Dusk Lumiris

forum rpg pokemon ● region et intrigue originale ● strat basique (+ fair play)
keyboard_arrow_up
keyboard_arrow_down



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-34%
Le deal à ne pas rater :
Ordinateur Apple Mac mini ( modèle 2020) avec puce M1
679.99 € 1029.99 €
Voir le deal

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Du love, du love, je veux du love ! [ Allan ]
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Assit nonchalamment dans un canapé en cuir synthétique rouge, les yeux rivés sur son téléphone qui lui servait enfin à quelque chose, Kali était aux anges dans le centre pokémon de la ville. Il avait enfin accès à internet, chose qui lui était refusée avec le forfait minable que son père acceptait encore de lui payer en dépit de sa presque-fugue.
Cela faisait déjà quelques semaines qu'il n'avait plus de nouvelles de lui que par l'intermédiaire de sa mère, apparemment, il était vexé qu'il s'en soit aller. Mais Kali ne se leurrait pas, il savait assurément que ce bon vieux Gabriel n'en avait strictement rien à faire de savoir s'il était à la maison ou le cul posé sur le canapé d'une région inconnu de son illustre personne.

Arrivé par voie maritime - l'aéroport ayant été détruit, à ce que l'on dit - Kali accompagnait son oncle on ne sait où. Ils n'avait pas vraiment bouger depuis qu'ils étaient arrivés, mais le jeune homme avait besoin de s’acclimater à ce nouvel air. Après tout, ils avaient tout quitter en venant ici et personne ne savait encore si l'herbe serait plus verte de l'autre côté de l'océan.
Concentré, donc, sur la vidéo d'un match, il sursauta lorsqu'il senti une truffe humide et froide se poser sur son poignet nu. Détachant enfin son regard de l'écran, il sourit à son Asura. Le pokémon le fixait de son regard bleu, il semblait s'ennuyer ici. Kali posa enfin son appareil à côté de lui pour prendre la petite bête entre ses bras, le soulevant pour le mettre sur ses genoux.

" Ouais je sais, on s'fait chier... " Souffla-t-il, passant pensivement sa main dans la houppette rouge qui s'élevait sur le crâne d'Asura. " Mais c'est pas ma faute, eh ! C'est Allan, sans lui on serait déjà parti. Mais tu sais comment ils sont, les vieux... Ils ont besoin de s’acclimater pendant mille ans. " Et si l'on put croire qu'Asura avait rit après ses mots, grognant des sons aiguës et répétés, ce n'était pas le cas de Kali qui, lui, craignait de n'être pas en mesure de faire un pas de plus vers l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft.Kali


Si l'enfer devait avoir un nom, Allan lui donnerait celui de Centre Pokémon.

Boutiques, zone de confort et de soin étaient rassemblées en un seul lieu pour chouchouter au mieux les Pokémons, il n'était pas donc étonnant d'en croiser dans les couloirs, accompagnés de leurs dresseurs respectifs. Un enfer, je vous dis, pour quelqu'un comme Allan. Pourtant, il n'avait pas vraiment le choix. Son maigre salaire -pour ne pas dire son salaire inexistant- ne suffisait pas à les loger, lui et son neveu. C'était une belle idée, tiens, de partir à l'aventure, cheveux au vent et avec pour seul bagage un sac à dos bien vide, mais la réalité les avait vite rattrapée : l'argent fait tourner le monde.

Il fallait donc se résigner, faire des choix et l'un d'entre eux était de dormir dans un centre Pokémon. L'En-fer. Le trentenaire n'avait qu'une envie, se tirer de là, mais il ne pouvait pas. Il devait laisser le temps à l'ado en crise qu'il se coltinait de s'adapter un peu à cette nouvelle vie et, lui aussi, en avait besoin. Surtout pour planifier la suite de leur voyage.

Et il n'avait pas envie.

Mais alors pas du tout.

Trainant des pieds, Bidule suivant le moindre de ses pas, le brun avançait dans les couloirs du centre à la recherche de Kali. Il esquiva une créature dont il ignorait le nom, mais qui faisait bien deux fois son poids et autant de fois sa largueur, en se collant au mur de la bâtisse et pressa le pas. Beurk, beurk, beurk ! Tout en époussetant sa veste vieillotte, il repéra bien vite la loque lui servant de neveu et s'approcha du canapé écarlate. De son plus beau regard blasé, il avisa le téléphone du garçon. Pff, les jeunes, de nos jours. Toujours collés à leurs écrans. De son temps, il jouait dans le jardin avec un bout de bois et ça lui suffisait ! Allan poussa un long soupir désabusé, interprétant encore une fois avec talent le rôle du vieux chiant et râleur.

« Le vieux, il va te foutre un coup de pied au cul, ouais ! »

Accompagnant sa phrase -son injonction- d'un vague geste de la main, il ajouta :

« Et dégage ce truc de là, je veux m'asseoir. »

Le truc en question, c'était bien évidement le Zorua de Kali. Pourquoi s'embêter à l’appeler par son nom, hein, quand on peut se montrer irrespectueux au possible ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

" Le vieux, il va te foutre un coup de pied au cul, ouais ! " Kali redressa la tête, légèrement surpris par cette voix qu'il n'avait simplement pas vu venir, trop obnubilé par son pokémon et son téléphone - les deux grands amours de sa vie... Fronçant les sourcils comme toute réponse dans une expression mi-agressive, Kali ne s'insurgea pas, laissant poursuivre Allan alors que celui-ci accompagna son ordre d'un geste de la main.

" Et dégage ce truc de là, je veux m'asseoir. " Si le jeune homme avait fait l'effort de ne pas relever la phrase précédente, ce ne fut pas le cas de celle-ci qui eut le don de l'hérisser. Il était une évidence qu'Allan haïssait les pokémons - normal, c'était un vieux con - mais jamais Kali n'avait accepté qu'il puisse manquer de respect à son pokémon. Asura était son meilleur ami si ce n'est pas son seul ami, il ne tolérait pas qu'on puisse le désigner ainsi.
Aussi, si jusqu'alors son expression n'avait été qu'à peine farouche, il fronça d'avantage les sourcils, pinçant légèrement ses lèvres tout en lançant un regard noir à son oncle, histoire de bien faire passer le message. Puis, s'il voulait jouer au plus con, alors Kali comptait foncer tête baisser dans la joute. Il étendit sans plus attendre ses jambes le long du canapé et Asura, comme s'il eut comprit, se leva. En un petit bon, faisant remuer sa queue touffue, il vint se positionner sur les genoux de son dresseur.

" Tu disais, Allan ? J'vois pas de truc ici à part ta sale tronche. " Grogna l'adolescent d'une voix forte et brutale. Il laissa son dos reposer sur l'accoudoir tout en glissant ses mains derrière sa tête. Il n'avait pas l'ombre d'un remord à l'idée de parler ainsi à un membre de sa famille plus âgé que lui, c'était sans mal que l'on constatait qu'il n'avait d'ailleurs malheureusement jamais parler avec respect à personne et surtout pas à son oncle.
Comme si toute cette ridicule mise en scène ne suffisait pas, un sourire empli d'arrogance étira les lèvres du jeune garçon et de son pokémons et tous deux fixèrent Allan en l'attente d'une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft.Kali


Sale gosse de m... L'insulte resta coincée dans la gorge d'Allan, qui serra les dents. Une chance, les propos du brun pouvait se révéler assez violents et blessants lorsque l'envie lui prenait. Il avait rapidement détailler les expressions sur le visage de son neveu, pour n'y retrouver que de la colère et de l'arrogance. Ça l'enrageait, à vrai dire, parce que cela lui rappelait ses propres vices. Incapable de supporter plus longtemps la vision de ses défauts, il se détourna et s'éloigna de quelques pas. Aucun challenge avec Allan, l'homme abandonnait tout trop facilement, pour s'éviter des défaites cuisantes. Le combat face à au mépris du jeune garçon était perdu d'avance, pas la peine de se fatiguer pour rien. Il fouilla alors dans les poches de son manteau et récupéra une cigarette. Il la glissa entre ses lèvres, puis se mit à la recherche d'un briquet.

Abandonner l'affrontement, pourtant, ne l'empêcha pas de siffler une remarque cinglante.

« J'aurais du te laisser chez ton père, tiens. Ça m'aurait fait des vacances. »

Le pensait-il ? Oui, en quelques sortes. Kali était ingrat, telle était la conclusion basique d'un Allan vexé et de mauvais poil. Le sale gosse avait toujours été comme ça, mais pour une fois qu'Allan pensait faire des efforts pour quelqu'un, pour sa famille, il n'acceptait pas de ne recevoir ni félicitations, ni remerciements. Voilà pourquoi il détestait les gens, voilà pourquoi il détestait les siens : tous étaient bien trop égoïstes.

Le seul qui semblait bien vouloir lui offrir un peu d'attention était l'autre, là, Bidule. Ce dernier se glissa entre les jambes de son maître pour s'y frotter avec amour, mais manqua au même moment de le faire chuter. Le Mimitoss cherchait un peu trop d'affection, son maître le chassa d'un petit coup de pied. Quel parasite, lui aussi ! Le Pokémon, dans un couinement pathétique, s'éloigna de quelques pas en direction du canapé rouge vif et arracha un soupir à Allan.

« N'y a-t'il que des chieurs dans ce foutu bled !? »

Il s'agissait d'une question dont il n'attendait pas spécialement la réponse, tant elle était évidente à ses yeux. Evacuer sa frustration en crachant sur le monde entier lui faisait du bien. Et cela compensait le fait qu'il n'arrivait pas à mettre la main sur son foutu zippo.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

Allan s'était détourné de son neveu, l'arrogance de ce dernier avait eut raison de sa rage de vaincre et il s'était laissé soumettre par une pauvre cigarette. L'adolescent l'observa, toujours sur ses gardes. Après tout, Allan et Gabriel étaient frères, Kali n'avait aucune assurance quant à la non-violence de son oncle, puis il fallait toujours se méfier de l'eau qui dort.
D'une certaine manière, cette méfiance fut justifiée puisqu'il finit par lâcher une commentaire bien plus douloureux que n'importe quel coup :

" J'aurais du te laisser chez ton père, tiens. Ça m'aurait fait des vacances. "
Et le jeune homme serra les dents. Il ne répondit rien mais tout son corps laissa transparaître sa haine et sa colère à cet instant précis. Asura se leva, il grimpa sur le torse de son maître pour caler son museau dans son cou.
Kali lui caressa le dos, ça le détendit. Du moins, assez pour qu'il ne saute pas immédiatement à la gorge de son oncle lorsque ce dernier décida d'envoyer un coup de pied non mérité au pauvre pokémon qui tentait de le réconforter. La violence... Il détestait ça, même s'il en était un fervent pratiquant.

" N'y a-t'il que des chieurs dans ce foutu bled !?
- Tu sais ce qu'on dit, si tout l'monde a un problème, peut-être que l'problème c'est toi... "
Souffla Kali et, pour une fois, ce fut dit sans aucune animosité. Il parlait calmement, observant son pokémon, nonchalant. C'est qu'il n'était plus vraiment en colère, son émotion était passée aussi vite qu'elle était venue. Kali était ainsi, versatile, vif, émotif... Une vraie bombe à retardement. Enfin, il reprend son téléphone et le dressa bien haut devant son nez pour ne pas être gêné par la houppette de son zorua somnolent.

" Tu s'rais peut-être moins frustré si tu baisais un coup, hein. " Toujours aussi classieux, le Kali, tout en finesse et en poésie. " T'as bientôt quarante ans, t'es seul et tu vivrais sûrement chez ton père s'il t'avait pas flanqué dehors. C'est peut-être une compagne ou un compagnon qui te manque, tu pense pas ? " Simple constat, évidemment, il ne s'agissait aucunement d'une attaque, quoi que son oncle puisse le prendre de la sorte en vue des propos tenu par le jeune homme.
Doucement, il reporta son regard ambré vers lui, blasé, en quête d'une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


La violence était un trait communs aux hommes de la famille Rockwen, qu'elle soit physique ou verbale. Chacun avait ses armes. Gabriel, c'était la force brute, celle qui te casse le nez en un coup de poing. Du vécu. Le père Rockwen, c'était plus insidieux. Des mots violents, tranchants comme des lames et vous blessant au plus profond de vous même. Du vécu, ça aussi. Kali c'était la force brute, mais il opta pourtant pour les techniques de son grand-père.

« Tu sais ce qu'on dit, si tout l'monde a un problème, peut-être que l'problème c'est toi... »

Allan serra des dents. Petit con, va. Il n'était pas un problème, il avait des problèmes. Et c'est de cette infime nuance qu'il essayait de se convaincre un peu plus chaque jour. Alors entendre une vérité blessante de la part d'un sale gosse ingrat, ça n'avait rien de plaisant.

« Tu s'rais peut-être moins frustré si tu baisais un coup, hein. T'as bientôt quarante ans, t'es seul et tu vivrais sûrement chez ton père s'il t'avait pas flanqué dehors. C'est peut-être une compagne ou un compagnon qui te manque, tu pense pas ? »

Posté près du canapé rouge, Bidule couina, comme s'il acquiescer les paroles de Kali. Il se dandina même un peu, se penchant sur le côté tout en fixant son maître. Cela devait le consoler, peut-être ? Mais cela eut l'effet inverse.

« Va te faire foutre, j'ai pas besoin des autres ! »

Le ton soudain agressif du vioc' trahissait son agacement, mais également le fait que son neveu avait frapper en plein dans le mille. Allan était seul, même un aveugle aurait pu le constater. Seul, depuis trop longtemps. Et ce n'est pas un voyage avec son neveu qui allait remédier à ça. Mais est-ce qu'Allan voulait vraiment changer sa situation ? A l'entendre, on pourrait croire que non. Il ne faisait rien pour trouver de la compagnie et évitait même celle d'autres personnes. C'est que Dame Solitude est une jalouse amante, empêchant quiconque de se défaire de son étreinte glacée et réussissant à vous convaincre qu'il s'agit la meilleure situation pour eux. Allan était ensorcelé, fait prisonnier.

Il fouilla les poches de son manteau, puis celle de son pantalon avant d'enfin mettre la main sur le Saint Graal. Il empoigna son zippo et, en quelques étincelles, sa cigarette était allumée. Quelle satisfaction. Il souffla un nuage de fumée sur le côté et jeta un dernier coup d'oeil vers son neveu.

« Et t'es qu'un gosse de quinze piges, j'ai pas de conseils à recevoir de ta part. Commence par te trouver quelqu'un et on en reparlera peut-être. »

Ou peut-être pas.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

" Va te faire foutre, j'ai pas besoin des autres ! "
Quelle poésie digne des Rockwen ! Tout en agressivité, en brutalité, sans aucune subtilité. Kali grimaça, baissant son téléphone pour le poser à côté de lui, fronçant les sourcils, comme toujours. Il n'appréciait pas qu'on le renvoie paître de la sorte, mais il comprenait sans mal que répliquer ne permettrait pas d'obtenir justice.
Allan enfonça ses mains dans ses poches, les agitant alors que Kali continuait de l'observer sans un mot. Il sortir un zippo, le jeune homme soupira. S'il mourrait d'un cancer, ce ne serait qu'un juste retour des choses, après tout. L'adolescent reprit son smartphone, décidant pudiquement de sortir de cette conversation qui ne menait dors et déjà plus à rien lorsque son oncle reprit :


" Et t'es qu'un gosse de quinze piges, j'ai pas de conseils à recevoir de ta part. Commence par te trouver quelqu'un et on en reparlera peut-être. "
Kali soupira bruyamment, roulant des yeux en relâchant encore une fois son attention de son appareil. Se redressant brutalement, il fit tomber sans le vouloir son petit zorua qui, poussant un couinement, retomba sur ses pattes.
Il se rassit sans attendre, Kali, posant les mains sur le fauteuil, toujours aussi susceptible. Même avant sa transition, il avait eut du mal à trouver chaussure à son pied - sûrement parce qu'il n'était ni ouvert, ni agréable. Mais dans sa situation actuelle, les choses paraissaient plus compliquées. La peur, la grande peur qu'il ressentait à l'idée du rejet l'empêchait de tenter quoi que ce soit. Nombreux était ceux qui ne comprendrait pas, qui risquerait de le regarder de travers, de le blesser.
Mais une chose, pour l'heure, demeurait au centre des préoccupations du jeune Kali :

" J'ai seize ans, connard ! Seize ans ! C'est pas compliqué, putain ! " Il se leva, voulant paraître plus imposant qu'il ne l'était. Son surpoids ne le rendait pas plus viril ou intimidant, malheureusement pour lui et sa petite taille contribuait grandement à le ridiculiser. Mais il s'avança tout de même, face à son oncle.

" Et tu sais à quel point c'est compliqué pour moi ! " Son ton avait changé, il n'était pas aussi agressif qu'auparavant. Il était plus... Suppliant. Il baissa les yeux. " Tu sais... Tu sais que je peux pas aller avec n'importe qui, moi. Enfin- Merde ! " Il roula des yeux, se détournant, dos à son oncle. Asura, assit sur le sol, les observait sans un son.
Kali ne bougea plus, un instant. Il croisa les bras et lorsqu'il se retourna vers son oncle, ce fut un grand sourire vissé sur les lèvres, défiant.

" Mais si tu l'prends comme ça, Allan, on peut jouer, t'sais ? " Il le pointa du doigt. Après tout, il n'allait pas se laisser abattre par ce vieux solitaire. Et puis, peut-être que le challenge motiverait Allan. " J'suis sûr à 100% que j'me trouve un gars ou une nana avant toi ! "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


Allan ne releva pas la correction de son neveu sur son age. Seize, quinze ans, il n'en avait rien à faire, cela ne changeait en rien la chiantise du gosse. Surtout que ce dernier se leva, gonflant le torse comme un roi de la basse cour et vint se planter devant lui. Allan, pas forcément très grand, dépassait pourtant son minuscule neveu et posa son regard blasé sur lui. Soudain, la voix de Kali changea, se faisant plus tremblante, plus suppliante. « Et tu sais à quel point c'est compliqué pour moi ! » Allan fronça les sourcils. « Tu sais... Tu sais que je peux pas aller avec n'importe qui, moi. » Ah, c'était donc ça. Un instant, très bref instant, le vieux eut ce qu'on appelle de la peine pour le pauvre garçon. Il compatissait presque, tiens. Maladroit, il voulu dire quelque chose mais lorsqu'il ouvrit la bouche, rien n'en sorti.

Puis il vit le sourire triomphal de son neveu, comme si de rien était. P'tit con, va. Il regrettait presque de s’être laisser attendrir aussi facilement. Il prit une autre bouffée toxique et la souffla sur le côté, tandis que Kali exposait son plan de génie.

« Mais si tu l'prends comme ça, Allan, on peut jouer, t'sais ? J'suis sûr à 100% que j'me trouve un gars ou une nana avant toi ! »

Un défi ? Sérieux ? Allan roula des yeux et chassa les paroles de Kali d'un geste dédaigneux de la main.

« T'as aucune chance, gamin ! »

Il savait surtout que c'était lui qui n'en avait aucune. Allan ne se faisait pas d'illusions : il n'était pas bel homme, n'avait pas le charisme de son frère et n'était pas des plus attirants. Et puis, même, il ne voulait pas de quelqu'un. A vrai dire, il était encore bloqué sur elle.

« Et puis comment tu veux faire ? Ni toi, ni moi n'allons aller dans la rue pour discuter avec les gens et leur plaire. C'est pas fait pour nous. »

Ou une façon polie de dire qu'ils étaient un duo de sauvages.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

" T'as aucune chance, gamin ! " Certainement, oui, Kali le savait. Il avait déjà du mal à se faire des amis, alors se faire un petit ami ? Non, cela ne fonctionnerait pas. Mais le goût du défi, l'envie de rabattre le caquet de son oncle, ça ! Ca le motivait à se montrer confiant quant à sa capacité de séduction et ce même s'il ne pouvait s'exposer à n'importe qui.

" Et puis comment tu veux faire ? Ni toi, ni moi n'allons aller dans la rue pour discuter avec les gens et leur plaire. C'est pas fait pour nous. " La solution était dors et déjà trouvée, aussi rapidement que l'envie du défi avait traverser notre jeune dresseur. Derrière eux, Asura bailla, le sourire de Kali s'accentua.

" Loviris. " Répondit-il du tac au tac, dans une immédiateté qui était celle de l'excitation. Sans attendre, il se retourna vers le canapé rouge et, en quelque foulée, le rejoint. Son zorua le regarda faire, un sourire figé sur ses babines alors qu'il bondit aux côtés du smartphone de notre Kali.
Ce dernier le saisit, se doutant bien que son oncle ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam cette application à succès qui était devenue commune sur Lumiris. Il y avait même des pubs sur certains sites dont l'on ne citera pas le nom pour des raisons évidentes. Enfin, Kali se redressa, glissant sur ses pieds pour faire volte-face bien trop vivement.
Il revint se placer face à Allan, lui pointant l'écran à bout de bras, manquant d'écraser son pauvre nez avec.

" Tu connais pas, c'est normal, t'es trop con pour ça ! " L'insulte était gratuite, mais Kali n'avait jamais vraiment reçu d'éducation, si l'on puis dire. " C'est une super application ! J'la connais depuis un moment, mais j'avais jamais osé aller dessus. " Il abaissa le bras, l'écran affichait la page de présentation de Loviris et Kali déroula cette dernière, faisant défiler diverses informations sur la fenêtre. Une chose était sûr : c'était rose, c'était niais, ce n'était sûrement pas fait pour Allan. Et Kali adorait ça.
Il mit son téléphone en veille en appuyant sur le petit bouton sur le côté avant de le fourrer dans les poches de son sweat rouge. Son zorua les rejoins, il vint se frotter aux jambes de son maître dans un ronronnement satisfait, complice. Allan n'avait plus d'autres choix, Kali le savait, il avait déjoué ses arguments et son oncle n'aurait plus aucun autre choix que de plier face à lui ! Il avait déjà accepté le défi, il avait déjà accepté l'application... Lui restait qu'à accepter sa défaite cuisante !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


Loviris.

Telle était la réponse de Kali, aussi floue que provocante. En effet, le vieil Allan n'avait aucune idée de ce qu'était le Réseau Dusk, alors lui parler d'une application de rencontre n'avait pas vraiment de sens. Mais le sale gosse était fier de son idée, il s'en vantait presque, sous le regard blasé de son oncle. Pendant ce temps, Bidule suivait les allers-retours du jeune garçon entre son maître et le canapé rouge, sautillant à chaque pas. Sans doute était-ce un nouveau jeu pour lui. Il n'était pas bien compliqué à amuser.

« Tu connais pas, c'est normal, t'es trop con pour ça ! » Con, non, mais vieux, certainement trop. « C'est une super application ! J'la connais depuis un moment, mais j'avais jamais osé aller dessus. » Allan plissa les yeux et eut un mouvement de recul lorsque son neveu vint lui coller son écran trop lumineux contre la rétine. Il ne lui laissa que brièvement le temps de détailler l'interface de l'application, mais le peu qu'il en vit permit à Allan de tirer ses conclusions : c'était rose, c'était niais, ce n'était sûrement pas fait pour lui.

« Jamais de la vie, plutôt crever. »

Un peu radical, comme méthode, certes. Allan coinça sa clope entre ses lèvres, un bref instant, juste le temps de se pourrir un peu plus les poumons et d'abréger sa minable existence. Il souffla sur le côté, toussa même un peu, puis reprit.

« Si c'est la seule excuse que t'as trouvé pour pas t'inscrire seul sur ce réseau de désespérés, compte pas sur moi. »

Même pour gagner un défi qu'il n'avait pas encore relevé, Allan refusait d'installer cette chose rose et dégoulinante de guimauve sur son téléphone. Il avait un peu de dignité, un peu d'amour propre sous cette couche crasseuse de dépression ! Mentalement, Allan faisait déjà la liste des raisons minables -et plus ou moins cohérentes- qui pourraient l'aider à refuser : trop la honte, c'est de la merde, pas assez de place sur son téléphone, une technologie trop récente pour son portable, ou pour lui-même, etc., etc.

Mais il connaissait Kali, il connaissait son entêtement et alors qu'il refusait, il savait déjà que son neveu ingrat allait le pousser à céder... Et c'est peut être ce qu'il ferait, au final, mais pas sans avoir prévu son coup.

Oh oui, Allan Rockwen savait être vicieux lorsque sa survie en dépendait.

Un héritage familial, le seul qu'il possédait.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

" Jamais de la vie, plutôt crever. " Et à en juger par la toux qui suivit cette affirmation, cela n'allait pas être pour longtemps. Kali se surprit même à se demander comment il avait fait pour survivre jusque là. Soufflant sa fumée sur le côté, Allan ne tarda pas à poursuivre :

" Si c'est la seule excuse que t'as trouvé pour pas t'inscrire seul sur ce réseau de désespérés, compte pas sur moi. " Kali soupira, cette fois-ci, agacé. Son oncle était une tête de mule et le conflit semblait être la seule méthode de dialogue qu'il connaissait. Pourtant, le jeune dresseur ne comptait pas s'avouer vaincu de la sorte, il joua avec le bouton veille de son téléphone, dans sa poche, tout en réfléchissant à une attaque.
Réfléchir était un bien grand mot, cela dit, Kali n'était pas du genre à penser avant de parler. Il agissait, c'est tout et s'il observa quelques secondes de silence, c'est tout de même ce qu'il finit par faire.

" Et c'est pas c'qu'on est, des désespérés ? " Il n'aimait pas s'inclure comme ça dans l'équipe des perdants, mais il devait avouer qu'ils n'étaient, ni lui, ni Allan, beaux à voir. Obligés de se lancer un défi pour réussir à peut-être trouver un compagnon ou une compagne de vie. C'était à croire que les deux Rockwen étaient inadaptés à la vie en société, à croire que Gabriel leur avait à tous les deux retirer leur peu de faculté sociale de base.

" Tu veux savoir ? J'ai plutôt l'impression que c'est toi qui a peur. " Il hocha la tête, d'accord avec lui-même tandis que derrière, son Zorua sembla ricaner. " Tu crains que personne veille de toi, j'me trompe ? Tu sais, t'es pas obligé d'fuir, hein... " Il croisa les bras, ponctuant ses dires d'un rire mesquin et provocateur. Lui et son pokémon faisait la paire, ils avaient tout deux le même sourire irritant au possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


« Et c'est pas c'qu'on est, des désespérés ? » Oui, bien sûr.

Enfin ! Non ! Non ! Allan ne pouvait décidément pas admettre qu'il faisait lui aussi parti des désespérés. Et, pour confirmer ses dires, il lui suffisait simplement de se rappeler qu'il ne cherchait pas de compagne ou de compagnon, lui. Et toc. Faire une fixette sur le passé n'arrangeait pas son cas, mais il tentait tant bien que mal d'en tirer un semblant de positif et cela passait par le fait qu'il ne voulait de personne. Qu'il n'en avait pas besoin.

Qu'il essayait de s'en convaincre.

Allan roula des yeux, et c'est alors que Kali abaissa sa pire carte.

« Tu veux savoir ? J'ai plutôt l'impression que c'est toi qui a peur. » Il hocha la tête et son oncle coula un regard mauvais dans sa direction. Pardon ? Lui ? Allan Rockwen ? Avoir peur ? Même pas vrai. Le gosse ingrat poursuivit. « Tu crains que personne veuille de toi, j'me trompe ? Tu sais, t'es pas obligé d'fuir, hein...

- Je ne fuis pas ! » siffla alors le vieux solitaire, avec un peu trop de vivacité, ce qui trahissait une chose : son neveu mettait le doigt là où ça faisait mal. Très mal.

Il était évident que l'oncle Rockwen avait quelques petits soucis de confiance, autant en lui qu'envers le reste de l'humanité. Mais, là encore, l'admettre était impensable et l'entendre l'enrageait. Personne n'aimait Allan, il le savait et s'il y avait peut-être eu un jour des personnes voulant de lui, elles étaient aujourd'hui loin, mais alors très loin de lui. Allan jura en pensant à une personne en particulier et laissa tomber sa clope au sol. Il l'écrasa ensuite avec rage, du bout de sa chaussure, pour n'en laisser que le triste cadavre d'un mégot usé.

Il glissa ensuite les mains dans les poches de son manteau, puis dans celles à l'arrière de son pantalon pour récupérer la chose : son téléphone portable. Un vieil engin, aussi vétuste que son propriétaire. Solide, la coque avait pourtant un vilain impact sur le côté droit, mais avait protégée vaillamment l'écran de nombreuses chutes. Allan déverrouilla l'appareil, soupirant avec agacement.

« Allez, redonne moi le nom de ton application de merde, qu'on en finisse. »

Le plan d'Allan était lancé, et cet imbécile de Kali ne pouvait s'en douter. Le trentenaire dépressif aurait le dernier mot et empochera la victoire. Allan triomphait déjà : échec et mat.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

" Je ne fuis pas ! " Bingo ! Le sourire de Kali s'étira, il savait à présent qu'il avait sut frapper au bon endroit. A présent, il savait que son oncle ne pourrait plus refuser. Le jeu faisait peur à Kali, il savait que ni lui, ni Allan ne pourrait gagner puisqu'ils étaient tous les deux des rebuts de la société... Mais d'un autre côté, il avait réellement envie de voir son oncle essayer, de le voir s'ouvrir un peu. Peut-être serait-il moins chiant après ça ?
Ce dernier écrasa son mégot de cigarette sur le sol et cela arracha une grimace au jeune gamin. C'était sale, ils étaient dans un centre pokémon, c'était déjà un miracle que personne ne soit venu faire la morale à son oncle sur le fait de fumer dans une sorte d’hôpital.
Son attention fut rapidement déviée sur l'engin que venait de sortir son oncle rien de sexuel. Un vieux téléphone datant sûrement d'avant la naissance de Kali donc la coque gardait la trace de nombreux traumatismes.

" Allez, redonne moi le nom de ton application de merde, qu'on en finisse.
- Loviris ! "
Répondit son neveu, bien trop guilleret. Il se recula un peu, tout sourire et bouffie d'excitation, observant son oncle faire. Il n'y avait aucun doute, Kali avait gagner et il gagnerait aussi la partie. Il était motivé, contrairement à Allan et cela ferait certainement la différence. Après tout, lui, il ne ferait pas fuir quiconque viendrait lui parler par des grognements d'ours mal réveillés.
Enfin, il reprit son propre téléphone - bien plus moderne - et commença à télécharger l'application qui était déjà prête derrière son écran de veille. Usant honteusement du wi-fi gratuit du centre pokémon, il observa la barre de chargement grimper plus ou moins vite tandis que derrière, son zorua sauta du canapé pour les rejoindre.

" J'espère que t'es bien accroché, par contre, je m'en voudrais de te voir mourir de désespoir quand j'aurais gagné. " Il lui offrit un sourire combatif et moqueur, tout ça à la fois, alors qu'il s'accroupit pour caresser la fourrure douce de son pokémon bicolore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


Loviris. Une deuxième fois, Allan essaya de mémoriser ce nom qui ne lui annonçait rien de bon, ce nom qui serait la source de prochains cauchemars teintés de rose et saupoudrés de petits coeurs. Une hor-reur. Et le pire dans tout cela ? C'était que Kali semblait bien trop ravi à l'idée de rejoindre cette communauté de désespérés et d'handicapés sociaux.

A moins qu'il soit trop confiant en sa victoire et, ça, ça agaçait tout autant notre vieil Allan.

« J'espère que t'es bien accroché, par contre, je m'en voudrais de te voir mourir de désespoir quand j'aurais gagné. » Allan roula des yeux, grimaça de dégoût.

« Si ya bien une chose qui risque de me tuer de désespoir, c'est bien ton appli de merde. » Le trentenaire fit la tronche rien qu'en découvrant la présentation de l'application. De sa voix la plus niaise, il en fit la lecture. "Bienvenue à toi chère petite âme à la recherche de l'être aimé... Tu as des difficultés à trouver ton Roméo ou ta Juliette ?" ... Bla bla bla... Ignoble. »

Le vioc alla s'affaler dans le canapé rouge vif, avec la grâce d'une baleine échouée. Il replia l'une de ses jambes, posant sa cheville maigrichonne sur sa cuisse et dévoilant ainsi sa belle chaussette à rayures. Il soupira, encore, alors que le téléchargement de Loviris se faisait en fonction du bon vouloir du wifi local. Une perte de temps, puisqu'il comptait désinstaller cette chose dans les jours à venir. Il ne prenait aucun risque, sachant pertinemment que son neveu ne rencontrerait personne via ce site. Pas qu'il soit méchant mais... Mais voilà, quoi : c'était Kali, son adversaire. Même Allan à son âge avait déjà eu une petite copine. MEME ALLAN.

Il se gratta l'oreille du bout de son auriculaire, laissant reposer avec nonchalance son téléphone sur sa cuisse. Dieu que c'était long. Bidule en profita même pour venir se frotter avec amour au genou de son maître... Avant de se faire chasser d'un vif geste de la main. Oust !

Et, enfin, l'application s'ouvrit dans une explosion de niaiserie.

« Putain...! souffla-t'il, presque admiratif. Regardes moi tous ces cons qui sont inscris là-dessus ! »

Allan ne croyait pas en ces conneries d'âmes sœurs, ne croyait pas en l'amour. Il n'y croyait plus. Et la niaiserie de ceux qui osaient y croire lui donnait envie de gerber.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

" Si ya bien une chose qui risque de me tuer de désespoir, c'est bien ton appli de merde. Bienvenue à toi chère petite âme à la recherche de l'être aimé... Tu as des difficultés à trouver ton Roméo ou ta Juliette ?" ... Bla bla bla... Ignoble. " Que de mauvaise foi dans un si petit homme. Kali voyait bien son oncle faire sans aucune gaieté de cœur, mais au moins, il avait l'assurance qu'il le ferait et qu'ainsi, les deux hommes pourraient jouer ensembles.
Il ne savait pas vraiment pourquoi il tenait absolument à jouer contre son oncle, peut-être était-ce un moyen déguisé de créer une sorte de complicité avec lui, de se rapprocher de lui de sorte à former une vraie famille. Toujours est-il que le jeune adolescent en tira une grande satisfaction et il suivit du regard Allan qui alla s’asseoir.

" Putain...! Regardes moi tous ces cons qui sont inscris là-dessus ! " S'écria le vieux avant l'heure.

Asura leva la tête et alors que son maître se redressa, il le suivit jusqu'au canapé, Kali reprenant sa place et le pokémon bondissant à ses côtés. Voyant le pauvre Bidule être une fois de plus chassé, le zorua en profita et fit claquer sa mâchoire prêt de la bestiole violette pour lui causer une nouvelle frayeur.

" Eh ! Y'en a peut-être un qui sera ton heureux élu ! Critique pas trop fort, hein. " Dit alors le neveu, un sourire semblable à celui de son pokémon aux lèvres. " Putain, j'adorerais voir un type t'aborder ! Ce s'rait hilarant ! " S'écria-t-il alors que, Asura, semblant avoir compris, poussa un ricanement sifflant.
Kali observa son téléphone, ouvrant l'application sans pour autant y toucher. Il ferait son profil plus tard, pour l'heure, il devait songer à ce qu'il mettrait dedans et à la façon détournée de chasser les gens qui pourraient potentiellement être étonnés de sa nature et, par inadvertance, le blesseraient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


Bidule couina, une seconde fois, alors que le Zorua lui avait fichu une sacrée frousse ! Le Mimitoss n'avait rien d'un Pokémon brave et courageux, c'était même une petite chose naïve et fragile ; un simple claquement de mâchoire suffisait à le faire fuir. Une chance pour le vieux Pokémon Insecte, il n'était pas cardiaque ! En quelques enjambée, il prit la poudre d'escampette et fila se cacher derrière un meuble quelconque.

Tel maître, tel Pokémon, comme disait bien trop souvent sa mère et Allan pu une nouvelle fois juger la véracité de ses propos. Kali savait être aussi infecte que son Zorua et ses propos en furent la preuve.

« Eh ! Y'en a peut-être un qui sera ton heureux élu ! Critique pas trop fort, hein. »

Ton heureux élu. Le concerné grimaça de dégoût et ne tenta même pas de le cacher. Beurk, beurk, beurk.

« Même pas en rêve. » marmonna tout bas l'oncle homophobe et intolérant qu'était Allan.

Même pas en rêve, non. Il était de la vieille école, celle qui vous inculque qu'un homme doit être fort et viril pour conquérir et protéger sa fragile dulcinée. Il n'était pas question d'autres choses. Pas de garçons aimant les garçons. Pas de filles aimant les filles. Pas de débat de genre, ni rien. De la simplicité. Et ayant grandit avec de telles oeillères, il n'avait pas songé à les retirer pour voir le monde autrement une fois l'âge adulte atteint. Déjà, il faisait un effort avec la crise identitaire de Kali, fallait pas pousser Mémé dans les orties !

Et avant même qu'Allan puisse rétorquer quelque chose d'autre, son neveu continua d'avancer dans cette pente glissante.

« Putain, j'adorerais voir un type t'aborder ! Ce s'rait hilarant ! »

Sans plus tarder, le coup partit. Il n'avait pas la force de son père ou de Gabriel, mais Allan donna malgré tout un coup de coude dans le bras de son neveu.

« Ferme-la ! » siffla-t'il entre ses dents serrées, pour éviter de dire autre chose de plus blessant. Il connaissait son neveu, il savait où exactement frapper pour le faire tomber. Mais il ne voulait pas. Pourquoi ? Pour éviter une dispute ? Par crainte de s'en vouloir ? Ou tout simplement pour ne pas être blessé à son tour ? Un peu de tout ça à la fois, sans doute.

« Si t'as que des conneries à dire, mieux vaut te la fermer, reprit Allan. Ça t'évitera des emmerdes. »

L'oncle grognon lui tourna ensuite le dos et, décroisant les jambes pour s'installer contre l'accoudoir, se mit à parcourir les photos de profils des jeunes femmes sur le site. Simple curiosité, bien évidement.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

" Ferme-la ! " Le coup que venait de se recevoir Kali n'avait rien de réellement blessant. A vrai dire, il était habitué à bien pire et il savait déjà qu'il n'aurait aucun bleu à exhiber. Pire, encore, cela le fit sourire alors qu'il glissa sa main sur l'endroit de l'impact, provocateur.

" Si t'as que des conneries à dire, mieux vaut te la fermer. Ça t'évitera des emmerdes. " Kali savait qu'il avait toucher un point sensible. Il avait comment était sa famille et les Rockwen n'avaient jamais été tolérant. Après tout, son père lui avait bien prouvé le jour où il avait tâcher d'expliquer qu'il n'était pas réellement une fille.
Un frisson le parcouru à cette pensée et il la chassa bien vite, observant son oncle se mettre dos à lui, comme s'il allait pouvoir se protéger des prochaines remarques de son cher neveu.

Doucement, il se glissa par dessus son épaule, se tenant sur ses genoux pour prendre de la hauteur. Asura le regarda faire, impatient de connaître sa prochaine farce. Voilà que Kali secoua la tête, laissant claquer sa langue contre son palais dans des " tsk, tsk, tsk... " volontairement sonores.

" Tu sais, plus on s'énerve face à une remarque, plus c'est qu'on essaye de se persuader d'un truc. " Faussement compréhensif, voilà qu'il posa la main sur son épaule. " Tu peux le dire, tu sais, hein ? J'pense être le mieux placé pour le comprendre. Il n'y a aucune honte à ça, vraiment. Pleins de gens bien le sont. " Et puis, il glissa du canapé, le contournant sans faire attention à Bidule qui dû sans doute se prendre un léger coup de genoux involontaire. Et puis, il posa ses mains sur l'accoudoir. Il allait expliciter sa pensée et cela n'allait pas plaire à son oncle.
Pas du TOUT.

" Enfin... T'as pas à te cacher en regardant des profils de nana, moi j'ai compris. C'est normal, en plus ! Avec le frère que t'as eut, que tu te cache. " Il se pencha légèrement, toujours alerte cependant, prêt à réagir. " J'suis sûr qu'il y a pleins de types qui adorerait ton joli petit cul ! " Son sourire narquois ponctua sa phrase, il attendait une réaction, n'importe laquelle, mais une réaction quand même. Il était même impatient, à l'idée de pousser son oncle dans ses derniers retranchements, de le voir à bout.
Voilà que son petit Asura s'approcha derrière eux, il était jeune, mais il savait maîtriser les bases de l'illusion et c'est donc sans mal qu'il prit l'apparence d'un homme croisé sûrement plus tôt dans la rue. Ce n'était sûrement pas prémédité de la part des deux amis, mais une chose était sûre, ils étaient sur la même longueur d'onde car à peine eut-il fait ça que l'homme nouvellement apparu recula la main.
Kali écarquilla les yeux, surpris par l'initiative d'Asura. Il n'eut pas le temps de le retenir où de l'encourager que les doigts en éventail de la semi illusion s'écrasa sur la cuisse - ou même la fesse si celle-ci est accessible - du pauvre homophobe.
" Zorua ! " S'écria alors l'homme, un dernier clin d'oeil signa son arrêt de mort.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


La piètre tentative d'Allan pour échapper aux remarques de son neveu fut un échec. Pourtant, tout dans le comportement du vieux sous-entendait qu'il ne voulait pas poursuivre la conversation sous peine que cela ne tourne au drame. Il lui tournait le dos, ne faisait même plus attention à ce qu'il racontait et s'enfermait dans le tri des profils niais des minettes de Loviris. Allan ne voulait pas aller au bout de la confrontation, alors il fuyait pour ne pas perdre... Mais c'était sans compter sur la bêtise et la ténacité de son neveu. De sa nièce, même, s'il voulait rajouter de bases insultes à son attirail d'homophobe intolérant. Avant de tomber dans la méchanceté gratuite, il chassa la main de son neveu en pestant.

« Dégage... »

Il soupira, las de se faire malmener par un gosse. Il ne pouvait rien y faire, en plus ! Il n'avait pas un gramme d'autorité, et encore moins de charisme ! Il n'était pas Gabriel. L'imbécile nommé Kali contourna alors son oncle, bougna le pauvre Bidule et se planta en face d'Allan.

Nouveau soupir. Et le sale gosse poursuivit. « Enfin... T'as pas à te cacher en regardant des profils de nana, moi j'ai compris. C'est normal, en plus ! Avec le frère que t'as eut, que tu te cache. » Au fur et à mesure de sa phrase, Allan quitta l'écran de son téléphone pour lever lentement, trèèèèès lentement, les yeux vers Kali et ainsi lui jeter un regard noir. « J'suis sûr qu'il y a pleins de types qui adorerait ton joli petit cul ! »

Le regard d'Allan ne s'assombrit que davantage et avant même qu'il ne puisse formuler une quelconque réponse, avant même qu'il ne puisse esquisser un seul geste, une main se posa sur sa cuisse. Allan sursauta et fit aussitôt volte-face pour se retrouver face à face avec un inconnu. La surprise le coupa dans son élan, mais il ne suffit que d'un seul mot pour le ramener à la réalité. Un seul.

Zorua !

« Espèce de...!! »

Outré, offusqué par l’impudence du Pokémon, Allan en perdit tous ses mots et n'arriva à terminer aucune insulte. Ce n'était pas le choix qui lui manquait, il était juste choqué. Et dégoûté. Alors quand, en plus, la semi-illusion osa lui adresser un clin d’œil des plus moqueurs, le sang d'Allan ne fit qu'un tour. Sans passer par la case réflexion, il agit en conséquence. Le poing fermé, il asséna un coup dans le visage de l'homme-pokémon.

Il se redressa aussitôt, les poings serrés, alors que Bidule accourut vers son maître en quelques bonds. Le parasite souffla un Mimitoss ! presque menaçant, dans l'espoir vain de protéger son cher Allan. Ce dernier, trop en colère, n'y fit même pas attention.

« Putain mais je vais la tuer, ta saloperie ! »

De la poésie à l'état brute. A présent, Allan se fichait bien d'alerter les autres résidents du centre Pokémon, cette chose répugnante n'avait pas à le toucher. Qu'il ait l'apparence d'un homme ne l'aidait pas, mais c'était un Pokémon avant tout. Une sale petite vermine qui usait de ses pouvoirs contre lui. De quoi enrager, Allan, bien sûr, mais surtout de quoi l'effrayer.

Oh oui, en cet instant, Allan Rockwen avait peur.

Et quoi de plus naturel que de répondre à la peur par l'agression ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

" Espèce de...!! " C'était trop tard. Kali n'avait rien put faire pour modérer son pokémon et la réaction d'Allan fut immédiate, ou presque. Après quelques secondes, il bafouilla et leva son poing et l’abattit sur le visage de Asura. Le jeune homme sursauta, sentant son sang se glacé dans ses veines. Ce genre de situation le révulsait, la violence d'un Rockwen sur un jeune lui faisait plus mal que n'importe quel coup, mais il n'osa pas réagir, pas tout de suite.
Allan se redressa et Kali comprit sans mal l'état dans lequel il était. Il le connaissait assez bien pour que la réaction de Bidule ne lui soit pas surprenante, lui aussi avait du le sentir. Asura s'était écrasé au sol, reprenant son apparence de pokémon, noir et rouge, il mit un certain temps avant de réussir à pousser sur ses pattes pour se redresser.

" Putain mais je vais la tuer, ta saloperie ! " Kali sursauta une nouvelle fois, reculant de quelques pas, étourdit. Il ramena ses mains contre son torse, frissonnant de crainte. Il n'y avait bien sûr pas que la sienne qu'il sentait, la respiration rapide, les poings serrés et le regard affolé de son oncle suffisait à motiver sa panique, en plus de la violence.
Crispé, il ne sut réagir, là où il n'avait pas réussit auparavant, trop surpris, il ne trouvait simplement pas de geste adéquat et il fixait son zorua sans bouger.

Ce dernier, une fois sur ses quatre pattes, poussa un grondement sourd. Son pelage s'ébouriffa alors qu'il plaqua les oreilles contre son crâne. Il montrait ses crocs pointues et jaunes, le regard emplie de colère et Kali savait qu'il n'allait pas tarder à agir et à agir mal.

Respire.

Il sentait tant de chose en lui, tout à coup, qu'il ne vit pas ses pleurs. Pourtant, ses yeux embués en était une preuve assez conséquentes. Mais peut-être Kali voulait-il être fort, peut-être n'acceptait-il seulement pas de pouvoir pleurer. La panique était un émotion qu'il haïssait et il ne savait pas la gérer, surtout pas maintenant.
Pourtant, lorsqu'il vit Asura ouvrir la gueule, prêt à lancer une attaque, il réussit enfin à bouger. Son corps s'activa dans un éclair d'émotivité avant que son cerveau ne puisse le conscientiser.

" NON ! " C'était ferme, clair, mais ça partait dans les aiguë.
Asura sursauta, ferma la gueule. Son maître s'était jeté entre lui et Allan, manquant de tomber et de renverser son oncle au passage. Le jeune homme écarta les bras, de profil aux deux adversaires. Mais à quoi allait-il servir alors que son état était le même que celui d'Allan ? A rien, sûrement, comme d'habitude. Après tout, il n'avait jamais servit à grand chose, si ce n'est à détruire.
Son père et sa mère ne s'aimaient pas à cause de lui et si son père le frappait, quelque part, au fond de lui, Kali savait qu'il y avait une raison, qu'il s'agissait là d'une juste punition à son existence de misère.

" Arrêtez ! Stop ! " Sa respiration ralentissait légèrement et sa voix retombait dans les graves sans l'être pourtant assez. " J-Je... Il est désolé, d'accord Allan ? Il voulait pas t'faire de mal ! C'était juste une blague ! " Voilà le vrai visage de l'indomptable Kali, voilà son courage, sa hargne. Il courbait l'échine, incapable de défendre l'agressé. Il n'était que faiblesse, que crainte, que peur.

" J'suis désolé... " Gémit-il plaintivement.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


Les mots d'Allan avait dépassé sa pensée. Non, pire encore, ils n'avaient été que le reflet de toute sa colère, de toute sa haine. Tout ce qu'il pensait vraiment, exprimé au centuple. Il détestait les Pokémons et c'était dans des moments comme celui-là qu'il ne contrôlait plus rien. Le coup était parti, sans qu'il ne puisse rien y faire. Il était comme les autres membres de sa famille, après tout. Violent et incontrôlable. Et il aurait tuer ce Pokémon s'il en avait eu les moyens, s'il n'était pas tétanisé face à lui.

Ses poings serrés à en faire pâlir ses articulations lui faisait presque mal. Dans sa poitrine, son coeur battait à tout rompre, à lui exploser le torse. Sa respiration devenait chaotique, haletante et son regard restait planté sur ce petit Pokémon. Il tremblait, le pauvre Allan, d'un explosif mélange de peur et de rage.

Bidule avait flairer la crainte de son maître. Il ne l'avait que trop bien senti par le passé et savait à présent la reconnaître. Dans une attitude protectrice, il restait à ses pieds et guettait la moindre réaction du Zorua. Elle ne tarda pas et lorsque le Pokémon Insecte flaira le danger, son poil se gonfla aussitôt pour donner au Mimitoss un air plus menaçant. Et même sans savoir se battre, il se serait sacrifié corps et âme pour protéger celui qui lui était cher.

La tension était à son comble. Allan sentait la panique le gagner à son tour et ce n'est plus Asura qu'il voyait mais le terrible Valak. Il aurait voulu fuir, mais ses jambes refusaient de lui obéir. Alors il attendit sa sentence, résigné.

Puis tout se passa très vite. Zorua grogna, Bidule couina et Kali hurla.

« NON ! »

Bousculé par son neveu, Allan vacilla et recula de plusieurs pas avant de retrouver l'équilibre. Il cligna deux ou trois fois des yeux et reprit ses esprits. Il fronça les sourcils, alors que son regard passait nerveusement entre l'objet de sa haine et son pauvre neveu pleurnichard.

« Arrêtez ! Stop ! J-Je... Il est désolé, d'accord Allan ? Il voulait pas t'faire de mal ! C'était juste une blague ! »

Le coeur d'Allan se serra, son estomac se noua. Kali était si faible, si pathétique, à chouiner de la sorte. Il n'avait plus rien du pauvre gosse provocateur qui l'avait poussé à bout. Ce n'était qu'un enfant apeuré et cette vision bouleversa Allan. Bon sang... Qu'avait-il fait ? Il aurait pu se chercher des excuses, dire que c'était la faute de l'autre, mais cela ne fonctionnait pas comme ça. Même quand il avait huit ans, cela ne fonctionnait pas.

« J'suis désolé... » gémit alors son neveu, dans une ultime plainte.

Leurs regard se croisèrent et soudain, ce n'était plus Kali devant Allan, mais lui-même. Ce pauvre gosse si faible, si pathétique, à toujours chouiner, c'était lui. Un gamin malmené par les autres, un gamin qui ne pouvait rien faire à part pleurer.

Et Allan détestait cette vision de lui-même. Parce qu'il n'avait pas grandit.

Le regard du trentenaire changea alors, passant de la colère à la peine et il tenta de déglutir malgré la boule coincée dans sa gorge. Il s'en voulait. Il lui fallait dire quelque chose, faire quelque chose, mais rien ne venait. Allan était tout aussi impuissant que son neveu.

« Putain de merde...! » souffla-t'il tout bas, avant de se détourner.

Les larmes le gagnaient. La honte, l'angoisse et le dégoût en même temps. Il ne pouvait affronter ça, il n'en avait pas la force, il se révélait bien trop lâche. Admettre ses erreurs lui semblait également impossible et cette nouvelle fuite trahissait tout cela. Il s'éloigna et plaqua sa main devant sa bouche. Il en avait la nausée. Les Pokémons, ses peurs, sa colère, Kali... Ça le rendait malade. Il se dégoûtait. Il se haïssait.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones

Du love, du love, je veux du love !

Kali vit le regard de son oncle changer. Il observa son expression se détendre une seconde pour passer à la suivante, les sourcils se froncèrent vers le haut et son visage qui était tendu vers l'intérieur le fut soudainement bien mou. Il comprit sans mal, en sa qualité d'être humain, ce qu'exprimait son congénère. Cependant, en tant que neveu, en tant que Kali, il avait bien du mal à saisir le subtil changement qu'opérait les humeurs de son oncle.
Il déglutit.

" Putain de merde...! "
Son ton était si bas que le jeune garçon eut du mal à discerner ce qu'il venait de dire et puis, sans attendre de réponse, il se retourna.
Kali ne sut comment agir, Asura même était perdu. Il se contenta d'observer un long moment le dos de son oncle avant de baisser les yeux, ne songeant pas un seul instant au fait qu'Allan puisse ne pas lui en vouloir. Pour lui, il avait tout gâché.
Il n'était déjà pas un garçon agréable, mais voilà qu'il se mettait à faire du mal à son seul parent. Allan devait le haïr, il devait sûrement songer à se débarrasser de lui, à l'abandonner et quoi que furent ses pensées, si elles étaient orienté vers la haine, elles étaient tout à fait légitime. Après tout, Kali était agressif, pleurnichard, stupide.
Ce fut à son tour de déglutit. Il baissa lentement les bras, à présent que le danger ne menaçait plus personne et puis, il se toucha le cou, sur le côté, puis la nuque. Il sentit un frisson le parcourir et il décida de fuir à son tour. Laissant même Asura là, il commença à rejoindre la partie logement du centre pokémon à grands pas.

" Zorua ! "
S'écria alors le pokémon, s’élançant à sa suite alors qu'il avait déjà presque atteint la porte qui l'éloignait des parties communes.
Kali s'arrêta, il s'accroupi, dos à Asura et le laissa grimper sur son épaule dans mot dire. Une fois l'affaire faite, son pokémon près de lui, il décida qu'il était temps pour lui de disparaître et il passa la porte sans une parole, sans un bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Du love, du love, je veux du love

ft. Kali


De ses grands yeux rouges, Bidule observait les différents protagonistes. Dès que Kali était intervenu, le Mimitoss avait retrouvé un semblant de calme et avait baissé sa garde. Son maître n'était plus en danger, rien de mauvais ne se dégageait du jeune homme et le Zorua était maîtrisé. Allan-même se détourna, signant l'arrêt des combats.

Dos aux trois autres, il fouilla nerveusement dans les poches de son vieux manteau. Il avait besoin de nicotine, et vite. Incapable de gérer une situation de crise, il se réfugiait dans ses addictions et prenait la fuite. Il récupéra son téléphone au passage, et prit la direction de la sortie. Tout était de sa faute.

Kali était agressif, pleurnichard, stupide, oui, mais Allan ne le détestait pas. Il faisait comme si, mais c'était faux et le seul qu'il essayait encore de duper, c'était bel et bien lui-même. C'était lui qui avait merdé, lui qui avait réagit comme une vierge effarouchée, lui qui était agressif, pleurnichard et stupide. Alors, le trentenaire ne jeta pas un regard en arrière lorsque les pas de son neveu commencèrent à s'éloigner. Il ne chercha pas non plus à le retenir. A quoi bon ? Il aurait pu aller le prendre dans ses bras, le réconforter, lui dire que tout irait bien. C'était ce que lui avait tant souhaité lorsqu'il était encore enfant. Mais personne n'était venu. Alors il ne se sentait pas capable de le faire à son tour.

« Viens. » souffla-t'il au Pokémon Insecte, au seul qui serait toujours à ses côtés sans jamais le juger. C'était hypocrite de se comporter ainsi, mais Allan n'y pouvait rien, il était ainsi fait. Bidule poussa un couinement pour acquiescer et rejoint son cher maître en quelques sauts.

Alors, sans un mot, Allan quitta les lieux.

Dans quelques heures, ce serait oublié. Chacun des deux acteurs de cette triste tragédie aura enfouit tout cela au fond de lui, aucun des deux n'en reparlera plus jamais. Honte et haine de soi-même étaient les maîtres-mots du duo Rockwen. Un néfaste refrain, une triste ritournelle, qui les guidait au jour le jour. Une éternelle quête d'amour.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Identité du dresseur
Trophéespassez la souris sur les icones
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Outils de modération