Dusk Lumiris

forum rpg pokemon ● region et intrigue originale ● strat basique (+ fair play)
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur le jeu de société Mille Bornes – Version Luxe
9.95 € 19.90 €
Voir le deal

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
spooky scary squeletons (paul)
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

spooky scary squeletons (paul) 100313

spooky scary squeletons

Jade & Paul


Toi qui a toujours vécu au sud de la région, tu ne connais pas si bien que ça les villes au nord. C’est donc pour cette raison que t’es à Fort-des-Songes aujourd’hui. Une vieille ville au décor atypique, voilà ce dont ton esprit avait de besoin. Ou, enfin, ton inspiration surtout. Ça t’arrivait parfois, un petit blocage, surtout ces temps-ci alors que tu étais un peu plus fatiguée, faute du travail, et tu te disais donc que te ressourcer dans de nouveaux endroits, c’était le remède dont tu avais de besoin. Et puis, une fois sur place, tu te dois d’admettre que tu ne regrettes pas. L’endroit est joli, vraiment joli, possédant un charme que tu ne retrouves pas vraiment ailleurs, ayant presque l’impression d’être projetée quelques décennies plus tôt, vivant à une époque que tu n’as jamais connu autrement qu’au travers les oeuvres ayant marqué le temps.

T’y es assez tôt, peut-être même un peu trop alors que ton regard ne parvient pas à voir trop loin devant toi, la brume se voulant assez envahissante. C’était pas de ta faute, t’étais rentrée du boulot et, incapable de t’endormir, t’avais décidé de partir à l’aventure. Bon, t’allais le regretter plus tard dans la journée alors que tu n’avais toujours pas dormi depuis la veille, mais ça, vraiment, ce n’était que du détail. Après tout, t’es encore jeune, en pleine forme et donc, tu peux bien te permettre de couper un peu dans tes heures de sommeil pour découvrir la vie et le monde.

La ville est silencieuse à cette heure-ci alors que les rayons du soleil peinent à franchir la brume qui t’entoure. Et toi, tu profites d’un peu de solitude, chose qui est rare. Tu profites surtout du silence que tu ne connais pas vraiment, naturellement trop volubile pour le supporter plus de quelques instants. Finalement, ce n’est pas trop désagréable. Tu te demandes aussi si t’as envie de rester dans la ville ou si tu n’as pas envie d’aller explorer les bois hurlant. Bon, certes, le nom n’est pas très rassurant et ton dernier passage dans une forêt ne s’est pas très bien terminé (tu t’es perdue quoi) mais ça, c’est pas très important à tes yeux. Pas des choses dont tu te soucis ou encore t’inquiètes.

Alors tu essaies de suivre les directions données par ton téléphone, cependant, ton sens de l’orientation ne s’est pas subitement amélioré en l’espace d’une nuit. Tu continues donc ta route, les sourcils légèrement froncés alors que pourtant tu étais certaine d’être dans le bon quartier. Puis, finalement, ta route croise celle d’un autre et c’est donc naturellement que tu l’arrêtes. - Monsieur ? Plus doucement qu’à l’habitude. Sans doute le silence qui te force à ne pas l'interpeller en gueulant presque. - Est-ce que tu saurais comment aller aux bois hurlants ? Ton regard pétillant levé vers lui tout en affichant un léger sourire. Et t’espérais sincèrement qu’il soit aimable, assez pour t’aider un peu. T’as eu ta dose dernièrement de vieux aigri qui te claquent la porte au nez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Fort-Des-Songes. Rarement une ville avait aussi bien porté son nom à mes yeux : c’est une cité antique et j’ai fait plusieurs rêves cette nuit, dont je me rappelle clairement. Ça peut paraître idiot, mais c’est chose rare pour moi. Je me souviens si peu souvent de mes rêves, que s’ignorais que la science avait prouvé que nous rêvons tous forcément, je croirais que ça ne m’arrive pas. Mon sommeil me paraît toujours passer en un instant, sans interruption, sans image, presque sans vie. Ne dit-on pas, après tout, que le sommeil et la mort sont frères ?

De bien lugubres pensées pour une si belle matinée, me direz-vous. Je suis d’accord, mais je n’arrive pas à penser à autre chose. Moi qui dors habituellement plutôt longtemps, ces fameux rêves ont fini par me réveiller. L’impatience, à force de tourner dans tous les sens dans mon sac de couchage sans parvenir à retrouver le sommeil, m’a poussé à sortir de l’auberge de jeunesse qui m’accueillait pour la nuit, pour aller fumer une cigarette sur le pas de la porte. Encore une sale habitude, oui, heureusement que ça reste rare.

Mais j’aurais clairement dû prendre une veste pour sortir, ou enrouler mon sac de couchage autour de mes épaules : j’ai froid ! La brume, tombée sur la ville quelques minutes auparavant, a davantage encore refroidi une nuit déjà fraîche. Ainsi drapée de son manteau nuageux, la ville semble directement provenir d’un autre temps, ou sortir d’un film. Je me surprends à imaginer les scènes qui pourraient se tenir en ces lieux, tantôt scénarisant une rencontre d’un autre type dans une ruelle, tantôt imaginant un affrontement sur les hauts toits surplombant la brume qui forme alors comme un matelas sous les pieds des protagonistes.

Le décor me semble si surréel que je ne m’aperçois même pas que l’on s’approche de moi. Je suis, à l’instar de la ville, encore moi-même dans les vapes et mes réflexes sont encore endormis. C’est pourquoi la jeune fille qui m’aborde me fait l’effet d’une apparition ou d’une manifestation fantomatique, comme si elle sortait directement de la brume dans laquelle elle vivait. J’espère qu’elle n’a pas remarqué mon petit sursaut lorsqu’elle m’a adressé la parole, me tirant de ma rêverie.

– Hein ?

Il me faut un court instant pour me reprendre, baissant ma cigarette et expirant sa fumée en tournant la tête dans la direction opposée, pour ne pas importuner la nouvelle arrivante. Je prends le temps de l’observer rapidement avant de lui répondre. La demoiselle qui se tient devant moi est une jeune brune pas très grande, probablement à peu près de mon âge. Je dois avouer la trouver plutôt mignonne et, alors que je croise son regard en m’apprêtant à lui répondre, une drôle de sensation s’empare de moi.

Je ne saurais l’identifier clairement, ni comprendre pourquoi, mais j’ai, l’espace d’un court instant, l’impression de la connaître, ou du moins de l’avoir connue. Ma raison sait pourtant pertinent que je ne l’ai jamais rencontrée de ma vie, mais ça ne ressemble pas à un simple déjà-vu comme l’on peut en ressentir parfois. S’agit-il d’un signe avant-coureur, comme un augure du destin ? Cela pourrait-il être les vestiges d’une vie précédente, encore gravés dans les souvenirs de mon âme ? Est-ce un pressentiment parce qu’elle est un fantôme qui s’apprête à me tuer ?

J’imagine que je n’aurais jamais réponse à mes réponses abracadabrantes. Sauf peut-être à la dernière d’ici quelques instants. Un fin sourire amusé se forme bien malgré moi sur mes lèvres et au coin de mes yeux tandis que je me perds de nouveau dans mes pensées. J’ai vraiment l’attention d’un chiot qui découvre le monde, c’est grave. Bref, je me reprends enfin, pour pouvoir finalement répondre à son interrogation.

– Les Bois Hurlants ? Je crois qu’ils entourent totalement la ville, non ? Pour être honnête je suis pas du coin, je ne suis arrivé qu’hier, et pour tout dire je comptais moi-même aller faire un tour dans ces bois dans les jours à venir, je suis donc pas trop sûr de comment s’y rendre, désolé…

J’écrase ma cigarette désormais terminée dans le cendrier placé à cet effet à côté de l’entrée du bâtiment. Passant mes doigts dans chevelure pour me recoiffer grossièrement et ramener en arrière quelques mèches rebelles qui ont décidé de faire n’importe quoi pendant la nuit, j’avise une nouvelle fois la jeune femme qui me fait face.

Elle n’est clairement pas d’ici, sinon elle saurait comment rejoindre les bois, mais ne semble pas avoir sur elle de valise ni même de gros sac contenant ses effets personnels. Si elle est bien une touriste, que fait-elle dehors à une telle heure, alors que la ville est toujours assoupie et que lumière naissante du soleil qui peine à se lever parvient à peine à percer à travers la brume, nous éclairant d’une faible lumière blafarde donnant l’impression que tout autour de nous est gris, dépourvu de couleurs jusqu’à ce que la luminosité augmente encore un peu.

– J’ai pas grand-chose à faire aujourd’hui. Si tu veux je t’y accompagne, on cherche ensemble, deux gens perdus valent mieux qu’un, je suppose !

Et pourquoi pas ? Je ne la connais absolument pas, c’est vrai, mais elle n’a pas l’air méchante. Passer un moment en sa compagnie me permettra de découvrir un peu plus en détails cette ville dans laquelle je viens d’arriver et où je suis censé rester au moins quelques jours avant de reprendre mon périple d’errance dans la région.

– Mais au fait, tu t’appelles comment ? Moi, c’est Paul. Enchanté !

Cette rencontre aurorale me semble si irréelle, si improbable, qu’elle marque le début de cette journée atypique d’une note de mystère qui me confirme encore une fois que Fort-Des-Songes porte décidemment bien son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

spooky scary squeletons (paul) 100313

spooky scary squeletons

Jade & Paul


Il est peut-être trop tôt pour ainsi déranger un parfait inconnu, mais bon, c’est pas vraiment quelque chose qui t’importe dans l’instant présent. T’as une idée en tête, une envie, et comme t’es nulle et que tu sais pas te servir convenablement d’un GPS (ces foutus jeunes de la génération Z) bah t’es là, devant quelqu’un que tu ne connais pas, à afficher ton plus beau sourire pour ne pas qu’il t’en veuille trop de l’avoir ainsi embêté de si bon matin. Tu sais pas trop si ça va fonctionner mais t’as au moins le mérite de faire des efforts, ne serait-ce que parce que t’as pas trop envie de te prendre la tête. Pas maintenant. Peut-être plus tard. Là, pour le moment, t’as juste envie de te retrouver dans les bois hurlants, pour une raison ou pour une autre, peut-être pour y trouver l’inspiration ou juste parce que t’es un peu en manque d’adrénaline ou de sensations fortes. Les deux sont possibles et même toi t’es pas vraiment certaine de cette nouvelle volonté qui avait guidé tes pas jusqu’ici après une longue soirée au travail.

Toutefois, manque de chance, celui que tu viens d’arrêter ne peut pas t’indiquer la direction à prendre, simplement parce qu’il n’est pas du coin. Après, il avait sans doute pas tort, t’as cru entendre que la forêt entourait la ville. Finalement, s’il te suffisait que de quitter la ville… Tu t’apprêtes alors à le remercier, ne souhaitant pas l’embêter plus longtemps, lorsque finalement il te propose quelque chose qui te surprend. Y aller tous les deux ? - Ah bah oui dans ce cas ! C’est toujours plus cool à plusieurs de toute façon. Parce que même si tu t’es lancée dans cette aventure seule, surtout parce que t’es pas certaine que Juniper aurait apprécié se faire réveiller à trois heures du matin pour faire la route jusqu’à Fort-des-Songes, au final, la solitude, c’est pas trop ton truc. T’es donc jamais contre un peu de compagnie, surtout si ladite compagnie est aussi agréable à regarder.

- Enchantée Paul ! Moi c’est Jade. T’essaies de mesurer ta voix, d’autres doivent sûrement dormir ou certains tout juste sortir de chez eux pour aller travailler. C’est pas trop ton genre, toute cette considération, mais bon, tu peux bien faire des efforts de temps à autre. - Tu dis être arrivé hier, tu viens d’où ? Tu commences déjà avec les questions, reprenant ta route, cette fois-ci en étant pas seule. Tu jettes un rapide regard à ton GPS, cherchant simplement le chemin le plus rapide à emprunter pour gagner la sombre forêt qui attisait ta curiosité depuis que tu en avais entendu parler. - ‘Fin, si c’est pas indiscret, hein. Tu penses pas que ça l’est mais bon, t’as aussi conscience que, autre son nom, tu ne sais rien de lui. - J’arrive d’Artiesta personnellement, même si en vrai ça fait pas longtemps que je vis là-bas. J’ai grandi à Port-Corail. Large sourire alors que tu commences à faire la discussion et à partager quelques détails de ta vie. Comme ça. Parce que, quitte à ne plus être seule, autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Outils de modération