Dusk Lumiris

forum rpg pokemon - non stratégique - pas de ligne minimum - event regulier
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
22.95 € 149.99 €
Voir le deal

Répondre au sujet
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6616-and-now-that-you-dont-have-to-be-perfect-you-can-be-good https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6617-izaiah-s-trainer-card#89902 https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6596-the-curves-of-your-lips-rewrite-history-termine#89697
Dresseur Pléiade
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Mar 10 Sep 2019 - 12:19
You should treat a muse like a fairy
feat Lyanora M. Caelum
Tu ne pouvais pas rester chez toi. C’était impossible, inconcevable même. En éteignant la caméra, tu pris une grande inspiration puis jeta un œil par la fenêtre. Il faisait beau. Allais-tu vraiment donner de ton temps, de ton énergie à monter une vidéo de part ce temps ?

Prenant une grande inspiration, tu reculas ta chaise afin d’étirer tes jambes puis tu levas ton regard au plafond. Il y avait des jours où la motivation n’était pas au beau fixe. Tu adorais ta communauté, tu adorais faire des vidéos, investir de ton précieux temps pour mettre un peu de lumière dans leur quotidien souvent trop occupé, trop précipité… Mais depuis ton arrivée à Lumiris, c’était plus difficile. Tu te sentais incroyablement seul ainsi enfermé dans ton appartement. Tu avais l’impression de n’être personne, de te perdre dans la masse. C’était douloureux. Tu te donnais corps et âme à tenter de prouver ta valeur à l’hôpital, mais ce n’était plus comme avant. L’adaptation était beaucoup plus difficile que tu ne l’avais imaginé. Si tu pensais que ce serait un jeu d’enfant, tu venais de te prendre un mur. Un énorme mur.

Mais ce n’était que passager, n’est-ce pas ?
Il suffisait que tu te crées un cercle, que tu te trouves un entourage. Et si tu allais monter ta vidéo dans un café ? Et si tu allais te balader en ville ? Et si tu sautais dans le premier bus vers on ne sait où ? Cette dernière idée t’arracha un sourire. Tu avais toujours voulu tenter l’expérience. Prendre un moyen de transport régional, n’importe lequel, puis choisir ta destination au hasard. À tes yeux, c’était la meilleure manière qui soit de découvrir de nouvelles places, de nouveaux paysages. Alors pourquoi pas ? Qu’avais-tu à perdre ? Tu étais de congé aujourd’hui et ton planning, à l’extérieur de ton bénévolat et de PokéTube, était encore très léger. Pourquoi ne pas en profiter ? Descendant ton regard vers l’appareil photo sur ton bureau, tu tendis une main dans sa direction afin de le saisir. À Johto, c’était ton principal gagne-pain. La vie en tant que « vedette des réseaux sociaux » semblait bien mignonne au premier regard, mais elle suffisait tout juste à arrondir les fins de moi. Tu n’étais pas la dernière vedette de l’heure. Tu n’étais qu’un adolescent mourant qui avait souhaité raconter son histoire. Le million d’abonnés, tu ne le verrais jamais passer.  Alors il t’avait fallu autre chose.

La photographie.
Et si tu ne voulais pas finir à la rue, tu devais te refaire une réputation.
Autant commencer maintenant.

Te levant, tu attrapas tes clés et ton sac puis tu quittas ton appartement au cœur de Voltapolis en faisant attention à bien fermer derrière toi. Tu ne savais pas où tu allais, mais la température de la journée se devait d’être mise en valeur. Il te suffisait de sauter dans le premier tramway (En vérité tu préférais largement le tramway au bus) que tu croiserais et attendre. Attendre qu’il arrive quelque chose, que ton cœur rate un battement, que tu écarquilles les yeux sans même t’en rendre compte.

Et c’est ce qui arriva. Le voyage fût long. Assit sur un siège, accoudé contre la fenêtre, tu admiras le paysage défiler pendant peut-être… une heure ou deux ? Peut-être plus ? Ça n’avait aucune importance. L’ambiance de bord de mer que dégageait ta destination improvisée te força à descendre. Tu ne pris même pas le temps d’y penser, de pousser la réflexion. Et s’il n’avait rien à y faire ? Et si tu finissais par t’ennuyer, voyant que les lieux étaient en réalité assez plats ? Tu trouverais sans doute quelque chose à prendre en photo pour alimenter ton portfolio, mais était-ce suffisant pour décréter que ton expédition était un succès ? En t’avançant vers le chenal, les questions commencèrent à t’assaillir. C’était un endroit local, un port tout ce qu’il y a de plus classique. Il possédait un charme indiscutable, mais…

Mais.
Voilà, il y avait toujours un mais.

Déterminé à trouver un sens à ta présence, tu jetas un œil aux bateaux de pêcheurs puis redressas ton appareil photo afin de prendre quelques clichés des hommes déchargeant leur marchandise. Toutefois, tu eus à peine le temps d’en prendre deux ou trois qu’autre chose attira ton attention. Non loin de toi, sur la grève, la présence d’une jeune fille avec des pokémons. Silencieux, tu te retournas dans sa direction en t’avançant légèrement. Des filles avec des pokémons, tu en voyais tous les jours. Ça n’avait jamais été un sujet qui t’avais intéressé, au contraire d’Isaac et de sa différence. Mais cette fois, c’était différent. Il y avait quelque chose, un je-ne-sais-quoi, dans cette scène qui t’envoutait complètement. Tu te trouvais un peu bête, mais à cet instant, à ce moment précis, tu aurais aimé être avec eux. Ça semblait mieux, tellement mieux.

Alors sans même t’en rendre compte, tu glissas ton œil derrière le viseur, relevas l’objectif vers eux puis appuya sur le déclencheur.
Revenir en haut Aller en bas
Lyanora M. Caelum
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6115-don-t-stare-at-me-it-s-creepy-lyanora-m-caelum https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6114-t-card-lyanora-m-caelum-just-a-few-divas https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6072-lyanora-m-caelum-may-i-say-i-m-sorry
Dresseur Pléiade
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Dresseur Pléiade
Lyanora M. Caelum
Identité du dresseur
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Sam 4 Jan 2020 - 15:59


Muses are fairies



Feat. Izaiah L. Silverstein




« Mais votre Altesse, acceptez donc de partager. La Princesse ne veut qu’un bout de gâteau. » Je tirais sur la friandise que ma petite Chlorobule refusait de laisser partir. J’insistais, encore et encore. Elle ne bronchait pas. Princesse, courrait partout autour d’elle pour espérer la déconcentrer. Rien. Altesse refusait de laisser Princesse s’approcher de ce gâteau. La petite capricieuse ne le voulait que pour elle. Heureusement, je n’avais pas fait sortir le reste de l’équipe encore. Je savais combien il était difficile de gérer ces deux bourgeons ensemble. L’une trop douce, l’autre trop jalouse depuis que j’avais chanter cette sérénade au milieu de parc. C’en était devenu exaspérant. Il faut dire que je n’étais pas bien autoritaire et qu’Altesse avait toujours été plutôt gâtée et dorlotée à tel point que mon ton rieur lorsque je la sermonnais ne lui faisait même plus peur. Elle avait compris, depuis le temps que je ne lui ferais jamais de mal quoiqu’il arrive. Que je l’aimerais toujours autant sinon plus, quoiqu’elle fasse. Espérant qu’elle partage, je la pris dans mes bras. Elle me cracha des graines dessus. Vraiment ? J’étais insultée. Pourtant, ma réaction physique fut de rire. Elle me sourit aussitôt et s’enfonça l’entièreté du gâteau dans la bouche. C’était vain. J’avais perdu le combat. Elle ne voulait que je la prenne pour l’engloutir devant moi et me défier une nouvelle fois. Je soupirai et me tournai vers la Rozbouton qui se laissa aller à une crise de larmes. Évidemment. Elle voulait cette gâterie et elle en était privée. Comme tout enfant, sa réaction était de pleurer. La petite Chlorobule se blottit dans l’un de mes bras et de l’autre je pris Princesse. « Vraiment désolée Mademoiselle, il semble que notre Altesse ne soit pas d’humeur généreuse aujourd’hui. » dis-je avec un chagrin dans la voix. « Comme toujours… » échappai-je après une légère pause avec une teinte de reproche. Elle savait que j’en avais d’autres. Elle n’était pas idiote et que je ferais terre les pleurs de Princesse en lui donnant une nouvelle pâtisserie. Les sournoiseries de ce Pokémon en venaient souvent à m’étourdir et pourtant, je l’aimais. D’un amour si sincère.

Comme elle l’avait prévu, je plongeai ma main dans mon sac pour en sortir un nouvel emballage de gâteau que je tendis à Princesse qui, aussitôt, sécha ses larmes. La pauvre était si sensible, mais changeait d’humeur si facilement. Sa soudaine joie se fit entendre sur tout le pont. Si elle avait pleuré quelques instants auparavant nul indice ne restait de cette crise de larmes. Elle se débattait maintenant pour courir autour de ce banc que j’avais pris pour chaise. Je l’avais rarement vue autant emplie de vigueur, je lui souris et la laissai descendre, espérant qu’Altesse la rejoindrais. Non. Elle, elle restait là, dans mes bras. Étais-je réellement surprise ? Non. Évidemment que non. Je savais bien que cette Chlorobule avait horreur de marcher. Qu’est-ce qui me faisait croire que soudainement elle voudrait jouer avec la membre de mon équipe qu’elle détestait probablement le plus. Pourquoi ? Pour le simple fait qu’elle était probablement la plus jeune, donc la plus dorlotée. Il faut dire que les autres étaient généralement plus indépendants aussi. Tous, sauf ces deux-là qui, en plus se vouaient une rivalité infinie. Les avais-je trop gâter ? J’aurais tendance à dire que non. Je voyais mes Pokémons comme des enfants plutôt que comme des créatures qui m’étaient étrangères de sang.

Faisant confiance à ma Rozbouton, je me mis à regarder l’horizon. La foule qui s’y trouvait. Ce port attirait tant de gens, même s’il n’avait aucune réelle attraction. Le bord de la mer j’imagine. C’était populaire, c’était beau. Les gens en profitaient pour se prendre en photo ou pour immortaliser des moments romantiques. Moi j’étais venue ici simplement pour profiter d’un petit moment de solitude avec mes Pokémons. Tenter de prendre l’air, tranquillement. J’étais bien ici, avec Alaric et Yul, mais il ne faisait jamais de mal à personne de profiter un peu d’une sortie en tête en tête avec soi-même et quelques turbulents Pokémons que l’on avait adoptés. Un flash lumineux me prit par surprise. Celui-ci rivé droit vers moi avait attiré mon attention. Je me mis à fixer l’appareil qui l’avait émis. Je déposai Altesse sur le banc, derrière moi, me levai et fis de même avec Princesse. Toutes les deux emplies de questionnement ne faisaient plus que me regarder. Soudainement, je n’étais plus la maman au cœur tendre, mais une garde du corps, sans robustesse qui avait peur pour eux. Était-ce quelqu’un qui m’avait reconnue ? Les paparazzis m’avaient-ils réellement suivie jusqu’à Lumiris ? Je n’étais que la fille des Caelum, pas une star. Pourquoi auraient-ils pris du temps à me suivre jusqu’ici. « Vous ! Monsieur le Paparazzi, vous m’avez pris en photo, non ? » Si mon corps tentait d’être menaçant, c’était une toute autre histoire pour ma voix. Tremblante comme si j’avais été en danger. Apeurée comme si c’eut été un pervers qui avait voulu photographier sous ma jupe. À moitié confiante, comme s’il avait eu la carrure d’un haltérophile. Je le fixais avec inquiétude, comme une mère souris affrontait un prédateur pour protéger ses souriceaux.

Je me mis, lentement, à avancer vers le photographe, comme si m’approcher m’avait rendu plus forte d’une quelconque façon. Ce n’était évidemment pas le cas, mais c’était beau de croire en quelque chose, aussi bizarre et précaire soit cette chose. Mes deux Pokémons bourgeons sur les talons, je rétrécissais l’écart entre le garçon et moi. Je sentais la chaleur de mes deux Pokémons tant ils me suivaient nerveusement et de proche. J’imagine que j’étais au maximum de mon niveau d’audace à vouloir affronter une menace de front comme ça. L’importance ou l’existence de la menace n’avait pas de réelle importance. Je me sentais juste fière de faire face à mes peurs. Je tentais de le cacher, certes. Ça aurait tout gâché sinon, mais ma démarche un peu gauche me trahissait. Mon manque d’assurance transparaissait forcément. J’imagine que le climax de mon manque de crédibilité fut quand j’ouvris la bouche à nouveau. « Je peux voir la photo que vous avez prise ? » Pouf. Tout air menaçant était maintenant effacé. Chose du passé. Toute frayeur que j’eus pu créer, décrédibilisée. Je voulais voir la photo. Avec joie. Avec curiosité. Avec entrain. Vraiment Lyanora ? Avais-je feint la menace ? Non, je la ressentais vraiment. J’imagine que ce n’était juste pas en moi de parler de manière menaçante. Une fois de plus, je me décevais, mais je tentais de ne pas le laisser paraître. Altesse et Princesse se collèrent à mes mollets et je me grattai la tête en souriant. Oui. Non. C’était échoué. La tentative de paraître brave et de devenir une menace pour les paparazzis qui avaient osé me suivre était tombé à l’eau. Je croisais pourtant les doigts qu’il ne soit qu’un photographe amateur et non pas l’un de ces pseudo-journalistes du scoop et de la rumeur. Je ne voulais pas que cette réputation se répande chez ces photographes profiteurs. Je ne voulais pas devenir une cible facile, considérée sans défense. Absolument pas.





Revenir en haut Aller en bas
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6616-and-now-that-you-dont-have-to-be-perfect-you-can-be-good https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6617-izaiah-s-trainer-card#89902 https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6596-the-curves-of-your-lips-rewrite-history-termine#89697
Dresseur Pléiade
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Mer 22 Jan 2020 - 23:35
You should treat a muse like a fairy
feat Lyanora M. Caelum
Ça te venait d’Isaac.
Enfin, c’était facile de rejeter l’origine de ton voyeurisme -photographier les gens sans leur accord en était définitivement une forme- mais ça devait sans doute prendre racine en toi avant tout. Sois bon joueur Iza ; tu avais des défauts dont tu ne pouvais toujours pas cacher l’existence derrière de faux préceptes. Tu étais juste comme ça ; facile à subjuguer au point d’en oublier les règles de bienséance et, surtout, de consentement. La base, pourtant, pour tout bon photographe qui se respectait.
Normalement, tu te cachais sous le couvert de la distance, des interminables mètres qui séparaient ton sujet et l’objectif… Mais pas cette fois-ci. Cette fois, il n’y avait rien eu de plus qu’un éclat d’inspiration et tu n’avais pas réfléchis plus longuement aux conséquences. Tu t’étais laissé emporter, tu avais cédé à tes pulsions les plus primitives : tu avais pris possession de son image sans t’inquiéter davantage.
Une erreur qui pouvait te coûter cher. Qui te coûterait forcément cher.
Un jour ou l’autre. Peut-être pas aujourd’hui, mais demain qui sait.

À ce stade de l’aventure, savais-tu que tu t’apparentais davantage au paparazzi qu’au photographe professionnel dont tu étais censé revêtir le grade ?

Non, bien sûr que non. Dans ta tête, les choses étaient toujours trop claires, trop évidentes ; tu n’envisageais pas du tout qu’une mésentente puisse être possible. Tu t’enfermais dans cette pureté qualificative, dans cette vision trop belle du monde. Même si tu ne le disais pas de vive-voix, même si tu ne te l’admettais pas à toi-même, tu croyais vraiment que les gens lisaient derrière tes bonnes intentions et que ton jeu était clair comme de l’eau de roche. Comme si tu étais l’ami de la terre, le grand copain de l’Humanité. Naïveté.

Il faut que ta muse du moment remarque ta présence pour qu’un frisson d’incertitude traverse la colonne de tes croyances. Inquiet, tu baisses légèrement ton appareil photo avant de le serrer inconsciemment contre toi. Allait-elle se venger ? Sur Pokétube, tu avais souvent vu des jeunes femmes revendiquer leur droit à l’image en détruisant carrément l’appareil fautif. Tu ne voulais pas être ce genre de victime, ce genre de malheureux ayant appuyé une fois de trop sur le bouton du déclencheur. Si tu devais un jour te frotter au revers de la médaille, tu préférais que les circonstances soient différentes et qu’elles n’incluent pas la mort de ton meilleur allié contre la pauvreté. Ton plaidoyer était déjà prêt…

Et à en croire le non-verbal de ton vis-à-vis, il risquait d’être très utile.

- … Euh, je… Oui, c’est bien moi, mais je vous corrige tout de suite ; je ne suis pas un paparazzi !

Incroyable plaidoyer. Encore heureux, tu n’avais pas encore eu l’indécence de balancer quelque chose d’aussi creux et cliché que « Ce n’est pas ce que vous croyez ! » comme le ferait un infidèle prit la main dans le sac. Paparazzi était sans doute l’une des pires insultes que l’on pouvait te faire, mais tu n’avais même pas le courage de le relever. Tu voulais simplement t’assurer que tu ne risquais rien, que ton gagne-pain n’était pas en danger.
Et c’est un sentiment qui ne cesse de grossir alors que la jeune femme franchit les mètres qui vous séparent.
Même s’ils ne semblaient pas particulièrement menaçants, tu n’oublies pas de garder un œil sur les deux pokémons verdâtres qui la talonnent. On ne sait jamais, après tout. Contre eux, tu te sais faible. Tu sais que l’être humain n’a pas la force de se mesurer à des bêtes capables de contrôler les éléments donc si elle doit user de leur force pour te faire goûter à ta propre médecine, tes chances de fuite avoisineront le zéro absolu.
Et ça, c’est une menace à prendre en compte quand on veut survivre.

- Je…

Tu ?
« Tu » rien du tout. Les mots se bloquent dans le fond de ta gorge, tes arguments disparaissent au contact de cette audace inattendue. C’était plus facile lorsque les gens se contentaient de jouer les ignorants, n’est-ce pas ? Le monde était plus beau lorsqu’ils s’abandonnaient à l’objectif, qu’ils y voyaient un compliment ou, mieux encore, qu’ils ne se doutaient même pas de tes activités. C’était un peu moins honnête, un peu moins méritant de ta part, mais le résultat des clichés était souvent au-delà de tes espérances.

- Hein ?

C’était trop soudain, trop inattendu. La jeune femme, désormais à proximité de ta personne, ne semble plus du tout être la même que celle qui réduisait les pas vous séparant quelques secondes plus tôt.
Voir… la photo ? Intrigué, tu éloignes légèrement ton appareil de toi pour fixer l’écran noir quelques secondes, cherchant à comprendre le brusque revirement de situation dont tu es l’objet. Voir la photo… Bien sûr qu’elle pouvait, mais pourquoi ?
Ne préférait-elle pas t’arracher l’objet des mains et le détruire afin de te faire comprendre ton manque de politesse ? C’était, certes, radical et déplacé… Mais plus logique que cette soudaine curiosité entremêlée de joie et d’entrain.

- D’accord… Mais ne détruisez pas mon appareil s’il-vous-plait. J’en ai besoin pour vivre…

Supplication vaine ; si elle voulait vraiment accéder à un tel niveau d’immaturité, elle l’aurait déjà fait depuis longtemps. Elle semblait sincère, tu pouvais bien lui accorder un peu de confiance non ? C’était pourtant dans tes habitudes, d’accorder ta confiance à n’importe qui ! Une fois de plus ou de moins, personne ne remarquerait la différence n’est-ce pas ? Tu te donnais beaucoup Iza. Tu ne le voyais peut-être pas, mais tu offrais des fragments de toi-même à tous les inconnus et… Cette fois n’était qu’une parmi tant d’autres. Sous l’impression d’une véritable sincérité, tu étais prêt à éteindre l’alarme dans le coin de ta tête alors que ce n’était pas d’un crayon dont l’on parlait, mais de ton appareil photo. Tu n’avais pas les moyens de t’en offrir un nouveau.
Tu n’avais même pas les moyens de t’offrir le désir d’un nouveau.

Et malgré tout, tu t’empresses d’ouvrir la visionneuse qui dévoile aussitôt le contenu de ta carte SD. Naviguant distraitement entre les dates, tu jettes de temps à autres des regards vers la jeune fille afin d’intercepter le moindre changement d’attitude de sa part.
Prudent, mais certainement pas assez.
Ce n’est finalement qu’en ouvrant la dernière photo prise que tu te permets de le lui tendre.
Dans ta poitrine, ton cœur bat plus fort qu’une véritable cacophonie. C’est le bordel.

- Si je puis me permettre, je la trouve très jolie…

Tu complimentes rarement ton propre travail. Comme de raison, c’est davantage du sujet que de la composition dont tu évoques la beauté, mais ça, tu te gardes bien de le préciser.
Manquerait plus que cette jeune femme pense que tu souhaites la draguer… Ah, ce serait tout à ton honneur ça. Ta vie n’est qu’une grosse blague, une magnifique mésentente dont tu ne vois plus le bout.

- Je ne suis pas paparazzi… Mais plutôt photographe professionnel. Pardon de vous avoir immortalisé sans votre accord, je craignais de perdre la beauté et la sincérité du moment.

Murmures-tu en détournant légèrement ton regard.
C’était rare, si rare que les choses se passent ainsi. Qu’étais-tu censé dire pour ta défense ?



Merci à Hazel pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lyanora M. Caelum
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6115-don-t-stare-at-me-it-s-creepy-lyanora-m-caelum https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6114-t-card-lyanora-m-caelum-just-a-few-divas https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6072-lyanora-m-caelum-may-i-say-i-m-sorry
Dresseur Pléiade
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Dresseur Pléiade
Lyanora M. Caelum
Identité du dresseur
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Dim 15 Mar 2020 - 18:11
Stepping back in the routine
Lyanora
Izaiah
J’imagine c’est ce que ressentait mes muses lorsque je les dessinais sans les prévenir. Un mélange entre l’inconfort et l’admiration. Inconfortable à cette idée grandissante que l’on était tous vulnérables dès lors que l’on était en public. Admirative à la vue du talent brut qui caractérisait cet interlocuteur. Mes yeux brillaient comme ceux d’un enfant devant une friandise qu’il affectionne particulièrement. Je fixais le petit écran, silencieuse. Je sentais mes deux petits bourgeons gigoter contre ma jambe. Ils étaient curieux. Ils se demandaient ce que je voyais. Ils se demandaient pourquoi je restais figée aussi longtemps. Qu’avais-je donc vu pour m’admirer aussi longtemps ? La sincérité. L’amour. Cette photo capturait un moment tellement précieux que j’avais du mal à imaginer que j’eus réellement été la muse à son origine. « C’est… c’est vous qui l’avez prise ? » Parce qu’oui… évidemment, j’étais suffisamment idiote pour poser cette question alors que je l’avais vu faire. Comme s’il y avait exister un quelconque réseau qui lui aurait permis de recevoir une photo le temps que je marchais vers lui directement sur son appareil. Après, je n’y connaissais pas grand-chose en photographie, juste assez pour reconnaître un beau cliché quand j’en voyais un et en trouver irréaliste un autre quand je n’avais pas ce regard sur ma propre personne. De toute façon, à ce stade-ci, il était certain que ma réputation était jouée. Peu importe l’identité de cet homme, j’avais maintenant l’air d’une idiote malhabile qui posait des questions toutes aussi idiotes. Était-ce vraiment ce que j’étais ? J’imagine que ça dépendait de la personne à qui l’on posait la question. À moi directement ? Oui. Cette espèce de spontanéité candide avait tendance à me pousser à la haine de ma propre personne sans que je puisse la confronter. Elle était juste trop forte. Mon regard s’assombrit. Évidemment. Je m’étais encore trop analysée.

Décidément, j’étais damnée. Dès que je baissai le regard, je sentis l’appareil photo se dérober à ma poigne. Il allait tomber. Non. Il tombait. C’était trop tard. J’avais promis de ne pas le briser. Je poussai un cri d’effroi. Pourquoi ne l’avais-je pas tenu par la ganse ? Pourquoi étais-je toujours étourdie au point où je finissais par commettre des erreurs irréparables. En panique, je le relevai la tête. « Je vous en achèterai un neuf. Promis.   » Ça aurait pourtant dû me venir à l’esprit que si je n’entendais pas le tintement de l’impact de l’objet dans l’instant suivant ma bêtise, c’est probablement qu’au final il n’était rien arrivé. Non, c’était trop complexe comme analyse sur un moment aussi vif que celui-ci. En quelques secondes, j’avais l’impression d’avoir trahi la confiance de cet homme et l’entièreté de mon être. Je ne voulais faire de mal à personne, ça ne me ressemblait pas et la crise de panique intérieure qui devait gagner le photographe ne m’aiderait sûrement pas à trouver un moyen d’arranger les choses. Je paniquais moi-même. J’avais l’argent, ce n’était pas le problème. Loin de là.

J’avais porté mes mains à mes yeux. Je ne voyais plus rien. Je n’osais pas retirer ce voile opaque de ma vision. Je refusais de voir ce que j’avais fait. Il le faudrait bien pourtant. Il faudrait bien que j’assume. Attendre ne ferait qu’empirer les choses. Je déglutis bruyamment. Nerveusement. Je respirai un bon coup et retirai mon pseudo-masque. J’ouvris les yeux, fixant d’abord mes pieds. Nul éclat de plastique n’était visible. L’impact n’avait donc pas été trop fort. Pas suffisamment pour que l’appareil vole en mille-et-un morceaux. Je relevai tranquillement le regard pour confronter la vision d’horreur que me procurerait la vue du cadavre de la caméra.

Je ne trouvai ni morceaux de plastique ni de verre. Plutôt une immense ronce soutenant l’appareil en un seul morceau. Altesse. Sans même que je lui aie demandé. Sans même que je lui aie dit d’utiliser Nœud-Herbe, elle l’avait fait. Elle avait évité que je perde la face devant cet homme. Elle me regardait toute fière. Souriante. Sans malice. Si elle n’était pas particulièrement adorable avec les autres membres de mon équipe, elle compensait en me complétant. En voyant venir mes bêtises. J’attrapai l’appareil et enfilai la ganse autour de mon cou comme s’il eut été le mien. Je m’accroupis et caressai la tête de ma compagne de route. Elle ne s’en rendait probablement pas compte, mais elle venait de me sauver la mise. Une fois de plus.

Je donnai quelques caresses à ma Rozbouton et me relevai. « Pour le coup, on va dire merci à notre Altesse. » dis-je en ricanant, comme si j’avais été capable de détendre l’atmosphère. Comme si mon humour avait été la chose qu’il souhaitait entendre à cet instant précis. Ce n’était probablement pas le cas. Il m’en voulait probablement à mort pour l’émoi que je venais de créer. S’il avait été cardiaque, il aurait probablement succombé, mais évidemment, je ne m’en rendais pas compte. Il n’était rien arrivé de mal en bout de ligne. Ce n’était donc pas grave. « Vous faites comment pour capturer des images comme celle-ci ?   » dis-je en pointant la caméra à mon cou. C’était le comble. Le bout de ma stupidité. J’agissais vraiment comme si l’accident n’avait jamais existé. Comme si rien n’était arrivé. Comme si ce petit cri de mort que j’avais poussé en promettant de le rembourser n’avait été qu’une infime partie d’un cauchemar duquel je n’avais pas eu conscience. Étais-je hypocrite ? Non. Juste insouciante. J’essayais de détendre l’atmosphère. De passer à autre chose. Ça semblait si simple dans ma tête. Tout dans ma tête semblait simple à vrai dire. Ça avait toujours été le cas. Je vivais l’instant présent dans sa version la plus littérale. Qu’était-il arrivé à peine cinq minutes auparavant ? Je ne sais pas. Altesse était belle par contre. Très belle. Vous ne trouvez pas ? C’est ce que mon cerveau clamait. Heureusement, j’avais tendance à savoir le brimer quand il le fallait. « OH ! J’oubliais ! Je suis Lyanora Micaela Caelum. Enchantée !   » Sauf cette fois. Je n’avais pas pu empêcher cette phrase de sortir. Elle était venue d’elle-même. Super. J’avais pas du tout l’air d’une énergumène abrutie. J’avais crié cette phrase avec tellement de force qu’il était certain que l’on m’avait entendue jusqu’au bout du port. Tous les passants. Tous les marins. Tout le monde. Eh oui ! Lyanora était encore sortie sans Alaric pour la contenir. C’est ce que devait penser tous ces gens. Visiblement, ça m’affectait beaucoup. À tel point que je courus vers le banc où j’étais assise auparavant.

« Vous croyez que si je regarde par là, vous parviendrez à prendre une autre belle photo ?   » La réponse était non. Parce que je portais encore son appareil photo autour du cou. Visiblement, le soudain soulagement m’avait donné une poussée d’adrénaline suffisamment forte pour que j’en oublie que je le mitraillais de questions auxquelles il n’avait pas le temps de répondre. Pas grave voyons, c’était urgent de savoir si regarder la mer donnerait une belle photo loin des clichés usuels. C’était C-A-P-I-T-A-L même. Ou lyanorain. Un nouveau néologisme que j’affectionnais qui caractérisait mon impossibilité à tenir en place dès l’instant où j’avais une petite montée de joie. Autrement dit : mon quotidien. Pauvre photographe d’être ainsi tombée sur moi. Il devait regretter sa photo… ou penser que c’était la punition que je lui infligeais ; au lieu de mots exacerbes et vilains, je me montrais enthousiaste et étourdissante. Désolée monsieur le photographe. Je n’y peux rien.





Dernière édition par Lyanora M. Caelum le Lun 30 Mar 2020 - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Izaiah L. Silvērsteiń
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6616-and-now-that-you-dont-have-to-be-perfect-you-can-be-good https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6617-izaiah-s-trainer-card#89902 https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6596-the-curves-of-your-lips-rewrite-history-termine#89697
Dresseur Pléiade
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Dresseur Pléiade
Izaiah L. Silvērsteiń
Identité du dresseur
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 305
Née le : 01/08/1997
Age : 22
Région : Johto
Stardust : 1034
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 168 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 353
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Bronze
Jeu 26 Mar 2020 - 23:38
You should treat a muse like a fairy
feat Lyanora M. Caelum
Douce.
Elle était douce… Et tu ne comprenais pas pourquoi. À sa place, tu n’imaginais pas l’ampleur du scandale que tu lui aurais fait. (Enfin, pas que t’étais du genre à faire des scandales hein…) C’était déstabilisant, complètement à des lieux de ce à quoi l’Humanité t’avait habitué. Que pouvais-tu répondre à cela ? À sa douceur ?
La jeune femme t’avait délicatement pris l’appareil des mains puis elle avait fixé l’écran pendant de longues secondes.
Cette photo, tu l’aimais. Tu l’aimais sincèrement. Tu n’avais pas eu le temps de la détailler plus longuement ou d’en ausculter avec minutie le moindre pixel, mais tu en avais admiré la muse en temps réel et c’était largement suffisant pour te donne une idée du résultat.
Si tu complimentais rarement ton propre travail, rien ne pouvait te faire douter des modèles qui en étaient la source. Tu leur devais tout. Sans leur authenticité, leur sourire, la simplicité de leur expression, tu n’aurais jamais pu vivre de ta passion. Ils le réalisaient rarement, mais ils étaient ton gagne-pain et ta motivation à te lever le matin…

- O..ui ?

Murmures-tu avec une pointe d’étonnement et d’interrogation dans la voix. Cet appareil était le tien et les doigts qui avaient appuyé sur le déclencheur l’étaient également… Techniquement, cette photo avait donc été prise par toi.
Tu te doutais que la surprise avait parlé pour elle et que la jeune femme face à toi n’était pas une idiote, mais sa question t’avait interloqué. C’était bien la première fois que l’on te questionnait à savoir si tu étais l’auteur d’une photo que tu venais tout juste d’immortaliser juste sous le nez du modèle. Elle était amusante.

Enfin qu’importe.

Ce sont, au final, des pensées dont la durée de vie se veut très courte et qui s’éteignent à l’instant où tu admires la chute de ton appareil photo. Tu ne comprends pas ce qui se passe et quelle maladresse est à l’origine de la catastrophe qui se déroule juste tes yeux, mais tu crois pouvoir appeler cela « le Karma ».
Ça t’apprendra, Izaiah, à photographier tout et n’importe qui.
Sentant ton cœur rater un battement, tu fixes le carnage avec une envie soudaine de t’écrouler en même temps que lui. Les promesses de la belle traversent tes oreilles comme si elles n’avaient jamais existé alors que ton être entier se décompose au regard de la catastrophe dont tu es témoin. Tu n’entends rien : tu ne vois rien.
Tout est flou, ta vision est trouble et tu ne cogites plus convenablement.
Tu es mort de l’intérieur.

L’attente qui précède la chute est interminable… Ridiculement interminable.
Au bout d’un moment, n’entendant pas le bruit distinctif de l’impact se faire, tu finis par regagner un peu de ta motricité et de tes capacités intellectuelles. Tu papillonnes des paupières deux ou trois fois, retenant le soupire qui menace de s’affranchir de ta volonté, puis cherche à comprendre.
Les explications ne tardent pas.

- En effet… Merci votre Altesse !

Tu murmures difficilement les remerciements qui reviennent de droit au pokémon qui a sauvé ton appareil de la chute. Trop d’émotions d’un coup, trop d’émotions pour un petit être comme le tien. T’étais un fragile, Izaiah…
Mais, d’un autre côté, ta vie entière résidait dans les composantes de cet appareil photo. Il te servait au quotidien ; c’était ton gagne-pain. Qui n’aurait pas paniqué en voyant son avenir éclater à ses pieds ?
Tu aurais définitivement pu en perdre ce cœur volé.
Tu aurais aimé récupérer l’objet de ta convoitise, mais la jeune femme glissa l’avait récupéré avant toi… T’avais pas protesté.
Tant qu’il ne faisait plus coucou au plancher.

- C’est une bonne question… Je pense que c’est un peu de chance et beaucoup « l’œil du photographe ». Tu vois un peu le genre ? La capacité de savoir reconnaître la qualité et le potentiel dans les images que l’on voit…

Tu n’avais, pour ainsi dire, jamais répondu à ce genre de question un peu trop vague et subjective pour être abordée.
Tu aurais pu lui répondre qu’il te suffisait de cliquer sur le déclencheur. C’était une réponse valable… Mais un peu plus ennuyante.
Peut-être que tu avais été complètement à côté de la plaque, que tu avais dit n’importe quoi. C’était probable. Mais qu’importe au fond ?
Tu trouvais ta réponse plus intéressante qu’une réponse purement technique. (Tu essayais beaucoup trop de te justifier, pour le coup d’ailleurs)

- J’espère que ma réponse te convient…

Ce manque d’assurance navrant. Tu accordais toute la confiance possible en ton travail et le fruit de ton labeur, mais tu étais toujours un peu timide lorsqu’il était temps d’en parler. Tu craignais toujours de déplaire, de mal répondre… La photographie ramassait sur ses épaules la majorité de tes incertitudes et de tes faiblesses en tant qu’être humain.
Et dire que c’était le gros de ton revenu.

Lorsque la jeune femme se présente enfin, tu ne peux t’empêcher d’esquisser un sourire franc : ça fait du bien de changer de sujet, de ne plus penser à cette fichue question, à ta réponse.
Tu as toujours fait de grosses fixettes sur de petits problèmes, Izaiah. En as-tu seulement conscience ?

- Izaiah. Izaiah Lux Silvērsteiń… Mais tu peux m’appeler simplement Iza’. Vraiment. Enchanté Lyanora !

Parce que tu étais conscient d’avoir un nom à dormir debout.
Tout le monde te le disait. Le message était bien passé.
Il ne te dérangeait pas, évidemment, mais c’était on ne peut plus clair que si tes parents t’avaient vraiment aimé, ils t’auraient trouvé un nom un peu moins chiant à prononcer. (C’est faux, évidemment)
Tes parents t’aimaient. Ils n’avaient juste pas pensé à toi sur le long terme, aux conséquences de s’appeler « Silvērsteiń » dans un monde comme le vôtre. Mais bon, était-ce vraiment grave ? Personne n’allait en mourir, de ton patronyme imprononçable. Le monde n’en dépendait pas.

Ce à quoi tu t’attendais le moins, au final, ce fût de la voir courir directement vers le banc sur lequel tu lui avais volé son image quelques minutes auparavant. Sa question, toutefois, te fit pouffer de rire. D’un rire doux, amical, nullement malicieux. Décidant de la rejoindre, tu tends une main dans sa direction. Tu caches mal ton amusement, mais aucun risque pour qu’elle le prenne mal… Si ?

- Ça pourrait rendre très bien… Si tu voulais bien me rendre mon appareil.

Malheureusement pour elle, tu ne pouvais rien faire sans lui. Il était ton allé, ton précieux allié. Néanmoins, sa proposition n’était pas totalement dénuée de sens. Elle avait un joli visage de profil et le cadre était enchanteur… Pourquoi pas ?
Reprenant ton appareil, tu marques la distance entre vous de quelques pas avant de te pencher légèrement. Tu regrettes presque que l’après-midi ne soit pas plus avancé ; le couché de soleil, à cet endroit, devait être à couper le souffle…
Au pire, il y avait toujours photoshop. C’était très romantique ça « photoshop ».

- Essayons si tu veux !

Ça te rappelait un peu les séances photos qui te faisaient vivre.
Sauf que cette fois, c’était volontaire et bénévole : c’était pour le plaisir et rien de plus. Dans le meilleur des mondes, tu trouverais du contenu pour ton Instagram ou ton portfolio… Et sinon, l’expérience aurait eu le mérite d’être agréable. Que demander de plus ?

- Relève un peu le menton et fixe un point fixe devant toi s’il-te-plait, aie l’air détendue ; naturelle. Je sais que ça va te sembler difficile, mais essaie d’oublier la caméra. Tu peux faire ça ?

Tu n’avais jamais été excellent pour guider les gens.
Les mots te manquaient plus souvent qu’autrement.
Mais au moins, tu essayais.



Merci à Hazel pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lyanora M. Caelum
https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6115-don-t-stare-at-me-it-s-creepy-lyanora-m-caelum https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6114-t-card-lyanora-m-caelum-just-a-few-divas https://dusk-lumiris.forumactif.com/t6072-lyanora-m-caelum-may-i-say-i-m-sorry
Dresseur Pléiade
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Dresseur Pléiade
Lyanora M. Caelum
Identité du dresseur
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Trophéespassez la souris sur les icones
Messages : 313
Née le : 02/12/1998
Age : 21
Région : Kanto
Stardust : 616
Equipe pokemon : You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 549 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 540 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 406
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 753 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 043 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 761

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 595 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 458 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 037-a

You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 546 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 781 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 585
You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 331 You should treat a muse like a fairy ft. Lyanora M. Caelum 54WtViz
Trophée Activité - Bronze
Trophée Groupe - Bronze
Trophée Ancienneté - Argent
Trophée Pokémon - Bronze
Trophée Aventures - Bronze
Trophée Événement - Bronze
Trophée Capacités - Bronze
Trophée Boutique - Argent
Lun 30 Mar 2020 - 19:39
Stepping back in the routine
Lyanora
Izaiah
« Comme ça ? »  Je m’étais exécuté intuitivement. Je ne l’avais pas regardé, le menton plus haut, un point. Un bon point fixe. Qu’était un bon point fixe ? Le soleil. Évidemment, comment j’avais même pu oser m’interroger. C’était évident. Le soleil était toujours un bon indicateur fixe à regarder. Si si ! Enfin, ça l’aurait été, si j’avais eu des verres fumés. Ça l’aurait été si je n’avais pas été un peu étourdie que j’avais pu faire voler en éclat les brûlures de rétine. Je vous ai dit que le soleil était fort ? Il l’était. Je vous ai dit que prendre la pose pour des photos ça peut sembler long quand le soleil prend ton œil pour une peau à bronzer. Non, monsieur le soleil, je n’appliquerai pas de crème solaire sur mon œil, ce n’est clairement pas sain. Il faudra qu’on parle vous et moi, mais de moins proche s’il vous plaît. Non parce que là, la lumière pénètre mon cristallin, je ne vois plus que cette grosse boule de lumière qui tranquillement m’arrache les cônes et les bâtonnets qui me permettent de distinguer les couleurs. Mes yeux commencent à se dessécher en laissant s’écoulant l’eau qui y a élu domicile. Ils tendent vers le rouge, ils s’irritent. Je le sens. Ça brûle. Je ne distingue même plus mes deux Pokémons qui me dévisagent. Ils ont bien compris que même sans une attaque zénith, j’avais eu une horrible idée. Très horrible. Non vraiment, je vous le dis d’expérience : très mauvaise idée, ne regardez pas le soleil. Évidemment, on ne gagne pas contre Phoebus. C’est impossible. On s’écroule et on souffre. Je ne suis pas une déesse, je n’y fais pas exception. L’ardence du soleil a raison de moi et je ferme les yeux.

Non !

On ne ferme pas les yeux pour une photo. Avec douleur je les ouvre. Et je recommence. Comme si j’avais la conviction que je pouvais l’emporter. Comme si d’une quelconque façon il m’était possible de soutenir l’aridité de mes yeux, comme si j’avais envie de souffrir de troubles oculaires. J’avais un bon opticien ? Même pas. J’étais juste un peu stupide… ou trop déterminée. Les photographies valaient-elles vraiment le coup ? Dans ma tête oui, je ne pouvais concevoir d’avoir dérangé monsieur Izaiah sans, au moins, lui fournir d’autres jolis clichés. C’était ma sacro-sainte mission, donnée par… par moi-même en fait. Personne ne m’y avait formé. Au-delà de Princesse, ma Rozbouton, qui avait brièvement chantonné de satisfaction, personne, vraiment personne ne m’avait demandé de devenir l’objet de photos pouvant nuire à ma santé.  Et pourtant, me voilà. Telle une héroïne dont ne voulait pas l’aide : j’étais là. J’avais répondu à l’appel. L’appel qui, je vous le rappelle, n’avait pas été lancé.

Je cédai. Le soleil eut raison de moi. Il m’avait vaincu. Soudainement, je me cambrai de douleur sur le banc. J’avais suffisamment encaissé. « Arg ! Mes yeux ! »  hurlai-je avec ardeur, avec colère. Quelle était donc cette émotion ? Quelle était donc ce feu qui bouillait en moi ? Le soleil m’avait-il infecté d’un virus duquel j’ignorais l’existence. « Ça fait trop mal, je comprends pas. »  Grande innocence, reine de mon esprit. Je savais bien pourquoi. J’avais, une fois de plus, été incapable de réprimer mes impulsions. J’avais, une fois de plus, été cette personne godiche qui ne respecte pas qu’elle a des limites humaines. J’avais été stupide, simplement. Je maintenais une pression contre mes paupières comme si ça avait été utile. Je me voilais les yeux qui, de toute façon, ne voyaient pas grand-chose.

Princesse s’affolait en courant autour de moi. La pauvre n’avait pas de bras et ne pouvait pas vraiment faire mieux. Altesse me dévisageait, le dédain en guise de sourire. Elle était exaspérée. Je la comprenais. Je l’aurais été aussi si ça avait été elle. Quelle fierté pouvait-on avoir à avoir une dresseuse qui se laissait ainsi dominée par des impulsions puériles dans des circonstances incongrues et, vraiment, pas nécessaires ? Aucune. Non, vraiment aucune. J’avais beau avoir un minimum d’égo, je pouvais la comprendre. J’aurais eu honte aussi.
« Monsieur Izaiah ? Vous avez de l’eau ? »  Je n’en avais pas prévu. Je m’en serais acheté si j’en avais ressenti le besoin. Pour la peine, je m’affublerais moi-même du sobriquet « pire aventurière qui soit. » Je ne préparais rien. J’avais de l’argent. Les risques ? Boarf ! Minimes qu’ils disent, que je dis. J’ai des Pokémons pour m’aider. Si seulement j’avais pris la Madonne aujourd’hui. À défaut d’avoir prévu le coup, j’avais au moins le talent de savoir improviser, de savoir m’adapter, d’être résiliente, je n’avais pas le choix après tout vu comment j’agissais depuis que j’étais sur Lumiris ; comme une enfant. Une enfant imprudente qui avait, au moins, la chance d’avoir un bon entourage, des gens pour l’aider. Encore heureuse. « Juste un peu. Je crois que j’ai trop fixer le point. »  et je ris maladroitement. J’avais mal, mais je m’amusais. Je me trouvais niaise. Je trouve ma crédulité amusante. C’était au moins ça, j’avais de l’auto-dérision.

Était-ce que je voulais constamment attirer l’attention ? Non. Il y aurait longtemps que j’aurais commencer à faire des chroniques dans la Gazette régionale sinon. Les mésaventures d’une enfant dont les parents étaient des vedettes et qui manquait d’attention. Bon le titre manquait d’efficacité, de punch, mais ça décrivait bien ce qu’aurait été ma réalité si ce problème, cette façon que j’avais de toujours trouver LA mauvaise idée qui allait m’empêtrer les pieds dans les plats, avait été causé par un manque d’attention, une envie d’être vue. Au lieu de ça, j’étais juste un peu stupide. Ça se valait comme argument, ça aussi.

À ce moment, ma tête me traitait de tous les noms. Je n’arrivais pourtant pas à pleurer. J’avais les yeux desséchés de larmes, ils avaient tout pris pour conserver une certaine hydratation. C’était donc impossible de pleurer de douleur ou de tristesse. C’était incompatible avec le phénomène chimique qui se produisait dans la région oculaire. Avais-je cligné des yeux pour éviter le problème ? Bien sûr que non. J’avais trop peur d’être surprise par une photo et d’y découvrir des paupières refermées. Ç’aurait été l’horreur. Au fond, j’étais peut-être un peu superficielle. Un peu. « Qu’est-ce qu’il y a chère Princesse » Malgré la douleur, je demeurais réceptive. J’aurais pu la pousser du pied, j’aurais pu repousser ma Rozbouton qui voulait me réconforter, qui avait enfin cessé de paniquer. Elle monta sur mes genoux, pleine d’assurance, repoussant mes mains. Repoussant mes bras avec le bout de son bourgeon.

Elle était humide. S’était-elle baignée ? Non. Elle était simplement futée. Elle ouvrit légèrement le bout de sa fleur et la pressant contre le dos de mes mains que je repoussai. Tourniquet. Elle s’était simplement imbibée d’eau avec l’espoir que cela suffise à calmer ma douleur. Quelle adorable et délicate attention. Je souris, malgré moi, malgré la douleur. Je reculai légèrement la tête et commençai à me masser les paupières avec l’eau sécrétée par mon Pokémon. Il y avait quelque chose d’apaisant dans cette lotion improvisée. Qui me faisait du bien et me faisait sentir mieux. « Merci ma chère Princesse, vous me sauvez une nouvelle fois. »  Oui, c’était devenu habituel. C’était comme ça. Chacun de mes Pokémons s’était habitué à mes intrépides accès de bravoure. À ces moments stupides où je repoussais les limites de mon corps. Elles avaient toutes l’habitude et cherchaient toutes des solutions avec vivacité. Pour moi. Pour mon confort. Elles étaient prêtes à tout.

« Vraiment désolée pour l’incident monsieur Izaiah… vous, ça va ? »  Évidemment que non. Je veux dire oui, il allait bien physiquement, mais je lui avais forcément fait pomper la patate. Il avait eu peur. Il s’était posé des questions. C’était normal. Mais moi, je reprenais la conversation comme si rien n’était arrivé continuant d’apaiser la sensation de brûlure en me frottant les yeux. Comme si c’eut été normal, voire naturel. C'était là tout le paradoxe de mon être - et son charme - je me remettais si vite sur pieds.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Répondre au sujet
Outils de modération