'épaule de Jun pour se mettre à sa hauteur,  mettant le pokémon en confiance avec des banalités et le plus gros sourire de l'histoire pokémon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

« Je ne vous connais pas, c’est vrai. » Le regard de June tomba sur la friandise qu’on lui tendait. Elle la prit dans sa main, hésita un instant, puis continua sur sa lancée finalement. « Mais je vous ai vu, avec le petit Gobou. Il y a quelque chose entre vous et les Pokémons, c’est indéniable… Pikachu le sent aussi. C’est un Pokémon timide, qui ne se laisse pas approcher facilement. Il a peur de tout. Et pourtant, il n’a pas hésité à aller vers vous. » Pikachu s’avança timidement vers June, intéressé par le bonbon. Elle lui lança un regard fâché. Il baissa la tête, comme pour s’excuser. Alors elle lui tendit la douceur ; elle disait vouloir l’abandonner, mais elle avait un cœur tout de même.
Elle se retourna vers l’inconnue. « Vous êtes une excellente dresseuse. » Cela se sentait ; cette façon de communiquer, cette attention, cette maturité dans les gestes, tout portait à croire qu’elle avait passé sa vie avec les Pokémons. « Et moi, je ne le suis plus depuis longtemps. » Depuis plus de sept ans, à présent, June avait abandonné ce monde-là. Les combats, l’élevage, le simple contact avec un Pokémon. Elle avait fait une croix sur tout ça.

Alors, il lui suffirait de discuter avec cette charmante demoiselle ? Cela semblait correct. June n’aimait pas tellement parler d’elle, mais elle pourrait parler d’eux – elle et le Mimiqui – assez aisément. Qui sait, peut-être qu’effectivement ils trouveraient une solution. Mais elle en doutait, sincèrement. Car le problème ne venait pas de Pikachu, mais d’elle-même. June était terrorisée à l’idée de s’occuper de nouveau d’un Pokémon. Elle voulait être l’amie du Mimiqui et non en être la dresseuse. Elle sourit doucement à l’autre demoiselle – un sourire sans joie, cependant. « Mais très bien, faisons cela. Je vais chercher mes affaires, et je suis à vous. »

Une fois qu’elles furent installées comme le désirait la dresseuse, la rouquine prit l’initiative. Autant être franche dès le départ, après tout. C’était étrange, tout de même. Se dire que, peut-être, après cette conversation, elle ne reverrait plus Pikachu. Au fond, elle espérait que ce ne soit pas le cas. Elle aimait sa compagnie, alors qu’elle ne connaissait personne à Lumiris. Mais elle était comme une mère trop jeune – et pourtant, c’était elle la plus vieille ici. Elle ne voulait pas lui faire de mal mais, irrémédiablement, cela arriverait.
Ainsi donc, elle décidait d’ouvrir la conversation. « Je m’appelle June. Nous venons d’Ula-Ula, une île de la région d’Alola, si vous connaissez… Nous sommes arrivés il y a quelques temps ; j’avais pour ambition de refaire ma vie ici. Et pour être tout à fait honnête, de la refaire sans Pokémon. Je ne pensais pas que Pikachu viendrait avec moi. Je l’ai découvert sur le bateau… Il était trop tard. » Elle marqua une pause. Elle avait été heureuse, à ce moment-là, de voir sa petite frimousse sortir de son sac. Il lui avait faite la plus belle déclaration d’amitié qu’il soit. Elle sentit son cœur se serrer, dans sa poitrine. « Ce n’était pas mon Pokémon. Il était sauvage. Nous étions seulement amis. Mais ici, c’est différent. Ce n’est pas chez lui, je dois m’en occuper… Et je ne peux pas être dresseuse. » Sa voix s’était un peu brisée sur la fin.

Se livrer avait quelque chose d’angoissant pour June, aussi pensait-elle être arrivée à sa limite. Elle n’était pas sûre d’arriver à en dire plus. Se raclant la gorge pour se redonner contenance, elle finit par conclure. « Je vous écoute, si vous avez des questions. Ou même une remarque… » Cela faisait partie du deal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Ah. Elle était donc là lorsque Jun était intervenu auprès de la petite fille et du Gobou. C’est vrai que la blonde avait été toujours très à l’aise avec les pokémons, c’était ce qui avait été sa force et peut-être ce qui l’aiderait à guérir de son traumatisme. D’où la présence quotidienne d’Espoir à ses côtés.
Cependant, il y avait quelque chose qui avait fait tiquer Jun dans la présentation. Sous-entendait-elle qu’elle avait été une dresseuse il y a longtemps ? Pourquoi cet arrêt ? C’était peut-être là que se trouvait le noeud du problèmes. Cependant, la jeune femme ne se sentait pas assez à l’aise avec l’inconnue pour oser aborder le sujet, d’autant plus qu’elle semblait plutôt renfermée.

Jun emmena le drôle de duo dans un bar assez rustique, mais charmant. Le petit groupe fut installer en terrasse et Jun se commanda un jus de fruit frais, ainsi que des petites choses à consommer pour les pokémons. Espoir gonfla ses joues lorsque la serveuse parti, comme s’il était contrarié et Jun en ria un peu avant de s’intéresser à la dénommé June. L’ancienne championne écouta attentivement, réfléchissant quelques instants avant de finalement dire.

Pouvoir. Vouloir. La limite est fine.
Mais n’y voyez aucun jugement de ma part, c’est seulement un constat que tout être humain ayant vécu des moments difficile fait face un jour ou l’autre. J’en fais les frais actuellement, je sais que ce n’est pas facile de faire le point avec soi-même.


Jun glissa sa main sur la joue du caméléon qui poussa un petit cri de joie. Et il s’allongea littéralement sur la table lorsqu’elle glissa ses doigts dans le creux de son cou. Il était sensible, le Kecleon.

Je vous apprends rien si je vous dis qu’un pokémon sauvage qui suit un humain n’est pas anodin. Et je pense que vous deux, vous vous portez une réelle amitié. Maintenant, si vous avez l’impression de ne pas pouvoir vous en occupez, c’est votre droit le plus strict. Je me demande juste pourquoi vous pensez que vous n’en êtes pas capable.

La blonde n’était plus du genre à sortir des leçons de moral à deux balles. Ce n’était pas ce que June avait besoin d’entendre. Ce qu’elle avait besoin, c’était de temps.

Autre chose. Pourquoi l’avoir surnommé Pikachu ? Est-ce que vous avez cru qu'il en était un ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

« Que… Vous est-il arrivé ? » Elle avait demandé spontanément, sans arrière-pensée mauvaise, sans condescendance. C’était la seconde fois que la jeune femme évoquait sa situation difficile. Si June n’y avait pas tellement prêté attention la première fois, elle osait demander des précisions la seconde fois. Pourquoi ? Parce qu’elle était reine dans l’art de juger trop rapidement les gens. Elle se souvenait très précisément des mots « Se tromper et recommencer. » que la demoiselle avait prononcés un peu plus tôt. Elle avait basé son jugement là-dessus, pour une grande partie. Mais soudainement, June avait un doute. Et si, tout comme elle, cette dresseuse s’était trompée ? Et qu’elle s’en remettait ? N’était-ce pas la preuve que June aussi pourrait s’en remettre ? Peut-être pas ; toujours était-il qu’elle avait besoin de réponse. Elle ajouta cependant : « Si ce n’est pas trop indiscret. »

Voyant le Kecleon se faire dorloter sur la table, Pikachu eut l’air de vouloir le rejoindre. Mais parce que June ne faisait aucun mouvement pour l’y encourager, il n’osa pas bouger de sa chaise, à ses côtés. Il ne savait pas trop de quoi elles discutaient, mais il sentait que c’était un moment difficile pour sa dresseuse. Il voulait rester à ses côtés pour la soutenir, d’une façon ou d’une autre.

Elle réfléchissait. Pourquoi elle n’en était pas capable… Devait-elle le dire ? Cette fille n’allait-elle pas prendre le Mimiqui et l’éloigner au plus vite, si elle le disait ? June cherchait comment contourner cette question. Elle ne voulait pas qu’on la juge. Elle savait que les gens comme elle dégoûtaient la plupart des dresseurs… Finalement, elle choisit de ne rien dire et de se contenter de répondre à propos du surnom de Pikachu. « Non, je savais bien ce qu’était un Mimiqui. Sur Ula-Ula, on raconte beaucoup d’histoires à propos de ces Pokémons, pour tenir les enfants loin d’eux. J’ai découvert que ce sont en réalité des Pokémons très solitaires, mais qu’ils ont un grand cœur. Ils se déguisent pour arriver à se faire des amis. Pikachu est particulièrement timide et il perd vite ses moyens. Il a toujours peur qu’on découvre sa vraie apparence… L’appeler ainsi est un moyen de le mettre en confiance. Pas vrai, Pikachu ? »

Elle se tourna vers lui ; il grippa sur ses genoux et se colla à elle. Pour vrai, cela le rendait profondément heureux qu’on l’appelle comme son homologue électrique. Elle sourit tendrement. Elle espéra que, s’ils venaient à se séparer, son prochain dresseur continuerait de l’appeler ainsi.
Elle prit son courage à deux mains. « Si je vous dis pourquoi je ne peux plus être dresseur… Serez-vous compréhensive ? Je ne connais pas grand-monde qui m’ait pardonnée, à l’époque. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Vous venez d'arriver à Lumiris, alors vous ne savez peut-être pas, mais il y a eu une attaque de la team Mistral sur des habitations, à l’aide de pokémon géant.
En tant que championne de type Acier, j’ai naturellement participé à la défense d’une ville.
Mais j’ai perdu.
C’était un… un bruyverne géant.
Humf...


La blonde commença à froncer les sourcils. Mince, son front la démangeait de l’intérieur. Comme à chaque fois qu’elle essayait de penser au moment fatidique qui a littéralement bousculé son mode de vie. D’ailleurs, elle n’arrivait jamais à y penser précisément. C’était flou et plus elle se forçait, plus c’était douloureux.
Espoir se relève, échappe au caresse et se place sur l’épaule de sa dresseuse, débutant un massage crânien. Mine de rien, les pattes du Kécleon étaient plutôt bien conçu pour ce genre d’exercice. Et ça soulageait l’ancienne championne.

... Pardonnez-moi, ça me fait ça à chaque fois.
Bref, la seule chose dont je me souviens, c’est que je suis tombée sur le sol et que j’ai eu mal partout. Puis je suis tombé dans le coma. Pendant un mois. Entre temps, une… comment la définir…

-Kécléon !
-Who who, c’est pas encore fait, j’ai encore quelques mois devant moi.
-Léon !
-Une amie donc, m’a rapatrié à Sinnoh pour que je guérisse physiquement… Psychologiquement, c’était plus compliqué. Je ne peux plus faire de match pokémon. Littéralement, j’en deviens malade quand on me propose un défi. Les psychiatres ont conclus que j’ai tellement eu peur lors de ma dernière confrontation que mon cerveau me bloque pour me protéger.
L’attention est louable, mais j’aime réellement les combats pokémon et sans me vanter, je n’étais pas trop mauvaise dans le domaine. Enfin, avant.
Avec l’aide d’Espoir, je suis retournée ici, à Lumiris pour essayer de guérir. Soit il me faudra du temps, soit il me faudra un élément déclencheur pour que je me rétablisse, même s’il y aura probablement des séquelles.
Mais je suis butée, je trouverais un moyen. Je recommencerais, jusqu’à ce que j’y arrive.


Jun lança un regard de défi. Pas envers June en particulier, mais envers le monde entier. La blonde ne restera pas sur son échec, elle trouvera le moyen de combattre de nouveau pour l’adrénaline et pour défendre Lumiris.  

Bon, à vous maintenant.

Miss Abe écouta attentivement l’histoire de l’origine du drôle de surnom de Mimiqui. D’ailleurs, il y avait un petit sourire qui s’était dessiné sur son visage. June était beaucoup plus attentionnée envers le pokémon qu’elle ne laissait penser. D’ailleurs, le pokémon aussi était très attaché à elle, montant sur ses genoux lorsque celle-ci s’adressait à elle. Ce serait réellement dommage de les séparer.

Je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Cette jeune femme, cette enfant si mature… Etait une ancienne championne ? June parut stupéfaite. Cela expliquait beaucoup de choses sur sa relation avec les Pokémons. Elle hochait la tête, à l’évocation de la Team Mistral. On lui en avait parlé. Aussi, elle admira son courage pour s’y être opposée ; June n’oubliait pas que ces malfrats avaient détruit une ville entière. Ce devait être une dresseuse et une combattante hors pair, certainement.

Mais l’aveu de sa défaite eut un effet fulgurant sur June. Elle se surprit à éprouver une compassion empreinte de douleur et de tristesse. « Mais j’ai perdu. » Cette phrase résonnait étrangement, comme si, sans qu’il n’y ait besoin d’en dire plus, elle saisissait toute l’essence de ce qu’avait vécu la blonde. Effectivement, elle pouvait elle aussi résumer son malheur à cette phrase.
June se releva subitement, voyant que son interlocutrice semblait souffrir. Cependant, avant même qu’elle n’eut à faire quoique ce soit, le Kecleon avait pris les choses en main – littéralement. Voyant que le mal commençait à disparaitre, la demoiselle retrouva son siège, lentement. Elle fit un geste de la main pour rassurer son interlocutrice qui s’excusait. Elle n’osait plus rien dire, se laissant emporter par le récit de la dresseuse.

Elle ne put qu’être plus admirative encore. L’espace d’un instant, elle se sentit ridicule face à une telle volonté. Malgré son échec, malgré ses blessures physiques et psychologiques, malgré tout ce qu’elle avait vécu… Elle ne baissait pas les bras. Elle avait quelque chose auquel se raccrochait visiblement, et elle le faisait avec détermination. Cependant la rouquine ne pouvait prendre l’ancienne championne comme modèle. Enfin, pensait-elle, du moins. A quoi était-elle supposée se raccrocher ?

Elle se racla la gorge. C’était son tour. Elle sentit le stress monter rapidement – son estomac se noua. Elle repensa à ce que venait de raconter la dresseuse. Ce qu’elle venait de lui confier. Car ce ne devait pas être une histoire qui se racontait à tout va. « Elle te fait confiance. Et elle a promis. » pensa June. Peu importe si c’était vrai, elle le regretterait après.
Elle se lança alors.

« Mon tout premier Pokémon était une Munna. » Cela n’était peut-être pas si important pour l’histoire, mais pour la dame c’était symbolique. Munna était le départ et la fin de ses péripéties. « J’aimais la liberté que cela procurait, d’avoir un Pokémon. J’ai pris beaucoup de plaisir à voyager aux quatre coins d’Alola, et à rencontrer des dresseurs. J’aimais beaucoup les combats, également. Enfin… Je ne sais pas… J’aimais la victoire, en tout cas. » Elle gratta machinalement la table avec l’ongle de son index. « Vous savez, je crois que ce genre d’aventure ne convient pas à tout le monde. Je n’étais pas faite pour ça. Quelque part, ça m’a brisée. » Et encore, là n’était pas le plus grave. « J’ai perdu de vue ce qui m’avait poussée à l’aventure ; mon amitié avec mes Pokémons, entre autres. Me battre, et gagner surtout, est devenu une nécessité plus qu’un plaisir. » Elle s’arrêta, inspira douloureusement.

« Mais j’ai perdu. » Cette même phrase qu’avait prononcée l’ancienne championne, June la disait également, avec difficulté. « J’ai perdu un combat que je ne devais pas perdre. Je me suis emportée. J’ai voulu… Je sais pas. J’en voulais à mes Pokémons. J’ai voulu me venger sur eux. Mais… Mais Munna s’est interposée, je crois. » Elle ne put retenir un sanglot. Rapidement les larmes suivirent. Elle pencha la tête, comme pour implorer pardon. Mais il était trop tard. Trop tard… « Je l’ai tuée. »

C’était un accident – du moins c’est ce qu’on lui avait dit. Elle n’y croyait pas. Elle se souvenait de tout. De chaque détail. Intensément. Elle prit sa tête entre ses mains. Elle tremblait terriblement. « Je l’ai tuée… » répéta-t-elle. Et avec Munna, une partie de June était morte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Jun écarquilla les yeux lorsque le récit se termina. Effectivement, elle ne s’était guère attendu à ce genre d’histoire. C’était dur. Très dur. On pouvait aisément comprendre pourquoi elle craignait devoir s’occuper d’un autre compagnon digimon. La jeune fille prit le temps de réfléchir, elle pesait chacun de ses mots, se souvenant qu’elle avait déjà fait une bourde avec une personne ayant un handicap social. Bon, on n’était pas à ce niveau, mais chaque erreur permet de devenir quelqu’un de meilleur, pour peu qu’on les accepte.

Laissez-vous aller.

La blonde attrapa simplement une serviette qu’elle tendit vers la rousse et attendit patiemment que les larmes finissent par se tarir. Le Kécléon descendit de l’épaule de Jun et observa la jeune fille en face d’elle, avant de se mettre à pleurer à son tour. C’était un pokémon excessivement émotif qui pleurait pour un rien.
D’ailleurs, l’ancienne championne n’était plus aussi froide qu’avant. Sa respiration était intense et on pouvait voir qu’elle avait toute la difficulté du monde pour retenir ses propres sanglots qui perlait au bord de ses yeux.

... Je… Je sais que c’est dur à raconter.
Mais... considérez que c’est déjà une première victoire vers la guérison. Du moins si vous souhaitez briser le cercle infernal dans laquelle vous semblez empêtrer.


La blonde l’avait promis. Aucun jugement. De la compréhension. Chaque expérience était propre. On pouvait se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment, dans le mauvais état psychologique.

... Cette soif de victoire. Je crois que je l’ai vécu aussi. Je me souviens d’une époque où je poussais mes pokémons jusqu’à l’épuisement.
Mais contrairement à vous, j’ai eu la chance que quelqu’un m’ait dit que j’allais trop loin.
Finalement, j’aurais peut-être pu vivre la même expérience, si cette personne n’avait pas été là. Notre passé qui constitue notre avenir ne tient finalement qu’à un petit si.


La dresseuse essuya une dernière larme qui se baladait sur sa joue en regardant un peu sur le côté. Si ses amis la voyaient ainsi, il ne la reconnaîtrait probablement pas.

... Pikachu ? Est-ce que tu connaissais cette histoire ?
Qu’est-ce que tu en penses ?


Elle s’adressait directement au Mimiqui. Lui aussi, avait droit à la parole. Et, dans le doute, le Kécléon commença à traduire, toujours en pleurant.
Pas certains que ce soit compréhensible, mais ça valait le coup d’essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

June fut troublée. Elle ne s’attendait pas à voir des larmes dans les yeux de ses interlocuteurs. A l’époque, ceux qui ne pensaient pas que ce fut un accident l’avaient maudite, insultée, presque lynchée. Elle ne leur en avait pas voulu, bien au contraire, c’était une réaction tout à fait compréhensible. Mais ce jour-là, son histoire avait fait pleurer un Kecleon. Quelque part, elle se doutait que les Pokémons devaient éprouver de la compassion pour la Munna disparue. Mais elle n’avait jamais vu de Pokémon pleurer. Et étrangement, être témoin d’une telle scène l’apaisa. Peu à peu, ses larmes cessèrent de couler. Elle se sentait immensément désolée pour le pauvre Pokémon caméléon et si honteuse.

La dresseuse du Kecleon semblait également pleine d’émotion. Et les mots qu’elle prononça à cet instant-là, June les accepta avec un soulagement immense. Pour la première fois, elle avait l’impression qu’on ne cherchait ni à la pointer du doigt, ni à lui trouver des excuses – car c’étaient ce qu’avaient malheureusement fait ses parents en essayant de la réconforter, et cela avait eu pour effet de la conforter dans l’idée qu’elle était un monstre. A l’évidence, l’ancienne championne ne se prononçait pas sur l’acte en lui-même. Cependant, lui confier qu’elle-même aurait pu se retrouver dans la même situation... C’était, sans le savoir, apporter un brin d’espoir à June.

Quand leur interlocutrice se tourna vers le Mimiqui, celui-ci parut un peu surpris. Il ne s’était pas attendu à ce que son avis importe vraiment… Cependant, il saisissait parfaitement la gravité de l’instant. Et, effectivement, il avait des choses à dire. Beaucoup de choses. Seulement, il gardait souvent toutes ces choses pour lui. Alors… Devait-il parler ? Il regarda le Kecleon qui pleurait toujours. S’il le pouvait, Pikachu aurait pleuré avec lui. Devait-il ? Il grimpa sur la table. Et dit ce qu’il avait sur le cœur, timidement.

Pikachu connaissait cette histoire. Celle de Munna. Sur Ula-Ula, June venait lui rendre visite quasiment tous les soirs. Pendant longtemps, ils avaient passé ces soirées à ne rien se dire. Juste être là, côte-à-côte, dans l’obscurité. Mais même s’ils ne se disaient rien, Pikachu comprenait. Il savait que, souvent, elle pleurait en silence. Un jour, elle avait commencé à parler. Peu à peu, elle lui avait tout raconté ; parce qu’à l’évidence, ils partageaient leur solitude et leur désir de se cacher.

Alors, qu’en pensait-il ? Il s’approcha des affaires de June, fouillant un instant, et en sorti une petite boite qu’il montra aux autres. Dedans se trouvait le témoignage de toute son affection. Une fleur séchée. Il lui avait offerte et elle la gardait toujours avec elle. Parce qu’ils étaient amis, et que même le temps ne saurait l’effacer. Il se tut un instant, pensif. Finalement, il s’approcha de la dame aux cheveux blonds. « Je crois que June a changé, mais qu’elle ne le sait pas. » Il referma la petite boite. Tant que cette fleur serait là, il promettait de rester à ses côtés.

Il ajouta alors : « Je crois que tout le monde peut guérir. Mais seul, c’est difficile. C’est mieux avec des amis. » Il avait parlé autant pour June que pour Jun. Il avait bien écouté son histoire à elle aussi. Il n’aimait pas la solitude, mais tous ces gens autour de lui étaient si seuls. Il voulait les aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Les pokémons ne parlent pas. En tout cas, l’oreille humaine n’est pas encore capable de comprendre chaque mot. Mais Jun avait toujours eu un “traducteur” de son côté. Un pokémon dont elle était tellement proche qu’elle le comprenait rien qu’en le regardant et en l’écoutant. C’était un véritable don qui servait encore aujourd’hui. Kécléon expliqua alors les mots de Pikachu, même si celui-ci était plutôt explicite dans ses gestes.
Jun regarda la jeune femme rousse, attendit un instant avant de reprendre la parole.

Vous faîtes comme vous voulez… Mais je suis d’accord sur beaucoup de choses.
Petit un : c’est difficile de s’en sortir seul. Il faut savoir mettre son égo de côté et accepter l’aide comme une chance et non comme une faiblesse.

-Kecléon.
-Petit deux… Vous avez là un ami vraiment extraordinaire et… très franchement, cela me ferait très mal de vous en séparer. Je suis persuadée qu’ensemble, vous pouvez faire de très belles choses. Pas seulement du combat pokémon. Juste… des choses qui vous feront grandir tous les deux.
...
Tu es la seule qui peut décider si tu veux avancer. Tu auras des séquelles et Rayquaza sait que les blessures au coeur sont celles qui mettent le plus de temps à guérir. Mais c’est aussi celles qui nous font grandir le plus.
"

Whoa, Jun philosophique. Il faut croire que son séjour dans le coma et face à son handicap l’on rendu encore plus mature qu’auparavant. Les commandes arrivent finalement et Jun demande discrètement qu’on apporte quelques mouchoirs supplémentaires. Une boisson fruité, idéal pour la saison. Et avec une paille. Il faut en profiter, cela ne va plus rester très longtemps. Espoir, lui se jette sur sa glace, toujours en larme. Il avait du mal à s’en remettre.

Prenez le temps d’y réfléchir. Je ne suis pas très pressée de toute façon.


(Désolé pour la longueur du message T^T Je ferais mieux pour la suite)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

June avait réfléchi, longuement. Pas seulement durant ces quelques secondes après le discours de Jun. Non, des années durant. Bien sûr, elle avait la volonté de changer. Elle croyait résolument au Pardon. Elle croyait qu’elle pourrait se racheter, d’une façon ou une autre, un jour. Elle y avait longuement pensé – à toutes les façons de devenir quelqu’un de meilleur. Mais… Il y avait toujours eu un « Mais ». Elle était seule. A Alola, on l’avait abandonnée ; à Lumiris, elle ne connaissait personne. La solitude était un bien grand « Mais » qui l’avait empêchée d’avancer.

Les paroles qu’avaient prononcées, tour à tour, le Mimiqui et Jun étaient tout à fait justes. Elle le savait, et pourtant, elle ne pouvait penser à rien d’autre que ce « Mais ». Tout intimidé après s’être exprimé, Pikachu n’osait plus rien dire, ni faire. Et elle, elle était, comme à son habitude, un peu perdue. La tête lui tournait légèrement – un effet de la tension accumulée qui s’évacuait lentement. Elle avait été très stressée de parler de tout ça et de pleurer. Elle se frotta nerveusement le front. « Lâche prise, June. » songea-t-elle. « Bordel… Fais-leur confiance. »

Elle inspira longuement. « Je suis seule. Je veux dire, il y a Pikachu… M-Mais, je ne connais personne ici. » Elle avait eu un peu peur de prononcer le fameux Mais, à haute voix. Elle continua. « Je ne sais pas ce que je suis censée faire. Pour… tourner la page. » Sa voix s’était un peu brisée sur la fin. Comme par manque de volonté. Pourtant, de la volonté, elle en avait non ? Alors ! Elle se racla la gorge avant de réaffirmer. « Mais je n’abandonnerai pas Pikachu. » Sa façon à elle de dire qu’elle voulait faire l’effort et essayer… Non, pas essayer. Devenir une dresseuse exemplaire. Pour lui.

Mais par quoi commencer, dans cette quête de renouveau ? Peut-être fallait-il commencer par briser sa solitude. « Pourriez-vous m’aider ? » demanda-t-elle timidement. « Enfin, vous avez vos propres soucis, bien sûr. Simplement, enfin, il y beaucoup de choses que je vais devoir réapprendre… Vous devez être occupée, certainement. Evidemment. Mais vous êtes quelqu’un de bien, vous avez une relation particulière avec le monde des Pokémons… » June semblait se faire les questions et les réponses, ne sachant pas comment formuler sa demande correctement. Elle ne voulait pas profiter de la gentillesse de son interlocutrice. Mais son expérience personnelle et la « proximité » que créaient leurs déboires respectifs avaient convaincue June que son homonyme serait certainement la personne la plus appropriée. Elle ajouta alors. « Je travaillerai dur. Je le promets. »

[Pas de soucis ! Et je suis désolée pour le retard aussi, les vacances se sont glissées au milieu :3]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Jun pouvait imaginer le dilemme cruel qui se jouait dans la tête de la rousse. Cependant, comme dit précédemment, elle était patiente. Elle lui laissait le temps de réfléchir, ne comptant nullement les secondes et les minutes. Elle dégustait son cocktail discrètement, tandis qu’Espoir semblait vouloir enfouir sa tristesse dans de la glace à la menthe.

June finit par se lancer. Par se confier. Et ben voilà. Le réel problème avait été trouvé : la solitude. Cette assassine qui tue à petit feu les êtres humains, de milles et une manière. Mais la Volonté de changer devait surpasser ce sentiment et la rousse semblait être sur la bonne voie. Cela fit sourire la blonde d’ailleurs. Et encore plus quand elle demanda son aide. On sentait qu’elle avait eu du mal à sortir celui-là, surtout lorsqu’elle se confondait tantot en excuse et tantôt elle souhaitait réellement progresser.

Je ne sais pas si je suis vraiment quelqu’un de bien. J’essaye, tout au plus.
Et je vais essayer de t’aider. Enfin, on. N’est-ce pas Espoir ?

-Kécléon !
-Sèche tes larmes. Je sais que tu as le talent Protéen, mais ce n’est pas une raison pour être un type eau en permanence.
-Kéééécléééoooon !

L’ancienne dresseuse commença à rire lorsque le caméléon rentra dans une colère noire, l’engueulant comme pas permis avec des mots que Jun ne pouvait pas traduire. Mais c’était probablement pour ça qu’elle trouvait le comportement de son meilleur ami pokémon amusant. Enfin, celui-ci se calma finalement en allant bouder dans un coin, assis au bord de la table, les bras croisées et l'air indigné.

Le plus important, c’est que tu ré-apprennes à faire confiance et à te faire confiance. Pour cela, il n’y a pas de secret, il faut passer du temps avec son pokémon. Cela peut-être des jeux. Des entraînements. Des balades. Des matchs aussi. Toute activité que l’on pratique avec son pokémon.

Jun commença à réfléchir et lorsque l’ampoule symbolisant l’esprit de la blonde s’illumina d’une idée brillante, elle afficha un sourire des plus taquins.

J’ai quelques propositions, mais peut-être que vous avez des envies particulières ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Un rire s’éleva, d’abord un peu timide – presque étouffé – et puis bien plus franc. June riait ; ce n’était pas nerveux, pour une fois, juste un rire sincère. La boutade de Jun à propos du Pokémon qui pleurait encore et les simagrées de ce dernier avaient eu définitivement raison de sa morosité. Même s’il lui était difficile de déterminer s’il était réellement en colère. C’était beau ; ils étaient beaux tous les deux. Elle recouvra cependant tout son sérieux quand Jun reprit la parole. Son premier conseil paraissait tout à fait censé. Passer du temps ensemble…

« Et si… Si j’ai l’impression de mal faire les choses ? Il n’y a pas si longtemps… Il a pris le soleil. Cela a été une catastrophe. Mais c’est ma faute, j’aurais dû le savoir en venant à Port-Corail que ce serait dangereux pour lui. Alors, oui, je passerai du temps avec lui. Mais si je rate tout ? Et qu’il ne veut plus de moi ? » Comme tous les autres, sur Alola. « Ou même s’il me pardonne… Ce serait mal, de ma part. » Ah, que c’était compliqué tout ça. Elle manquait de confiance, c’était évident. Et donc, effectivement, pour recouvrer sa confiance en elle il fallait qu’elle s’astreigne à le faire. Elle serait peut-être un peu maladroite, mais avec le temps ça irait. Ça irait.

« Je ne sais pas trop… » continua-t-elle avant de se tourner vers son Pokémon. Elle voulait qu’il soit heureux. « Peut-être… » Mais capturer de nouveaux Pokémons, c’était prendre le risque que cela se passe mal de nouveau. Lui seul, c’était déjà bien assez pour l’instant. Il ne fallait pas précipiter les choses, pensait-elle. « Visiter Lumiris ? Puisque nous sommes arrivés il y a peu de temps. » C’était une idée en l’air, elle n’y avait pas vraiment réfléchi. Elle ne savait même pas si c’était ce à quoi pensait la blonde.

Après un instant de silence, la dame reprit la parole. « Qu’avez-vous prévu de faire, vous ? » Elle parlait bien évidemment de son retour à Lumiris et de la difficulté qu’elle rencontrait à reprendre les combats Pokémon. June se doutait bien que ce serait délicat pour elle de retourner à la vie qu’elle avait avant son accident. Elle ne pouvait plus être championne dans ces conditions. « Est-ce que je peux vous aider, moi aussi ? » Elle n’avait pas forcément d’idée précise de comment procéder. Seulement, elle percevait l’histoire de Jun comme celle d’un deuil ayant mal tourné – si toutefois c’était possible. Et le deuil, elle le connaissait bien. Alors, oui, elle sentait qu’elle pourrait aider à sa manière. Même si cela ne serait que des mots, peut-être. Les mots pouvaient guérir, autant que détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Jun regarde la rousse qui lâcha un rire. Et ben, elle n’avait pas cette remarque dans ce but, c’était plus pour taquiner son ami, mais on aurait dit que June venait de se libérer d’un poids. Comme si cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas agit ainsi. Cela ne fit faire rire Jun de nouveau. C’est tellement mieux quand on est soit même et cela semblait être un premier pas vers la guérison pour la jeune fille.
En tout cas, elle semblait beaucoup douter. Les voix de la confiance sont impénétrables.

Avec des si, on met Lumiris en bouteille.


Tu feras des erreurs. C’est comme ça. On en fait tous. Peut-être qu’il te boudera de temps en temps et il y aura l’inverse également. On en a eu un parfait exemple tout à l’heure.


Cependant, Pikachu semble vraiment s'être très attaché à toi. Peut-être qu’il s’éloignera, mais jamais il ne t’abandonnera. Comme toi tu ne le laisseras pas à la première dresseuse venue, même si tu le hurle à voix haute.  


Il y avait ce qu’on dit, ce qu’on fait et ce qu’on pense. La façon était propre à chaque individu, mais avec les événements qui se sont déroulées sous ses yeux, Jun commençait à cerner un peu le personnage. Un peu seulement. La blonde sentait qu’elle allait beaucoup en apprendre par la suite.

Visiter Lumiris, c’est une excellente idée. Cela vous dit un petit tour à l’Aquarium ? J’offre les billets.


Jun l’avait déjà visitée, mais la ville était dynamique et elle se doutait qu’il devait y avoir des nouveautés, de sorte que le visiteur soit toujours agréablement surpris lorsqu’il revient. D’ailleurs, la jeune blonde était en train de consulter son portable pour commencer à réserver lorsque le sujet revint soudainement sur elle.



Un miracle. C’était probablement ce dont elle avait besoin. Du temps, sans doute. Un déclic, certainement, mais quoi ? Bonne question. Mais comment aimer de nouveau le combat pokémon alors qu’elle était physiquement incapable d’en faire un, même pour se défendre ?



Non. Il n’y avait rien qui lui venait à l’esprit. Rien du tout. D’ailleurs, Espoir sentit la détresse de sa dresseuse et fila lui faire un câlin (mettant fin à son boudage), cachant habillement une petite larme qui roulait pudiquement sur la joue de la blonde.
Trente secondes plus tard, la blonde prit une grande respiration pour se calmer et laisser sa souffrance de côté, tandis que le kécléon se décalait, non sans effectuer la même blague que Jun, quelques instants plus tôt.

Ahah, retour à l’envoyeur.


Kécléon !


L’humour avait le don de la déstresser. Et fort heureusement, Espoir était un pokémon très drôle. Cependant, Jun recentre son attention sur la rousse.

... Vous savez, je vous aide sans rien attendre en retour.


Le Kécléon effectua un véritable facepalm puis se dirigea vers le bord de la table pour parler à pikachu d’une piste potentielle. Cependant, Jun avait eu le réflexe de l’attraper par la queue et de le retenir. Du coup, il faisait du surplace, mais cela ne l’empêchait pas de parler, évoquant le fait que retrouver le tout premier pokémon que la blonde avait eu pourrait être une première voie de guérison.

On ne va pas déranger ces personnes, puis, ce serait égoïste.  


Cela vous mettrait en danger et je ne veux pas vous raviver de mauvais souvenir.


Le Kécléon réfléchit un instant et fini par cesser de tirer. Elle avait raison et Espoir le savait.

Bon, du coup, un petit tour à l’Aquarium, ça vous tente ? Ce n’est pas très loin et Pikachu n’aura pas de soucis avec le soleil, vu que c’est en intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Finalement, la conversation avait pris un tout autre tournant, et il lui sembla bien loin le temps où elle voulait abandonner Pikachu. June ne serait jamais assez reconnaissante envers Jun. Pour tout ; pour ses paroles réconfortantes, pour ses paroles un peu dures mais emplies de vérité. La rousse avait tout à fait conscience d’être tombée sur une personne extraordinaire – elle avait eu beaucoup de chance.
Elle hésita tout de même à l’idée d’aller à l’Aquarium. Enfin, pour être tout à fait juste, ce n’était pas le fait d’y aller avec la blonde qui la dérangeait. C’était que la blonde leur offre l’entrée. Elle faisait déjà beaucoup pour eux, elle n’avait pas besoin, en plus, de leur offrir quoi que ce soit.

Mais, encore une fois, June avait fait une bêtise. L’ambiance, si chaleureuse la seconde d’avant, s’était soudain détériorée. Il ne fallait pas être un devin pour voir que ses questions avaient, sinon ravivé de mauvais souvenirs, au moins réveillé une certaine souffrance. Elle s’en mordit les lèvres, détournant le regard lorsque le Kecleon alla faire un câlin à sa dresseuse, par pudeur. Retour à l’envoyeur. Aïe. Même si c’était dit sur le ton de l’humour, cela faisait mal. Il fallait toujours qu’elle fasse un pas de travers… Elle voulait s’excuser, mais elle se doutait que cela ne changerait rien.

S’ensuivit une scène assez étrange. Si Jun qui attestait ne pas avoir besoin de l’aide de June, le Kecleon semblait d’un tout autre avis. Enfin, peut-être que ce n’était pas de l’aide de June spécifiquement dont ils avaient besoin, mais au moins d’une aide. Cependant, la rousse était incapable de comprendre ce qu’il se passait du côté du Pokémon. Elle lança un regard vers Pikachu qui lui répondit d’un signe, comme pour la rassurer. Il discutait avec le Kecleon ?
Lorsque l’ancienne championne avança que cela mettrait June dans une situation inconfortable, son Pokémon cessa de lutter. Mais, pour June, cette remarque était une motivation supplémentaire. Cela la mettrait à l’épreuve ? Et alors ! Elle avait dit vouloir travailler dur pour changer. Elle le ferait. Elle ne voulait pas nécessairement oublier ses mauvais souvenirs. Elle voulait, au contraire, se les remémorer avec précision, ne jamais les oublier. Elle voulait les assumer, et en subir les conséquences.

Alors, oui, elle voulait l’aider. Elle et Pikachu, tous les deux, le désiraient ardemment. Et pas parce qu’ils pensaient avoir une dette envers elle. « Ce n’est pas égoïste. Vous en avez besoin. Faut-il s’excuser de respirer, pour vivre ? » Elle avait parlé sans vraiment réfléchir, mais dans l’idée cela reflétait assez son sentiment. Comment cela pouvait-il être égoïste, alors que c’était ce dont elle avait le plus besoin ? Elle continua, sur un ton plus doux. « Pikachu a dit tout à l’heure que c’est plus simple avec des amis… J’aimerais, autant que possible, être cet ami. »

Le Mimiqui hocha de sa fausse tête. June sourit avec tendresse. Elle comprenait cependant que ce n’était pas une décision facile à prendre – elle-même venait de connaitre ça, et elle n’était pas encore certaine de savoir ce dans quoi elle s’était embarquée. Aussi, elle continua sur un ton plus léger. « C’est avec plaisir, pour l’Aquarium. » Cela leur laisserait peut-être le temps, aux uns et aux autres, de réfléchir à la longue discussion qui venait de se dérouler. « Excusez-moi, je reviens. Ah ! Je règlerai l’addition au comptoir, au passage. C’est pour moi ! » ajouta-t-elle. Puis elle se leva et se dirigea vers l’intérieur, cherchant du regard les toilettes. De son propre chef, Pikachu sauta de sa chaise et la suivit. Il voulait raconter ce que le Pokémon caméléon lui avait dit. C’était très important ! Même si ce n’était pas forcément le moment ; il avait encore beaucoup de choses à apprendre sur les humains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Jun fut légèrement surprise que la rousse lui mette sa détermination en pleins milieu du visage. Elle ne s’attendait pas à ce qu’elle souhaite l’aider à ce point. Et pourtant, si on remonte un peu dans le temps, c’était la situation inverse qui s’était produit. Le cordonnier était toujours le plus mal chaussée et son exemple lui revenait dans la figure.



Le caméléon se tourna vers Jun, le regard visiblement aussi suppliant. Elle ne pouvait pas toujours avoir cette façade calme et presque fière. Elle avait besoin d’aide. Etait-ce donc mal de s’entraider ? Non, absolument pas. D’ailleurs, la blonde se demandait pourquoi elle ne l’avait pas demandé avant. Elle n’était pas parfaite, elle l’avait déjà dit, alors pourquoi elle se comportait comme tel ? Réponse : les vieilles habitudes ont la vie dure.

June finit par se lever, se proposant de régler l’addition en ne laissant pas vraiment le choix à la blonde qui afficha un sourire plutôt amusé. Elle se contenta donc de réserver des places pour l’Aquarium avant de remarquer que le Mimiqui n’était plus là.

Kecleon !


Bien sûr qu’ils sont faits pour s’entendre.


Kecleooon ?


Hum…


Le Kecleon avait bien parlé de la Grahyèna doré à Pikachu, lui expliquant en effet que c’était son premier starter dont elle a été séparée après l’accident. Cependant, contrairement aux autres pokémons de sa team principale, la jeune fille ne pouvait concevoir de se relancer dans le combat sans son amie de toujours, son alter-ego version pokémon. Volonté.
Celle-ci se trouvait désormais chez une dresseuse que Jun n’appréciait pas particulièrement. Mais genre, vraiment pas. Tellement qu’elle n’avait vraiment pas envie de la voir en face. Cependant, il serait malhonnête de dire que cette personne était malveillante. Elle aurait beaucoup changé depuis sa dernière visite et s’occupait de la Grahyèna avec soin, selon les dires de ses amis.

Je passerais un coup de fil tout à l’heure.


Kécléon !


Jun se lève et laisse Espoir grimper sur elle, pour se placer sur son épaule comme à son habitude. Elle se dirige ensuite vers le comptoir et attends June, fixant son téléphone avec un numéro. Il n’y avait plus qu’à appuyer sur le bouton vert pour appeler.
En discret, le caméléon tenta une approche, mais celui-ci se fait rembarrer par la dresseuse qui le connaissait trop bien.

Tout à l’heure.


Léon…


Lorsque June revint au comptoir, la blonde se dit qu’elle lui devait quelques petites précisions.

Prête, amie de galère ?
Ce n’est pas très loin et la balade est plutôt agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

June avait bien essayé de comprendre ce que son Mimiqui peinait à lui raconter. Il semblait si agité qu’elle comprenait bien qu’il s’agissait de quelque chose d’important. Mais… Ah, c’était toujours aussi difficile de déchiffrer ses mouvements et son déguisement n’arrangeait vraiment rien. Elle se fit la réflexion qu’ils devraient se mettre d’accord sur un minimum de gestes ; une sorte de langage des signes adapté au Pokémon. Pendant qu’elle se séchait les mains, il avait fouillé dans son sac, à la recherche de quelque chose qu’il n’avait apparemment pas trouvé. Finalement, tout ce qu’elle avait saisi c’est que cela concernait Jun, les Pokémons et peut-être elle-même aussi. Elle posa la main sur la fausse tête du Mimiqui et le caressa affectueusement. Il semblait déçu. « Ne t’en fais pas, c’est pas grave. Je vais lui demander, d’accord ? » Et sur ces mots réconfortants pour le petit monstre, elle était sortie.

Lorsqu’ils arrivèrent au comptoir, Jun et son Pokémon les y attendaient. Étrangement, lorsque la blonde prononça le mot « amie », June se sentit soudainement très légère. Était-ce une réponse à la main qu’elle lui avait tendue ? Peut-être qu’elle l’interprétait mal – ce ne serait pas la première fois. Mais peu importait, à vrai dire. Cela fit beaucoup d’effet à la rousse qui ne put réprimer un large sourire. Était-ce vraiment utile de préciser que personne ne l’avait appelée « amie » depuis des années ? C’était à la fois merveilleux et terriblement angoissant.

Elle régla rapidement l’addition et fit un geste à Jun pour signifier que tout était O.K. « Nous sommes prêts ! » Et comme elle allait se mettre en mouvement pour suivre l’ancienne championne, Pikachu lui attrapa la jambe. Hum ? Ah… Oui, bien sûr qu’elle allait lui demander. Il insista. Alors elle finit par céder. Il semblait si sérieux et investi, à propos de cette histoire. June en fut touchée.

« Euh… Kecleon ? » dit-elle timidement. Devant le regard de ce dernier, elle n’osa plus parler. C’est qu’elle l’avait fait pleurer… Elle se sentait encore honteuse et désolée de ce qui s’était passé, un peu plus tôt. Elle ne savait pas vraiment ce qu’il pensait d’elle. A sa place, elle ne voudrait certainement pas l’approcher… Alors, fuyant un peu son regard, elle continua. « Euh, tu as dit un truc à Pikachu… Il a essayé de m’expliquer. Mais j’ai pas trop compris. Désolée… » Ne sachant trop quoi ajouter, elle se passa la main dans le cou, nerveusement. Elle se tourna vers le Mimiqui ; il semblait l’encourager et cela eut pour effet de la rassurer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Jun répondit par un sourire en voyant les lèvres de la rousse s’étirer. Sa petite référence à sa question lui avait visiblement fait plaisir et cela faisait également office de réponse. La blonde choisissait rarement des mots aux hasards, surtout dans un contexte pareil.

Le départ est sonné, l’ancienne championne se dirige vers la sortie, mais visiblement, Pikachu semblait réticent. Il avait attrapé la jambe de sa dresseuse. Peut-être que la sortie à l’Aquarium ne lui plaisait pas ? Ah non. Il s’agissait d’autres choses. June s’adresse à Espoir qui lui répondit par un magnifique “Ké ?” avant qu’elle n’explique que le caméléon avait expliqué quelque chose au Mimiqui, mais que l’humaine n’avait pas compris.

Voilà un excellent exercice pour vous rapprocher.


Espoir parlait de mon tout premier pokémon. Celle avec qui j’ai tout fait avant mon accident : mes matchs d’arène ainsi que mes combats les plus rudes.  


Maintenant, je laisse Espoir expliquer à Pikachu de quel pokémon il s’agit et quelle est sa particularité. Il devra te le faire deviner à son tour.


Si tu ne connais pas le pokémon, je peux te laisser mon téléphone. Avec quelques caractéristiques simple, tu trouveras l’espèce assez facilement.



Le Caméléon descend de l’épaule de sa dresseuse et explique de nouveau à Pikachu. Volonté, le starter de Jun était une Grahyèna. Ses particularités qui l’avaient rendu assez connue dans tout Lumiris, c’est quelle était réputée comme étant particulièrement balèze aux côtés de la championne de type Acier et surtout, il s’agissait d’un pokémon chromatique.
Dans son cas, comme beaucoup de Grahyèna chromatique, son pelage était dorée, ses yeux étaient bleues comme sa truffe.  

J’ai toujours été assez à l’aise dans la compréhension avec mes pokémons.
Je ne dirais pas qu’ils parlent une autre langue, je ne pourrais jamais traduire mot pour mot ce que dit mon Kécléon. Si j’en donne l’impression, c’est parce que je reformule pour que ce soit compréhensible. Le plus important, c’est de comprendre l’idée global.


Il faut faire attention aux gestes, à son expression, à ses mimiques, à ses imitations,  aux sons de sa voix, au contexte aussi.


Cela va vous prendre un peu de temps, mais je m’inquiète pas, votre lien est déjà très fort.



Jun croise les bras et observe les deux complices, attendant patiemment que le téléphone Arabe improvisé face son effet.

N’hésitez pas à ruser dans votre moyen de communication. Il n’y a jamais de mauvais raccourcis dans la compréhension entre humain et pokémon, il n’y a que des bons choix.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Ah, c’était donc cela. Voilà donc pourquoi Pikachu cherchait désespérément à expliquer ce que le Kecleon de Jun lui avait dit : la clé pour aider la blonde résidait dans son tout premier Pokémon. Mais il manquait encore des éléments à June – autres que de savoir précisément de quel Pokémon il s’agissait. Aussi, la dame ne pouvait qu’extrapoler un certain nombre de choses… Et elle eut un pincement au cœur, tout à coup.

Elle réalisait ce que les mots de Jun signifiaient. Le Kecleon n’était pas son starter. Et elle prit peur. Pourquoi se baladait-elle avec Espoir et non cet autre Pokémon ? Où était-il ? A l’évidence, une pensée s’imposa dans l’esprit de la rousse. Une idée terrible. Bien sûr elle espérait se tromper, mais compte tenu des éléments qu’elle connaissait – l’accident de Jun, notamment – et compte tenu de sa propre expérience… Etait-il arrivé quelque chose à ce malheureux Pokémon ? Elle détourna le regard. Cela expliquerait aussi pourquoi l’ancienne championne avait autant de mal à se remettre en selle. June ne pouvait que comprendre ; perdre son starter, celui avec qui tout avait commencé… Elle sentit qu’un vent de panique commençait à prendre forme dans son esprit. Elle pensa à Munna.

Mais, contre toute attente, une voix raisonnable reprit le dessus. Jun parlait au présent. Elle n’avait pas l’air de se remémorer un souvenir tragique. Et elle n’avait rien dit qui puisse confirmer l’hypothèse que June formulait. Il fallait qu’elle se ressaisisse ; tout ne se rapportait pas à sa propre expérience.

Elle s’éclaircit la voix, réalisant qu’on attendait son assentiment. « Euh… Faisons ça sur le chemin. OK ? » Puis elle se mit en route. Elle avait conscience que son attitude pouvait paraitre soudainement un peu froide ; elle en était désolée. Le tournant qu’avait pris la conversation l’avait surprise, et elle s’imaginait facilement des histoires sordides… Pour ne plus y penser, elle essaya de se concentrer sur ce qu’on attendait d’elle : comprendre son Pokémon.

Mais le premier essai fut un échec cuisant. Pikachu songea que certainement son imitation n’était pas la bonne. Et  peut-être que June n’y avait pas mis tout son cœur aussi. Il resta un certain temps en arrière, se grattant le sommet de la tête, à la recherche d’une idée. Finalement, lorsqu’il lui sembla être prêt, il s’accrocha à sa dresseuse et fit s’arrêter tout le monde. June s’accroupit.

Elle et son Pokémon se comprenaient intrinsèquement. Ils s’étaient découverts sans se parler, et ils avaient compris qu’ils partageaient la même expérience de la vie. C’était cela qui les avait liés. Ce qui leur manquait, en réalité, c’était la communication réelle, concrète. Ils ne se comprenaient pas dans la vie de tous les jours. L’un trop timide, l’autre trop effrayée. Jun était quelqu’un de remarquable pour avoir compris quelles étaient leurs faiblesses. Certainement que la rousse lui serait infiniment redevable.
Elle écouta, observa, réfléchit, avec une extrême concentration. Il lui sembla alors, en contemplant son Mimiqui, qu’elle finit par saisir quelques brides d’information. « C’est un fantôme ? » murmura-t-elle à l’intention de son Pokémon. Non, non, c’était pire que cela. Pikachu n’avait pas peur des fantômes, c’étaient ses amis. Mais il avait peur… « Des Ténèbres. »

Soudainement, la suite lui parut bien plus compréhensible. L’excitation s’empara du petit Mimiqui qui sembla pris d’une inspiration florissante. June finit par rire franchement. « J’ai compris, j’ai compris ! » Puis se tournant vers la blonde, elle continua. « Je ne l’ai jamais vu comme ça… Lui qui est si timide d’habitude. Il a l’air d’aimer ton jeu ! » Et après avoir offert une caresse affectueuse à la petite bestiole, elle tapota rapidement sur le clavier de son téléphone, à la recherche du Pokémon mystère. Un monotype Ténèbres, qui grognait férocement et qui avait la couleur d’un Pikachu – un vrai, pas un Mimiqui. Elle ne trouva pas tout de suite ; il y avait bien trop de Pokémon Ténèbres qui pouvaient grogner. Finalement, ce fut la couleur qui lui permit de s’en sortir. Il s'agissait d'un Pokémon chromatique. Elle s’exclama. « Wow ! C’est pas du tout la même couleur qu’un Pikachu ça ! T’en as déjà rencontré un, toi ? » Le Mimiqui fit une moue boudeuse.

Elle se tourna finalement vers la championne, montrant une photo de l’espèce en question : Grahyèna. « Est-ce que c’était ce Pokémon ? » Et, voulant en avoir le cœur net, elle demanda. « Qu’est-il devenu ? Après l’accident… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Jun haussa un sourcil. La rousse semblait s’être subitement refermée et l’ancienne championne ne parvenait pas à savoir pourquoi. Elle regarda Espoir, qui remonta sur son épaule et leva ses bras au ciel, lui aussi sans explication. Peut-être qu’elle voulait absolument réussir cette mini-épreuve ? En soit, c’était une bonne motivation. Comprendre son pokémon allait l’aider pour bien s’en occuper.

Jun marcherait en avant, les mains tranquillement dans les poches tandis que le Kécleon surveille ses arrières, son attention particulièrement portée sur le duo. Pikachu semblait réfléchir et, lorsqu’il trouva une idée, il s’adressa à Jun qui s’arrêta. Mine de rien, écouter son pokémon, c’était déjà une excellente avancée, même s’ils ne se comprenaient pas encore. La blonde s’arrête aussi. Il n’y avait pas d’horaire pour les billets.

June et Pikachu tâtonnent quelques instants. Ils s'attaquent d’abord au type et puis il commença à y avoir des imitations, des discussions, le Mimiqui semblait emballée par l’énigme qui résolvait avec sa dresseuse.

Certains pokémons sont de grands enfants, même quand ils atteignent leurs pleins potentiels.


La jeune femme pensait à son petit Voltali qui était actuellement pris soin par un éleveur, d’après ce qu’on lui avait expliqué. Il était mignon, il faudrait qu’elle voit si elle ne pouvait pas le récupérer. Et s’il a été confié à un autre dresseur, elle voudrait juste rencontrer cette personne pour voir si l’animal était entre de bonnes mains.

Jun sort de sa rêverie lorsque la rousse lui montre la photo d’un Grahyèna. La blonde ressentit un petit pincement au coeur et elle prit une grande respiration.

Quelqu’un que je n’aime pas particulièrement a décidé de la recueillir après l’accident. Ses motivations m’échappe, mais apparemment, elle s’en occupe bien
Pour la récupérer, je  dois lui attraper 4 pokémons d’une liste, peu importe leur niveau. Cela peut sembler excessif et les pokémons qu’elle me demande ne sont pas rares, mais personnellement, je pense qu’elle en vaut 10 alors je m’estime chanceuse.


Ekaterina. Rien que le nom lui faisait luire une petite étincelle de colère dans le regard, avant qu’elle ne se reprenne et explique de nouveau.

Cette femme m’échappe un peu, elle me demande ce service plus pour le principe et parce qu’elle va bientôt avoir des enfants.


J’ai beau ne pas pouvoir la voir en peinture, j’irais comme même chez elle pour récupérer Volonté.



Jun se gratte la nuque. Le problème, c’était la capture de pokémon. Pour peu que le pokémon se révélait aggressif, elle pouvait se mettre en danger facilement et Espoir n’était pas suffisamment fort et expérimenté pour combattre tout seul.

En tout cas, vous avez réussi l’exercice avec succès.


Ké !


Je vais vous proposer régulièrement ce genre d’exercice afin que votre communication soit plus fluide. L’Aquarium sera un lieu parfait.


Jun reprends la marche, puis s’arrête pour expliquer.

N’ai pas peur de poser des questions, je me considère sans secret.
Au pire, qu’est-ce que tu risques à part un non ? Je ne vais pas te jeter dans la mer non plus.



Allez hop. On se dirige vers l’Aquarium.


A l'attention des lecteurs et June:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Outils de modération