Dusk Lumiris

forum rpg pokemon ● region et intrigue originale ● strat basique (+ fair play)
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin rosé de Languedoc-Roussillon
59.99 €
Voir le deal

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9347-let-your-soul-glow-izaiah https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9322-il-parait-qu-il-y-a-la-lumiere-au-bout-du-chemin-izaiah#132777
Dresseur Pléiade
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Alexa, take down the Christmas decorations
Izaiah
Valencia
Tu avais des choses à te faire pardonner.
Des erreurs à réparer, des liens à rafistoler.

Revenir à Lumiris t’avait fait l’effet d’une douche froide : les choses ne seraient plus jamais les mêmes.
Les cicatrices qui zébraient sa splendeur d’antan ne s’effaceraient qu’au fil des décennies et c’est avec une beauté essoufflée, ternie par la violence et l’égoïsme de l’humanité, qu’il faudrait désormais apprendre à écrire les pages de vos lendemains… La région s’élèverait toujours comme une merveille, comme une oasis de paix au travers les cendres de la candeur, mais  elle garderait à tout jamais le souvenir des trahisons répétées sur sa peau.
Ta terre d’accueil ne serait plus jamais la même. Et toi non plus.

Qu’avais-tu pensé, espéré, Izaiah? Que, d’entre tous les héros du clair de lune, il n’y aurait que toi et ton cœur trop grand pour souffrir des affres de la nuit?
Comme quoi la naïveté ne t’avait décidément pas quitté.

Accoudé nonchalamment contre la barre du traversier, tu laisses tes yeux épouser la quiétude du chenal dont vous fendez les flots et le calme. Lumiris t’avait-elle vraiment manqué?
Oui. D’entre toutes, c’était pour elle que ton cœur avait chaviré. Tu avais abandonné l’amour d’une maison pour la chaleur de ses bras, avait trompé le cœur bienveillant de Johto pour une aventure endiablée avec l’exotisme étrangère… Alors comment pourrais-tu prétendre que ton départ ne t’avait pas blessé? Hoenn était belle, mais elle ne brillait pas du même éclat. Ce n’était pas chez toi.
On pouvait arraché un homme à sa nation, mais pas retirer sa nation à l’homme.

Remontant légèrement ton écharpe afin d’y emmitoufler le bas de ton visage, tu prends une grande inspiration en tentant d’ignorer le froid qui s’insinue dans tes vêtements.
Décembre et ses températures moins clémentes pointaient déjà le bout de son nez… Tu avais décidément bien mal choisi ton moment pour revenir parmi les vivants.
Pire que tout, tu n’avais pas su comment inscrire ton retour entre les pages, comment te réinscrire à l’histoire de la région. Étais-tu censé avertir les gens, les confronter à la froideur d’un SMS pour unique excuse?
Tu n’aimais pas l’idée sans pour autant en avoir une meilleure à proposer. Ce n’était pas censé arriver. Partir puis revenir, ce n’était pas dans tes habitudes… Contrairement à la fuite, l’acceptation n’était pas inscrite dans ton ADN.
Alors comment faisait-on? Comment reprenait-on le cours de sa vie six mois après avoir accroché le bouton « pause »…?
Il n’y avait pas de manuel pour ça, pas de guide stratégique auquel se référer… Rien.

Tu étais déjà venu par ici?

Demandes-tu d’une voix douce en baissant légèrement ton regard vers Pandore qui, suspendu à tes pieds, te fixe de ses yeux aux prunelles perlées de gouttes salées.
Pour toute réponse, le Osselait prend alors une grande inspiration que tu devines être le prémisse d’une nouvelle crise de larmes incontrôlable. Nullement surpris, tu retrousses légèrement le nez puis pince légèrement les lèvres avant de te pencher à sa hauteur.
Depuis votre départ de Hoenn, les sanglots ne tarissent pas dans le cœur et les yeux de ton protégé. Il te suffit de parler et d’exister pour lui rappeler que, contrairement à toi, Hazel n’est plus là. Et même si votre lien devrait justifier plus de soulagement que de tristesse, lui non plus n’oublie pas que c’est une partie de votre cœur que vous avez abandonné sur le quai…

C’est bon, c’est bon. Ne pleure pas, tout va bien…

Ce n’est qu’un moment difficile à passer.
Ça ne durera pas toute une vie, tu sais...

(Y crois-tu?)

Déposant ta main sur le haut de son crâne, tu caresses doucement les fissures qui zèbrent l’ivoire de son os avant de te redresser.
Sunyra se détaille déjà à l’horizon, t’inspirant un profond soupir de satisfaction qui ne se meurt que plusieurs minutes plus tard lorsque tu quittes le bus reliant celle-ci à Kishika,

Tu n’avais pas choisi ta destination au hasard. Mieux que quiconque, tu savais que le chemin jusqu’au pardon serait long et sinueux… Tu ne souhaitais pas faire les choses à moitié.
Tu ne voulais pas arriver les mains vides, perché au crochet des simples mots pour ne pas t’effondrer… Tu ne savais pas à quel point les objets comptaient lorsque l’on se suspendait au sommet des cœurs entaillés, mais tu voulais qu’elle comprenne que jamais tu ne l’avais oublié.

Qu’importe que cela soit la bonne façon de faire ou que tes idées ne soient pas suffisamment abouties pour être viables… C’était ainsi que tu avais décidé de marquer vos retrouvailles.
Et c’était pour cette raison que tu avais choisi Kishika, fais tout ce chemin pour en arriver là.

Jetant un dernier coup d’oeil vers ton portable afin de vérifier l’exactitude de l’adresse renseignée, tu déglutis nerveusement. Tu n’as jamais manqué de spontanéité ni de clarté… Mais les choses avaient bien changées.
Rangeant l’objet dans ta poche afin de libérer ta main unique, tu toques alors à la porte devant laquelle tu te tiens.
Tu étais prêt. Qu’importe ce que cela signifiait.
(c) TakeItEzy (Ezekiel Fitzgerald)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
christmas time
Noël approchait à grand pas. Les décorations, les lumières, l'ambiance féerique du temps des fêtes ; ce moment de l'année te faisait chaud au coeur malgré les temps froids et le vent hivernal qui menaçait d'arriver. Malgré tout, tu étais un peu triste. Triste de savoir que tu allais passer cet événement seule ; uniquement accompagnée de tes Pokémons. Ta petite soeur passerait Noël avec son fiancé, ce que tu comprenais parfaitement. Mais toi, tu n'avais personne dans ta vie - et tes parents, ils étaient à Kanto. Tu auras des cadeaux à offrir mais personne avec qui célébrer.

D'ailleurs, tu avais confectionné tous tes cadeaux toi-même. Tu aimais offrir quelque chose qui venait de toi, de tes propres mains, quelque chose que tu avais fabriqué avec ta patience, tes efforts, et ton coeur. Mais décidément, tu n'étais pas la seule dans cet état d'esprit, puisque le cadeau que tu étais en train de terminer à l'instant n'était pas pour toi. Il n'était pas pour tes proches - puisqu'il s'agissait d'une commande. Tu étais assez surprise - agréablement surprise - qu'une personne te fasse assez confiance pour que tu lui confectionnes quelque chose à offrir pour Noël. Son prénom ne te disais rien ; il n'avait donc jamais commandé quoique ce soit de ton cru. C'était nouveau, c'était stressant, et tu ne voulais pas le décevoir. Le fait qu'il s'agisse d'un présent te rajoutait une pression incommensurable ; tu n'en dormais pas tes nuits. Tu te réveillais tôt, et tout ça pour une pokéball personnalisée, ainsi qu'un bijou.

Tu l'avais recommencé trois fois.
Tu voulais que ce soit parfait. Et pourtant, tu ne le connaissais pas.

Et aujourd'hui était le grand jour. Le jour où tu présenterais le fruit de ton travail à Izaiah - c'était son nom, un joli nom d'ailleurs - et que tu allais devoir appréhender sa réaction. Oh bien sûr, tu envoyais toujours des photos de ta progression, ainsi que le résultat final pour t'assurer de la satisfaction des clients. Mais une photo et la réalité, ce sont deux choses différentes. Allait-il aimer les matériaux utilisés ? La grosseur allait-elle lui convenir ? Des questions, des appréhensions, encore et toujours ; c'était bien toi, tu n'arrêtais jamais de t'en faire. Tu n'arrêtais jamais de te remettre en question et pourtant, tu savais que tu avais du talent dans ton domaine. Pas une fois - pas une fois on ne t'a renvoyé un produit - on ne t'a jamais critiqué sur un quelconque détail, parce que tu étais minutieuse, et que tu faisais en sorte de confectionner le bonheur de ceux qui venaient à toi.

Mais quand bien même, là, c'était pour un cadeau de Noël.

Et pour couronner le tout, pour mettre une cerise sur le gâteau de ton anxiété ; il allait venir te rencontrer chez toi. Chose que tu ne faisais que très rarement. D'habitude, tu préférais te déplacer. Mais cette fois-ci, c'était le client qui se déplaçait. Tu ne voulais pas qu'il fasse toute cette route pour finalement se dire que ça n'en valait pas la peine.

Ô grand jamais.
Tu ne pourrais le supporter.

« Oh, déjà... ? »

Des claquements sur la porte avaient retentis. Tu observais l'heure. C'était déjà le temps. Tu n'avais pas vu le temps passer. Tu ne t'étais pas préparé mentalement. Tu t'étais contenté de retourner tes appréhensions dans ton esprit, d'en faire un océan d'incertitudes ; de t'inquiéter pour rien. Tu n'avais pas pris le temps de respirer. De boire une tasse de thé pour te calmer. Tu faisais ça depuis un bon moment déjà ; mais toutes les premières rencontres, tu ne t'y étais jamais habitué. Tu ne t'y habitueras probablement jamais. Mais tu devais te ressaisir, Valencia.

Tu allais ouvrir cette porte. Tu allais sourire. Timidement, avec les joues rosées, mais cela restait un sourire sincère. Et tu allais dire quelque chose du genre ;

« Bonjour. Vous devez être Izaiah. Je... Je suis Valencia, enchantée. » Et, tu allais ravaler ta salive, respirer une fois pour éviter de ridicules bégaiements. « Ne restez pas là, vous allez attraper froid. Entrez. »

Et tu allais l'inviter à entrer.
Mais tu avais oublié une chose. Mepo. Cette dernière s'était précipitée vers un jeune Osselait, visiblement dans un état de détresse. Sans doute le Pokémon de ton client. Et elle voulait faire connaissance ; elle se greffait une place dans la bulle personnelle du Pokémon. Comme elle le faisait avec tout le monde.

« Sois gentille Mepo... S'il ne veut pas que tu le déranges, ne le dérange pas. Je te l'ai déjà dit. »

Et tu riais nerveusement. Ton starter aimait trop les autres. Elle voulait être amie avec tout le monde et souvent, elle te faisait honte. Mais tu ne la changerais pas, parce que c'était ainsi que tu l'aimais. C'était ainsi qu'elle te suivait depuis toutes ces années - elle t'aidait malgré son trop plein d'énergie.

« Je... Vous voulez du thé ? Je l'ai fait moi-même... »

Tu espérais qu'il accepte.
Parce que toi aussi tu en avais besoin.

Et que ce serait impoli de boire seule. Suite à tout cela, tu allais l'inviter dans ton atelier pour qu'il puisse voir le fruit de tes efforts. Ce qu'il t'avait commandé. Et tu souhaitais fort que ça lui plaise. Mais tu n'avais pas pensé à nettoyer, et l'endroit devait ressembler à un champ de bataille. Mais au moins, cela démontrait que tu étais productive, était-ce une bonne chose ? Dans le pire des cas, tu t'excuseras pour le désordre. Tu n'avais vraiment plus l'habitude de recevoir un inconnu chez toi. Tu espérais que ce soit assez discret, et que toutes tes mimiques de personne timide et anxieuse ne te trahissaient pas trop.
(c) TakeItEzy & Ellumya
Revenir en haut Aller en bas
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9347-let-your-soul-glow-izaiah https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9322-il-parait-qu-il-y-a-la-lumiere-au-bout-du-chemin-izaiah#132777
Dresseur Pléiade
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Alexa, take down the Christmas decorations
Izaiah
Valencia
Tu n’avais jamais eu peur de l’inconnu, jamais eu peur de confronter tes mots et ta familiarité aux esprits les plus blessés…
Alors que dire d’une simple rencontre dans toute sa banalité?
Tu n’étais pas stressé. Tu avais pris contact avec Valencia afin qu’elle confectionne elle-même le présent que tu comptais offrir à Ashura lors de vos retrouvailles et, de ce simple fait, tu savais que tu n’avais rien à craindre. C’était ton idée, ton initiative… N’était-ce pas naturel que ce soit toi qui ait à te déplacer, à aller à sa rencontre?
Tu n’avais jamais imaginé qu’il puisse en être autrement, que ta flemme puisse se traduire par un besoin de la voir se déplacer pour toi.
Tu n’étais pas ce genre de personne. Ça ne te ressemblait tout simplement pas.
Voilà tout.

Face à la porte donnant sur sa maison, tu penches légèrement la tête en t’éloignant d’un demi pas pour admirer la charmante baraque.
Tu ne savais pas quel âge avait Valencia ni de quel milieu elle était originaire… Mais entre ton modeste appartement et l’accomplissement de toute une vie, il y avait un monde. Était-ce elle qui avait sauté des étapes ou quoi traînait honteusement de la patte? Tu ne savais pas.
Comme d’habitude. Parce que tu étais incapable de déterminer avec exactitude où tu devrais te situer vis-à-vis les autres jeunes de ton âge sans pour autant considérer que les autres jeunes de ton âge n’avaient pas eu le bras arraché ni vécu un centième de ton traumatisme.
Tu te comparais souvent aux autres sans prendre le temps de considérer toutes les variables de l’équation. Tôt ou tard, cette erreur de jugement te tuerait, Izaiah.

Bonjour. Vous devez être Izaiah. Je... Je suis Valencia, enchantée.

Surpris, tu papillonnes des paupières quelques secondes avant de ramener ton regard vers l’hôte de la maison.
Doucement, un sourire déchire l’impassibilité de tes traits admiratifs. Au fond, quelle importance ça avait? Chacun grandissait à son rythme, il n’y avait pas de bonne ou de manière de vieillir… Et même si tu ne possédais jamais ta propre maison, même si ton appartement ne grouillait jamais d’une autre vie que la tienne… Cela justifierait-il une vie ratée?

Exactement. Heureux de faire ta… Votre connaissance Valencia.

Parce que jamais tu ne vouvoyais et ce malgré tes longues heures passées à l’hôpital, ces longues passées à t’immiscer dans la vie de parfaits étrangers.
Et ce sans jamais leur témoigner le respect qu’ils méritaient. Quel con tu avais été de te croire ami des cœurs lapidés…

Sur invitation de la propriétaire des lieux, tu pénètres alors à l’intérieur de la cabane – peut-on vraiment appeler ça une cabane? Soudain plus aux faits des mœurs et coutumes, tu retires tes chaussures à l’entrée puis regarde … Un énième pokémon dont tu ne  connais ni le nom ni l’espèce venir à la rencontre de Pandore dont la panique est quasi systématique.
Poltron au possible, l’osselait s’empresse de trouver refuge derrière ta jambe et n’en sort alors qu’à intervalles irréguliers afin de vérifier la présence de l’autre bestiole.
Amusé, tu tentes d’apaiser ses craintes d’un sourire réconfortant.

N’aie pas peur, elle ne te mangera pas… Normalement.

Précises-tu en jetant un coup d’oeil à la brunette face à toi, comme pour chercher son approbation.
Tu n’avais jamais rencontré une espèce comme la sienne… Alors qu’en savais-tu vraiment? Tu savais que de nombreux Pokémon spectre se nourrissaient de l’énergie vitale de tout et n’importe quoi. Ton contact prolongé avec eux t’avait – malheureusement – appris beaucoup à leur sujet et, même si tu doutais qu’il en soit un, tu n’étais pas sans craindre le pire.

Je... Vous voulez du thé ? Je l'ai fait moi-même...

That was unexpected, comme dirait l’autre.
Toi qui croyait que ta présence serait aussi courte qu’expédiée, te voilà bien surpris. Malgré tout, es-tu vraiment en droit de refuser? Souhaites-tu vraiment refuser?
La réponse tombe sous le joug de l’évidence : la chaleur humaine t’a manqué. Le simple plaisir de partager une tasse de thé avec quelqu’un d’autre que ta dulcinée est un plaisir que tu n’as pas connu depuis l’attentat… Et qui te fait réaliser que tout n’est pas pourri en Lumiris.

Il existe encore quelque chose de bien à sauver.
Quelque chose de bien à en tirer.

Alors pourquoi tes nuits sont-elles si tourmentées?

Avec plaisir.

Parce que, au final, il n’y avait pas de tort à discuter, à prendre le temps d’exister… Même si tu n’étais ici que pour le plaisir de Ashura, était-ce pour autant que tu devais te fermer à toute autre éventualité?

C’est un très joli coin.

Dis-tu en désignant le quartier dans toute sa grandeur. Tu avais beaucoup aimé ce que tes quelques minutes de marche t’avaient permis d’observer et…
Tu ne voulais pas de silence ni de malaise. Tu avais déjà donné.

Ça fait longtemps que vous habitez ici?

Malédiction sur saveur de conversation bateau… Mais allait-on t’en accuser?
Qu’était-on censé dire à une parfaite inconnue lorsqu’elle ne venait pas d’échapper aux griffes de la mort? Toi, tu ne savais pas. Ton monde n’avait jamais fait mention de ce genre de relation.
(c) TakeItEzy (Ezekiel Fitzgerald)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
christmas time
« Oh non, non... Mepo ne mangerait jamais quiconque... Tout ce qu'elle oserait déguster sans autorisation, ce sont mes gâteaux aux carottes. Votre Osselait n'a rien à craindre. » Avais-tu dis sans l'ombre d'une hésitation, comme pour vouloir défendre ton starter qui était la source de moult craintes chez le jeune Pokémon invité. « Elle... Elle est juste très... sociale, et intrusive. »

Intrusive. Était-ce le terme approprié ? C'était un peu maladroit, mais c'était la vérité. Le concept d'intimité, Mepo avait beaucoup de mal à l'assimiler. Son enthousiasme prenait le dessus sur elle ; guidant chacun de ses faits et gestes. Elle voulait être amie avec tout ceux qu'elle croisait - c'était la bonté incarné, mais elle ne s'y prenait pas toujours de la meilleure façon, à ton grand désarroi.

Tu avais hoché la tête. Un hochement précipité, nerveux - que tu avais ponctué d'un sourire aussi chaleureux que les premiers rayons du soleil d'une belle journée. Tu t'étais volatilisée dans la cuisine afin de préparer le thé. Enfin... faire bouillir l'eau plutôt, parce que le thé il était déjà fait. Il ne resterait plus qu'à l'infuser. Ce thé avait été fait à base de pêches ; tu espérais sincèrement qu'il conviendrait à Izaiah. Il avait un goût doux, juste assez sucré. Il pouvait plaire à ceux qui préféraient les saveurs discrètes dans leus boissons chaudes, autant qu'à ceux recherchant ce goût sucré qui ravivait les papilles. C'était un entre deux parfait, et c'est aussi pour ça que tu l'avais choisi.

« Tenez... le thé aura infusé dans quelques minutes. »

Tu avais tendu la tasse à ton client de la journée. Dans une petite assiette, afin d'éviter qu'il ne se brûle les doigts. Est-ce que tu en faisais trop ? Tu n'en savais rien, peut-être ? Mais dans tous les cas, tu pensais toujours à tout. Aux moindres détails pour éviter de faire une erreur, d'être témoin de tes maladresses encore une fois. Comme c'était arrivé si souvent par le passé. Chaque détail comptait. La moindre erreur d'inattention pouvait avoir un effet boule de neige et être la source d'une situation catastrophique. Tu le savais bien. Tu le savais trop.

« Est-ce... est-ce la première fois que vous venez à Kishika ? C'est un village bien paisible, un véritable havre de paix. J'y vis depuis un peu plus d'un an aujourd'hui. » Tu pointais ta fenêtre, semblant indiquer une direction quelconque. Tu souriais, tendrement. « Tout près, il y a un champ de tournesols. Il s'agit de la fierté du quartier. Vous devez absolument le visiter un jour, cet endroit est magnifique, gorgé de soleil, enlacé par la nature. » Puis, tu rougissais.

Tu parlais bien plus qu'à ton habitude. Sans doute pour camoufler ta nervosité apparente. Tu meublais les silences, tu essayais de dire des choses intéressantes ; des choses qui te fascinaient dans la vie de tous les jours. Mais est-ce que les tournesols intéressaient vraiment Izaiah ? Il n'était pas venu ici pour t'entendre raconter des histoires à propos de ta ville, après tout. Il t'avait posé une question et tu avais répondu par plusieurs réponses, déviant totalement du sujet principal. Et encore une fois, tu réfléchissais trop. Beaucoup trop. Tu te faisais du mal à remuer ces pensées sans cesse, Valencia. Tu ne devais pas remettre en question les moindres de tes paroles. Si seulement tu étais capable devoir que tu étais une jeune femme passionnée qui ne disait jamais rien d'inintéressant ; mais ça, ce n'était pas encore gagné.

« Vous me direz si... si le thé est à votre goût. Je peux en faire d'autre, si vous ne l'aimez pas ! » Tu avais au moins une trentaine de thés différents, ce n'était pas ça qui te manquait. Vraiment pas. « Mais je ne voudrais pas vous importuner trop longtemps, nous pouvons nous diriger vers l'atelier si vous voulez... C'est juste en bas. »

Là où le fameux cadeau confectionné à la main - tes mains - reposait.

Tu avais à la fois hâte de lui présenter le fruit de tes efforts, mais en même temps, tu appréhendais. Comme toujours. À chaque commande, tu doutais de toi, alors que juste avant, tu étais amplement satisfaite de ce que tu avais fait. Tu manquais trop de confiance en toi, savais-tu que ce n'était pas bon pour la santé ? Comment faisais-tu pour avoir une aussi douce chevelure malgré le stress constant qui te hantait à chaque jour, ou presque ? Comment faisais-tu pour rayonner autant, malgré ce qui te rongeais de l'intérieur ?

Tu es un soleil, Valencia.
Laisse tes rayons briller comme il se doit.


Et pour essayer de contrôler ton anxiété, tu avais bu une gorgée de ton thé. Il était délicieux, juste assez chaud, et ça te calmait. Tu étais ravie qu'Izaiah ait accepté cette boisson chaude ; parce qu'elle te permettait de canaliser tes mauvaises émotions - elle te détendait. Tu ne savais même pas comment cela pouvait être possible via un simple liquide mi-sucré. Mais tu ne cherchais pas à comprendre ; tu en profitais juste.
(c) TakeItEzy & Ellumya
Revenir en haut Aller en bas
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9347-let-your-soul-glow-izaiah https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9322-il-parait-qu-il-y-a-la-lumiere-au-bout-du-chemin-izaiah#132777
Dresseur Pléiade
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Alexa, take down the Christmas decorations
Izaiah
Valencia
Et il y avait comme une douceur à laquelle tu n’avais plus goûté.
Une impression de bonheur dans l’air, comme si la légèreté du moment épousait le mouvement du vent.
C’était une impression que tu ne pouvais pas exprimer, une sensation qu’on ne pouvait expliquer. Tu te sentais bien.

Depuis ton retour à Lumiris, c’était la première fois que tu confrontais ton existence à celle d’une autre personne, que tu osais abandonner les remparts de ton appartement pour exister dans cette région marquée par la trahison.
Depuis ton retour à Lumiris, c’était la première fois que tu prenais le temps de vivre.
Et sans pouvoir expliquer en quoi, tu sentais en toi la conviction silencieuse que Valencia était de loin la meilleure personne avec qui franchir ce pas.
Sa timidité autant que sa manière de te parler : tu retrouvais en elle tout ce qui t’avait fait tomber en amour avec l’archipel.

Lumiris avait effacé les années passées à Johto, les traces d’une vie menacée par l’épée de Damoclès que mère nature avait suspendue au-dessus de ta tête. À elle seule, elle t’avait permis de devenir un homme, un être humain à part entière dans tout ce qu’il te manquait d’individualité et de maturité.
Même si tu ne l’avais jamais admis en mots et que tu n’avais jamais formulé le phénomène, tu t’étais émancipé des chaînes qui te retenaient grâce à elle et c’est en partie à cette évolution que tu devais ta dévotion sans précédent. L’archipel était différent. Différent de ta vie d’antan, différent des souvenirs que tu gardais de ton adolescence, différent des autres régions dont l’existence te paraissait insipide à côté.
C’était chez toi.

Et Valencia te rappelait pourquoi.

Au moment où la jeune femme ta propre tasse de thé, tu ne peux t’empêcher d’en humer l’odeur reconnaissable entre milles. Tu n’étais normalement pas un grand amateur de la boisson, jugeant plus souvent qu’autrement les saveurs pas assez goûteuse à tes papilles… Mais tu n’étais jamais fermé à la découverte.
Et puis, tu te doutais que le choix ne devait pas avoir été pris à la légère par ton hôte. Pas que tu la connaisses personnellement – votre rencontre remontait littéralement à cinq minutes auparavant –, mais elle te semblait minutieuse. Sans vouloir trop t’avancer, c’était néanmoins un trait de caractère que l’on retrouvait rarement dans un seul aspect de la vie des porteurs.

Je crois n’avoir jamais vu de champ de tournesols de ma vie..., confies-tu en tentant d’imaginer la splendeur des plaines recouvertes de pétales jaunes brillant au soleil. De là d’où je viens, on a davantage l’habitude des grattes-ciels à perte de vue que des grands espaces verts… Ça a l’air magnifique.

Et tu étais sincère.
Depuis que tu envisageais doucement les contours d’une reconversion en tant que photographe, le champ des possibles te semblait aussi infini qu’effrayant… Mais tu ne te fermais à rien.
Et les paysages, forcément, venaient s’ancrer comme une évidence dans le parcours, dans tes recherches interminables. Ce champ de tournesol, tu rêvais désormais d’en immortaliser l’immensité.
Elle l’ignorait peut-être, mais Valencia venait de te donner l’inspiration nécessaire pour revenir en ces lieux, pour affronter l’épreuve du temps et le déménagement de tout ton matériel – avec un seul bras, c’était beaucoup moins évident qu’avant.

Mais, à cette période-ci de l’année, le tableau doit être un peu plus fade je suppose…, constates-tu avec mélancolie en portant ton regard sur la fenêtre la plus près de vous.

À l’extérieur, rien n’arrêtait la chute des flocons ni la progression du tapi de neige qui se formait au sol.
Ton amour de l’hiver était récent, mais tu t’y habituais. Lumiris changeait véritablement du tout au tout lorsque l’hiver la recouvrait de sa promesse solennelle.
C’était comme un pansement sur ses blessures encore saillantes.

Plongé dans tes pensées, dans cette mélancolie soudaine, tu mets un moment à remarquer que le thé refroidi juste sous ton nez.
Lorsque Valencia t’en reparle, tu ne peux t’empêcher de sur sursauter légèrement avant de secouer la tête énergétiquement. De ta main, tu attrapes alors l’anse de la tasse que tu portes systématiquement à tes lèvres afin de goûter au breuvage.
La surprise ne quitte pas tes traits.

Au contraire! Je ne  suis pas un grand amateur de thé, mais je le trouve excellent. Le goût est juste assez présent… Ça change beaucoup des thés verts sans saveur de ma mère., rigoles-tu doucement.

Les thés bon marché que ta mère avait l’habitude de te faire ingérer en te répétant que c’était bon pour la santé, que ça manquait à ta culture de ne pas savoir apprécier les arômes d’une telle finesse.
Foutaises.
Mais peut-être que si elle avait su te proposer un mélange un moindrement raffiné… Eh bien, qui sait?

Pour être honnête, rien ne m’attend pour le reste de la journée, mais j’admet être très curieux de voir le rendu final.

Parce que la curiosité était omniprésente, parce que tu te voyais mal témoigner d’une quelconque indifférence à l’idée d’admirer de tes yeux la commande que tu avais passé pour Ashura.
Parce que c’était normal, tout simplement.
(c) TakeItEzy (Ezekiel Fitzgerald)




Dernière édition par Izaiah L. Silvērsteiń le Lun 8 Fév 2021 - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
christmas time
Des grattes-ciel... Oui, tu pouvais l'imaginer, un peu. Toi, tu ne venais pas d'un endroit très urbanisé, à vrai dire. Tu venais d'un endroit où, la majorité du temps, tu te faufilais parmi les plantes et les arbres ; une forêt magnifique qui te rappelait autant de bons souvenirs que les plus sombres qui sommeillaient dans ton esprit. La vision de Kika te revenait, et tu préférais ne pas y penser. Tu pressais l'écharpe qui se trouvait autour de ton cou. Elle avait bien vieillie, cette écharpe. Mais tu ne pouvais pas te résoudre à t'en départir.
« D'où venez-vous, Izaiah ? » Demandais-tu de manière innocente, par simple curiosité. Le passé des gens t'intéressait, tu aimais en savoir plus sur les humains qui t'entouraient. « Kanto est ma région d'origine... L'endroit où je vivais n'était pas très... très urbain. Mais il s'agit d'une jolie région. Elle me manque, parfois... »

Mais il n'avait pas tort. En hiver, le champ de tournesols n'était pas aussi rayonnant qu'en été, cela paraissait évident. Le tableau n'était pas aussi gracieux, avec la neige et le ciel gris. Pour sa première visite, il valait sans doute mieux qu'il y mette les pieds pendant la saison la plus propice - il ne fallait pas gâcher ce moment.

« Revenez donc cet été, pendant une journée où vous ne faites rien de spécial. Le paysage vaut le détour, je peux vous l'assurer. »

Puis vint le moment fatidique où ton critique culinaire - ton critique théière, plutôt ? ... cela ne se disait pas, mais passons - te donnait son avis. Et ô joie, ce dernier fut positif. Tu étais ravie. Tu étais toujours fébrile lorsque venait le moment d'offrir du thé ou de la nourriture concoctée par tes mains à une personne. C'était presque aussi intimidant que de donner sa commande à un client. « Je suis heureuse si ça vous plaît... » Tu souriais, timidement mais sincèrement. D'ailleurs, en parlant de commande, il était temps de descendre à l'atelier. Tu repensais au désordre et ton sourire s'était estompé. « Vous... vous pouvez me suivre ! Pardonnez-moi d'avance pour le désordre, je n'ai pas eu le temps de ranger la pièce dans son intégralité. » Tu t'étais alors levée, avec ta tasse mi-remplie dans les mains. Tu te dirigeais vers le sous-sol en invitant Izaiah à te suivre. Mepo n'était pas très loin, elle non plus.

Quelques marches d'escalier plus bas, et une porte vitrée se présentait à vous. L'atelier avait beau être au sous-sol, il y avait de grandes fenêtres qui permettaient l'entrée de lumière. Après tout, ce n'était pas pratique pour une artisane de travailler dans l'obscurité. Tu avais aménagé l'endroit pour ton confort personnel ; il y avait des plantes et des pots de fleurs un peu partout, des établis par-ci par là, de grandes feuilles de papier sur lesquelles tu dessinais tes plans - des outils, beaucoup d'outils. (www ; www) Mais franchement, à part quelques outils qui traînaient et tes établis en bordel, l'endroit était étonnement propre. Objectivement ; pas selon toi, parce que toi, tu étais perfectionniste. La moindre trace de poussière te complexait, tu ne voulais pas qu'on te pense bordélique. « Je... Je vous présente mon atelier. Votre cadeau est au fond. Je... Une minute. Follet, tu dors encore sur mes plans ? » Le Duskull narcoleptique roupillait sur l'établi, près de là où se trouvait la commande du blond. Tu soupirais, mais au fond, ton Pokémon te faisait sourire. Tous les endroits les plus incongrus étaient bons pour faire une petite sieste, hm ? C'était sans doute la devise de ce fantôme, ce spectre possédant une flemme encore plus grande qu'un Snorlax. « Allez hop, on se réveille, belle au bois dormant. » Il n'aimait pas ce surnom - et étrangement, c'était le mot magique pour qu'il ouvre les yeux. Ça marchait à - presque - tous les coups.
Décidément, cette fois-ci ne faisait pas exception.

Follet, à peine réveillé, grommelait comme à son habitude, mais il était bien content de voir de la visite. Il n'était pas peureux, pas spécialement énergique lorsqu'il ne dormait pas, et que dire de sa sociabilité - elle variait entre neutre, inexistante et d'autres fois, plus rares, il se découvrait un côté chaleureux et amical. Peut-être était-ce quelque chose que Izaiah dégageait ? Son aura ? Tu n'en savais rien, mais Follet allait rarement vers les gens sans raison, et pourtant, c'était son cas à l'heure actuelle.

« Oh... Vous devriez jouer à la loterie. Mon Follet n'est pas très sociable, d'habitude, mais on dirait qu'il vous aime bien... » Tu souriais, encore. Tu ne savais pas pourquoi mais ces situations, aussi banales soient-elles, elles t'apaisaient. Suite à cette remarque, tu avais pris la boîte qui contenait le fameux bijou et tu l'avais tendu à Izaiah, avec le rose aux joues. « J'espère que vous en serez satisfait... »

Il ne restait plus qu'à attendre sa réaction. Ta fébrilité était de retour ; comme à l'heure du thé, mais cette fois-ci, elle était décuplée.
(c) TakeItEzy & Ellumya
Revenir en haut Aller en bas
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9347-let-your-soul-glow-izaiah https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9322-il-parait-qu-il-y-a-la-lumiere-au-bout-du-chemin-izaiah#132777
Dresseur Pléiade
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Alexa, take down the Christmas decorations
Izaiah
Valencia
Johto.
Tu venais de Johto et c’était une information que tu avais balancé à la légèreté des souvenirs estompés. Tu avais grandi à Doublonville, dans le tumulte des villes qui ne dorment jamais.
Tu n’avais pas détesté ton enfance; les grandes villes étaient celles qui te plaisaient. La tranquillité tes bourgades te connaît l’impression d’être au mauvais endroit, qu’il existait en ce monde un endroit dans lequel tu pourrais être bien plus utile. C’était un peu la raison pour laquelle tu avais Mirawen en horreur, pourquoi son calme et le son de la mer n’apaisaient pas ton esprit inutile.
Si tu avais été plus logique, c’est à Nemerya que tu te serais installé… Mais c’était trop près. Trop près du fantôme de Voltapolis, de la centrale.
Trop près de tes propres démons.
Alors tu avais creusé la distance, instauré un périmètre de sécurité autour de ton cœur. Tu croyais que cela allait aider, qu’il valait mieux un endroit que l’on aimait moins à un endroit gorgé de cauchemars… Mais était-ce vrai?

Tu n’as pas le temps de réfléchir la question plus en profondeur ni d’en admirer toutes les coutures : de quelques plates excuses, Valencia t’invite à la suivre jusqu’au sous-sol.
Nullement inquiet quant à l’état réel des lieux – le reste de l’habitation parlait de lui-même – tu la talonnes alors dans le plus grand des silences contemplatif. Au pied des escaliers, tu laisses tes yeux balayer les plantes et tous les détails dont est composé le lieu de travail de la demoiselle.
Tu aimais les pièces pleines de personnalité, celles qui rayonnaient de par leur unicité. Ton propre studio, même s’il était toujours en construction, avait volontairement été marqué de ta patte afin qu’on ne le confonde avec aucun autre. À tes yeux, c’était important de retrouver un peu des autres et beaucoup de soi dans ce genre de pièce destiné à accueillir un loisir, une passion ou un métier.

Je -

Voix effacée par les réprimandes d’un Pokémon que tu mets un moment à cerner.
Et ce n’est pas pour le meilleur.
Lorsque ton regard effaré vient à la rencontre du spectre, tu sens un frisson traverser ta colonne alors qu’un curieux mélange de peur et de culpabilité s’empare de ton esprit torturé.
Doucement, tu grimaces… Mais reprend vite contenance. Tu avais toujours été entouré de spectres. Pire, ce n’était même pas ta première rencontre avec un Duskull.
Il y avait eu Agape. Agape au comportement taquin, au caractère aussi unique qu’insupportable. Tu l’avais confié à quelqu’un, avais crû qu’il valait mieux pour lui qu’il se soit pas arraché à la région dans laquelle il avait vécu les derniers siècles.
Peut-être avais-tu eu tort d’agir sans lui demander son avis, mais beaucoup de tes pokémons étaient restés là où tu étais parti.

Ravalant ta salive, tu esquisses un sourire inconfortable en tentant de dissimuler ton trouble sous une bonne couche de courtoisie.

Tu m’en vois ravi..., murmures-tu d’une voix pincée.

À tes côtés, Pandore semble d’autant plus intrigué par le nouvel arrivant.
La tête légèrement penchée sur le côté, il fixe intensément le spectre jusqu’à agiter son os dans tous les sens. Intrigué, tu dévisages ton protégé afin de mieux traduire son charabia incompréhensible.
En vain… Jusqu’à ce que celui-ci cesse sa petite danse improvisée pour mieux attraper le tissu de ton pantalon.

… Je comprend strictement rien à ce que tu essaies de me dire Pandore.

En guise de réponse, pas un mot, mais un geste : de sa main libre, il pointe alors le crâne sur sa tête puis pointe le Duskull d’un doigt affirmé.
Doucement, tu soupires.

Oui, il a un crâne tout comme le tien.

Tout ça pour ça.
Néanmoins, il n’en faut pas plus à Pandore pour se prendre d’affection pour cet être fantôme qu’il estime désormais être de sa famille ou de son espèce, va savoir.
Les yeux gorgés d’eau, visiblement touché par cette découverte d’une importance capitale, il s’avance alors vers le spectre afin de faire plus ample connaissance.

Pardon pour tout ça, je ne sais vraiment pas ce qui lui prend. Je crois que c’est la première fois qu’il rencontre un autre Pokémon avec qui il partage des similitudes...

Un peu gêné, tu prends une grande inspiration puis ramène ton attention vers la boîte que t’a tendue Valencia.
Tu es un peu fébrile, un peu nerveux.
Pas parce que tu n’as pas confiance en elle, en ses talents, mais parce qu’il est toujours étrange de voir ses idées prendre forme dans la réalité. Tu savais exactement ce que tu désirais pour Ashura.
L’image était on ne peut plus clair dans ta tête, mais tu savais qu’elle prendrait forcément une autre forme entre les mains de l’artisane… Et que ce serait pour le mieux. Tu ne serais pas déçu, juste surpris.

Et c’est exactement le sentiment qui traverse lorsque, d’un geste malhabile, tu réussis à ouvrir la boîte d’une seule main.
Retenant un sifflement d’admiration, tu laisses ton regard s’émerveiller devant la beauté du bijou : il correspond en toute pièce à ce que tu avais demandé. Tu connaissais le pendant d’Ashura pour le type spectre et tu souhaitais lui faire confectionner un bijou qui rendrait justice à son amour pour ce type… Valencia avait relevé le défi haut la main.
Tu n’avais pas besoin d’être un grand amateur de bijoux pour femme pour réaliser la finesse de l’objet et la précision de la finissions. Le rendu était harmonieux et travaillé; il brillerait à son cou.

Incroyable!

C’est le seul mot qui te vient à l’esprit, la seule chose que tu es capable de penser en cet instant.
Abandonnant ta contemplation, tu redresses alors ton menton vers la météore afin de lui adresser ton sourire le plus sincère et le plus rayonnant. Bien plus rayonnant que tout ce que tu avais offert comme rictus dans les six derniers mois.

Il est magnifique! Je suis certain qu’elle l’adorera… Merci infiniment.

Merci de m’avoir pris au sérieux, de m’avoir écouté.
Merci pour ton professionnalisme, mais aussi pour la justesse de ton travail.
C’est remarquable, tu sais?
(c) TakeItEzy (Ezekiel Fitzgerald)


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
christmas time
Tu avais bien ressenti son malaise face à Follet. Après tout, il était compréhensible. Un fantôme doté d'un crâne avec un oeil pouvant briller dans l'obscurité la plus totale ; tout être n'ayant pas l'habitude de ce type de Pokémon pouvait ressentir une détresse, même petite. C'était ton cas avant, aussi. Tu ne savais pas comment réagir face aux spectres, ils étaient gorgés de mystères, et l'humain craint l'inconnu. Mais toi tu les trouvais fascinants, et toi qui appréciais les découvertes, tu raffolais d'en apprendre davantage sur ces créatures de l'au-dela. « N'ayez crainte Izaiah, Follet n'est pas hostile. Il aime bien dormir, et... il n'a jamais montré une once de malice. J'ai longtemps cru que les spectres aimaient jouer de mauvais tours, mais ils ne sont pas tous comme ça. Heureusement d'ailleurs... »

Quelle catastrophe ce serait dans ton atelier, si Follet était malicieux. Lui qui aimait beaucoup trop sommeiller dans cet endroit ; sur tes esquisses et tes piles d'outils. Il n'avait jamais aimé les endroits conventionnels pour ses siestes improvisées ; il était étrange, Follet. Mais il était attachant... dans son genre. Disons que tu ne verrais pas ton quotidien sans lui, sa constante présence te manquerait énormément.

« Oh... c'est bien vrai. » Tu admirais la réaction de Pandore face à ton Duskull. Il semblait si heureux de voir un autre Pokémon avec un crâne, tout comme lui. Tu ne savais que très peu de choses sur les Cubones, mais tu savais ceci : leurs crânes étaient précieux pour eux... Ils renfermaient des souvenirs délicats, nostalgiques. Tu n'avais pas tous les détails, mais tu savais que cette partie d'eux était importante. Vitale, même. Sans doute qu'apercevoir Follet, partageant ainsi cette similitude, lui avait fait du bien. Les Cubones étaient reconnus pour être mélancoliques... et cette idée t'attristait. Tu ne savais pas beaucoup de choses sur eux, mais tu en savais juste assez. Juste assez pour ressentir de la compassion à leur égard. « Follet... Vous vous ressemblez un petit peu, Pandore et toi. Qu'est-ce que tu en penses ? » Le Duskull, encore somnolant, s'était approché du Pokémon sol. Il était intrigué, lui aussi. Et il avait fait quelque chose que tu ne l'avais encore jamais vu faire. Il avait tendu son bras fantomatique vers son comparse, afin de lui toucher la tête. Était-ce un signe de camaraderie ? Ce geste n'avait rien de malveillant, bien au contraire, mais tu avais parfois du mal à bien cerner ton ami spectre... Quoi qu'il en soit, cette scène te faisait sourire.

« Il... Il n'est pas très démonstratif, d'habitude. On dirait bien que vous avez attisé sa curiosité. Je suis heureuse de savoir qu'il a un effet positif sur votre Pokémon aussi. »

C'était bien beau les amitiés entre Pokémons... mais le sujet central n'était pas là. En effet, tu venais de tendre le cadeau fraîchement fabriqué à son acheteur. Et la réaction fut comme espérée ; mieux, même. Tu ressentais un réel soulagement en entendant les mots du blond. Tu y avais mis beaucoup de temps, beaucoup d'efforts. Tu essayais d'imaginer ce que ça ferait, si toi Valencia, tu offrais ce genre de bijou à un être proche. Un être très cher à tes yeux, et c'est en tentant de te mettre à sa place que tu l'as conçu. C'était un présent de Noël, il n'y avait rien d'anodin là dedans. Ce n'était pas une simple pokéball, ou une boîte de rangement pour capsules comme on te commandait si régulièrement ; et pour lesquelles tu offrais tout autant de minutie. Parce que le résultat ne devait pas simplement être bien... Il devait être parfait. Si tu n'en étais pas satisfaite, cela ne valait pas la peine de le vendre.

« Vous m'en voyez ravie... Il doit s'agir d'une personne très spéciale. Je... J'espère qu'elle l'aimera autant que vous. »

Parce que c'était aussi pour elle que tu avais fabriqué le bijou. C'était une bonne chose que Izaiah l'apprécie, mais serait-ce également le cas de cette personne ? Celle à qui le présent était destiné ? Tu l'espérais, fort.

« Lorsqu'elle l'aura reçu, n'hésitez pas à me faire part de sa réaction... Oh, évidemment, ce n'est pas obligatoire ! »

C'était juste un peu de curiosité. Et une manière de te rassurer, aussi. C'était surtout ça, en réalité. Sinon, tu allais constamment te demander si cette personne avait aimé ou non l'objet que tu lui avais fabriqué. Et cette question allait tourmenter tes esprits, encore et encore... Jusqu'à ce que le temps te le fasse oublier... peut-être.
Mais au fond de toi tu savais que tu ne l'oublierais pas.
Et au fond, cette commande, elle allait devenir un beau souvenir. Parce que c'était la première fois qu'on te demandait de confectionner quelque chose d'aussi sentimental... Et tu te sentais choyée de pouvoir être utile ainsi. Tu aurais aimé pouvoir, toi aussi, offrir quelque chose à une personne spéciale... Peut-être devrais-tu fabriquer quelque chose pour ta soeur ? Serait-elle heureuse de recevoir un cadeau de ta part ?

Mais en dehors de Lyanora, tu n'avais que très peu d'entourage, Valencia. Tu avais quelques amis, c'était bien vrai... Mais pouvais-tu prétendre ressentir un attachement particulier envers quelqu'un ? Ce genre de sentiments, ce n'était que des fragments du passé. Des fragments qui te paraissaient de plus en plus flous.
(c) TakeItEzy & Ellumya
Revenir en haut Aller en bas
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9347-let-your-soul-glow-izaiah https://dusk-lumiris.forumactif.com/t9322-il-parait-qu-il-y-a-la-lumiere-au-bout-du-chemin-izaiah#132777
Dresseur Pléiade
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 212
Née le : 01/08/1997
Age : 23
Région : Johto
Pokédollars : 1521
Stardust : 538
Stardust utilisés : 285
Equipe pokemon : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia 104
Icone : ❝Alexa, take down the Christmas decorations ft. Valencia Izaiah13
Alexa, take down the Christmas decorations
Izaiah
Valencia
Et plus le temps passait, moins tu parvenais à feindre l’indifférence lorsqu’un spectre prenait possession de ton champ de vision.
Heureusement, il y avait Pandore pour désamorcer la situation et gagner ces cœurs aux sombres présages, ces mêmes cœurs devant lesquels ton instinct te hurlait de détaler.  
C’était bien là ton unique réconfort : tu n’étais pas seul.
Avant de quitter Lumiris pour Hoenn, ta vie était pleine de ces esprits tourmentés venus la torturer. Du matin au soir, tu ne voyais que leur sourire décadent et leur légèreté provoquante.
Après tout, comment pouvaient-ils être aussi célestes sur le porche de la mort ? Tu ne comprenais pas. Tu avais fait de gros efforts pour apprendre à les aimer ou, au moins, à les accepter. Quand tu avais été renvoyé de l’hôpital, tu t’étais accroché à eux avec tout l’énergie du désespoir. Tu avais décidé de tirer profit de cette peur, d’en faire une arme tournée vers l’extérieur plutôt que l’intérieur. Sauf que toutes tes efforts avaient été anéantis à la centrale.

Car, au final, c’est vers cette sombre nuit que tout convergeait.
Tu avais atteint le fond du baril lorsqu’il n’y avait plus eu d’échelle pour te guider vers l’extérieur.

Néanmoins, en voyant Follet s’approcher de Pandore, tu ne peux t’empêcher d’esquisser un sourire nostalgique de l’époque où Agape était encore dans ta vie.
De tous tes Pokémons, il était l’un des rares à te manquer au-delà de la culpabilité… Et ce même si cette dernière était on ne peut plus forte à son souvenir.
Les Duskull t’effrayaient – comme tout le reste d’ailleurs, mais bien moins que d’autres. Et c’est en voyant Pandore s’illuminer au contact de son nouvel ami que tu comprends qu’il n’y a rien à craindre.
Mort ou vivant, pour aujourd’hui, ce n’est pas très important. Tant que ton protéger s’illuminait, tant que la présence de l’autre lui était salvatrice… Tu pouvais bien passer outre tes propres petites caprices.

Ça fait plaisir à voir… Il faut croire qu’ils étaient peut-être bien destinés l’un à l’autre.

T’amuses-tu sans la moindre prétention.
Néanmoins, ton attention ne s’attarde pas plus longtemps sur les deux pokémons. Un instant plus tard, tu te retrouves avec le présent de Ashura entre tes doigts et tu sens ton cœur s’emballer autant de soulagement que d’admiration.
Il était magnifique et tu n’hésites pas un seul instant à partager ta satisfaction manifeste avec l’artisane qui en est l’auteur. Tu avais longtemps épluché les pages et les albums d’une bonne partie des menuisiers de la région sans être totalement convaincu par aucun d’entre eux… Même s’ils étaient majoritairement doués, la plupart manquaient de raffinement et de délicatesse dans leur œuvre, qualités que l’on associait plus généralement aux femmes. Stéréotype, oui, mais pas complètement faux pour autant.

Aussi, en découvrant Valencia, tu avais compris que tu ne te tromperais pas.

Et c’est en réceptionnant le bijou que tu comprends à quel point, contre toute attente, tu étais même parvenue à la sous-estimer.
Tes attentes avaient largement été dépassées.

Oh ! Je n’ai pas le moindre doute quant à sa réaction lorsqu’elle le recevra… La connaissant, elle sera absolument ravie.

Encore fallait-il pouvoir le lui offrir, mais ça, c’était une autre histoire.
Tu connaissais Ashura. Pas autant que tu l’aurais voulu, certainement pas autant que tu aurais , mais assez pour savoir que la beauté de l’objet l’atteindrait.
Ne serait-ce que parce que tu l’avais imaginé et commandé à son image, à elle. Vous aviez beaucoup discuté avec Valencia avant de passer commande officiellement et, à cet instant, tu avais déballé absolument tout ce que tu connaissais de ta sœur : la bibliothèque, son amour des spectres, son grand cœur, son caractère flamboyant.
Avec elle, tu avais veillé à ce que le bijou soit unique… Et il l’était.
Définitivement.

Je n’hésiterai pas… Je crois que j’ai toujours votre numéro, n’est-ce pas ?, demandes-tu avec curiosité avant de redéposer la boîte sur la table.

Afin de vérifier ce que tu avances, tu attrapes alors ton portable de ta seule main avant de le déverrouiller et de feuilleter précipitamment ta liste de contacts.
Soulagé, tu pousses alors un soupire qui ne ment pas.

Je confirme. Je vous lâcherai un SMS après noël dans ce cas… À moins que vous ne préfériez que je passe directement vous en parler autour d’un autre thé ?

Sans arrière-pensée, tu lui décroches alors un sourire sincère à t’en fendre l’âme.
Parfois, c’était plus agréable d’entendre le bonheur des gens de vive-voix plutôt que par de simples mots balancés sur une page blanche… C’était moins impersonnel, plus intime et, surtout, plus réel.
On ne changerait jamais l’importance des relations entre humains.

D’ailleurs, Valencia, est-ce que vous permettriez que l’on se tutoie ?

T’enquis-tu.
Vous vous connaissiez depuis… Un peu plus d’une dizaine, voire d’une vingtaine de minutes maintenant.
Vous n’étiez pas des amis de toujours, mais le courant passait bien entre vous.
Juste assez bien pour te permettre ce genre de familiarité qui, à tes oreilles, sonnait bien moins fausse que ces formules de politesse dont tu n’avais pas l’habitude.
(c) TakeItEzy (Ezekiel Fitzgerald)


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
christmas time
« Destinés l'un à l'autre... » Un peu comme des âmes soeurs, donc ? L'idée semblait absolument ravissante... Il était bien vrai que ces deux Pokémons semblaient pouvoir s'apporter beaucoup de positif de manière respective. Ton sourire devenait impossible à s'estomper ; tu étais ravie de voir ton Duskull dans cet état, lui qui était si réservé. Tu étais presque triste de te dire que tout bientôt, Pandore et son dresseur allaient devoir quitter les lieux pour s'en retourner chez eux.
« C'est adorable. J'espère qu'ils auront l'occasion de se revoir. »

Ces paroles ne dissimulaient aucun sous-entendu ; oh évidemment, tu ne serais pas malheureuse à l'idée de revoir Izaiah aussi, il te donnait bonne impression. Mais pour le coup, tu te préoccupais de ton Pokémon, parce que tu faisais toujours ça. Tu te préoccupais des autres avant toi-même, c'était comme un réflexe qui t'avait souvent joué des tours, et pourtant... tu n'avais jamais cessé.

Tout de même, Izaiah avait l'air gentil. Il semblait être une bonne personne, du peu que tu avais remarqué. Il n'était pas de ces clients qui prenaient leurs commandes en repartant tout aussi rapidement ; bien que ce n'était pas quelque chose qui te dérangeait spécialement. Mais ceux qui prenaient le temps de boire un thé, de t'écouter parler des tournesols... non, eux, ils n'étaient pas nombreux. Pas du tout. En ce moment tu te sentais un peu seule. Tes connaissances proches avaient toutes une vie à vivre et toi, tu t'occupais de ton atelier, tu chouchoutais tes Pokémons - mais niveau relation humaine c'était un peu bancal. Ta soeur et tes amis proches étaient occupés, et c'était normal, tu n'en voulais à personne. Tu acceptais la situation et tu profitais des quelques interactions auxquelles tu avais droit comme celle d'aujourd'hui. Elle réchauffait ton coeur en cette journée d'hiver.

« Je... J'espère que vous avez raison ! Cette personne doit être très importante pour vous... » Cela te faisait penser que toi, de ton côté, tu étais à la bourre. Tu n'avais toujours aucun cadeau pour Lyanora. Tu aurais aimé offrir un cadeau à Auguste, aussi. Serait-ce déplacé d'offrir quelque chose amicalement ? « Je dois trouver un cadeau pour ma petite soeur. Mais on ne s'est pas vu pendant un long moment, ses goûts ne sont probablement plus les mêmes. » Avais-tu murmuré à haute voix, avant de secouer la tête.

Tes joues s'étaient teintées de rouge. Un autre thé ?
Tu ne t'attendais pas à une telle proposition. Cela te faisait plaisir mais... était-ce par pure politesse ? Non, sans doute pas. Sinon, Izaiah s'en serait tenu à cet SMS. Il n'aurait pas fait cette proposition, n'est-ce pas ? Parfois... tu devrais vraiment éviter de trop réfléchir aux intentions des autres, Valencia.

« Ce serait avec plaisir. Vous... Vous me direz quel est votre thé favoris, dans ce cas ? » Tu lui avais rendu son sourire. Un sourire chaleureux. Ce genre de sourire qui s'apparente aux premiers rayons de soleil après une averse incessante. Et que dire du sien, il y avait une sincérité douce dans ses rictus que tu ne saurais expliquer. Mais tu sentais que tu n'avais pas à te méfier de cette personne.

« Oh ! » Sa question t'avait prise au dépourvu. Tu avais tant l'habitude de vouvoyer les autres que tu ne t'en rendais pas compte, c'était d'un naturel pour toi. « Oui, oui. Il n'y a pas de souci... Vous... Tu m'envoies navrée, je n'ai pas le réflexe de tutoyer, et je peux concevoir que... c'est inhabituel, sachant que tu n'es sans doute pas beaucoup plus âgé que moi. » Pourquoi te justifiais-tu ? Pourquoi ressentais-tu toujours ce besoin de t'expliquer dans les moindres détails ? C'était une manie de ta part, que tu essayais de camoufler, mais parfois, c'était plus fort que toi.

« N'hésite pas... à me le dire, si je suis trop formelle. »

Tu souriais nerveusement, et tes doigts se trouvaient entrelacés dans tes cheveux bruns. Tu commençais à te dire que le blond allait devoir s'en aller, maintenant. Après tout, il avait sa commande en mains, vos thés étaient terminés. Peut-être devrais-tu le raccompagner à la porte ?

« Et bien... Je ne vais pas te retenir davantage. On se tiendra au courant pour ce futur thé. »

Follet semblait déçu, ceci dit. Il s'était un peu éloigné de vous afin de ne pas prendre trop de place. Il observait son nouvel ami s'en aller tout en restant calme. Tu lui avais fait signe d'approcher, afin qu'il puisse agiter son bras fantomatique. Il devait, lui aussi, dire au revoir au duo. Mepo aussi, elle tenait à les saluer. La Sepiatop était restée drôlement docile pendant cette visite, ce qui t'étonnait grandement, mais ça te rendait fière. Elle faisait des efforts, et tu savais ô combien c'était quelque chose de difficile pour elle. Ne vous en faites pas... on les reverra.
(c) TakeItEzy & Ellumya
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Outils de modération