Dusk Lumiris

forum rpg pokemon ● region et intrigue originale ● strat basique (+ fair play)
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujet
À voleuses, voleur et demi | Ellana & Jemina
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Les Mégas-évolutions ... Ce terme mystérieux tourbillonnait dans l'esprit de Satoru depuis qu'il l'avait entendu pour la première fois au détour d'une conversation. Quelques textes anciens de Kalos y faisaient référence mais il n'avait jamais réellement compris de quoi il s'agissait. Malgré tout le terme l'intriguait au plus profond et il avait désormais besoin de réponses. Et le meilleur moyen d'obtenir des réponses était bien évidemment de se diriger vers l'Académie de la région. Alors oui, la tactique actuellement employée par le jeune homme était loin d'être conventionnelle. En effet, il s'approchait de la bâtisse en plein milieu de la nuit, se déplaçant de la manière la plus discrète possible. Il passait d'ombre en ombre, esquivant la lumière qui compromettrait toute son opération. Car oui, en tant que chercheur non reconnu et sans licence, c'était à peu près le seul moyen qu'il avait de mettre la main sur le moindre dossier classifié. Il aurait autrement dû se contenter d'une demande officielle qui aurait certainement pris des mois à se débloquer avant une réponse défavorable, ce qui aurait été une perte de temps sèche, sans compter le manque clair d'une quelconque information.

Il faisait donc ce qu'il faisait de mieux : cambrioler. Sans compter qu'au passage, il pourrait certainement trouver quelques objets intéressants à revendre par la suite, histoire de se payer une chambre d'hôtel quelques jours. La vie de vagabond à dormir à la belle étoile était bien sympathique, mais ça devenait compliqué à force, sans compter l'absence pure et simple de repas chauds. Il ne comptait plus les jours qui le séparait de la dernière fois qu'il avait eu de la viande. La motivation ne manquait donc pas, il n'avait pas faim que de connaissances, littéralement.

Il s'approchait donc de la bâtisse, s'adossant à la grille entourant le jardin pour jeter un coup d’œil autour de lui. La nuit était aussi calme que sombre, après tout n'importe quelle personne normalement constituée s'était déjà fait avoir par Morphée il y a quelques temps déjà. D'un mouvement vif, il s'élança vers la grille au métal froid et, après avoir pris appui entre ses barreaux, s'élança vers le haut pour la franchir. Il atterrit lourdement dans la cour intérieure, déplaçant une quantité non négligeable de gravier alors qu'il tentait de retrouver un équilibre en évitant de chuter. Suite à ça, il scanna les alentours du regard, à la recherche de quoi que ce soit qui pourrait le compromettre : caméras, pokémons de garde ou même gardien de nuit. À sa grande surprise, il ne semblait pas y avoir de réel système de sécurité dans cette cour, seul un projecteur éclairant l'intégralité du côté droit du bâtiment principal, précisément l'endroit où se trouvait le jeune homme, pouvait s'avérer être un problème.

Il attrapa ainsi sa pokéball et en libéra son fidèle Swagueur. Il passa son regard des yeux de son pokémon au projecteur d'un aller retour rapide, faisant immédiatement comprendre à son partenaire ce qu'il avait à faire. Ce dernier se mit à frétiller des ailes d'excitation, avec de s'élancer à une vitesse folle vers la source de lumière. D'un coup aussi vif que sec de lame, l'Insécateur trancha net le câble d'alimentation, plongeant l'intégralité de cette partie de la cour dans l'obscurité la plus totale. Plus tranquille et serein désormais, Satoru se mis à marcher vers le bâtiment alors que Swagueur flottait autour de lui, usant de ses sens acérés pour sécuriser le périmètre. La partie la plus compliquée de l'opération était effectuée et le reste devrait être du gâteau, il en était persuadé du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Tonight is the night…

Le ciel était noir, les quelques fin nuages dans le ciel camouflaient le reflet lunaire. Et les lumières crues et artificielles des lampadaires de la rue empêchaient les lueurs oniriques de la voûte stellaire d’atteindre nos yeux de citadins. C’est dans cette configuration parfaite à l’exécution de mes divers cabotinages fomentés que moi, Ellana, parcourait subrepticement la rue qui menait au grand bâtiment qui était également mon objectif. J’avançais à pas feutrés, restant au maximum dans l’ombre, faisant des détours pour gracieusement esquiver les tâches lumineuses sur le pavé. Penchée en avant, jambes pilées, j’occupais le moins d’espace possible et d’un pas feutré et d’une démarche presque soyeuse, je glissais quasiment sur le sol en direction de la clôture.

J’avais la pure classe totale. Le talent immesuré de cette femme capable des plus grandes infiltrations dignes d’agents secrets. Ohlalala, je m’embrasserais si je pouvais. Derrière moi, une petite sphère gazeuse et quasiment intangible flottant au vent, dans cette obscurité ne permettant que d’imaginer plutôt que d’apercevoir, on ne distinguait presque pas Arsène, à mon d’être assez prêt pour voir ses yeux et ses petites quenottes dépassant vaguement d’une sorte de boule un peu plus sombre que le reste, au milieu de cette sphère qui était en fait la totalité d’un pokémon, lévitant gracieusement dans le sillage de sa dresseuse exceptionnellement bonne. Sur tous les plans. Une fois arrivé à la clôture de la cible, ni une ni deux je m’élançais vers le haut, et en prenant appui avec mes bras effectua une petite figure de gymnastique sur barre, avant de me laisser retomber de l’autre coté, la chute était quelque peu lourde, mais l’appui solide, l’équilibre parfait, et le gravier de la cour absorba le bruit de mon atterrissage contrôlé. Ajoutant le swag suprême du ninja aux compétences hors normes de la voleuse.

Je me relevais tranquillement et reprenais le mouvement à mon rythme assurant une discrétion maximale. Le conteneur de mes rapines était maintenant en vue complète, sans aucune barrière pour tenter de le cacher à mes yeux. L’Académie de Lumiris, surement un repère de beaucoup d’objets de valeurs. Probablement liés aux pokémons. De quoi lancer mon 1er coup d’éclat dans la région. Pour l’instant tout se passait comme sur des roulettes, infiltration réussie et bientôt tentative de me glisser dans la bâtisse même. Je pouvais remercier mon repérage et ma prise d’information hors du commun pour cela.

Maintenant imaginez le doux bruit d’un xylophone qui fait sonner ses touches une à une dans une mélodie relaxante et songeuse… Car voici venir le temps du flashback.

10 hours ago.

- ♫ Lalalalalalalala ! Lollipop ! Lollipop ! ♫

Je me baladais tranquillement dans les rues de la belle ville de Nemerya en sautillant allégrement et innocemment. Mais toujours avec style. Un joli cône de crème glacée à la main, que j’érodais à coups de langue, petit à petit, entre deux sauts de puce enjouée. Quand TOUT A COUP… Je vis ce grand bâtiment, majestueux et imposant, trancher au milieu du paysage urbain, avec sa belle pelouse, ses portes, ses clôtures et les quelques grappes de jeunots qui se déplaçaient dans cette cour. Inutile de dire que ma curiosité avait été piquée à vif, et que forcément dû à mon activité nocturne j’avais les réflexes indispensables pour glaner des informations de manière subtile et intelligente. J’arrêtais donc le 1er passant qui venait à ma portée, en saisissant sa manche.

– Pardon ! Monsieur ! Monsieur ! Désolée de vous déranger, mais ça là, ce truc… C’est quoiiiiiiii ?!

Le dit monsieur, la bonne cinquantaine, regarda sa manche, avant de me regardé avec un étonnement sur son visage, puis en fronçant les sourcils. Il devait surement se demander comment quelqu’un d’aussi incroyablement classieux que moi pouvait accepter de poser mes mains sur ses vêtements ridicules. Mais bon, j’étais comme ça moi, aucune discrimination, même envers ceux qui m’étaient indubitablement inférieur sur le style.

– Eh béh c’est l’Académie pardi ! Un des nouveaux joyaux de la région. Un endroit qui accueille plein de jeunes dresseurs, ou dresseurs en devenir pour leur apprendre les théories, et la pratique sur les pokémons. Bon maintenant lâchez-moi mademoiselle, vous êtes bizarre, et je suis pressé quand même !

J’aurais pu répondre à cet impudent mais totalement concentrée sur ce qu’il venait de me dire, et dire les vastes possibilités que cela signifiait, je lâchais son bras famélique avant de totalement fixer l’Académie… Cet endroit, c’était sûr qu’il devait regorger d’objets qui pouvaient être de véritables trésors, des pokéballs, des objets évolutifs, ou peut être même des informations sur les pokémons de la région et où les trouver, ou d’autres trucs encore plus fous ! Il fallait que j’y entre et que je pille sans vergogne cet endroit… Oui, ce soir, j’irais dés ce soir. A partir de là je restais dans le coin, et faisait le tour des rues alentours afin d’observer les diverses possibilités d’entrée, de sortie et une quelconque sécurité… Ou plutôt, j’ai commencé cela après avoir passé une demi-heure à tenter de lécher la petite pointe de crème glacée sur le bout de mon nez. Avant d’accepter après une longue lutte une douleur aux yeux à force de loucher, que ma langue était incapable d’atteindre cet endroit. Des fois, la classe ça consiste aussi à être naïvement innocent, c’est comme ça qu’on touche les cœurs des gens. Et a voir les personnes qui sont passées dans la rue en me fixant durant cette demi-heure, je suis sûre qu’on m’a trouvé absolument a-do-ra-ble.

Fin du flashback. J’étais donc dans la cour en train de me diriger vers les fenêtres afin de négocier une infiltration d’objectif digne des plus grands films. Quand soudain, toutes les lumières, certes pas très puissantes, de la cour s’éteignirent d’un seul coup, comme pour encore plus me camoufler afin de rendre mon entreprise encore plus simple, mais en même temps, beaucoup plus « ninjaaaaa ».

Cependant… J’étais douée, et j’étais clairement bénie par la vie (je veux dire, vous m’avez vu ?), mais… Pas à ce point là. Quelqu’un d’autre était là, et il tentait de me coiffer au poteau !

*chuchote*  – Arsène ! Il y a d’infâmes voleurs dans le bâtiment. Vite, on doit les arrêter ! Voler c’est mal, surtout si c’est pas nous qui le faisons !

– Faaaaaaann…

Sur ces paroles sages et pleines de sens, j’accélérais le mouvement en faisant signe à mon pokémon de faire autant, prête à stopper ces criminels qui tentaient de criminaliser ma propre cible avant que je puisse moi-même le faire. Mais pourquoi être aussi corrompu ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
*Bzzzzzz*

Jemina essuya avec un petit tissus les perles de sang et d'encre qui se mêlaient sur la peau irritée du Machoc qui ne pouvait s'empêcher de grogner à chaque fois que l'aiguille se posait sur son cuir. Elle étira son poignet endolori d'une rotation *Plop*. La bulle de menthe fit sursauter la propriétaire qui surveillait la séance d'un œil inquiet. La jeune femme lui lança un regard courroucé. Elle détestait qu'on supervise son travail, les réactions du potentiel public étant bien souvent une source de gêne pour elle, en plus cela rajoutait du stress au Pokemon. Et dans ce cas là le Machoc était bien douillet, elle dirait même qu'il était dans la catégorie "lavette" dans son "Manifeste de fragilité" : un recueil qu'elle enrichissait à chaque client. Cela se limitait à une photo du tatouage, le nom du client, parce qu'au diable l'anonymat, et une note sur une échelle de 20 avec une appréciation. Elle comptait d'ailleurs bientôt le sortir en plusieurs volumes...fallait-il encore trouver un éditeur qui veuille bien de cet ouvrage pervers. M'enfin bon l'humain est attiré par le trash et au pire, même si elle n'arrivait pas à le publier, cela lui ferait toujours des souvenirs à montrer à ses futurs enfants qu'elle adopterait certainement avec un vieux riche. M'enfin elle n'était pas pressée d'en arriver à cette étape de sa vie. Un raclement de gorge la fit sortir de sa rêverie ou plutôt de la fugace vision d'elle et un vieux croulant entrain de... bref.

> Vous êtes sur que c'est bien hygiénique ce chewing-gum?

Jemina toisa la dresseuse et d'un air effronté...*Plop*. Après cette bulle elle enleva l'amalgame vert menthe de sa bouche, le mis dans un petit papier  et le jeta d'en la poubelle d'un geste calculé. Elle retira les gants de latex qu'elle venait de souiller et les jeta également. Elle s'en ressaisit d'une paire, qu'elle ne manquerait pas de facturer, et elle se remit au travail. À peine avait-elle reposé sa main sur le bras du Machoc que celui ci sursauta. Heureusement pour lui, elle était habituée à ce genre de réaction et elle enleva son outils du bras avant de commettre l'irréparable.

> Excusez moi mais est-ce que vous pourriez le tenir? Mon dieu je n'ai jamais vu une telle chochotte...

Elle avait susurré ces derniers mots suffisamment fort pour que la maîtresse de l'intéresser l'entende. Elle serra les dents mais se tût, il faut dire que le motif était à moitié fini et elle voulait certainement que son pauvre compagnon souffre le moins possible. Jemina termina donc son travail sous les grognements du Machoc. Elle enleva sa deuxième paire de gant et annonça le prix plutôt élevé. L'autre passa du livide au rouge cramoisi lorsque l'artiste lui donna l'explication de cet extra qu'elle s'était accordée, une réaction à laquelle la jeune femme était maintenant habituée. Elle proposa donc un échange de bon procédé. Elle savait que la propriétaire était une prestigieuse professeure de l'académie de Lumiris et elle décida qu'elle pouvait en profiter. S'engouffrant dans la brêche de la négociation elle proposa d'annuler la somme non prévu si l'autre lui fournissait quelques vulgaires bouquins sur les Mega-évolutions (qui coûtaient une somme astronomique, bien plus que le tarif qu'elle pratiquait). Ce qui n'était pas prévu c'était la petite bombe au poivre que l'intellectuelle sortit de son sac. Elle en aspergea copieusement le visage de Jemina, la traitant de tous les noms d'oiseaux...Visiblement l'accord ne se ferait pas et l'autre renvoya son Machoc dans sa pokeball, laissa l'enveloppe prévue au départ sur le comptoir et laissa la demoiselle prostrée sur son tabouret.

Bien sur, si Jemina pouvait laver ses yeux endoloris, elle ne pouvait pour autant pas faire de même avec l'humiliation qu'elle venait de subir. Elle attendit patiemment que la douleur ne s'estompe et que sa vision revienne à la normale et concocta un plan Jeminesque. D'habitude, elle réglait les impayés (parce qu'elle considérait plus le fait qu'elle n'avait pas été payé correctement plutôt que l'agression qu'elle venait de subir) par le biais d'un gang de loubards de Kalos auxquels elle donnait l'adresse du malotru (elle faisait des factures ce qui permettait un suivi des clients). Comme il s'agissait souvent de clients fortunés, cela arrangeait les voyous qui pouvaient piller des objets de valeurs avec les informations qu'elle leur donnait, en échange de quoi ils lui rapportaient la somme exacte ou son équivalent en biens. Mais ici à Lumiris, elle ne connaissait personne et elle avait à peine suffisamment pour se payer un loyer (qui cela dit en passant était une telle escroquerie qu'elle même était impressionnée). Une fois la douleur passée, elle décida donc de se faire justice elle même. Elle attendit la tombée de la nuit et se dirigea vers l'académie de Nemerya, une énorme pince monseigneur sous le bras. Le bâtiment était plutôt imposant même à la nuit tombée. Elle en fit le tour et trouva une petite porte avec un cadenas qu'elle fit sauter immédiatement. Une fois à l'intérieur elle avança à pas feutrés dans les couloirs tout en regardant sur le nom des portes si elle reconnaissait le nom de sa voleuse. Tout d'un coup les lumières s'éteignirent et elle se retrouva incapable de s'orienter. Prise de panique et croyant être repérée elle courut dans une direction complètement aléatoire, la pince monseigneur devant. Un corps mou percuta l'avant de l'outil et elle se retrouva projeter en arrière dans un bruit métallique. Elle était démasquée! Elle se releva doucement cherchant du regard l'ombre furtive de son opposant. Elle discerna une silhouette plutôt massive et en déduit qu'elle se trouvait en face d'un homme. Elle palpa sa cuisse et lança sa Pokeball sur le sol. Doggo sortit, encore à moitié endormi.

> Doggo! Brûle lui les c*******!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération